.
-

La cérémonie de couronnement des rois
Le couronnement est une cérémonie dans laquelle un roi reçoit la couronne, insigne de la souveraineté. C'est le moment central de ce processus cérémoniel qu'est le sacre.

Le couronnement des empereurs byzantins.
Dans l'empire grec de Constantinople où le pouvoir impérial se transmettait soit par héritage, soit par désignation du prédécesseur, le couronnement n'était pas essentiel; il n'ajoutait rien à la puissance du basileus. Le premier empereur couronné par le patriarche de Constantinople fut selon les uns Léon Ier, selon d'autres Anastase. Le couronnement se faisait généralement à Sainte-Sophie. Cantacuzène (I, 41) nous a laissé une description du cérémonial suivi; en voici les principaux traits. Tout d'abord l'empereur était élevé sur un bouclier soutenu par son père, s'il existait, par le patriarche, les despotes et les sébastocrators les plus élevés en dignité. L'assistance l'acclamait. On le déposait à terre, puis on le conduisait dans l'église où devait avoir lieu le couronnement. Il était introduit dans un édicule de bois où les évêques le revêtaient de la pourpre et du diadème. La messe commençait ensuite. Sur une estrade recouverte de tentures de soie rouge prenaient place le nouvel empereur et les empereurs déjà couronnés, ainsi que les impératrices. Le patriarche montait à l'ambon. Les empereurs et les plus hauts dignitaires allaient l'y rejoindre. Le peuple faisait silence. Le patriarche récitait alors certaines prières, les unes à voix basse, les autres à haute voix. Le nouvel empereur ayant déposé son diadème, le patriarche faisait sur son front une croix avec l'huile consacrée, en même temps qu'il s'écriait : Saint! acclamation que les personnages placés dans l'ambon, puis toute l'assistance répétaient trois fois. Le patriarche prenait la couronne (stemma) des mains des diacres qui l'avaient apportée et la plaçait sur la tête de l'empereur, en s'écriant : Digne! ce que l'assistance répétait trois fois. L'empereur descendait de l'ambon; s'il était marié, il couronnait sa femme prosternée à ses pieds. Ensuite, on chantait le trisagion, hymne à la Trinité. Avant de quitter l'église, l'empereur déposait sur un autel une offrande en or; puis, ceint de la couronne, il quittait l'église et gagnait la partie du Palais appelée Métatorion, où l'on procédait à l'adoration.

Le couronnement des rois Mérovingiens et Carolingiens.
Chez les Germains, il n'y avait pas de couronnement; la cérémonie de l'installation consistait dans l'élévation du nouveau roi sur un bouclier. Tacite (Hist., IV, 15) signale cet usage à propos de l'élection d'un certain Brinno comme chef de guerre. Grégoire de Tours mentionne plusieurs fois cette cérémonie chez les Francs (IV, 52 ; VII, 10) et spécialement à propos de l'élection de Clovis comme roi des Francs de Cologne (II, 40). On la retrouve chez les Goths (Cassiodore, Var., 10). Bien que le couronnement ne paraisse pas avoir été en usage sous les Mérovingiens, les rois de cette dynastie se paraient cependant de la couronne, comme le prouve un passage des Gesta Dagoberti (c. xxix). Le sacre de Pépin, en 752, fut une innovation chez les Francs; c'était un emprunt fait à l'Ancien Testament et aux institutions de l'empire grec. Charlemagne fut couronné comme roi des Lombards à Monza, puis comme empereur par le pape Léon III, à Rome, le jour de Noël de l'an 800. Sous les Carolingiens, le sacre et le couronnement avaient lieu dans une même cérémonie. On peut même dire que le couronnement n'était qu'une partie du sacre. 

Il nous reste plusieurs relations détaillées des couronnements des rois carolingiens; le couronnement de Charles le Chauve, comme roi de Lorraine, à Metz, le 9 septembre 869, par Hincmar, archevêque de Reims, et les évêques de Toul, Liège, Laon et Beauvais; celui de Louis le Bègue, comme roi de France, en 877, à Compiègne, par le même archevêque de Reims. Le couronnement suivait l'onction. Les évêques, en même temps qu'ils posaient la couronne sur la tête du roi, prononçaient une oraison commençant par les mots : Coronet te Dominus corona gloriae atque jusititiae

Le couronnement des rois de France, depuis les premiers Capétiens.
Le couronnement des rois capétiens avait lieu d'ordinaire à Reims; et dès le XIIe siècle l'archevêque de cette église regardait comme un privilège lui appartenant le droit de couronner les rois de France. La relation du sacre de Philippe Ier nous est parvenue. Ce n'est qu'après avoir reçu l'onction sacrée que le roi était revêtu des insignes royaux : la couronne, l'épée, le sceptre et les éperons. Toutes les fois que les premiers Capétiens tenaient une assemblée solennelle, ils se faisaient mettre la couronne sur la tête par un archevêque. L'ordonnance de Louis VII relative au sacre de Philippe-Auguste, publiée par Godefroy, dans le Cérémonial françois, est apocryphe, ou du moins elle ne remonte pas au delà du XIIIe siècle. Mais le même savant a recueilli plusieurs relations ou formulaires des sacres du XIIIe siècle. A l'archevêque de Reims était réservé le privilège de poser la couronne sur la tête du roi, en disant : 

« Accipe coronam regni quae licet ab indignis, nostris tamen manibus capiti tuo imponitur, et quia sanctitatis gloriam et honorem et opus fortitudinis expresse signare mtelligas et per hanc te participem ministerii nostri non ignores; ita ut sicut nos in interioribus pastoresque animarum intelligimur, tu quoque in exterioribus verus Dei cultor strenuusque contra omnes adversitates Ecclesiae Dei defensor regnique tibi a Deo dati et per officium nostrae benedictionis in vice Apostolorum omniumque sanctorum tuo regimini commissi utilis executor regnatorque proficuus semper apparies, ut inter gloriosos athletas virtutum gemmis ornatus et praemio sempiternae felicitatis coronatus, cum Redemptore ac salvatore Jesu Christo, cujus nomen vicemque gestare crederis, sine fine glorieris, qui vivit et imperat Deus cum Deo patre in unitate Spiritus Sancti. Per omnia saecula saeculorum, amen. » 
Les pairs de France devaient mettre les mains à la couronne et la soutenir. Les choses ne se passèrent pas différemment aux sacres de Louis XIII, Louis XIV, Louis XV et Louis XVI. La prière que l'archevêque prononçait en mettant la couronne sur la tête du roi commençait par les mots :
 Accipe coronam regni, in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti. 
Une autre oraison suivait le couronnement. L'archevêque disait sur le roi deux bénédictions; le prenant par la manche du bras droit, tandis que les pairs mettaient la main à la couronne, il le conduisait jusqu'au trône. Le roi tenait le sceptre et la main de justice. Devant lui marchait le connétable tenant l'épée nue, puis le chancelier, le grand maître, le grand chambellan et le premier chambellan. On procédait alors à l'intronisation (Sacre). Napoléon Ier fut sacré et couronné à Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804, par le pape Pie VII. Le pape ayant béni la couronne, l'empereur la saisit et la posa lui-même sur sa tête; puis il couronna l'impératrice. Au couronnement de Charles X, à Reims, on renouvela les cérémonies de l'Ancien régime. Le couronnement de la reine avait lieu en même temps que celui du roi. Quand le roi se mariait étant déjà couronné, le couronnement de la reine donnait lieu à une cérémonie spéciale, dont les formes ne furent jamais arrêtées avec précision et qui le plus souvent eut lieu dans la basilique de Saint-Denis. Quelques reines furent couronnées à la Sainte-Chapelle.

Le couronnement des empereurs d'Allemagne.
Les empereurs allemands pouvaient être couronnés quatre fois; à Rome, comme empereurs et successeurs de Charlemagne, à Monza comme rois des Lombards, à Arles comme rois de Bourgogne, à Aix-la-Chapelle comme rois de Germanie. D'Otton Ier, à Frédéric III, les empereurs allèrent à Rome se faire couronner par le pape. Charles-Quint se contenta de recevoir la couronne des mains du pape à Bologne en 1530. Rodolphe ler, Albert, Maximilien Il, Rodolphe II, Mathias, Ferdinand Il et III, ne furent pas couronnés à Rome. A partir de Léopold ler, les empereurs se contentèrent de prendre l'engagement, dans l'acte d'élection, d'aller se faire couronner à Rome. Aussi longtemps que les rois de Germanie possédèrent la Lombardie, ils furent couronnés avec la couronne de fer soit à Saint-Jean de Monza, soit à Saint-Ambroise de Milan. Conrad Ier fut couronné dans ces deux églises; Frédéric Ier, à Saint-Michel de Pavie. Le couronnement à Arles fut exceptionnel et sans importance; c'était cependant pour les empereurs un moyen d'établir leur suzeraineté sur la vallée du Rhône. Le couronnement à Aix-la-Chapelle était de beaucoup le plus important. La bulle d'or promulguée en 1356 en régla le cérémonial. Le dernier empereur qui ait été couronné à Aix fut Ferdinand Ier, en 1531; après lui, comme on trouvait la ville d'Aix-la-Chapelle trop voisine de la frontière française, cette cérémonie eut lieu ailleurs, à Ratisbonne, à Augsbourg, et depuis 1741 à Francfort-sur-le-Main

Chaque fois qu'un empereur n'était pas couronné à Aix-la-Chapelle, il remettait aux magistrats de cette ville une charte de non-préjudice. Voici le cérémonial suivi pour le couronnement d'Aix après 1356. Le jour et le lieu du couronnement une fois fixés, l'électeur de Mayence informait les magistrats d'Aix et de Nuremberg d'avoir à envoyer les ornements impériaux dont ils étaient les gardiens; ceux de Nuremberg : la couronne d'or de Charlemagne, l'anneau, le sceptre, le globe, les souliers, l'épée, une aube, une étole, une chappe avec une ceinture; ceux d'Aix-la-Chapelle : une châsse contenant du sang de saint Etienne, l'épée de Charlemagne et son baudrier, un évangéliaire. Quand le couronnement avait lieu à Aix, on plaçait sur le trône impérial la chaise de Charlemagne. L'église était ornée. Le jour du couronnement, les électeurs ecclésiastiques avec les évêques et autres prélats officiants se rendaient le matin à l'église où les ornements impériaux leur étaient remis; pendant que les électeurs séculiers accompagnaient l'empereur depuis l'hôtel de ville jusqu'à l'église, l'électeur de Bavière portant le globe, celui de Brandebourg le sceptre, le comte palatin la couronne, l'électeur de Saxe l'épée impériale. L'empereur était reçu par les électeurs ecclésiastiques à l'entrée de l'église. Le cortège se rendait vers l'autel

L'officiant commençait la cérémonie par la prière Domine, salvum fac regem. La messe célébrée était celle de l'Epiphanie jusqu'à l'Evangile. L'empereur allait s'agenouiller devant l'autel, puis il se levait et l'officiant lui faisait six questions en latin :  Voulez-vous vous tenir à la sainte Foi, que les hommes catholiques ont enseignée, et la confirmer par de justes oeuvres? A quoi l'empereur répondait : Oui, le le veux. La seconde question était : Voulez-vous être fidèle tuteur et protecteur de la sainte Eglise et de ses serviteurs? La troisième question : Voulez-vous administrer justement, comme vos prédécesseurs ont fait, l'Empire qui vous est donné de Dieu et le défendre fortement? La quatrième : Voulez-vous conserver les droits et recouvrer les biens de l'Empire et les employer fidèlement à l'utilité publique? La cinquième : Voulez-vous être équitable juge des pauvres et des riches et fidèle protecteur des veuves et des orphelins? La sixième : Voulez-vous être soumis et adhérent au très saint Père en Christ le pape de Rome et à la sainte Eglise catholique, apostolique et romaine? A chacune de ces questions, l'empereur répondait : Oui, je le veux, puis, s'approchant de l'autel, confirmait ses réponses par le serment. Après quoi l'officiant se tournant vers les assistants leur demandait : Voulez-vous accepter ce prince pour régner sur vous, et lui être fidèles? Les assistants répétaient trois fois : Nous le voulons.

Après quelques oraisons, l'archevêque officiant sacrait l'empereur en lui faisant plusieurs onctions avec l'huile bénite. L'empereur était conduit par deux électeurs ecclésiastiques jusqu'à une chapelle où on le revêtait des ornements impériaux et spécialement de la couronne qui était posée sur la tête de l'empereur par les trois électeurs ecclésiastiques ensemble. L'empereur prêtait un nouveau serment, puis il revenait à sa place et la messe continuait. L'empereur communiait sans couronne. Après la messe, il était conduit jusqu'à une chaise, celle de Charlemagne à Aix-la-Chapelle; c'était l'intronisation. Il revenait à sa place dans le choeur; il était reçu chanoine de la cathédrale d'Aix et promettait protection à cette église. 

En Prusse, en Russie, en Angleterre, etc.
Frédéric Ier se fit couronner roi de Prusse, le 18 janvier 1701 à Koenigsberg. Ses successeurs ne furent pas couronnés jusqu'à Guillaume Ier qui renouvela cette cérémonie dans la même ville le 18 octobre 1861. 

Le couronnement de l'empereur d'Autriche comme roi de Hongrie se faisait à Ofen, et, comme roi de Bohème, à Prague

Les rois d'Angleterre, avant la conquête normande, étaient sacrés à Bath, Winchester ou Kingston sur la Tamise. Après la fondation de l'abbaye de Westminster, par Edouard le Confesseur, c'est là que fut désormais célébrée cette cérémonie. Le couronnement n'est pas mentionné avant Guillaume Ier; mais il est probable qu'il faisait partie du sacre. Les archevêques de Canterbury réclamaient le privilège d'oindre et de couronner les rois. L'un des griefs de Thomas Becket contre Henri Il était que celui-ci ne l'eût pas appelé au couronnement de son fils; il excommunia l'archevêque d'York et l'évêque de Durham qui y avaient procédé sans sa permission. Le couronnement de Richard Ier est le plus ancien dont un récit détaillé nous soit parvenu. 

Les grands-ducs de Russie furent couronnés à partir de Vladimir Monomaque (1113-1125). Ce fut seulement au XVe siècle, sous Ivan III (1462-1305), que le cérémonial du couronnement fut fixé. Il eut lieu au Kremlin de Moscou dans la cathédrale de la Dormition. Les quatre métropolitains de Moscou, de Novgorod, de Kiev et de Saint-Pétersbourg y présidaient. Celui de Moscou disait les prières sur le tsar et faisait l'onction sacrée. Mais le tsar posait lui-même sur sa tête la couronne et en mettait une autre sur la tête de la tsarine agenouillée. De grandes réjouissances précèdaient et suivaient cette cérémonie. Le couronnement d'Alexandre II eut lieu le 7 septembre 1856; les fêtes durèrent du 29 août au 20 septembre Pour les fêtes du couronnement d'Alexandre III, célébré le 27 mai 1883, les dépenses s'élevèrent à six millions de roubles. 

Les rois d'Espagne étaient couronnés dans chacun de leurs royaumes.  Le couronnement des rois de Suède se fait à Stockholm dans l'église Nicolas. (M. Prou).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.