.
-

Moelle épinière (anatomie). - On donne ce nom à une des parties centrales du système nerveux-cérébro-spinal des animaux-vertébrés. C'est un gros cordon de matière nerveuse, cylindrique légèrement aplati d'avant en arrière, renflé vers sa portion cervicale et sa portion lombaire. Elle se termine à sa partie inférieure en forme de cône. par le bulbe rachidien, auquel elle fait suite, prend son origine du cerveau et du cervelet. Elle plonge dans le liquide céphalo-rachidien contenu dans les méninges et est maintenue en place par deux rubans latéraux ainsi que par les nerfs qui émanent d'elle. Au point de vue extérieur, elle présente deux sillons profonds, antérieur et postérieur; enfin, elle est traversée de haut en bas par le canal de l'épendyme.

La moelle épinière est composée de substance blanche entourant de la substance grise, dont les cellules forment des fibres nerveuses placées parallèlement et longitudinalement, sauf pour celles qui sont les racines des nerfs rachidiens; toutes ces cellules sont plongées dans la névroglie. Si l'on sectionne la moelle perpendiculairement à sa direction, on voit la substance grise, en forme de deux virgules réunies à leur partie moyenne, entourée par la substance blanche. Mais l'anatomie pathologique, la physiologie et l'embryologie ont permis de différencier davantage les cellules de la moelle. C'est ainsi que les parties ou cornes antérieures de la substance grise sont des cellules motrices et que les cornes ou parties postérieures se rattachent à la sensibilité. De même, dans la substance blanche, que l'on partage en cordons antérieur, latéral et postérieur, on trouve : 

1° dans le cordon antérieur, le faisceau pyramidal direct, faisceau moteur ou des incitations volontaires, et un faisceau qui joue un rôle important dans les mouvements réflexes unilatéraux;

2° dans le cordon latéral, le faisceau cérébelleux direct, qui sert à la transmission centripète des impressions; le faisceau pyramidal croisé (qui change de côté dans le bulbe), conducteur des incitations volontaires; le faisceau latéral mixte, à la fois sensitif, moteur et sympathique, et le faisceau ascendant latéral ou de Gowers pour la sensibilité; 

3° dans le cordon postérieur, le faisceau de Goll et le faisceau de Burdach, en rapport avec la sensibilité.

De la moelle épinière naissent les nerfs rachidiens par deux racines : une antérieure (motrice), l'autre postérieure (sensitive), qui se réunissent un peu avant d'arriver au trou de conjugaison de la colonne vertébrale.
A, moelle épinière. - B, coupe transversale : 1. Substance blanche; 2. Substance grise. - C, systématisation nerveuse; faisceaux : 1. Pyramidal direct; 2. Pyramidal croisé; 3. Radiculaire antérieur; 4. Cérebelleux direct; 5. De Gowers; 6. Latéral mixte; 7. De Burdach ; 8. De Golf. - D, origine des nerfs; substance: 1. Blanche; 2. Grise; 3. Nerf rachidien.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2006. - Reproduction interdite.