.
-

Le vagin

Le mot vagin, vagina, signifie gaine, fourreau. Cet organe, dont les parois sont extrêmement élastiques, mesure de 9 à 11 centimètres de longueur. Comme il décrit une courbe à concavité antérieure, on comprend que la courbe de la paroi antérieure, inscrite dans celle de la paroi postérieure, doit être plus courte que l'autre. L'extrémité postérieure du vagin se fixe autour du col de l'utérus et limite, autour du col, une gouttière circulaire. L'extrémité antérieure est l'ouverture située dans la vulve. Cette extrémité est surmontée par le méat urinaire.

L'orifice du vagin est la portion la plus étroite. Au-dessous de la muqueuse, on constate la présence du constricteur du vagin. On y trouve aussi les bulbes du vagin, organes érectiles de la grosseur d'une amande, situés sur les côtés de l'ouverture vaginale et confondus au-dessous du clitoris par leur extrémité supérieure. L'ensemble de ces parties contractiles et érectiles forme une sorte d'anneau (anneau vulvaire). La surface intérieure du vagin, formée par la muqueuse, présente en avant une saillie antéro-postérieure (colonne antérieure du vagin), prenant naissance insensiblement en arrière et se terminant en avant sur le tubercule du méat urinaire.  Une colonne postérieure, analogue à l'antérieure, existe sur la paroi postérieure. De chaque colonne partent de petits plis transversaux, replis de la muqueuse recouverts de papilles très sensibles. Ces replis s'effacent avec l'âge.

La surface extérieure du vagin est en contact avec des organes divers. En avant, ce conduit est en rapport avec la vessie et l'urètre. L'adhérence entre le vagin et la vessie est solide, et il est difficile de séparer ces deux organes. Leur union forme la cloison vésico-vaginale, épaisse de 6 à 7 millimètres, à travers laquelle peuvent se produire des fistules, dites vésico-vaginales. Entre la paroi antérieure du vagin et la vessie, près de l'utérus, les uretères s'insinuent pour s'ouvrir dans la vessie, aux angles postérieurs du trigone vésical. L'urètre et la paroi antérieure du vagin sont confondus; leur union est si intime que l'urètre paraît creusé dans toute sa longueur dans la paroi vaginale.

En arrière, le vagin est en rapport, de haut en bas, avec le péritoine, le rectum et le périnée. Le péritoine recouvre le vagin dans une étendue qui peut varier de 1 à 3 centimètres. Au sommet du cul-de-sac de Douglas, le vagin est en rapport avec le rectum. Les parois réunies du vagin et du rectum constituent la cloison recto-vaginale, cloison de 4 à 5 millimètres d'épaisseur et de 3 à 4 centimètres de longueur. Le conduit vaginal offre une paroi antérieure et une postérieure. Cet organe a deux bords, droit et gauche. Les bords sont en rapport, en haut, avec la partie supérieure des ligaments larges, plus bas, avec les muscles releveurs de l'anus, et plus bas encore, avec les bulbes du vagin.

Les parois du vagin sont formées, principalement, par une épaisse couche de fibres musculaires lisses, revêtue d'une muqueuse à l'intérieur et d'une couche fibreuse à l'extérieur.

Couche musculeuse. - Cette couche est remarquable par sa couleur rouge. Elle est formée de fibres lisses entrecroisées dans tous les sens, mais on peut distinguer un plan de fibres longitudinales superficielles. Des fibres circulaires forment un plan entre le précédent et la muqueuse. Elles sont un peu plus épaisses vers l'ouverture du vagin et forment là une sorte de sphincter vaginal.

Couche muqueuse. - Elle a 4 millimètres d'épaisseur. Élastique et résistante, elle est formée de tissu conjonctif contenant beaucoup de fibres élastiques. Un épithélium pavimenteux stratifié, analogue à l'épiderme, forme la couche superficielle de la muqueuse. 

Le vagin n'a pas de glandes, si ce n'est dans quelques conditions anormales. L'artère vaginale de l'hypogastrique se distribue au vagin, qui reçoit, en outre, des rameaux de l'utérine, de la vésicale inférieure, de l'hémorroïdale moyenne et de la honteuse interne. Elles se répandent dans la couche musculeuse et se terminent dans le derme de la muqueuse par un riche réseau capillaire. Les veines forment le plexus vaginal sur les côtés du vagin. Ce plexus établit une communication entre le plexus utérin et les veines du bulbe du vagin. Les lymphatiques du tiers supérieur du vagin se rendent aux ganglions-hypogastriques, comme les lymphatiques utérins. Les nerfs viennent du nerf honteux interne et du plexus hypogastrique. Ils s'anastomosent autour du vagin et forment un plexus nerveux vaginal contenant de petits amas de cellules ganglionnaires. De ce plexus, partent des filets sensitifs pour la muqueuse, des filets moteurs pour les fibres musculaires et des filets vasculaires pour les parois des vaisseaux. On peut suivre les filets sensitifs jusque dans l'épaisseur de l'épithélium. On a décrit des corpuscules de Krause et des corpuscules du tact dans la muqueuse du vagin. (A19).
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.