.
-

Calice

Le Calice (calyx) est le premier verticille de la fleur; les parties qui le composent se nomment sépales. C'est aussi la plus externe des deux enveloppes florales et pour cette raison sa différenciation d'avec les feuilleset les bractées peut n'être pas absolue; l'on connaît un certain nombre de plantes chez lesquelles la transformation des feuilles en sépales est tellement graduée qu'il est difficile de dire où sont les dernières feuilles, où sont les premiers sépales. Dans les Magnolia, Camélia, etc., cette graduation est facile à observer; dans les Renonculacées, la Ficaire, l'Hépatique, par exemple, les bractées involucrales se confondent avec les sépales. Il peut n'y avoir pas plus de délimitation morphologique entre les sépales et les parties dit second verticille floral, les pétales. Les fleurs du Nénuphar, du Calycanthus, etc., offrent des exemples classiques de cette transformation insensible. Il pourrait donc tout d'abord paraître difficile de déterminer exactement ce qui appartient au calice et ce qui ne lui appartient pas, mais dans la plupart des cas, la couleur et la forme font aisément reconnaître les sépales et presque toujours l'ordre du développement fixe sur la nature des enveloppes florales. Le calice, en effet, apparaît sur le cône terminal qui doit former la fleur comme apparaissent les feuilles dans le bourgeon, en autant de petits mamelons qu'il doit y avoir de sépales, chacun d'eux successivement et dans un ordre déterminé, toujours le même pour chaque espèce de plante.

Lorsque sur le cône floral se sont nettement dessinées les ébauches des sépales, il peut se produire dans leur évolution trois cas différents. Ou bien chaque sépale continue à s'accroître indépendamment des autres jusqu'à ce qu'il ait atteint sa taille et sa forme ordinaires. Les sépales, dans ce cas, sont libres et le calice est appelé polysépale ou mieux dialysépale. Ou bien la croissance porte uniformément sur tous les sépales à la fois; les petits mamelons primitifs indiquant le nombre normal des sépales sont soulevés par accroissement intercalaire à leur base et forment alors comme les dentelures d'une coupe ou d'une couronne qui s'agrandira de plus en plus pour envelopper parfaitement les parties internes de la fleur. Dans ce cas les sépales sont adhérents ou concrescents, et le calice pouvant être détaché de la fleur tout d'une pièce avait été appelé par les anciens botanistes monosépale; il est pour nous gamosépale (à sépales soudés). Enfin il peut arriver que, si les sépales doivent rester libres ou s'ils sont concrescents, leur développement soit lié à celui d'un ou de plusieurs des autres verticilles de la fleur. Ils sont assez rarement concrescents avec les pétales seuls; mais le plus souvent ils le sont avec eux et les étamines et souvent aussi avec ces deux organes et l'ovaire. Leur insertion a été appelée dans ce dernier cas périgyne ou épigyne, au lieu de hypogyne qu'elle est dans les deux premiers cas. Il faut dire que certains botanistes n'admettent pas entièrement cette manière de voir et pensent que dans le dernier cas ce sont les bords du réceptacle qui s'élèvent en coupe autour de l'ovaire ou forment ses parois.

calice de fleur
a, Calice d'Eucalyptus s'ouvrant circulairement;
b, Calice de Malthea se détachant tout entier.

Avant de s'épanouir les sépales libres ou concrescents sont ployés dans le bouton de différentes manières auxquelles on a donné le nom de préfloraison. Lorsque les sépales se touchent bord à bord sans se recouvrir, la préfloraison est valvaire, dans les Malvacées, les Papaveracées, par exemple. Lorsqu'ils se recouvrent l'un l'autre, chacun étant à la fois recouvert en partie par un bord et recouvrant par l'autre, elle est tordue, dans les Cyclamens, Anagallis, etc. Elle est imbriquée dans la Cochléaire, l'Epine-Vinette, l'Epimède où un sépale est entièrement recouvrant par ses deux bords et les autres alternativement recouverts et recouvrants. Dans le Rosier, le Poirier, l'Ancolie, l'Oeillet, la préfloraison est quinconciale; dans ce cas, des cinq sépales qui forment le calice, deux sont entièrement recouvrants, un mi-partie recouvert et mi-partie recouvrant, deux entièrement recouverts. L'épanouissement des sépales se produit par une élongation plus considérable de la face interne ou supérieure, qui a pour effet de rejeter le sépale en dehors, d'ouvrir le calice. Ce mouvement normal d'épinastie ou de nutation ne se produit pas dans certains calices qui, restant toujours fermés, se détachent circulairement de leur base comme un opercule, dans les Eucalyptus et Eschseholtzia, par exemple. Dans plusieurs plantes, outre ce mouvement, les sépales en présentent d'autres périodiques et réguliers, qui ont pour but de fermer et de rouvrir alternativement le calice. La Belle-de-Nuit ouvre chaque jour son calice vers cinq heures du soir et le referme vers dix heures. Le Cierge à grandes fleurs l'ouvre tous les soirs vers huit heures et le referme sur le matin. La Dame de onze heures l'ouvre vers onze heures du matin, etc.

calice de fleur
a, Calice de Pinckneya avec sépales inégaux;
b, calice de Cuphea lanceolata, à sépales inégaux.

Que le calice soit gamosépale ou dialysépale, le nombre et la forme des sépales est variable, d'où il résulte qu'il peut être régulier ou irrégulier. Les sépales d'un calice gamosépale peuvent être plus ou moins libres entre eux; lorsqu'ils le sont peu, le calice a tantôt la forme d'un entonnoir, tantôt celle d'un tube plus ou moins cylindrique dont la partie supérieure constitue le limbe séparé du tube par une partie élargie où rétrécie, la gorge

Un calice denté est celui dont les parties libres des sépales sont courtes, arrondies ou aiguës; exemple : Syringa, Oeillet, Silène, etc. Il est fendu lorsque les sépales sont soudés jusque vers le milieu de leur hauteur; celui du Fuchsia, qui a quatre parties, est quadrifide, ceux de l'Alkekenge, de la Jusquiame, du Cucubalus, qui ont cinq parties, sont quinquifides, etc. Enfin il peut être partagé ou partit, lorsque la concrescence des sépales n'a lieu qu'à la base, ceux par exemple du Réseda, de l'Orobanche, de la Digitale, etc. Un calice gamosépale est régulier quand tous ses sépales ont la même forme et la même dimension; tels sont ceux du Liseron, du Tabac, etc. Dans le cas où il est irrégulier, c.-à-d. lorsque plusieurs de ses sépales ont des formes ou des dimensions différentes des autres, il peut cependant conserver un plan de symétrie comme dans le Trèfle, la Mélisse, la Sauge, le Pinckneya, etc., ou être absolument asymétrique.

calice de fleur
Calice irrégulier.
a, Aconit, à sépale postérieur relevé en casque;
b, Pelargonium grandiflorum, avec éperon interne.

Les calices dialysépales ou polysépales peuvent être aussi réguliers ou irréguliers pour les mêmes motifs. La fleur du Pavot, de l'Adonis, de la Renoncule, etc., nous offre un bon exemple de calice polysépale régulier; celle de l'Aconit un exemple de calice irrégulier. De cinq sépales dont se composé ce dernier, le supérieur est plus grand que tous les autres, creusé en casque; les deux latéraux sont larges et arrondis ; les deux antérieurs sont étroits, allongés. Dans cette fleur il existe un plan de symétrie antéro-postérieur. Dans la Dauphinelle le sépale postérieur est creusé à sa base en un long éperon. Dans la Grande-Capucine il existe aussi un éperon, mais il est formé par trois sépales, le postérieur et les deux latéraux. Les éperons de ces divers calices sont libres, mais il arrive, dans le Pélargonium par exemple, que l'éperon contracte adhérence avec le pédoncule floral et on ne peut alors constater son existence qu'en faisant une section longitudinale de la fleur. Dans le Rosier, où le calice est irrégulier, tous les sépales sont dissemblables. Dans la Violette et la Campanule le calice présente à sa base des appendices particuliers plus ou moins développés qui constituent ailleurs, le Fraisier et la Potentille, par exemple, ce que l'on a appelé un calicule. Pour certains auteurs le calicule est une formation stipulaire du calice, c.-à-d. que les folioles du calicule sont constituées par la concrescence des deux stipules de sépales voisins.

calice de fleur
Calices accrescents.
a, Jusquiame;
b, Alkekenge, calice recouvrant le fruit et coupé longitudinalement.

Dans beaucoup de calices gamosépales, les nervures latérales d'un sépale s'unissent à celles des sépales voisins et forment ainsi un seul faisceau libéro-ligneux qui se prolonge en une pointe ou lobe surnuméraire pouvant faire croire à l'existence d'un nombre de sépales double du nombre normal, ce qui a lieu dans beaucoup de Labiées. Le calice joue un rôle protecteur vis-à-vis de la corolle et des autres organes de la fleur, soit dans le bouton, soit pendant l'épanouissement, soit après. Il en résulte que la durée du calice dépend de l'accomplissement de ce rôle. Dans l'Eschscholtzia, l'Eucalyptus, le Coquelicot, le calice est caduc de bonne heure; il n'a donc pour but, dans ces plantes, que de protéger le développement des autres organes floraux. Dans le cas on le calice est persistant, on le voit tomber le plus souvent avec la corolle lorsque la fécondation est opérée, tandis qu'ailleurs, au lieu de se détacher, il se dessèche et il est marcescent comme dans le Mouron rouge, le Pommier, le Rosier, ou bien il s'accroît en même temps que le fruit et l'enveloppe plus ou moins, comme dans le Coqueret ou Alkekenge, la Jusquiame, etc. 

calice de fleur
Fleur asépale de garance.
a, entière;
b, coupée longitudinalement.

Un grand nombre de plantes n'ont qu'un calice, sans corolles à leurs fleurs; d'autres n'ont ni calice ni corolle. Les unes et les autres sont groupées dans la vaste division des apétales de Jussieu ou des dialypétales de Brongniart. D'une manière générale, on désigne l'enveloppe florale unique sous le nom de périanthe. Chez les Composées il n'existe souvent qu'une corolle, mais parfois le calice est remplacé par des organes plus ou moins nombreux désignés sous le nom de soies ou aigrettes. On doit évidemment considérer ces organes comme d'origine calicinienne si on tient compte de la rédaction que le calice éprouve dans certaines familles voisines, les Dipsacées et les Valérianées, par exemple. Quant à la coloration du calice, elle est normalement verte, mais dans beaucoup de plantes elle peut être brillante, comparable à celle d'une corolle, souvent plus éclatante même. Dans les Apétales, la vive coloration du calice est fréquente et on le voit alors jouer le rôle d'une véritable corolle. (P. Maury).

calice de fleur
Fleurs asépales ou sans calice.
a, Aristolochia sipho
b, Belle-de-Nuit, calice pétaloïde.
Calice (zoologie). - Par suite de la forme qu'elle revêt généralement, ou donne le nom de calice à la partie du corps des Crinoïdes (classe des Echinodermes) qui porte les bras à sa partie supérieure et renferme les viscères; le calice peut se trouver à l'extrémité d'une tige ou être sessile et reposer directement sur un support quelconque : il porte la bouche à sa partie supérieure et, d'ordinaire, l'ouverture anale, de sorte qu'il faut considérer cette partie supérieure, comme correspondant à la partie inférieure ou ventrale des Astérides et des Echinides, et la partie par laquelle le Crinoïde se fixe, comme correspondant au côté supérieur ou dorsal de ces animaux.

Le calice qui correspond absolument au squelette des autres Echinodermes est formé de même, chez les Crinoïdes, de plaques calcaires très régulièrement disposées et solidement réunies: les plaques du calice, d'après leur nombre, leur forme, leur disposition, leur structure, etc., jouent un rôle important au point de vue de la spécification, car cet appareil est bien conservé chez les espèces fossiles, infiniment plus nombreuses que les formes actuelles. J. Muller et H. Carpenter, pour ne citer que ces deux noms, ont publié au XIXe siècle sur ce sujet des travaux remarquables. (R. Moniez).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.