.
-

Inventaires > Les mots du vivant > U
U
Unguis ou Lacrymal. - Petit os, ainsi appelé à cause de sa forme (forme de l'ongle), placé à la partie antérieure et interne de l'orbite. Il concourt à former la gouttière lacrymale et le canal nasal. Cet os s'articule avec le maxillaire en avant, le cornet inférieur en bas, l'apophyse orbitaire interne du frontal en haut et, en arrière, avec l'os planum de l'ethmoïde. (Ch. Debierre).
-
Os unguis.
Os unguis vu par 
sa face externe.

Urée. - Substance organique azotée, cristallisée, incolore, d'une saveur fraîche, qui se forme dans le corps de l'humain et des autres animaux aux dépens des matières protéiques. Elle existe toujours en petite quantité dans le sang et très abondamment dans l'urine de l'humain, qui en contient 26 grammes par litre.

Uretère. - Conduit musculo-membraneux qui porte l'urine du rein à la vessie. Il est séparé du rein lui-même par les calices qui, au nombre de 8 à 10 pour chaque rein, se réunissent entre eux donnant naissance au bassinet à l'extrémité inférieure duquel liait l'uretère. Long de 25 à 30 centimètres environ, l'uretère se trouve successivement situé dans la région abdominale, où il est entouré de tissu cellulaire lâche, puis dans le grand et le petit bassin. Vertical dans ses deux premières portions, il décrit dans le petit bassin une courbe à concavité antérieure, supérieure et interne, avant d'aborder la base de la vessie par une embouchure en bec de flûte. Les orifices des deux uretères sont réunis entre eux par un faisceau musculaire transversal, et ils forment, avec l'orifice de l'urètre, les trois angles du trigone vésical. Le calibre de cet organe, variable dans les différentes parties de son étendue : le rétrécissement le plus accusé est celui que l'on observe à l'union du bassinet avec l'uretère. Sur sa face interne on ne remarque ni saillies, ni valvules, ni dépressions. Sa structure comprend une couche conjonctive mince avec des fibres élastiques entre-croisées, une couche musculaire très épaisse comprenant des fibres longitudinales et des fibres circulaires et une couche muqueuse à surface lisse, à épithélium stratifié en plusieurs couches.

Urètre. - Canal excréteur de l'urine, qui s'étend du col de la vessie au méat urinaire. Chez les mâles de la plupart des mammifères, il est en outre excréteur du sperme dans une partie de son trajet. L'urètre est susceptible de dilatation, surtout chez les jeunes sujets; et, pour les besoins thérapeutiques. L'urètre est un organe sensible surtout dans sa partie profonde, où le contact de l'urine suffit à provoquer le besoin d'uriner. Il est élastique, ce qui permet de le dilater et de régulariser le jet de l'urine. Il est contractile, et c'est grâce à la contractilité de ses fibres musculaires que l'urine ne s'écoule pas involontairement au dehors. Chez l'homme, l'urètre fait partie des organes génitaux à partir du verumontanum.

Urinaire (appareil). - L'expression d'appareil urinaire ou de voies urinaires sert à désigner les organes excréteurs de l'urine et comprend les reins, les uretères, la vessie et l'urètre. 

Urine. - Liquide excrémentitiel qui, sécrété par les reins, est rejeté au dehors à travers l'urètre après avoir séjourné pendant un temps variable dans la vessie. La quantité normale d'urine émise en vingt-quatre heures varie pour l'homme entre 1200 et 1300 centimètres cubes; pour la femme, entre 1000 et 1400 centimètres cubes; toutefois, cette quantité varie aussi suivant le plus ou moins d'activité de l'individu, l'augmentation ou la diminution de la transpiration, de la nourriture et surtout des boissons. Normalement, l'urine présente une couleur jaune citrin, remplacée quelquefois par une urine incolore (diabète, urines nerveuses, ingestion d'alcool); dans d'autres cas, elle est d'un jaune très foncé indiquant sa richesse en éléments solides. Inodore au moment de son émission, l'urine prend vite une odeur fétide, ammoniacale. L'urine normale est acide et rougit franchement le papier de tournesol, grâce à la présence de phosphates acides.
 

Utérin. - Qui a rapport à l'utérus. - Plexus utérin : l'ensemble du feutrage nerveux qui, né du nerf grand sympathique, va se terminer dans l'utérus eu se divisant en rameaux postérieurs, latéraux et antérieurs, suivant les portions de l'utérus qu'ils innervent. - Artère et veine utérines : vaisseaux sanguins irriguant les parois de l'utérus. L'artère provient de l'artère hypogastrique, dont elle constitue une des branches collatérales principales. Il y en a une de chaque côté du corps. Les veines, doubles de chaque côté, naissent des parois de l'utérus et se jettent dans la veine hypogastrique. - Frères (soeurs) utérins (-ines) : se dit des enfants nés de la même mère, mais non du même père.

Utéro-ovarienne. - Qui concerne l'utérus et l'ovaire. - Artère et veine utéro- ovariennes, vaisseaux sanguins qui vont se terminer aux organes génitaux internes de la femme (utérus et ovaire). L'artère utéro-ovarienne naît de la face antérieure de l'aorte au niveau de l'artère rénale (rein), et se termine par deux branches qui veut l'une à l'utérus, l'autre à l'ovaire. Elle est remarquable par sa longueur et ses flexuosités. Les veines nées de l'utérus et de ses annexes forment, en se fusionnant, le plexus pampiniforme, et se terminent, celle de gauche, dans la veine rénale correspondante, celle de droite, dans la veine cave inférieure.

Utéro-ovarique. - Qui se rattache à l'utérus et à l'ovaire. - Plexus utéro-ovarique, se dit de l'ensemble des nerfs qui se rendent soit à l'utérus, soit à l'ovaire.

Utérus. - Organe de la gestation dans lequel l'oeuf fécondé est reçu et conservé jusqu'au montent de la maturité. Chez la femme, il a la forme d'un cône à base supérieure qui présenterait une grosse extrémité, ou corps de l'utérus, séparée de la partie la plus mince, ou col, par un sillon assez étendu, auquel on réserve le nom d'isthme. L'organe est en entier situé dans le petit bassin au-dessus du vagin dans le. quel proémine le col, en avant du rectum, dont il est séparé par un repli du péritoine (cul-de-sac utéro-rectal), en arrière de la vessie, dont il est également séparé par un  repli de la séreuse péritonéale (cul-de-sac utéro-vésical), qui remonte plus ou moins haut, suivant l'état de replétion ou de vacuité de la cavité vésicale. Supporté par ces organes, l'utérus est surtout maintenu dans cette position par 3 ligaments doubles, 2 ligaments larges ou latéraux, 2 ligaments postérieurs ou utéro-sacrés, 2 ligaments antérieurs ou ronds. 
Son volume varie avec l'âge et l'état sexuel de la femme : il en est de même du poids, qui est en moyenne de 42 grammes. L'utérus, au point de vue de la structure et de la physiologie, est un organe musculaire auquel convient parfaitement la dénomination de muscle creux. On rencontre de dehors en dedans une tunique séreuse, dépendance du péritoine qui ne recouvre l'utérus qu'incomplètement, une tunique musculaire et une muqueuse. La musculaire, de beaucoup la plus importante, s'hypertrophie pendant la grossesse et ses libres lisses interviennent activament dans le travail de l'accouchement. Elle comprend trois plans de fibres : profond, moyen, superficiel. La muqueuse, très adhérente aux parties sous-jacentes, est une muqueuse à cils vibratiles dans le corps, une muqueuse it épithélium pavimenteux à la partie inférieure du col.

Utricule. - Nom donné, en botanique, aux cellules des tissus chez les végétaux.  Les Utricules mères du pollen sont les ovules mâles des Phanérogames. - En anatomie, on nomme ainsi une des deux vésicules membraneuses de l'oreille interne. 

Utricule prostatique, encore appelé organe de Weber, utérus mâle, vagin mâle. C'est un organe en forme de petite poche creusée dans l'épaisseur de la prostate et venant s'ouvrir au sommet du verumontanum sous la forme d'une fente, entre les orifices des deux canaux éjaculateurs. Chez l'humain, l'utricule prostatique a de 7 à 15 mm de profondeur. Chez les Equidés, il atteint 7 à 8 cm. Sa cavité est tapissée d'un épithélium cylindrique cilié et remplie d'une sécrétion séromuqueuse dans laquelle on peut trouver, chez le cheval, des sympéxions comme on en rencontre dans les vésicules séminales de l'homme. La variabilité dans l'étendue de l'utricule prostatique, sa terminaison en cul-de-sac conoïde, et l'étude de cet organe chez l'embryon, font voir qu'il est une portion persistante du canal de Müller, et l'homologue, chez le mâle, du vagin de la femelle. (Ch. Debierre).

Uvée, du latin uva, grain de raisin. - On a donné souvent ce nom à la membrane-choroïde, et plus particulièrement au pigment noir qui recouvre sa face postérieure.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2020. Reproduction interdite