.
-

Idées et méthodes > Philosophie
Philosophie
Logique et théorie de la connaissance
Logique formelle
-
La pensée
 
L'idée
-
Les termes et les idées
Les propositions
L-
• Elaboration de la connaissance

Les opérations intellectuelles
L'abstraction
La généralisation
Les universaux
L
Le jugement
La croyance
L-
Le raisonnement
L'induction
La déduction
Opposition et conversion
Les syllogismes
Logique symbolique
Calcul des propositions
Logique des classes
Théorie des ensembles
L
--
• Les principes directeurs de la connaissance

Principe d'identité
Principe de contradiction
Principe de causalité
 
La raison et l'expérience

L'empirisme
Le rationalisme
L
Logique appliquée (méthodologie)
-
La méthode en général
-
La méthode inductive
L'hypothèse, l'observation, l'expérimentation, -
classification, analogie, etc.
-
-
La science et les sciences
La classification des sciences
-
Mathématiques
-
Sciences de la matière
Physique
Chimie
Astronomie--
---
Sciences du vivant
Biologie
Botanique
Zoologie
-
Sciences de l'humain
Histoire
Sociologie
-
-
La vérité et l'erreur
-
La vérité
• Le critérium de la vérité
L'évidence
La certitude
L'expérience
La raison
La probabilité
--
L'erreur et les sophismes
L'erreur
Les sophismes
La logique(du grec logos, raison, raisonnement), considérée d'une manière générale, est l'étude des lois formelles de la pensée, c.-à-d. de ce qu'il y a de permanent dans les formes si diverses sous lesquelles l'intelligence humaine se développe et se produit. Elle est en même temps l'art de penser. Elle peut donc être considérée indifféremment, soit comme une science tendant à un art, soit comme un art fondé sur une science.

Il s'ensuit qu'elle ne se définit pas seulement par son objet qui est la pensée, mais encore par son but qui est la vérité. On la définirait donc d'une façon plus complète en disant qu'elle est la science des conditions que la pensée doit remplir pour être vraie, ou en deux mots la science des conditions de la vérité.

Par cela même, la logique diffère de la psychologie :

Par son objet, qui se restreint à l'intelligence, et dans l'intelligence, les seules opérations qui se rapportent à la connaissance de la vérité et sont susceptibles d'être analysées, contrôlées et réglées; d'où il suit qu'elle n'étudie que les opérations intellectuelles qui peuvent être réfléchies et revêtues d'une expression verbale : elle ne sépare pas les idées des termes, les jugements des propositions, les raisonnements des formules plus ou moins complexes qui les expriment;

Par son but, qui est, non la simple connaissance théorique, mais le contrôle et la direction pratiques de la pensée.

Division de la logique. 
Parmi les conditions que la pensée doit remplir pour être vraie, les unes sont indépendantes de la matière de la pensée, c'est-à-dire de la nature des choses auxquelles on pense : elles peuvent se déterminer par la seule considération de la forme de la pensée ou de la manière de penser.

Ces conditions formelles de la vérité peuvent se résumer en une seule : absence de contradiction, conséquence ou accord de la pensée avec elle-même. Elles sont universelles et nécessaires (aucune pensée ne peut être vraie en dehors d'elles), mais non suffisantes par elles-mêmes (si toute pensée qui ne les remplit pas est nécessairement fausse, toute pensée qui les remplit n'est pas nécessairement vraie par cela seul).

Les autres ne peuvent au contraire se déterminer que par la considération de la matière de la pensée; elles peuvent se résumer ainsi : accord de la pensée avec ses objets, et diffèrent avec la nature de ces objets mêmes. Elles sont donc plus ou moins spéciales, et en particulier varient plus ou moins d'une science à une autre.

De là la division traditionnelle de la logique en deux parties : logique formelle ou générale, qui étudie les lois générales de la pensée dérivées de sa forme même, et logique spéciale ou appliquée, qui étudie les lois spéciales de la pensée dérivées de la nature des objets auxquels elle s'applique.

L'une et l'autre sont à la fois théoriques et pratiques, bien que la seconde ait peut-être donné lieu, de la part des logiciens, à l'établissement d'un plus grand nombre de règles et de préceptes que la première.

Les grands problèmes.
Les auteurs de la Logique de Port-Royal avaient défini la logique comme l'art de penser, et l'avaient divisée en quatre parties, d'après les quatre opérations principales de la pensée : concevoir, juger, raisonner, ordonner; ce qui donne lieu à traiter des idées, du jugement, du raisonnement et de la méthode

Cette division est insuffisante, surtout si on considère la logique au double point de vue de la théorie et de la pratique. Les questions généralement proposées à l'étude du logicien peuvent alors se ramener plutôt aux quatre grands problèmes suivants : 

1° Analyse de l'intelligence humaine considérée dans ses fonctions, mais d'une manière abstraite, c'est-à-dire étude des lois formelles de la pensée, et, en particulier, théorie du raisonnement qui est l'opération la plus complexe de l'esprit humain. 

2° Analyse du langage, ou recherche des lois générales qui président à la manifestation de la pensée. 

3° Examen des caractères propres de la certitude, et recherche des causes de nos erreurs. 

4° Règles générales à suivre pour découvrir, démontrer et transmettre la vérité, ou, en d'autres termes, détermination de la méthode. 

Suivant que les philosophes se sont attachés plus particulièrement à l'un ou à l'autre de ces quatre problèmes la logique a pris alternativement un caractère spéculatif ou pratique, psychologique ou grammatical, scientifique ou littéraire et même moral. Quel que soit le point de vue, cette énumération suffirait pour montrer l'importance de la logique. Même à ne voir en elle que la science de raisonner, sa nécessité serait encore évidente, parce que seule elle peut comprendre les lois de la démonstration et en tracer la théorie nécessaire. Dans l'enseignement, la logique fit toujours partie du cours de philosophie; sa place étant après la psychologie, parce qu'ayant pour objet de diriger l'exercice des facultés intellectuelles, elle ne fait que continuer le travail de la psychologie, qui les a fait connaître. (A19 / E. Boirac).
.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.