.
-

Inventaires > Les mots du vivant > I
I
Ichtyocolle ou Colle de Poisson. - Espèce de gélatine qu'on extrait de la vessie natatoire de l'esturgeon. Elle est soluble dans l'eau, insoluble dans l'alcool; sa solution se coagule par les acides, et se modifie comme la gélatine ordinaire par une ébullition prolongée, au point de ne pouvoir plus se prendre en gelée. Comme la gélatine, elle donne par l'influence de l'acide sulfurique une matière sucrée qui, .à la différence du glycocolle, est capable d'éprouver la fermentation alcoolique en donnant de l'alcool et de l'acide carbonique.

Ichtyologie*. - Branche de la zoologie qui étudie les Poissons.

Iléo-caecale (valvule). - On désigne ainsi un repli (valvule) formé par l'intestin grêle à l'endroit où il s'abouche dans le gros intestin par sa face postérieure. Ce repli intérieur est en entonnoir, et le bec dirigé vers le gros intestin, ne laisse passer que les matières qui doivent y pénétrer, puis il se rebrousse et fait obstacle dès qu'il s'en présente pour revenir en sens inverse.

Iléon. - Longue portion de l'intestin grêle faisant suite au jéjunum. (Jéjuno-Iléon)

Iliaque . - Qualificatif donné aux parties du corps qui ont un rapport avec les flancs : fosses iliaques, muscle iliaque, os iliaque, artères iliaques.

Iliaques. -  Ces artères résultent de la bifurcation de la grande artère aorte au niveau de la quatrième vertèbre -lombaire, et elles se divisent chacune en iliaque interne ou hypogastrique et iliaque externe. L'iliaque interne fournit des artères viscérales : l'ombilicale, la vésicale, l'hémorroïdale moyenne, l'utérine et la vaginale chez la femme. L'iliaque externe fournit l'épigastrique, la circonflexe iliaque, et, passant sous l'arcade crurale, devient l'artère de la cuisse, sous le nom d'artère crurale ou fémorale.

Ilio-costal.  - Se dit du muscle carré des lombes, qui s'étend de la dernière côte à la crête de l'os iliaque.

Ilio-lombaire. - Qui va de l'ilion à la région lombaire. Terme appliqué en particulier à l'artèreilio-lombaire, qui est une branche de l'artère hypogastrique, qui donne des rameaux aux muscles psoas, iliaque, carré des lombes, à l'os iliaque et à la partie inférieure de la moelle épinière.

Ilion. - C'est la plus grande des trois pièces qui constituent l'os iliaque, chez le foetus.

Imago. - Forme adulte des insectes à métamorphoses complètes. Cette forme atteinte, l'insecte ne peut plus grandir, et il est mâle ou femelle, c'est-à-dire sexué.

Imbriqué. - C'est-à-dire composé de parties qui se recouvrent comme les tuiles d'un toit. Ainsi, en zoologie, certaines écailles de poissons, de reptiles, des antennes d'insectes, etc.; en botanique, l'involucre de l'artichaut, les bulbes du lis, les pétales de la rose dans la préfloraison, etc.

Incisif, Incisive,  du latin incidere couper. - Cette épithète a été employée pour caractériser plusieurs parties du corps ainsi, le conduit palatin antérieur ou incisif est celui qui, du plancher des fosses nasales, va aboutir derrière les dents incisives, au fond du trou palatin antérieur. - Les dents incisives sont celles qui servent à couper, à inciser les aliments. - Le muscle-releveur du menton (houppe du menton), a été nommé incisif inférieur, etc.

Incisives (dents). - Dents de devant aplaties et qui coupent les aliments.

Incubation. - Le terme correspond en premier lieu à l'action de couver un ou plusieurs oeufs. Il est aussi tutilisé pour désigner le temps que dure cette action.

Indéfini  (botanique). - Ce terme s'applique à certains organes des plantes, réunis en nombre trop grand pour être comptés ou servir de caractères. Les étamines sont indéfinies dans le pavot, la renoncule, les fleurs qui les renferment sont dites Polyandres, et forment la classe étable par Linné sous le nom de Polyandrie.

Indéhiscent, Indéhiscence . - Ces mots s'appliquent aux fruits qui ne s'ouvrent pas naturellement à la maturité. L'indéhiscence est un caractère qui a parfois servi pour la classification des fruits. Tous les fruits charnus sont indéhiscents. Certains fruits secs peuvent aussi rester clos à la maturité; tels sont les légumes du Cassia fistula, les carpelles de la capucine, ceux des renoncules, du tulipier, etc. Les akènes, les caryopses sont indéhiscents. Ce mot est l'opposé de déhiscence qui s'applique aux fruits qui s'ouvrent naturellement à la maturité pour laisser tomber leurs graines.

Index. - C'est le nom du deuxième doigt de la main, nommé aussi indicateur.

Indusium, mot latin qui veut dire chemise. - On appelle ainsi une espèce de repli saillant formé par l'épiderme qui, dans les fougères, recouvre les sores.

Induvie, en latin induviae, vêtements. - On appelle induvies florales les parties de la fleur qui persistent et recouvrent le fruit jusqu'à sa maturité. Dans la Baselle le calice devenu charnu, entoure le fruit; dans le Riz, celui-ci est enveloppé par les glumelles, etc.

Inermes (zoologie, botanique). - Épithète appliquée aux animaux et aux végétaux dépourvus d'organes qui peuvent être considérés comme des armes, tels que piquants, épines, aiguillons, etc.

Infectieuses (maladies). - Malasies causées par la présence dans l'organisme d'un agent infectieux, tel qu'un virus, une bactérie, un protiste, parfois un ver.

Infère. - Se dit de l'ovaire qui, soudé avec le tube du calice, ne se distingue de celui-ci que par son sommet qu'on aperçoit au fond de la fleur; relativement aux enveloppes florales et aux étamines, sa position est inférieure. - Dans un iris il est facile de remarquer ce caractère; en regardant au-dessous des pétales on voit le calice renflé qui renferme l'ovaire. Les familles des Caprifoliaxées, des Ombellifères, des Rubiacées, etc., ont des ovaires infères. L'adhérence de l'ovaire avec le calice peut présenter différents degrés. (Supère).

Inflorescence. - Disposition générale des fleurs sur la tige. D'ordinaire, la tige florifère porte un nombre plus ou moins grand de fleurs terminant les pédoncules floraux. Quand la tige ne se ramifie pas, la fleur est dite solitaire (inflorescence uniflore); quand la tige se ramifie, l'inflorescence est groupée ou plurifore. Si la ramification est à un seul degré, elle est simple; si elle est à plusieurs degrés, elle est composée. Les inflorescences groupées ou simples peuvent se ramener à deux types principaux : inflorescences indéfinies ou grappes, et inflorescences définies ou cymes. Les inflorescences du type de la grappe sont dites indéfinies, parce que l'axe continue à croître pendant un temps relativement long; au contraire, les cymes sont des inflorescences définies, parce que les axes successifs se terminent de bonne heure par une fleur, ce qui limite leur croissance. Dans la grappe, l'axe d'inflorescence est vigoureux et porte latéralement une série de pédoncules floraux moins développés; de ce type dérivent : le corymbe, l'épi, le chaton, l'ombelle, le capitule, la panicule. Dans la cyme, les pédoncules latéraux sont au contraire plus développés que l'aie d'inflorescence, qui cesse de croître de bonne heure, après s'être terminé par une fleur. Si, à chaque ramification, il naît deux rameaux opposés, la cyme est dichotome ou bipare; s'il en naît un seul, elle est dite unipare. Les inflorescences composées sont celles dans lesquelles la ramification du pédicelle s'est opérée à plusieurs degrés, c'est-à-dire quand les axes de second ordre en portent eux-mêmes de troisième ordre (grappe de grappe, corymbe composé, grappe d'ombelle, corymbe de capitules, etc.). L'inflorescence composée peut être mixte (combinaison de la grappe et de la cyme); c'est ainsi que l'inflorescence du marronnier est une grappe de cymes scorpioïdes.

Inguinal (canal). - Espèce de canal situé au-dessus de l'arcade-crurale, long de 3 à 5 cm, oblique de haut en bas et d'arrière en avant. Son orifice interne est formé par l'écartement des faisceaux du fascia transversalis, et correspond à une petite fossette du péritoine située en dehors de l'artère épigastrique, dans la direction et vers le milieu d'une ligne, qui de la crête de l'os iliaque, irait au pubis; là commence ce canal en forme d'entonnoir, qui, tapissé par le feuillet du péritoine, l'aponévrose du grand oblique et le fascia transversalis, vient se terminer à un orifice externe dû à l'écartement des fibres de l'arcade crurale qui le circonscrivent par deux piliers fixés sur la crête du pubis. C'est par là que se font les hernies inguinales.

Innervation. - Mode spécial d'action des éléments nerveux. Mode de distribution des nerfs dans une région (ex. : l'innervation de la main).

Innominé (histoire de l'anatomie), du latin in, privatif, et nomen, nom, c'est-à dire sans nom. - Cette singulière épithète servait autrefois à désigner un certain nombre des parties auxquelles on n'avait pas cru devoir donner de noms spéciaux; tels étaient le nerf trifacial, le cartilage cricoïde, la glande lacrymale, etc. On l'a plus longtemps encore utilisé  pour désigner à l'os iliaque, à l'artère et aux veines-brachio-céphaliques.

Insectes. - Les insectes ou hexapodes constituent une classe des Arthropodes, et se caractérisent essentiellement par leurs membres, qui sont toujours au nombre de six. Les insectes ont une respiration aérienne, qui se fait par conduits internes ou trachées, débouchant par des orifices nommés stigmates, disposés le long du corps. Le corps, composé d'anneaux ajustés bout à bout, comprend : la tête, le thorax ou corselet, l'abdomen, La tête porte deux yeux composés; souvent, aussi, des ocelles et, près des yeux, des antennes. La bouche est formée d'une lèvre supérieure, ou labre, et d'une lèvre inférieure possédant une paire de mandibules et des mâchoires accompagnées de palpes. Le thorax se divise en prothorax, qui porte une paire de pattes, mésothorax qui porte une paire de pattes et une paire d'ailes, métathorax, qui porte une paire de pattes et parfois une paire d'ailes. Les ailes supérieures des coléoptères sont dites élytres. L'abdomen, formé d'anneaux (ordinairement au nombre de dix) ne porte jamais de membres, sauf d'infimes exceptions. L'appareil circulatoire est formé d'un vaisseau dorsal pulsatile. Tous les insectes sont terrestres et respirent dans l'air; mê me ceux qui vivent dans l'eau sont obligés de remonter à la surface pour respirer. Les insectes ont toujours leurs sexes séparés. La jeune larve, au sortir de l'oeuf, ne ressemble en rien aux parents, et il lui faut parcourir un cycle de métamorphoses pour arriver à l'état adulte. Les insectes sont de petite taille, au grand maximum 30 cm de long. Certains ont une coloration brillante et variée et luisent autant et plus que les pierres précieuses les mieux taillées. 

Insectivores. - Ordre de mammifères, comprenant les hérissons, musaraignes, taupes et autres formes voisines. - Pris comme adjectif, le terme insectivore désigne les animaux qui vivent principalement ou exclusivement d'insectes, comme les gobe-mouches, les merles, les bergeronnettes, les taupes, les hérissons, etc.: la plupart des oiseaux sont insectivores.

Insertions, en latin insertio = greffe. - On appelle ainsi l'adhérence intime des muscles avec les os le plus souvent, quelquefois avec des cartilages, des fibrocartilages, il y en a même qui par l'une de leurs extrémités au moins s'attachent aux parties molles. En général les parties du squelette qui servent d'insertions sont les apophyses, les crêtes, les inégalités, les lignes âpres, les saillies; l'insertion est dite fixe lorsqu'elle a lieu sur une partie du squelette habituellement immobile, on l'appelle mobile lorsqu'elle a lieu sur des parties molles ou sur des parties osseuses, cartilagineuses douées d'une grande mobilité.

Inspirateurs (muscles), ainsi nommés parce que leurs actions déterminent l'inspiration. - Ce premier acte de la grande fonction de respiration, exige le concours d'agents musculaires tout à fait spéciaux; ce sont dans une inspiration ordinaire, en première ligne, le diaphragme, qui par son seul abaissement détermine l'ampliation de la cavité-thoracique dans son sens vertical. Lorsque nous voulons faire une inspiration plus profonde, ce qui se renouvelle assez régulièrement au bout d'un certain temps, les muscles intercostaux internes et externes agrandissent les diamètres antéro-postérieur et transversal; enfin dans les inspirations plus larges ou plus difficiles, tous les muscles qui recouvrent la poitrine et qui des côtes se portent aux os voisins, deviennent inspirateurs; tels sont les grands et petits pectoraux, les sous-claviers, les scalènes, les grands et petits dentelés, le grand dorsal, etc.

Inspiration. - L'un des actes mécaniques de la respiration; s'oppose à l'expiration.

Intercostal, -ale. - Epithète qui s'applique à des parties situées entre les côtes. Ce sont  des muscles, des nerfs, des vaisseaux. - Muscles intercostaux, distingués en externes et internes, les uns et les autres au nombre de onze. Les externes ont leurs fibres obliques de haut en bas et d'arrière en avant, ils s'attachent au bord externe supérieur d'une côte et au bord externe inférieur d'une autre; tandis que les intercostaux internes s'attachent aux bords internes des mêmes côtes; leurs fibres obliques aussi de haut en bas, mais d'avant en arrière, se croisent par conséquent avec les précédentes. Ils peuvent être alternativement inspirateurs on expirateurs, suivant que la côte supérieure ou que l'inférieure devient un point d'appui fixe.  - Nerfs intercostaux, au nombre de douze, ils vientient des branches antérieures des nerfs dorsaux. Quelques auteurs ont appelé le grand sympathique nerf intercostal. - Vaisseaux intercostaux : les artères intercostales des deux, trois ou quatre premiers espaces intercostaux naissent de la sous-clavière, par un tronc commun nommé intercostale supérieure. Les autres, au nombre de 8,  9 ou 10, sont nommées inlercostales inférieures ou aortiques, parce qu'elles naissent directement de l'aorte, quelquefois deux ou trois par un tronc commun. Chacune des artères intercostales marche au milieu de l'intervalle des côtes, puis, après avoir donné une petite branche qui suit le bord supérieur de la cote inférieure, se rapproche de la côte supérieure et se loge dans la gouttière de son bord inférieur. Le chirurgien ne doit pas perdre de vue cette disposition, lorsqu'il s'agit d'une blessure ou d'une opération à faire dans cette partie. Les veines ont la même disposition. (F-N.).

Inter-épineux, qui est situé entre les apophyses-épineuses des vertèbres. - Les muscles interépineux existent entre toutes les apophyses épineuses; mais ceux du dos et des lombes se confondent avec le long dorsal; de sorte  que ceux du cou sont seuls distincts; au nombre de deux dans chaque intervalle, leurs fibres qui sont longitudinales, peuvent en se contractant contribuer à l'extension du cou. Les ligaments inter-épineux sont des bandelettes fibreuses qui s'étendent entre les apophyses épineuses des vertèbres dorsales lombaires et qu'elles empêchent de s'écarter trop l'une de l'autre.

Intestin. -  Viscère abdominal, allant de l'estomac à l'anus.  L'intestin commence au niveau de la valvule pylorique de l'estomac et finit à l'anus. On le divise en deux parties, suivant son diamètre : l'intestin grêle et le gros intestin. -
L'intestin grêle est un canal musculo- membraneux, dont la longueur varie suivant le genre d'alimentation : très long chez les herbivores, il est court chez les carnivores. Chez l'humain, qui a une alimentation mixte, il a 6 à 8 mètres de long et 2 à 3 centimètres de diamètre. On le divise en deux parties : le duodénum et le jéjuno-iléon. - Le gros intestin fait suite à l'intestin grêle, dont il est sépare par la valvulve iléo-caecale. Il a 1,40 m à 1,70 m de longueur, avec 6 à 7 centimètres de dia mètre. Il se divise en caecum, côlon et rectum. - C'est dans l'intestin que se fait l'absorption la plus active des aliments, par les villosités de la muqueuse intestinale.

Introrse. - Adjectif par lequel on désigne la direction des étamines. Dans la plupart des cas leurs lobes sont tournés vers le centre de la fleur, on les nomme alors étamines introrses; dans le cas où ils sont tournés en dehors elles sont dites extrorses.

Intussusception, du latin intus, au dedans, et suscipere recevoir. - Pour croître, le organisme qui vient de naître devra faire pénétrer au dedans, de lui des matériaux empruntés au monde extérieur, différents de sa propre substance et qu'il a le pouvoir de transformer en cette substance de son être, pour qu'ils s'y incorporent et en fassent partie intégrante. Ce mode d'accroissement a été désigné sous le nom d'intussusception.

Invertebré. - Se dit des animaux qui n'ont pas de colonne vertébrale, comme les insectes, les crustacés, etc. Autrefois, on définissait lee groupe des Invertébrés par opposition à celui des Vertébrés, mais ce terme n'est plus emplotyé dans les classifications actuelles.

Involucelle, diminutif d'involucre. - On donne ce nom à un assemblage de petites folioles qui constituent un involucre particulier autour d'une ou de plusieurs fleurs. Dans les Ombellifères, l'involucelle accompagne les ombellules ou ombelles partielles; telles sont les ombellules de la carotte et de l'ammi majeur.

Involucre, d'involvo, j'enveloppe. - On donne ce nom à l'assemblage de bractées libres ou soudées, souvent disposées en colerette et placées sous les fleurs. Ainsi, les écailles qui accompagnent les capitules des composées et que les anciens botanistes nommaient calice commun forment un involucre. Dans les Ombellifères, comme la carotte, l'astronce, etc., les ombelles sont munies à leur base d'un involucre. Dans le chêne, le noisetier, l'involucre prend le nom de cupule. La grande feuille qui entoure l'inflorescence d'un grand nombre de monocotylédones est un involucre sous le nom de spathe. Enfin, dans plusieurs familles de plantes cryptogames on nomme involucre une enveloppe qui recouvre les organes reproducteurs.

Iris, du nom d'une déesse de la mythologie gréco-latine. - En anatomie, ce nom désigne la
membrane circulaire rétractile, située entre la cornée et la face antérieure du cristallin.  L'iris divise cet espace en deux parties : la chambre antérieure, et la chambre postérieure. Les mouvements de la pupille règlent la quantité de lumiére qui doit entrer dans l'oeil, Le nerf moteur oculaire commun, par son action sur le sphincter irien, engendre la contraction de la pupille. Quant a sa dilatation, elle est sous la dépendance du sympathique. - En botanique, on donne le nom d'Iris à un genre de la famille des iridacées, comprenant des herbes rhizomateuses, à fleurs odorantes et ornementales.

Ischiatique, qui a rapport à l'os-ischion. - En général ce mot a été remplacé  par celui de sciatique, aussi on dit le nerf sciatique, une douleur sciatique, etc.; cependant on l'a conservé pour désigner les vaisseaux de cette région. - L'artère ischiatique, une des branches de terminaison de l'iliaque interne, sort du bassin par le grand trou sacro-sciatique, accompagne le nerf sciatique à la partie postérieure de la cuisse, jusque vers le milieu de ce membre. Elle donne des rameaux aux organes contenus dans le bassin, et hors du bassin elle se distribue à tous les muscles et autres parties situées à la portion postérieure de la cuisse. - La veine ischiatique, qui accompagne  partout l'artère de  ce nom, se jette dans la veine iliaque interne.

Ischio-. - Ce préfixe, suivi d'un terme qui le qualifie, a servi à désigner un certain nombre de parties et surtout de muscles qui ont rapport à l'ischion; ainsi, le muscle Ischio-fémoral de Chaussier, troisième adducteur de la cuisse; l'artère ischio-périnéale, Chauss., ou transverse du périnée; les nerfs ischio- trochantériens, branches du petit nerf sciatique; etc.

Ischion. - C'est l'une des pièces, l'inférieure, de l'os iliaque. C'est sur les ischions que le bassin et le siège reposent dans la position assise.

Isthme (anatomie). - Partie du corps qui a quelque ressemblance avec un isthme. - Isthme de l'encéphale : bandelette de substance nerveuse, plus connue sous les noms de pont de Varole et de protubérance annulaire. - Isthme du gosier : ouverture comprise entre les piliers antérieurs du voile du palais qui marquent la limite entre la bouche et le pharynx. - Isthme naso pharyngien-: ouverture comprise entre les piliers postérieurs du voile du palais qui délimitent le pharynx et le naso-pharynx ou arrière-cavité des fosses nasales.

Ivoire, en latin ebur. - L'ivoire est une des parties constitutives des dents des mammifères; mais dans le langage habituel; ce nom désigne plus particulièrement la matière compacte, blanche et dure que fournissent à l'industrie les dents volumineuses de l'éléphant, de l'hippopotame, du morse et du narval. C'est surtout la matière des défenses ou dents incisives de l'éléphant qui est désignée sous ce nom. A l'état brut, cet ivoire se nomme morfil ou morphil. Les morfils de l'Inde n'ont guère que 1 mètre à 1,30 de longueur; mais ceux d'Afrique ont jusqu'à 2 et 3 mètres; une seule de ces dents pèse quelquefois 40, 50 et jusqu'à 60 kilogrammes. L'ivoire de Ceylan est renommé comme le plus blanc, et à cause de cela il a toujours été plus cher. On distingue deux variétés d'ivoire, le blanc et le vert. Ce dernier est le plus estimé, son grain est plus serré et il perd rapidement sa teinte verdâtre pour prendre un beau blanc qui ne jaunit pas. L'ivoire blanc est moins fragile, mais jaunit peu à peu. On emploie sous le nom d'ivoire mort ou ivoire de Sibérie, l'ivoire des éléphants fossiles (mammouths et mastodontes) que recèlent abondamment dans bien des pays les couches les plus récentes des terrains tertiaires. Ajoutons que la turquoise osseuse, odontolite, turquoise occidentale ou de nouvelle roche, est aussi de l'ivoire ou quelque partie compacte d'os fossile coloré par du phosphate de fer.  (Ad. F.).

Ivoire végétal. - On désigne sous ce nom et aussi sous ceux de tagua ou cabeza de negro, des graines du volume d'une petite pomme, arrondies d'un côté, un peu pointues de l'autre, qui proviennent d'un joli arbrisseau de la famille des palmiers, le Phylelephas macrocarpa, R. et P., Elephantusia macrocarpa, Wild., qui vit au Pérou. Ces graines sont contenues au nombre de quatre dans un gros fruit hérissé, creusé intérieurement.de quatre loges où s'accumule avant la maturité un liquide laiteux fort recherché. Cette liqueur s'épaissit en un périsperme très dur qui forme l'ivoire végétal et dont on peut faire des têtes de cannes et de menus objets de tabletterie. (Ad. F.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2020. Reproduction interdite.