.
-

Le grand nerf sympathique

Nerf grand sympathique (anatomie), dit encore Nerf intercostal, trisplanchnique, ganglionnaire, système nerveux du grand sympathique, système nerveux de la vie organique. - Ce système nerveux se présente sous la forme d'une série de centres nerveux formés de petites masses affectant la forme de ganglions reliés entre eux par des cordons nerveux. La structure intime de ces ganglions et des nerfs qui en émanent peut être regardée comme parfaitement analogue à celle du système nerveux de la vie animale.

Le système nerveux du grand sympathique se compose d'une double chaîne de ganglions étendue de la base du crâne au coccyx, à gauche et à droite de la saillie formée par les corps des vertèbres, et contre la face antérieure de la paroi dorsale des cavités du thorax et de l'abdomen; des filaments longitudinaux complètent cette chaîne en unissant l'un à l'autre successivement tous ces ganglions. De la face antérieure de cette chaîne ganglionnaire, ou nerf grand sympathique, naissent des filets déliés qui se rendent aux viscères du cou, de la poitrine et de l'abdomen. Le caractère particulier de ces nerfs de la vie organique est de former entre eux des anastomoses nombreuses et souvent renflées en des ganglions considérables. Les ganglions du grand sympathique sont échelonnés de chaque côté de la colonne vertébrale, de telle façon que dans toutes les portions dorsale, lombaire et sacrée on en trouve une paire à peu près au niveau de chaque trou de conjugaison, c'est-à-dire au niveau de chaque paire de nerfs spinaux émergeant de ces régions. Un filet mince réunit d'ailleurs chaque ganglion au tronc spinal correspondant, et établit entre les deux systèmes une communication qui s'observe en beaucoup de points de leur étendue. Au cou, les ganglions sont plus gros et moins nombreux. En somme, le grand sympathique compte de 21 à 24 renflements symétriques. 

Les branches qu'il envoie aux viscères sont nombreuses et affectent une disposition très compliquée; sur les réseaux multiples qu'elles forment s'observent principalement, dans la portion thoracique, le grand nerf splanchnique né des 6e, 7e, 8e et 9eganglions, qui traverse le diaphragme et va dans l'abdomen s'unir à l'un des ganglions semi-lunaires situés au-devant de chaque pilier du diaphragme; puis le petit nerf splanchnique qui naît des 10e, 11e et 12e ganglions thoraciques, et se rend aussi dans l'abdomen pour se joindre au plexus solaire placé en avant de l'aorte, au niveau de l'estomac, et au plexus rénal, que l'on voit, entouré de beaucoup d'autres, le long de l'artère rénale. Cette portion du grand sympathique, ainsi répandue au milieu des viscères abdominaux, en constitue l'annexe la plus importante. Un fait essentiel à retenir, au sujet des dispositions anatomiques du système nerveux ganglionnaire, ce sont ses nombreuses communications avec le système cérébro-spinal.

Le système nerveux du grand sympathique préside à tous les phénomènes végétatifs auxquels la sensibilité et la volonté n'ont pas à prendre part, c'est-à-dire au plus grand nombre. Pour les autres il agit concurremment avec les nerfs émanés de l'axe cérébro-spinal. L'action propre au système ganglionnaire est donc une excitation motrice indépendante de la volonté et le plus souvent ignorée de nous-mêmes dans ses effets. Mais on a constaté, par des expériences, qu'il possède aussi une sensibilité vague, impuissante à nous transmettre de faibles impressions, mais capable de provoquer de la douleur sous l'influence d'une cause énergique. C'est sans doute ce qui explique celle que nous font éprouver, lorsqu'ils sont malades, les organes qui, dans l'état sain (les intestins, par exemple), ne nous font éprouver aucune sensation. Là se borne à peu près ce que nous savons d'essentiel sur les fonctions du grand sympathique. (Ad. F.). 

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.