.
-

Inventaires > Les mots de la matière > H
H
Hadron. - Ce terme désigne les particules sensibles à l'interaction forte. Les hadrons, formés de quarks, se répartissent en deux familles, les mésons (qui sont des bosons), etles baryons (qui sont des fermions). 

Hafnium (Hf). - Corps simple métallique appartenant au groupe des terres rares et de numéro atomique 72. Masse atomique : 178,49. il a été découvert en 1923.

Hahnium (Ha). - Nom donné jusqu'en 1997 au corps simple aujourd'hui appelé dubnium (Db).

Halite. - L'halite (chlorure de sodium, NaCl) ou sel gemme est ordinairement en cristaux cubiques. Tantôt il forme des gisements étendus dans les terrains sédimentaires, tantôt il imprègne le sol de certaines régions disloquées. On rencontre ce minéral dans le Jura, à Salins, sur les bords de la mer Caspienne et de la mer Rouge. Il a une saveur caractéristique, se dissout aisément, décrépite au feu. C'est le condiment indispensable de l'alimentation, sous le nom de sel de cuisine.

Halo. -

Hassium (Hs). -  Corps simple de numéro atomique 108. Masse atomique : 277. Découvert en 1984.

Hauteur d'un astre (anc. Altitude; Le Repérage des astres). - Dans le système de coordonnées horizontales, la hauteur h est l'angle qui sépare l'astre du plan horizontal. Cet angle est mesuré selon la verticale de l'observateur.  L'angle va de 0° à 90 de l'horizon au zénith et de 0° à -90° de l'horizon au nadir. Mais il faut encore distinguer la hauteur vraie de la hauteur apparente. Les astronomes appellent hauteur méridienne la hauteur d'un astre au moment où il passe au méridien; hauteur absolue, celle prise hors du méridien; et hauteurs correspondantes, deux hauteurs égales d'un même astre prises l'une à l'orient et l'autre à l'occident du méridien. 

A la hauteur de... - Dans le langage des marins, prendre la hauteur signifiait mesurer le degré de l'élévation du Soleil sur l'horizon, pour en déduire la latitude du lieu. Cette observation se faisait ordinairement à midi, lorsque le Soleil est dans le méridien du lieu de l'observation. De là est venue l'habitude de désigner la latitude sous le nom de hauteur, comme on dit :"nous étions à la hauteur des Açores, à la hauteur du cap Finistère, etc. "

Les almicantarats (ou parallèles de hauteur) - On a donné ces noms à des cercles parallèles à l'horizon, qu'on imagine passer par chaque degré, par chaque minute et par chaque seconde du méridien, compris entre l'horizon et le zénith. Ces parallèles ont conséquemment leur pôle au zénith; ce sont eux qui déterminent la hauteur des astres : de sorte que tous les astres qui sont sous le même almincantarat ou le même parallèle de hauteur ont la même hauteur. 

La hauteur du pôle sur l'horizon est l'arc compris entre le pôle et le lieu de l'observateur la hauteur du pôle sur l'horizon d'un lieu n'est donc autre chose que la latitude de ce lieu. Quant à la hauteur de l'équateur, c'est également l'arc compris entre l'équateur et le point où se trouve l'observateur : elle est le complément de la hauteur du pôle. -  L'azimuth est l'autre coordonnée utilisée dans ce système.

Héliaque (Lever et coucher des astres*). - Les anciens astronomes donnaient le nom de lever héliaque au lever d'un astre, lorsque cet astre, après avoir été en conjonction avec le Soleil, et par conséquent invisible (l'éclat du Soleil empêchant de l'apercevoir), se levait assez tôt avant ce dernier pour être visible à l'orient, dans le crépuscule du matin. Ils appelaient coucher héliaque, l'immersion d'un astre dans les rayons du soleil, qui rendaient cet astre invisible, ou la disparition d'un astre à l'horizon occidental après le coucher du Soleil. Ce genre d'observation, facile à faire avec une bonne vue et un horizon libre, constitue le fond de l'astronomie des anciens. C'est sur les levers et les couchers héliaques des étoiles qu'ils pensait que les dieux réglaient les rythmes de la nature : l'ordre des travaux agricoles, comme les temps propres à la navigation; en Égypte, c'était le lever héliaque de Sirius (Grand Chien), aussi appelé lever sothiaque*, qui marquait le début de l'année.

Héliocentrique. -

Héliosphère. -

Héliopause. -

Héliomètre. -

Hélioscope. -

Héliostat. -

Hélium (He). - Corps simple de numéro atomique 2. Masse atomique : 4,0026. C'est un gaz inerte. Rare sur Terre, l'hélium est le deuxième élément le plus abondant dans l'univers après l'hydrogène.

Hémisphère. -
 

Herbig-Haro (objets de) (ou HH). - Jets de matière provenant d'une étoile en formation* et dont le nom fait référence à George Herbig  et Guillermo Haro , les deux astronomes qui ont découvert ses étranges structures dans les années 1950.  Dans l'environnement immédiat des étoiles en formation, la solidarité du champ magnétique et du gaz ionisé a des conséquences spectaculaires. Le champ magnétique se nourrit, pour grandir, de l'énergie de rotation du gaz. Une partie de cette énergie est recyclée dans les mouvements de convection à l'intérieur du disque et sera dissipée sous forme de chaleur. Mais une autre partie se voit engagée dans la constitution d'une composante dipolaire de ce champ magnétique. De la matière tombant vers la proto-étoile se voit  refoulée long des lignes de champ ouvertes sur l'espace. Ainsi se forment, de part et d'autre des régions centrales du disque, deux jets de particules accélérées à haute vitesse par le champ magnétique. Quand elles pénètrent dans le gaz moléculaire environnant, il se produit ce que l'on observe, en aérodynamique, quand un objet se propage à une vitesse supérieure à celle du son : un bang supersonique. De l'énergie et de la quantité de mouvement est alors transférée aux molécules qui se trouvent sur la passage de l'onde de choc. 


HH1 et HH2 dans Orion.

Le processus conduit à l'illumination du gaz ainsi porté à de très hautes températures ou de celui qui est soumis au rayonnement ultraviolet que ces températures suscitent. Il apparaît alors, de part et d'autre du sombre cocon protostellaire deux jets brillants : les objets de Herbig-Haro, donc.

Hétérosciens. -

Hiver. - L'hiver (L'Année et les saisons*) est l'une des quatre saisons astronomiques de l'année. Il se place entre l'automne et le printemps, et commence lorsque le Soleil, s'éloignant de plus en plus du zénith, est parvenu à sa plus petite hauteur méridienne, c'est-à-dire lorsqu'il est arrivé au point de l'écliptique qui coupe le colure des solstices; et il finit lorsque le Soleil, se rapprochant ensuite de plus en plus du zénith, a atteint une hauteur méridienne moyenne; c'est-à-dire, lorsque qu'il est arrivé au point de l'écliptique qui coupe l'équateur. Ainsi, pour ceux qui habitent l'hémisphère septentrional, l'hiver commence le 21 ou 22 Décembre; et il finit  le 20 ou 21 Mars. Mais pour les habitants de l'hémisphère méridional, l'hiver commence le 21 ou 22 Juin, et il finit  le 22 ou 23 septembre. 

La nuit la plus longue. - Le jour où l'hiver commence, est celui qui est le plus court de l'année, et la nuit, plus longue, c'est-à-dire, que le Soleil demeure au-dessus de l'horizon le moins de temps, et au-dessous le plus longtemps qu'il est possible pour chaque lieu; et la différence de la longueur du jour à celle de la nuit est d'autant plus grande, que le lieu dont il s'agit a une plus grande latitude (Les Jours et les Nuits).
Holmium (Ho). - Corps simple de numéro atomique 67; masse atomique : 164,93. C'est un métal du groupe des terres rares découvert en  1880.

Horizon d'un lieu. - Grand cercle de la sphère céleste perpendiculaire à la verticale de ce lieu : c'est l'horizon rationnel. Un plan parallèle mené, non plus par le centre de la Terre, mais par le lieu de l'observateur, est dit horizon sensible. Ces deux horizons peuvent être confondus relativement aux étoiles dont la distance est excessive par rapport à la dimension du globe. Mais il faut les distinguer, s'il s'agit de la Lune, des planètes ou du Soleil, dont la parallaxe n'est pas négligeable. L'Horizon physique est la ligne qui sépare le ciel de la surface de la terre. En pleine mer, cette ligne est  n cercle, dont le plan est au-dessous de l'horizon sensible. La différence s'appelle dépression.

Horloge. -

Hornblende. - La hornblende (mot allemand formé de horn = corne + blinden = aveugler) est un minéral du groupe des amphiboles, qui cristallise en prismes obliques clivables parallèlement à leurs pans sous un angle d'environ 124° La hornblende est un triple silicate de chaux, de magnésie et de protoxyde de fer, et contient en outre le plus souvent de l'alumine et des bases alcalines. Quand elle se présente en masse, elle est d'un noir de corbeau ou de poix; mais en lames minces, elle paraît d'un vert foncé ou brun. Dans les roches la hornblende se trouve ordinairement en cristaux fibreux qui ont, l'aspect du charbon de bois. Sa poussière est d'un gris verdâtre ou brunâtre. Elle fond au chalumeau en un émail noir. La hornblende est un élément essentiel de plusieurs roches éruptives telles que les syénites, les diorites, les andésites, etc. Elle se rencontre en outre dans les trachytes, basaltes, laves modernes, ainsi que dans certains calcaires saccharoïdes. Sa densité varie de 3 à 3,5 et sa dureté est à peu près égale à celle de l'acier. 

Houille. - La houille est un charbon d'origine végétale qui contient 78 à 92 % de carbone. Elle est noire, tachante; brûle avec une vive flamme. En vase clos, elle donne le gaz d'éclairage et les goudrons; le coke est le résidu boursouflé qui demeure dans les cornues.

HR (diagramme). - Le diagramme de Hertzprung-Russell (HR) est utilisé en astronomie pour classer les étoiles en fonction du type spectral (porté en abscisse) et de leur luminosité (en ordonnée). Il apparaît que la plupart des étoiles (90%) se répartissent sur une diagonale de ce diagramme (du haut à gauche vers le bas à droite), appelée la séquence  principale, et qui correspond à la longue phase de stabilité de la vie des étoiles. Une branche, sensiblement horizontale située au-dessus de la séquence principale, regroupe les étoiles arrivées à un stade tardif de leur évolution (géantes rouges). Les naines blanches se trouvent dispersées sous la séquence principale.

Hubble (--- de). -

Humidité atmosphérique. - Terme utilisé pour caractériser la présence plus ou moins importante de vapeur d'eau dans l'air.

Hydraulique*. -

Hydrogène (H). -  C'est le corps simple le plus léger. Sont isotope le plus abondant, le protium, est seulement composé d'un proton. Autres isotopes : le deutérium (D, dont le noyau est composé d'un proton et d'un neutron, et le tritium (T), composé d'un proton et de deux neutrons, et qui est instable. Masse atomique : 1,0078. 92% du nombre des atomes de l'univers sont de l'hydrogène.

Hydrographie*. -

Hydrodynamique*. -

Hydrostatique*. -

Hygrométrie*. -

Hypéron. -

.


Les mots de la matière
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2021. - Reproduction interdite.