.
-

Inventaires > Les mots du vivant > K
K
Kadia ou Chikan. - Matière textile extraite du Sida retusa, plante' malvacée de l'Inde.

Kadschi, Kaji, Kaadsi ou Kadchizo (noms japonais). - Matière textile fournie par le Broussonetia Kaempferii, arbre japonais de la famille des Artocarpées. C'est avec l'écorce fibreuse d'une autre espèce du même genre, le Broussonetia papyrifera, qu'est fabriqué le papier du Japon.

Kaempferia. - Genre de plantes monocotylédones de la famille des Zingibéraceés. 

Kairine. - Alcaloïde découvert par Fischer en 1882 et que l'on obtient en traitant la quinoléine par l'acide sulfurique. L'un de ses sels, le chlorhydrate de kairine, poudre cristallisée, d'un jaune paille, était autrefois employé en médecine pour abaisser la température du corps chez les patients atteints de fièvre. Son ingestion est ordinairement suivie de sueurs abondantes. Le chlorhydrate de kairine détruisant l'hémoglobine du sang, les médecins ont regardé cet agent thérapeutique comme un médicament dangereux. 

Kamala. - Poudre rouge légère fournie par l'enveloppe des fruits du Mallotus philippinensis J. Mull., Rottlera tinctoria Roxb.). On l'obtient  en Inde en secouant ou râpant ces fruits, et elle est mélangée de morceaux d'écorce et de feuilles. Le kamala est formé essentiellement de résine et de rottlérine. On l'emploie à teindre la soie en orange foncé. On l'a préconisé comme vermifuge, de préférence au kousso parce qu'il s'absorbe plus aisément. Le waras au faux safran des Arabes (poudre violet foncé) a des propriétés analogues.

Kalong (Pteropus edulis). - Espèce de chauve-souris de la famille des Roussettes.

Kermès. - Matière colorante rouge tirée du corps desséché de la femelle d'une Cochenille (Cochenille du chêne ou Coccus ilicis).

Ketmie. Autre nom de l'Hibiscus.

Kinique ou Quinique (corruption de quinquina). - Se dit d'un acide qui existe à l'état de sel combiné avec la quinine ou la cinchonine dans l'écorce des quinquinas, dans les Airelles, les grains de Café, le Galium mollugo. Sa formule est C7H12O6. Il est solide et forme des prismes incolores, transparents. Très soluble dans l'eau, il l'est fort peu dans l'alcool absolu; on le prépare à l'état anhydre. Combiné avec la cinchonine, il constitue le kinate de cinchonine et le kinate de quinine, doués d'une extrême amertume.

Kino. -  Nom de divers sucs épaissis et desséchés riches en tanins ettirés de divers végétaux, appartenant souvent à la famille des papilionacées. Les différents kinos ont été employés en médecine comme toniques et astringents. 

Kohl ou Kohol (ar. kohl, teinture). - Cosmétique pulvérulent ou liquide, dont les femmes se servent en Orient pour teindre leurs paupières, leurs cils et leurs sourcils On fabrique le kohl liquide avec de l'encre de Chine dissoute dans l'eau de rose.

Le Kola est un arbre dicotylédone de la famille des Malvacées et qui est le Sterculia acuminata des naturalistes. Cet arbre, qui ressemble au Châtaignier, pousse dans toute l'Afrique occidentale depuis le Sierra-Leone jusqu'à l'embouchure du Congo, depuis le littoral jusqu'à 800 km dans les terres. La culture l'a introduit dans les parties chaudes de l'Amérique, aux Antilles, au Brésil, au Mexique, etc. Ses fruits, de la grosseur d'une châtaigne, sont désignés sous les noms de noix de Kola, de Gourou ou du Soudan. Ils ont une saveur âpre et acide; ils sont blancs dans certaines variétés et rouges dans d'autres. Riches en caféine, en glucose, en tanin, en amidon, en matières protéiques, ils constituent, comme le Café, un aliment d'épargne. On a pensé à les introduire en médecine à titre de médicament tonique.

Koussine (kousso). - Résine jaunâtre, âcre et amère qui est l'unique principe actif de la poudre de kousso. Nom par lequel on désigne les sommités fleuries de l'Hagenia abyssinira ou Brayera anthelminthica, arbre dioïquee de la famille des Rosacées, qui croît en abondance dans les montagnes de l'Ethiopie. Ces ommités réduites en poudre sont un médicament efficace contre le ténia et d'autres vers parasites de l'intestin. La poudre de kousso doit ses propriétés à une résine jaune ou d'un blanc jaunâtre, d'un goût âcre et amer, peu soluble dans l'eau, très soluble dans l'alcool, l'éther et les liquides alcoolisés, et à laquelle on a donné le nom de koussine. La koussine pure a une saveur très désagréable, mais elle est, paraît-il, très efficace contre le ténia. A défaut de koussine, on peut donner aux individus tourmentés par le ténia la poudre des sommités fleuries.

Kjoekkenmoedding (mot danois qui signifie fumier ou débris de cuisine). - En géologie, on nomme ainsi un amas de coquillages dont le contenu servait d'aliment aux populations du Néolithique. Ces amas forment le long des côtes de la mer des monticules ou des bourrelets hauts de 1 à 3 mètres, longs quelquefois de 300 mètres et pouvant avoir jusqu'à 60 mètres de largeur. - Les coquilles sont entremêlées de charbon, de cendres, d'os d'animaux brisés et de restes de l'industrie de l'époque, tels qu'outils en pierre, instruments en os et tessons de poteries grossières. Les coquilles les plus abondantes sont celles de l'huître, de la bucarde et de la littorine. Les os appartiennent aux genres cerf, chevreuil et sanglier. Nulle trace d'animaux domestiques, si ce n'est du chien. Les silex taillés sont d'un travail très grossier et ne sont que très rarement polis. La forme la plus abondante est le tranchet. - Les Kjoekkenmoeddings sont très nombreux sur les côtes du Danemark. Il en existe, en outre, en Scanie, sur le rivage de la baie de Cork en Irlande. On en voit en France à Wissant (Pas-de-Calais), à Saint-Valery (Somme), à Saint-Georges-de-Didonne (Charente-Maritime), à Hyères (Var), dans l'île de Sardaigne, au Portugal, au Brésil, à Cuba, sur les côtes orientales des Etats-Unis où ces monticules sont désignés sous le nom de Shell-heaps et le long des cours d'eau de la Floride, même à une certaine distance de la mer. Tous les Kjoekkenmoeddings ne datent pas tous de la même époque.
 

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2020.