.
-

Inventaires > Les mots de la matière > B
B
Baie Golfe.

Balance. - 

Balmer (série de). - 

Banc, nom par lequel on désigne les hauts-fonds de rochers, les amas de sable, de coquilles ou de coraux, que la sonde fait découvrir dans le bassin des mers. Les bancs sont généralement près des côtes, et surtout de  celles des îles, et l'on y trouve du poisson plus qu'en tout autre lieu. Ceux dont le sommet est à fleur d'eau rendent la navigation périlleuse; tel est le Doggers bank (banc des Chiens), dans la mer du Nord, près de l'Angleterre : la mer les signale, d'ailleurs, soit en se couvrant d'écume alentour, soit en se brisant contre eux avec violence. Les bancs les plus considérables sont : 

1° Le Grand-Banc de Terre-Neuve (960 km de longueur sur 280 dans sa plus grande largeur) à 100 km à l'Est et au Sud-Est de l'île de ce nom; il est environné de bancs de moindre étendue, le Banc-Jacques, le Bonnet-Flamand, le Banc-Vert, le Banc aux baleines, etc.; le fond se rencontre à 10, 15, 20, 25 et 40 brasses; 

2° le Grand Banc des Bahamas (580 km sur  200), à l'Est de la Floride, et enveloppant une partie des îles Bahamas

3° le Petit Banc des Bahamas (240 km sur 80), au Nord du précédent, dont le sépare un canal de 45 km de largeur. 

Les bancs de coraux se trouvent principalement dans l'océan Pacifique tropical. Certains fleuves ont des bancs de sable; surtout à leur embouchure; tels sont la Seine, le , le Nil, le Sénégal, etc. Ces bancs forment des barres. (B.).

Banquise, du scandinave bank = banc, et ice = glace. - Enorme amas de glaces côtières, résultant de la congélation directe de l'eau de la mer. Les banquises sont surtout étendues et épaisses dans l'hémisphère austral, où elles peuvent s'élever jusqu'à 50 ou 60 mètres au-dessus du niveau de l'océan, ce qui représente une épaisseur immergée quatre fois et demie supérieure. La glace en est salée, et s'épaissit par-dessous de 1 mètre à 2 mètres par an, augmentation compensée par la fonte superficielle. Les fragments de la banquise qui se détachent et sont portés vers l'équateur par les courants prennent le nom d'icebergs et constituent de sérieux dangers pour les navires.

Bar. - 

Baromètre. - 

Barre (à l'embouchure des fleuves). -  Les barres se produisent en mer, parallèlement à la côte, et résultent de la chute des alluvions d'an fleuve au point d'équilibre entre le courant d'eau douce et la force de la mer. Les principales barres sont celles du Danube, du Gange, du Mékong, du Mississippi, de l'Orénoque, etc. - On donne le nom de barre de sable à l'amas de vase et de sable qu'un fleuve dépose à son embouchure, où le courant est contrarié par la mer et où le lit, en raison même de sa plus grande largeur, est relativement peu profond. 

Baryon. - Les baryons forment une famille de particules élémentaires composées de trois quarks et à laquelle appartiennent notamment les protons et les neutrons.

Barytine. -  La barytine, ainsi nommée à cause de sa densité considérable, est un sulfate de baryte. C'est un sulfate de couleur blanche, passant au jaune, au rouge ou au bleu. Sa forme cristalline la plus ordinaire est un prisme droit rectangulaire. Elle est inattaquable par les acides. Au chalumeau, elle décrépite et fond difficilement en un émail blanc qui tombe en poussière au bout de quelques heures. C'est en Auvergne qu'on a trouvé les plus gros cristaux de barytine.

Baryum (Ba), du grec barus = pesant. - Coirps simple; numéro atomique : 56; masse atomique-: 137,327. C'es un métal alcalino-ferreux d'un blanc d'argent, assez malléable, fusible avant la chaleur rouge, difficilement volatil, très oxydable à l'air, décomposant l'eau avec rapidité pour se transformer en baryte (BaO), et d'une densité égale à 4,97. Ses combinaisons avec l'oxygène, le chlore, le soufre, etc., sont assez fréquemment employées dans les laboratoires. Le baryum fut découvert en 1897 par H. Davy, à l'aide de la pile. On forme avec de la baryte hydratée une petite capsule que l'on met en communication avec le pôle positif d'une forte pile, et on verse dans la capsule un peu de mercure dans lequel on fait plonger le pôle négatif de la pile. La baryte est décomposée peu à peu, et son métal se dissout dans le mercure. En soumettant ensuite l'amalgame à la distillation, on volatilise le mercure, et le baryum reste dans la cornue. On l'obtient aujourd'hui plus facilement en chauffant au rouge vif de la baryte dans un courant de vapeur de potassium on de sodium oui s'empare de son oxygène.

Basalte. - Le basalte est une roche d'origine volcanique plus récente que le trachyte, noire ou grise, très dure, principalement composée de pyroxène et de feldspath, disposée en nappes horizontales, en dykes ou en filons. Elle s'est ordinairement fendillée au moment du refroidissement en prismes verticaux à cinq ou six pans, juxtaposés, dont l'ensemble présente l'aspect d'une colonnade régulière du plus bel effet, comme sont les Chaussées de géants, la grotte de Fingal. Il y en a beaucoup dans le Massif Central en France. On en fait des dalles pour carrelage, des colonnes, etc. 

Bas-fonds, élévations dans le fond de la mer, faciles à reconnaître avec la sonde, mais assez éloignées de la surface des eaux pour que de grands navires n'aient rien à en redouter. Au contraire, les hauts-fonds sont des exhaussements plus élevés, sur lesquels il y a danger à passer. (B.).

Base (chimique). - 

Bassin hydrographique. - Zone parcourue par des cours d'eau dont les eaux se réunissent dans un réservoir commun.

Battement. - 

Bedouzes, Blouses ou Tremblants, nom donné dans les pays de dunes sur les côtes du golfe de Gascogne, à de petites chaînes de monticules, que séparent des vallées souvent humides et dont le sol s'enfonce sous les pas. (B.).

Berkélium (Bk). - Corps simple découvert en 1950 en borbandant des noyaux d'Américium avec des noyaux d'hélum. Numéro atomique : 97; masse atomique : 247.

Berges ou Barges, nom donné à de grands rochers âpres, élevés à pic au-dessus de l'eau. Tels sont ceux d'Olonne, en France. (B.).

Béryl. - Les béryls, minéraux appartenant au groupe de cyclosilicates, sont des pierres précieuses composées de silice, d'alumine et d'oxyde de bérylium [Be3Al2(Si6O18)]. On en distingue plusieurs variétés, notamment l'aigue-marine et l'émeraude :.

  • Le béryl proprement dit ou aigue-marine est d'un vert bleu ou jaunâtre dû à une petite quantité d'oxyde de fer

  •  
  • L'émeraude, qui a plus de valeur, est d'un beau vert pur dû à une petite quantité d'acide chromique.
  • Les béryls se trouvent disséminées dans les roches granitiques, au Pérou en Colombie. En France, dans le Limousin, on trouve des béryls d'un très gros volume.

    Béryllium (Be). - Corps simple métallique, que l'on extrait de la glucine (d'où son ancien nom de glucinium) ; numéro atomique : 4; masse atomique : 9,01. Se présente comme d'un métal gris, dur et réfractaire. On peut l'unir à divers métaux, pour former des alliages. C'est sous cette forme qu'il est utilisé notamment en aéronautique et dans les réacteurs nuclaires. 

    Bêta (particule). - électron ou positon émis par un noyau au cours d'un processus radioactif (on parle alors de radioactivité Bêta).

    Bethe (cycle de). -

    Big bang (ou Grand boum). - Nom de la théorie cosmologique actuellement admise. Elle repose sur le constat de l'expansion de l'univers (qui n'a jamais été assimilable à une explosion, malgré ce que l'onomatopée suggère), qui conduit à admettre que si l'on remonte dans le passé, n'importe quelle distance actuelle a dû à un certain moment être nulle (en théorie) ou du moins beaucoup plus petite. A cette époque - c'est-à-dire il y a douze à quinze milliards d'années - l'univers connaissait de hautes densités et températures. L'usage fait appeler big bang les tous premiers instants de cette expansion. On peut également dire que la date du big bang est celle à laquelle toutes les distances - les modèles cosmologiques utilisent ici plutôt le terme de facteur d'échelle, qui est une longueur arbitraire - étaient nulles en théorie. L'âge de l'univers est compté à partir de cette date.

    Big crunch. - Etape finale d'un univers qui connaîtrait une période de contraction, qui se présente comme l'inverse du big bang, étape initiale de l'univers en expansion. Ce scénario qui fait suivre l'expansion actuelle par une contraction intervient dans les modèles cosmologiques qui envisagent une densité de l'univers supérieure à une certaine valeur appelée densité critique.

    Binaire (astre). - Système composé de deux astres en orbite autour de leur centre de gravité commun. On peut dire cela du système Terre-Lune, de certaines galaxies et surtout d'une proportion importante d'étoiles (Les étoiles doubles).

    Biosphère. - Région de la Terre où se concentrent tous les organismes vivants. Cela inclut la basse atmosphère, les océans et une très fine couche à la surface de la croûte terrestre. On désigne parfois aussi sous ce nom l'ensemble des organismes vivants qui se développent sur notre planète. Leur masse totale est appelée biomasse.

    Bise. - Nom donné vulgairement au vent sec et froid qui souffle du nord-est. Dans le midi de la France et en Italie, on l'appelle tramontane (de tra, à travers; montana, montagne), parce qu'il passe au-dessus des Alpes ou des Apennins.

    Bismuth (Bi). - Le bismuth est un métal blanc grisâtre : les Anciens le confondaient avec le plomb et l'étain. A l'état pur, il ressemble à l'antimoine. Dans les arts, on s'en sert pour fabriquer les alliages fusibles et pour préparer certains émaux. On trouve le bismuth à l'état natif, ainsi qu'à l'état d'oxyde, et de sulfure. C'est presque toujours le bismuth natif que l'industrie exploite. Il est en masses lamelleuses ou granulaires, d'un blanc d'argent rougeâtre, avec ramifications imitant les feuilles de fougère : Il est très fusible; dans les creusets, il fond et se prend en masses. Numéro atomique : 83; masse atomique : 208,98

    Bissextile. - 

    Bitume. - Les bitumes ou asphaltes sont un mélange de divers carbures d'hydrogène (hydrocarbures). Il sont bruns ou noirs, fondent à 100 °C environ. Le pétrole ou naphte est une variété de bitume, liquide à la température ordinaire. Les bitumes abondent dans les régionsvolcaniques. Sur la mer Morte, le bitume flotte à la surface des eaux, où on peut le recueillir.

    Blazar. - 

    Bloc. - 

    Bocca d'Inferno. - 

    Bohrium (Bh). - Corps simple de numéro atomique 107; masse atomique : 264. Il a été découvert en 1981.

    Bolide (Les Étoiles filantes*). - Un bolide est un météore très brillant (souvent visible en plein jour) créé par l'entrée et la destruction dans l'atmosphère d'un météoroïde relativement gros. Ces corps lumineux  traversent l'atmosphère comme des étoiles filantes ordinaires, et en diffèrent seulement en ce qu'ils possèdent un disque sensible. On a vu des bolides éclairer le ciel d'une lumière assez vive pour être appréciable même en plein jour. Ils sont quelquefois accompagnés de traînées lumineuses, de fumée et de détonation. Si les débris du corps impliqué dans la formation du météore tombent au sol, ils constituent ce qu'on nomme les météorites

    Borate. - Les borates sont des combinaisons d'acide borique avec différentes bases. Le plus remarquable est le borax ou borate de soude, d'un blanc gris, de saveur alcaline, à éclat vitreux résineux. Au chalumeau, il se gonfle et entre en fusion. On le rencontre en petites couches cristallines sur les bords de certains lacs de l'Inde et du Tibet, ou dissous dans leurs eaux. En France, on le fabrique en combinant la soude avec l'acide borique. Le borax est fréquemment employé comme fondant, dans la métallurgie; dans la soudure dès métaux, dans la peinture sur verre et sur émail.

    Bore (B). - Corps simple (numéro atomique : 5; masse atomique : 10,8) qui, par sa combinaison avec l'oxygène, donne l'acide borique, puis les borates. C'est à peu près uniquement à ces deux états qu'on le trouve dans la nature. Au point de vue physique, cette substance est remarquable par ses analogies avec le charbon. Le charbon existe sous trois états bien distincts : l'état amorphe (charbon ordinaire), l'état graphitoïde (graphite, plombagine), l'état octaédrique (diamants noirs ou blancs). Le bore peut être également obtenu sous ces trois états. - Le bore amorphe a été découvert par Gay-Lussac et Thenard, en traitant l'acide borique anhydre par le potassium, il forme une poudre brune prenant feu à l'air ou dans un courant de bioxyde d'azote, sous l'influence d'une chaleur rouge, et infusible au feu de forge. - Le bore graphitoïde a été obtenu par Deville, en dissolvant du bore dans l'aluminium fondu, puis attaquant ce dernier métal par une lessive bouillante de soude, de la même manière qu'on obtient le charbon graphitoïde en dissolvant du charbon dans de la fonte en fusion, puis traitant le mélange par un acide. Le bore obtenu est en lamelles ou paillettes offrant une grande résistance aux agents d'oxydation.  - Le bore cristallisé, diamant de bore, a été découvert également par Deville, en exposant pendant cinq heures, à une haute température, 80 parties d'aluminium en poids, et 100 parties d'acide borique fondu. On obtient ainsi du bore cristallisé dans la masse de l'aluminium en excès. Une lessive de soude concentrée et bouillante enlève le métal et laisse le bore en cristaux transparents, de couleur grenat, due au cuivre que contient l'aluminium, doués d'un grand pouvoir réfringent et d'un éclat adamantin. Ces cristaux sont d'une dureté comparable à celle du diamant noir, et leur poudre a pu être employée avec avantage à la place d'égrisée, ou poudre de diamant, pour la taille de cette pierre précieuse. Le bore cristallisé résiste avec une énergie extrême à l'oxydation, mais il s'enflamme au rouge dans un courant de chlore et donne du chlorure de bore gazeux.

    Boson. - Les bosons, dont le nom est dérivé de celui du physicien Satyendranath Bose, sont les particules élémentaires de spin entier (0, 1, 2, ...), parmi lesquelles se recrutent les agents des interactions fondamentales. Et se distinguent de l'autre grand groupe de particules, les fermions, dans lequel se rangent particules élémentaires de matière.

    Bouclier. - 

    Boussole. - 

    Bras spiraux. - Les bras spiraux sont des structures caractéristiques d'un grand nombre de galaxies, appelées pour cela galaxies spirales, et parmi lesquelles se range aussi la Voie Lactée. Ces bras sont des régions où sont concentrées certaines étoiles excessivement brillantes : les étoiles les plus jeunes, à peine sorties du nid, et parmi elles les étoiles massives bleues, à très faible durée de vie. On voit des bras spiraux en premier lieu parce que ces étoiles y dominent par leur éclat, et parce que leur intense rayonnement UV suscite autour d'elles de grandes nébuleuses brillantes, aussi appelées régions II. Les bras spiraux sont donc en première instance des régions dans lesquelles se déroulent de façon privilégiée le processus de formation stellaire

    Brèche, de l'italien breccia = brèche, rupture. - Nom donné à un aggrégat pierreux de fragments anguleux, non arrondis comme les poudingues, tout au plus émoussés et disséminés sans ordre dans une pâte; ces fragments ont rarement l'aspect cristallin dans leur cassure, et ne l'ont jamais dans leur forme; et du reste ils ne se pénètrent jamais et ont toujours leurs contours nets. On observe encore que la pâte et les fragments qui composent ces roches n'ont pas la même origine et n'ont pas été formés dans le même temps.

    Parmi les nombreuses variétés de brèches connues, on peut citer les divisions suivantes : 

    Brèche siliceuse; elle appartient en général à la variété qu'on désigne sous le nom de silex agate.

    Brèche silicéo-calcaire, composée de fragments anguleux, de craie durcie réunie par un silex pyromaque, voisin du silex agate. 

    Brèche calcaire, variété la plus commune à laquelle on doit rapporter tous les marbres nommés brèche, marbre d'Alet, près d'Aix-en-Provence, marbre brocatelle, etc. 

    Brèche granitique, composée de fragments de granit, même de porphyre (brèche dure d'Égypte). 

    Brèche schisteuse, formée de fragments anguleux de divers schistes agglutinés par un ciment à peine visible; A. Brongniart l'a trouvée près de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques).

    Bremstrahlung. - 

    Brillance. - 

    Brise. - Petit vent frais et doux. Vent en général, quand il est peu violent. Tout le pourtour des continents est bordé, pour ainsi dire, d'une frange de brises produites par la différence de température entre la terre et l'eau. Ces brises alternent en direction, la brise de jour soufflant vers la terre, la brise de nuit soufflant vers la mer. De même, les montagnes ont leur système régulier de brises. 

    Brisure de symétrie. - 

    Brome (Br), du grec brômos = fétide. - Corps simple de la famille des halogènes, présentant de grandes analogies avec le chlore, et que l'on rencontre en petite quantité dans certaines eaux minérales (Bourbonne-les-Bains, Lons-le-Saulnier), dans les mines du Chili à l'état de bromure d'argent, dans les plantes marines et dans l'eau de la mer, également à l'état de bromures alcalins. C'est un liquide d'un rouge brun ou pourpre, très toxique, d'une saveur repoussante, d'une odeur forte et pénétrante rappelant celle du chlore. Il attaque fortement la peau qu'il corrode et colore en jaune. Sa densité est près de trois fois celle de l'eau (2,966); il se congèle à  -22°C, bout à 82°C et se volatilise rapidement à la température ordinaire en donnant des vapeurs d'un jaune orangé. Sa solubilité dans l'eau est très faible, bien qu'il forme avec ce liquide un hydrate. Ce composé cristallisé brun rouge se détruit à 15°C ou 20°C. Ses dissolvants naturels sont l'alcool et l'éther. Le brome a été découvert en 1826 par Balard dans les eaux mères des marais salants à l'état de bromure de magnésium.  Numéro atomique : 35; masse atomique : 79,9.

    Brouillard. - Amas de gouttelettes d'eau, épaisses et froides, qui obscurcissent l'air.
    Les brouillards sont des nuages en contact avec le sol. Ils se produisent toutes les fois que l'air saturé d'humidité subit un refroidissement, ou encore lorsque le sol humide (ou la mer) sont plus chauds que les couches d'air qui les recouvrent. Les brouillards marins prennent le nom de brumes et rendent très dangereuse la navigation dans les parages où ils sont fréquents (Terre-Neuve, abords de l'Angleterre et de l'Irlande).

    Bruit. - 

    Bulbe. - 

    .


    Les mots de la matière
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

    [Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

    © Serge Jodra, 2004 - 2020. - Reproduction interdite.