.
-

Poussin

Nicolas Poussin est un peintre français, justement considéré comme le maître de l'art classique en France, né à Villers, près les Andelys, en 1594, mort à Rome le 19 novembre 1665. Bellori et ensuite Félibien font de son père - mais des signatures qu'on a de lui ne le témoignent pas - un gentilhomme picard, établi dans le comté de Soissons, qui, après avoir suivi le roi de Navarre à la guerre, était venu, ruiné, s'établir aux Andelys où il se maria. Placé chez un professeur de latin, Nicolas, au grand mécontentement de ses parents et de son maître, ne témoigne de goût que pour le dessin. Cependant il obtient de son père la permission de travailler chez Quintin Varin, peintre de Beauvais, qui était venu demeurer aux Andelys et avait encouragé son désir. Déjà le jeune homme ne songe plus qu'à dessiner, et un jour, se cachant de sa famille, il part pour Paris sans ressources. Là il prend des leçons d'un peintre de portraits flamand, Ferdinand Elle, qu'il quitte pour entrer dans l'atelier d'un peintre lorrain, L'Allemand (ou Lallemand), chez qui il rencontre Philippe de Champaigne; il habite alors avec Duquesnoy. Mais l'événement qui importe surtout à son éducation est la connaissance qu'il fait de Courtois, mathématicien du roi; en voyant sa collection des gravures de Marc-Antoine, Poussin découvre Raphaël

Il est protégé à Paris par un gentilhomme du Poitou qui l'emmène dans ses terres, mais mal vu dans la maison, traité par la mère en domestique, il revient vers Paris, menant une, existence misérable, cherchant à peindre, peignant des paysages pour le château de Clisson, une Bacchanale dans une loggia près du château de Cheverny, et, sans doute à ce moment, pour l'église des Capucins de Blois un Saint François d'Assise et un Saint Charles Borromée; puis il tombe malade et va se soigner dans son pays. Son idée fixe est d'aller à Rome. Une première fois il est arrivé jusqu'à Florence, et il a dû en revenir; à son retour, il a été employé avec Philippe de Champaigne par un nommé Duchesne à des travaux de peinture au palais du Luxembourg; une seconde fois il est allé jusqu'à Lyon, et il y a été arrêté pour dettes. En 1623, Poussin peint en une semaine pour la chapelle des Jésuites six grands tableaux représentant les Miracles de saint François-Xavier. C'est à cette époque qu'il se lie avec le cavalier Marino, et, séduit par ses poésies, il y prend le goût des bois et des nymphes; puis, lorsque Marino est retourné à Rome, il part l'y rejoindre, et il arrive enfin au printemps de 1624 dans cette ville, si ardemment désirée, où il va passer sa vie. 
-

Nicolas Poussin.
Nicolas Poussin (autoportrait, 1649).

Mais Marino, lui, est parti pour Naples où il meurt, et, seul à Rome, Nicolas Poussin y vit fort péniblement, faisant un grand tableau et arrivant difficilement à se le faire payer quelques écus. Cependant il a retrouvé Duquesnoy et il se lie avec L'AIgarde. Voici que sa réputation naît : il est ardent au travail, étudie la géométrie et la perspective, et il fait des dissections avec le chirurgien Nicolas Larche. Quelquefois il va à l'école d'Andrea Sacchi et à celle du Dominiquin pour lequel il s'est pris d'admiration, soutenant vivement son parti contre celui de Guide et entraînant ses élèves à comprendre la supériorité de son art. Un jour, aux Quatre Fontaines, il avait été attaqué comme Français par les soldats da pape, et, en se défendant, blessé à la main; dès lors, il prit par prudence le costume italien. Vers la même époque, étant tombé malade, il est recueilli par un Parisien, Jacques Dughet, et, guéri chez lui, il épouse sa fille, Anna-Maria, à la Saint-Luc de 1629; il n'eut pas d'enfants d'elle, mais il adopta ses deux frères, dont l'un fut le peintre Gaspar Dughet, qu'on appelle parfois Gaspar Poussin, et dont l'autre, Jean, a gravé ses tableaux. 

Protégé par le cardinal Barberini, Nicolas Poussin, sur ses conseils, peint en 1630 la Peste des Philistins, qui est au Louvre, et qui, vendue 40 écus, fut plus tard achetée 1000 par le duc de Richelieu, la Destruction de Jérusalem, l'Idole de Dagon, la Mort de Germanicus et le Martyre de saint Erasme, aujourd'hui au Vatican, qui devait alors être copié en mosaïque pour Saint-Pierre et dont il existe une petite réplique originale au palais Sciarra; et, toujours inquiet de mieux faire, il étudie les écrits de Léonard de Vinci. Il peint encore l'Adoration du Veau d'or et le Passage de la mer Rouge, pour le marquis Amédée del Pozzo, et, pour son ami Stella, le Frappement du rocher, sujet qu'il répétera plusieurs fois, puis une première suite des Sept Sacrements pour le commandeur Cassiano del Pozzo, quatre Bacchanales pour Richelieu, et un Triomphe de Bacchus avec un Triomphe de Neptune, où il imite les bas-reliefs antiques
-

Poussin : la Mort de Germanicus.
La Mort de Germanicus, par Nicolas Poussin, 1626.

En France, cependant, on désire le voir et, en 1639, un ordre de Louis XIII et une lettre de M. de Noyers, surintendant des bâtiments l'y appellent, mais il ne veut pas quitter Rome et il n'en part que lorsque M. de Chantelou vient l'y chercher en 1640. Accueilli magnifiquement par Richelieu et par Louis XIII, il a une maison dans le jardin des Tuileries et il est nommé peintre du roi avec 3000 livres d'appointements. Aussitôt on lui commande huit cartons qui devront être exécutés en tapisserie pour les appartements du roi, et il est chargé de la décoration de la grande galerie du Louvre, pour laquelle il conçoit le projet de recouvrir la voûte avec les moulages des bas-reliefs de la colonne Trajane : Errard est envoyé à Rome pour en rapporter moulages et dessins. Mais jalousé, tracassé, en butte aux intrigues combinées de Simon Vouet, de Fenquières et de l'architecte Mercier, Poussin quitte la France, et, rentré en 1642 à Rome, où il est reçu triomphalement, il va y travailler pendant vingt-trois ans sans se détourner de son labeur, toujours attaché à son pays et recherché par lui, peignant pour M. de Chantelou la seconde suite des Sacrements qu'il termina en 1648, modelant des Termes pour le château de Fouquet et composant pour le duc de Richelieu sa dernière oeuvre, les Quatre Saisons, aujourd'hui au Louvre, auxquelles il travailla de 1660 à 1664; et il y mène une vie retirée et désintéressée, modeste parmi les admirations de chacun, tout le monde l'égalant à Raphaël, lui seul ayant le tact de ne pas le faire. A sa mort il fut enterré à San Lorenzo in Lucina.

Nicolas Poussin habitait le Pincio, près des jardins des Médicis, et tous les soirs il se promenait place d'Espagne, entouré d'amis et d'élèves, parmi lesquels son fils adoptif, Gaspar Dughet, et Claude Lorrain. En philosophe qu'il était, il leur enseignait que l'art est 

« l'imitation de tout ce qui se voit sous le soleil, ayant pour la fin la délectation »; 
Toujours régulier dans son existence, Poussin avait une inaltérable gravité et il gardait de son admiration constante de l'art antique de la sévérité et de la noblesse; il donna le goût de l'Antiquité à toute une génération de peintres et aux élèves mêmes de Simon Vouet. Il était très instruit et lisait beaucoup, retenu surtout par la Bible. Chercheur de la simplicité, il avait un grand goût de la philosophie, qui paraît jusqu'en des titres de tableaux : Souvenir de la mort au milieu des prospérités de la vie; le Temps qui fait danser les Saisons. Il craignait la couleur, redoutant d'être entraîné par son charme; et, bien qu'il ait peint souvent les sujets mythologiques de l'amour, où il est « toujours charmant, jamais impudique », dit Ch. Blanc, il est un peintre sans souplesse. Cependant l'on doit distinguer deux manières dans son oeuvre : la première, plus brillante et plus rapide, sous l'influence des Vénitiens, est antérieure à son voyage en France et peut se noter par les Bacchanales ou la Peste des Philistins; la seconde, plus philosophique et poétique, avec une domination de l'idée, est celle des Bergers d'Arcadie, de Polyphème ou de ces belles Funérailles de Phocion, que Fénelon a décrites dans son Dialogue des morts. 
-
Poussin : les Bergers d'Arcadie.
Et in Arcadia ego (Les Bergers d'Arcadie), par Nicolas Poussin (détail, 1638).

Poussin est un artiste éminemment consciencieux : sa composition, bien qu'elle manque de liberté et qu'elle puisse être appelée plutôt de l'ordonnancement, est d'une beauté certaine dans sa rigueur, pleine de cette symétrie qu'il admirait tant chez le Dominiquin; raide sans doute et peignant des draperies qu'on a pu comparer à du linge mouillé, mais puissant par l'application de la pensée et par son opiniâtreté même, se plaisant à répéter souvent le même sujet; tel celui de Moïse sauvé des eaux, en en variant la représentation, tandis qu'il modèle d'abord en cire les figures de ses tableaux. Et il ne faut pas omettre qu'il fut un grand paysagiste, « le véritable créateur des lois du paysage », comme la dit Bürckhardt, travaillant, il est vrai, selon les règles étroites du paysage historique, en ne prenant de la nature que « les objets nobles », mais toujours attentif à la lumière, et, comme un Corneille, rendu plus grand par la difficulté des moyens; et il faut regarder les beaux fonds d'architecture de tous ses tableaux, malheureusement trop souvent noircis et dont l'aspect, devenu plus dur, a été de par la suite une des causes de l'éloignement d'un grand nombre. Nicolas Poussin n'en reste pas moins en peinture le maître classique incontestable, et c'est très justement que son buste surmonte la porte de l'Ecole des beaux-arts, faisant pendant à celui de Puget, le maître classique de la sculpture, qui, vivant loin de la cour et détesté par les courtisans, lui est semblable de tant de manières. Une statue élevée à Poussin a été inaugurée aux Andelys le 10 juin 1851.

La plupart des musées d'Europe sont riches en oeuvres de Poussin. Le Louvre, qui l'est plus que tous les autres, possède : l'Apparition de la Vierge à saint Jacques le Majeur (1630); le Triomphe de Flore (1630), peint pour le cardinal Omodei; les Philistins frappés de la peste (vers 1630); Camille livre le maître d'école des Falisques à ses écoliers (1637), autrefois à l'hôtel de La Vrillière; les Israélites recueillant la manne dans le désert (1639), tableau peint pour M. de Chantelou et fort admiré par Le Brun qui en fit en 1667 le sujet d'une conférence à l'Académie; Saint Jean baptisant le peuple sur les bords du Jourdain, peint avant 1640 pour Cassiano del Pozzo; Jésus-Christ instituant le sacrement de l'Eucharistie, commandé à Paris par Louis XIII pour la chapelle de Saint-Germain; Saint François-Xavier rappelle à la vie la fille d'un habitant de Cangoriaux ( = Japon), peint à Paris en 1641 pour le noviciat des Jésuites; le Temps soustrait la Vérité aux attaques de l'Envie et de la Discorde, exécuté à Paris en 1641 pour Richelieu et destiné à décorer an plafond; deux Bacchanales, dont sans doute une de celles peintes pour Richelieu; Eliézer et Rébecca (1648), autrefois à Versailles et dont il existe une petite répétition au musée de Montpellier.
-

Poussin :Eliézer et Rebecca.
Eliezer et Rebecca, par Nicolas Poussin, 1648.

Toujours au Louvre : Moïse enfant foulant aux pieds la couronne de Pharaon; Moïse change en serpent la verge d'Aaron, peint pour le cardinal Massimi; Moïse sauvé des eaux (vers 1648), et le même sujet en un plus grand tableau, autrefois au château de Meudon;Diogène jetant son écuelle (1648), peint pour M. de Limagne, banquier de Gênes; le Ravissement de saint Paul (1649), pour Scarron; le Jugement de Salomon (1649), pour M. Pointel; l'Assomption de la Vierge (1650), pour M. de Mauroy, ainsi que l'Adoration des Mages (1653), autrefois chez les chartreux de Paris; deux Sainte Famille, dont l'une, peinte en 1651 pour le duc de Créqui et qui faisait partie, ainsi que beaucoup d'autres Poussin, de la petite galerie de Versailles, en 1710, a été copiée par Mme de Pompadour; la Mort de Saphire, autrefois au château de Meudon, ainsi que la Femme adultère, peinte en 1653 pour Le Nôtre; les Aveugles de Jéricho (1651), pour un marchand de Lyon, Reynon; l'Enlèvement des Sabines; le Jeune Pyrrhus sauvé; Mars et Vénus; Echo et Narcisse; Mars et Rhea Sylvia; Orphée et Eurydice, paysage peint en 1659 pour Le Brun; le Concert; les Bergers d'Arcadie, et les Quatre Saisons, autrefois à Meudon, qui sont le Printemps ou le Paradis terrestre, l'Eté ou Ruth et Booz, l'Automne ou la Grappe de la Terre promise, l'Hiver ou le Déluge; enfin son Portrait, « effigies Nicolai Poussini andelyensis pictoris anno aetatis 56 Romae anno jubilei 1651 ", peint pour M. de Chantelou.

Poussin a fait un ou deux autres portraits de lui, dont une copie de celui-ci, qui est au musée de Munich; il en existe une autre copie au casino Rospigliosi à Rome. Le Louvre possède encore des dessins de Nicolas Poussin, dont plusieurs, très importants, faits pour la suite des Sacrements. Le musée de Toulouse : Saint Jean-Baptiste dans le désert, la Sainte Famille, le Mariage, la Pénitence, la Confession, l'Eucharistie, l'Extrême-Onction. Le musée de Lille : Moïse sauvé des eaux. Le musée Fabre de Montpellier compte quinze tableaux de lui, parmi lesquels : la Mort de sainte Cécile, l'Adoration des Bergers, le Portrait de Jules Rospigliosi, Vénus embrasse Adonis, et des paysages. La National Gallery  a : Danse de Faunes et de Bacchantes; Céphale et Aurore; l'Education de Bacchus; Phocion, paysage avec figures; Vénus endormie surprise par des satyres; Festin de satyres, de faunes et de centaures, la Peste des Philistins, répétition du tableau peint à Rome en 1630, qui est au Louvre, autrefois au palais Colonna et donnée en 1838 par le duc de Northumberland. A Hampton Court : le Christ aux Oliviers et une Danse de Faunes et de Nymphes. Au musée de Berlin : Paysage avec saint Matthieu et l'Ange, avant 1873 au palais Sciarra; Hélios et Phaéton avec Saturne et les Quatre Saisons; Jupiter et la chèvre Amalthée; et Paysage italien avec Junon et Argus, autrefois dans la collection Giustiniani. A la Pinacothèque de Munich une Mise au tombeau et Midas et Bacchus. Au musée de Dresde : l'Adoration des mages (Pusin faciebat Romae, 1633), première idée du tableau du Louvre; la Nymphe Syrinx poursuivie par Pan; Narcisse se mirant dans un ruisseau; Venus couchée et l'Amour; l'Empire de Flore, et Moïse exposé sur le Nil. Au musée de Vienne : les Apôtres Pierre et Jean guérissent le paralytique, et l'Armée de Titus entre dans le temple de Jérusalem. Aux Offices de Florence : Thésée à Trézène, une ébauche de Vénus et Adonis et quatre paysages. Au Vatican, le Martyre de saint Erasme. Le catalogue du musée de Madrid compte, notamment : David vainqueur de Goliath, le Parnasse, et surtout le Départ pour la chasse au sanglier de Calydon; et celui de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg : Esther évanouie devant Assuérus, la Vision de sainte Elisabeth, Amphitrite portée sur les eaux et Cupidon jouant, etc. Enfin il existe de fort beaux Poussin dans des collections anglaises particulières, à Devonshire House, à Grosvenor, à Dulwich College, à Strafford House, au château de Holkham, dans la galerie Bridgewater.
-

Poussin : Nymphes et Satyres.
Nymphes et satyres, par Nicolas Poussin.

Les oeuvres de Nicolas Poussin ont été gravées par les deux Benoît, Gérard, Jean et Louis Audran, par Pesne (Herculis labores, 1678), G. Rousselet, Claudia Stella, Étienne Baudet, Jean Dughet, Pietro del Po, Poilly, François Chauveau, Picart le Romain, Jean Mariette, G. Château, Châtillon, A. Loir, etc.; et gravées au trait par Le Bas, Mme Soyer, Lingée, Normand fils, etc. Une collection de lettres de Poussin a été publiée à Paris en 1824. (Etienne Bricon).



Henry Keazor, Poussin, Taschen, 2007.
9783822853214
Le peintre Nicolas Poussin (1594-1665) a passé la plus grande partie de sa carrière à Rome, peignant des oeuvres mêlant aux qualités de la Renaissance les influences de l'antiquité. Poussin a beaucoup peint et fut considéré par ses contemporains comme le plus grand peintre de l'époque, dont l'oeuvre symbolisait l'idéal du classicisme français. Poussin recherchait la logique et la clarté dans son travail, énonçant des principes dans le but d'intellectualiser l'art, ce à quoi il est parvenu, son influence ayant porté plusieurs siècles durant.  (couv.).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.