.
-

Sainte-Chapelle, de Paris. - C'est de beaucoup la plus célèbre des saintes-chapelles par son importance historique, et plus encore par la rare beauté du rnonument lui-même. Personne n'ignore qu'elle fut fondée dans l'enceinte du palais de la Cité (aujourd'hui palais de Justice), par saint Louis, pour contenir les précieuses reliques que ce roi avait rapportées de Constantinople. L'architecte en fut Pierre de Montereau (ou de Montreuil), qui éleva en trois années l'édifice merveilleux d'élégance et de proportions que le temps a heureusement respecté. La dépense fut, d'après Guilhermy (Itinéraire archéologique de Paris, p. 309), de huit cent mille livres pour la construction seule; quant aux reliques et aux châsses qui les renfermaient, le prix en est évalué à deux millions. L'érudit que nous venons de nommer estime que les dimensions du monument peuvent être considérées comme des modèles; en voici quelques-unes : longueur hors d'oeuvre, 36 m; largeur hors d'oeuvre, 17 m; hauteur de la flèche au-dessus du comble, 33,25 m, etc. 
La Sainte-Chapelle.
La Sainte-Chapelle, à Paris

La Sainte-Chapelle est divisée en deux étages; dans la chapelle haute, à laquelle on accédait jadis par un escalier monumental, se trouvaient les reliques; la chapelle basse était affectée aux sépultures des dignitaires du chapitre et de quelques autres personnages considérables;  celle de Boileau s'y trouvait; elle fut transportée, en 1800, au musée des monuments français pour passer de là, en 1819, à Saint-Germain-des-Prés.

L'un des plus remarquables mérites de la Sainte-Chapelle, consiste dans la richesse de ses verrières qui datent du temps de la fondation même et qui sont les plus belles que Paris possède aujourd'hui, en dépit de restaurations rendues nécessaires par l'injure du temps. L'édifice entier, d'ailleurs, a été l'objet d'une restauration dont Duban et Lapsus se sont acquittés avec honneur et qui n'a pas duré moins de quatorze ans, de 1843 à 1857. 
-

Sainte-Chapelle.
Travée de la Sainte-Chapelle, à Paris.

Le nom de la Sainte-Chapelle évoque nécessairement le souvenir du Lutrin.  L'examen des documents qui nous ont été conservés permet d'affirmer que le poème de Boileau repose sur une donnée vraie et qu'il y eut réellement, aux requêtes du Palais, un procès vite assoupi, entre le trésorier, qui s'appelait Claude Auvry, et le chantre, Jacques Narrin. C'est au mois de juillet 1667 que s'était produit l'incident du pupitre que Boileau a si malicieusement rimé. 

En 1787, un arrêt du conseil supprima toutes les saintes chapelles du royaume et prescrivit la mise sous séquestre de leurs biens. Les formalités de la procédure n'étaient pas épuisées quand la Révolution survint, qui les supprima définitivement. En 1843, la découverte, sous le maître-autel de la sainte Chapelle, d'une boîte en plomb contenant un coeur humain, fit naître entre plusieurs érudits une polémique des plus vives sur Ia question de savoir si ce coeur était réellement celui de saint Louis. L'Académie des inscriptions prononça en dernier ressort que rien n'autorisait une semblable affirmation. (Fernand Bournon).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.