.
-

Maison de Créqui . - Ancienne maison de France, originaire de l'Artois, tirait son nom du petit village de Créqui près de Fruges (Pas-de-Calais). Elle remonte au IXe s. et s'est divisée en plusieurs branches, qui ont fourni plusieurs personnages distingués. La branche aînée, dite des sires de Créqui, se fondit en 1543 avec la maison de Blanchefort, d'où sont sortis les ducs de Créqui et les princes de Poix.
Créqui (Jacques de), dit de Heilly, connu sous le nom de maréchal de Guyenne, commanda l'armée de Jean sans Peur, duc de Bourgogne, contre les Liégeois révoltés (1408); fut nommé en 1413 lieutenant général en Guyenne; s'opposa d'abord avec succès aux efforts des Anglais, mais fut fait prisonnier à Bordeaux. S'étant échappé des mains de l'ennemi, il assista à la bataille d'Azincourt (1415), fut pris de nouveau et mis à mort.

Créqui (Charles de), prince de Poix, gouverneur du Dauphiné, pair et maréchal de France, défit les troupes d'Espagne au combat du Tésin en 1636, et fut tué devant le fort de Brême (Piémont), en 1638, à 60 ans. Il avait épousé successivement les deux filles du duc de Lesdiguières, Madeleine et Françoise de Bonne. 

Son fils aîné, Ch. de Créqui, était ambassadeur à Rome en 1662; il y fut insulté par la garde corse du pape Alexandre VII qui tira sur son hôtel et blessa ses gens. Louis XIV exigea que le gouverneur de Rome, neveu du pape, vint en personne lui faire des excuses pour cette insulte et qu'une pyramide fût élevée à Rome en souvenir de la réparation

Son deuxième fils, François, duc de Lesdiguières, fut aussi maréchal, servit avec gloire sous Louis XIV en Flandre, en Alsace et en Lorraine, de 1667 à 1678, fut battu a Consarbruck en 1675, mais obtint plusieurs avantages dans les campagnes de 1677 et 1678 et prit Luxembourg en 1684. 

Le fils de ce dernier, François, périt à Luzzara, en 1702.

Créqui (Renée Caroline de Froulay, marquise de), femme célèbre par son esprit née en 1714, morte en 1803, avait épousé en 1737 le marquis de Créqui, lieutenant général, qu'elle perdit dès 1741. Ses salons furent longtemps, et sous les régimes les plus différents, le rendez-vous de la bonne société : c'est ce qui a donné l'idée de publier, sous le titre de Souvenirs de la marquise de Créqui (1834-1836, 9 vol. in--8), des mémoires qui n'ont aucune authenticité ils sont l'oeuvre de Courchant. Ed. Fournier a publié en 1856 de véritablesLettres de la marquise.

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.