.
-

Inventaires > Les mots de la matière > G
G
Gadolinium (Gd). - Métal rare découvert en 1890. C'est le corps simple de numéro atomique 64; masse atomique : 157,25.

Galaxie. - Groupement de très nombreuses étoiles (de plusieurs  centaines de milllions à plusieurs centaines de milliards), unies par la gravité. On classe les galaxies en plusieurs types selon leur morphologie (galaxies spirales, lenticulaires, elliptiques, irrégulières, etc). - Au singulier et avec une majuscule, le mot Galaxie designe la Voie lactée, qui est une galaxie spirale. 

Gallium (Ga). - Corps simple de numéro atomique 31; masse atomique : 69,72. C'est un métal dont la température de fusion est très basse ( 29,76 °C).

Gamma (rayonnement). - Rayonnement électromagnétique de très haute énergie. Dans les conditions de laboratoire, il est produit par les noyaux des atomes (radioactivité gamma). En astrophysique, il peut également correspondre à des phénomènes de désintégration radioactives d'éléments expulsés notamment par l'explosion de supernovae. Et de façon générale il sera associé aux évenements les plus violent observés dans l'univers.

Gaz. - ensemble d'atomes, de molécules ou d'ions à l'état fluide susceptible de compressions ou d'extensions. L'état gazeux s'oppose à celui d'autres fluides, les liquides, résistants à la compression, et à des états tels que l'état solide, pour lequel les atomes constituants sont liés rigidement. Un gaz ionisé prend le nom de plasma. L'état de plasma est le plus fréquent dans l'univers. 

Gaz parfait. - Un gaz parfait est un gaz théorique, dans lequel les dimensions des particules sont négligeables par rapport au volume considéré ainsi que les collisions entre particules (ces deux conditions sont réalisées en pratique dans un gaz très dilué). Un tel gaz obéit à l'équation des gaz parfaits :

PV = NkT

où P est la pression, V le volume, N le nombre de particules, k la constante de Boltzmann et T la température.

Gegenschein. -

Gelée blanche. - La gelée consiste dans l'abaissement de la température au-dessous de 0 °C,  à la suite duquel l'eau se convertit en glace. La moins forte des gelées est la gelée blanche, qui se produit durant les nuits étoilées, au printemps et à l'automne; l'absence de nuages augmente l'émission de chaleur de la terre vers les espaces célestes, et le refroidissement est suffisant pour faire condenser sur le sol et les végétaux la vapeur d'eau contenue dans les couches inférieures de l'atmosphère; ce dépôt constitue la rosée, et, si le refroidissement est suffisant, les gouttelettes se congélent et donnent la gelée blanche. D'autre part, les jeunes bourgeons laissent transsuder leur eau, et les premiers rayons du soleil en les frappant les brûlent; d'où l'expression de bourgeons grillés.

Géocentrique. -

Géocroiseur. -

Géodésie*. -

Géographie*. - Science qui étudie tous les phénomènes observables à la surface du globe terrestre. 

Géologie*. - Science qui étudie la constitution, la structure et l'évolution de la Terre et, par extension, celles des autres corps célestes présentant une surgface solide.

Germanium (Ge). - Corps simple découvert en 1885. Numéro atomique : 32; masse atomique : 72,6. Utilisé dans les technologies à base de semi-conducteurs.

Geyser. -

Givre. - Très fine couche de glace recouvrant les corps solides exposés à un air très froid.

Glace. -

Glaciation. -

Glacier. - Masse de glace permanente issue de la compression d'épaisses couches de neige accumulées au cours du temps.

Globe. - En géographie, c'est une sphère sur laquelle est figurée la surface de la Terre.

Globe de feu. -

Gluon. - Particule de masse nulle véhiculant l'interaction nucléaire forte.

Gneiss (mot emprunté à l'allemand) . - Les gneiss sont des roches essentiellement composées de feldspath lamellaire ou grenu et de mica en paillettes. Leur structure est toujours plus ou moins feuilletée. Outre ces substances, les gneiss contiennent très souvent du quartz, du talc ou du graphite : il en résulte trois variétés distinctes de gneiss que l'on nomme gneiss quartzeux, talqueux et graphiteux. Lorsque les cristaux de feldspath sont très apparents, le gneiss reçoit le nom de gneiss porphyroïde. Les gneiss peuvent encore, mais accidentellement, renfermer des tourmalines, des grenats, et différents métaux, tels que le fer et le molybdène, qui y sont disséminés. Considérés sous le point de vue géologique, les gneiss forment de vastes systèmes de terrains dont la stratification est toujours distincte, et qui renferment un grand nombre de filons. Ces gneiss reposent ordinairement sur les granits. (DV.).

Gnomon. - Type de cadran solaire dont le style est une tige verticale projetant son obre sur une surface horizontale.

Golfe, baie. - En termes de géographie, on nomme baie un enfoncement de la mer dans l'intérieur des terres; mais, comme cette définition convient également au mot golfe, on ajoute que la baies présente à son entrée une ouverture plus étroite, tandis que le golfe, au contraire, présente sa plus grande largeur à l'entrée même. La baie d'Audierne, en France, celle de Naples, en Italie, ainsi que bien d'autres, sont loin d'offrir ce caractère; cependant toutes les cartes leur donnent ce nom. Quelques auteurs disent que la baie diffère seulement du golfe en ce que la première est plus petite. Ceci est généralement vrai, mais souffre pourtant de nombreuses exceptions; nous nous contenterons de citer la baie d'Hudson. La confusion entre les deux termes de golfe et de baie est à peu près complète, et il sera fort difficile de la faire cesser. Elle tient à ce que les navigateurs et les cartes ont souvent accepté sans examen, les noms géographiques imposés par les géographes anglo-saxons. Or, en anglais les termes gulf et bay une signification complètement opposée à celle que les géographes français, donnent à golfe et à baie. Le gulf des Anglais est plus étroit à l'entrée (exemple : le golfe Arabo-persique), et leur bay, au contraire, est plus large.

Gouffre. -

Grand axe. - Axe le plus long d'une ellipse. Le demi-grand axe est donné pour synonyme de distance moyenne d'un corps au corps autour duquel il est en orbite.

Granit. - Roche formée d'un agrégat de cristaux de feldspath, de quartz et de mica (biotite) ou d'amphibole.

Granulation. -

Graphite. - Le graphite est la forme rhomboédrique du carbone. Les cristaux les plus purs contiennent en outre du carbone une petite quantité de sesquioxyde de fer. Le graphite se présente en petites lamelles hexagonales et le plus souvent en masses foliacées, écailleuses ou compactes.  Clivage basique parfait; les lames de clivages sont flexibles. L'éclat est métallique; la couleur varie du noir de fer au noir gris d'acier; le graphite laisse sur le papier une trace noire; son toucher est gras. Dureté, 1 à 2. Densité, 2,09 à 2,29. Bon conducteur de l'électricité. Le graphite se trouve parfois en masses exploitables dans les granites, les gneiss, les micaschistes et les calcaires cristallins. Les variétés terreuses désignées sous le nom de mine de plomb ou de plombagine sont utilisées pour divers usages et particulièrement pour le noircissement des objets de fer. Les gisements de Sibérie (Russie) sont considérables; les Etats-Unis fournissent aussi beaucoup de ce minéral. On en trouve aussi On en trouve en différentes localités de la France, de l'Espagne, de la Corse. La tremenheerite est une variété impure de graphite. Le nom de graphitoïde a été donné par Sauer à une variété de carbone, brillant à la flamme d'un bec Bunsen et imprégnant les micaschistes de l'Erzgebirge. La schungite d'Olonetz est aussi une variété de carbone, intermédiaire entre le graphite et l'anthracite.  (A. Lacroix).

Grauwacke. - Ce terme, emprunté aux mineurs allemands et souvent employé, dans un sens indéterminé, pour toutes sortes de roches schisteuses anciennes qui ne sont pas exclusivement argileuses, doit rester appliqué aux schistes grossiers, originairement siliceux et calcarifères, qu'une disparition de leurs parties calcaires, sous l'influence des eaux d'infiltration, a rendu vacuolaires. Dans les Ardennes, les grauwackes dévoniennes de Montigny et d'Hierges offrent de bons types de ces roches où les fossiles ne sont plus conservés qu'à l'état de moules internes et externes, le test calcaire de la coquille qui séparait ces deux moules ayant disparu par dissolution. Leur coloration brune habituelle est également produite par un phénomène ultérieur de suroxydation de leurs éléments ferrugineux.

Grave. - Corps grave = corps pesant, c'est-à-dire sensible à la gravitation.

Gravitation. - Dans la physique classique, c'est le phénomène par lequel deux corps matériels s'attirent avec une force proportionnelle au produit de leurs masses (masses gravitationnelles) respectives et inversement proportionnelle à leur distance (attraction universelle de Newton). Dans la relativité générale, c'est l'effet d'une masse (masse inertielle idéntifiée à la masse gravitationnelle) ou d'une énergie sur la courbure de l'espace-temps. Lorsque le champ gravitationnel étudié est faible, les formules de calcul classiques sont utilisables avec un bon degré de précision.

Grêle. - Eau congelée tombant de l'atmosphère en grains arrondis (grêlons).

Grenat. - Minéral  de couleur variable, le plus ordinairement rouge. Tous les grenat cristallisent dans le système cubique. Ils fondent à la flamme du chalumeau et donnent un verre transparent de densité inférieure à celle du grenat qui l'a produit. Généralement, l'acide chlorhydrique n'attaque pas les grenats, à moins que ceux-ci ne renferment une forte proportion de calcium ; mais, après avoir subi la fusion, ces mi néraux sont complètement décomposés par l'acide chlorhydrique, qui en précipite de la silice gélatineuse. Il suffit même, pour qu'un grenat acquière cette propriété, de le chauffer au rouge sans le fondre, s'il est riche en calcium
le grenat constitue une pierre précieuse (escarboucle, gemme rouge); on le trouve dans une foule de roches, de granits, de gneiss, etc. Les principales variétés employées dans la bijouterie sont : le grenat grossulaire, le grenat almanpin, le grenat mélanite.

Grès. - On donne ce nom à des roches composées de grains de quartz agglomérés. Les grès sont des roches primitivement déposées à l'état de sable, mais dont les éléments meubles ont été soudés par un ciment siliceux, calcaire ou ferrugineux. Les grès siliceux ont une grande dureté. Parfois, l'agglomération est si parfaite que la cassure présente un aspect luisant : c'est le cas des grès dits lustrés. Chez d'autres types, le grain de la roche n'est plus visible, le microscope y révèle même une structure cristalline : ce sont les quartzites. Les grès ferrugineux ont une couleur rouge due à l'oxyde de fer. Les grès psammites sont à ciment argileux; ils sont micacés et schisteux. Les grauwackes sont siliceux et décalcifiés par les eaux d'infiltration. Les macignos sont argileux et calcarifères. Les grès verts doivent leur couleur à la glauconie.

Grésil. - Quand au moment de la chute de la neige, il vient à se produire des coups de vent brusques, les flocons neigeux routés les uns contre les autres s'agglutinent, se durcissent et prennent en même temps une forme arrondie. Ils constituent alors ce que l'on appelle le grésil. Le grésil est une forme rudimentaire de la grêle, qui n'apparaît jamais en été, au moins dans les climats chauds ou tempérés. Les grains de grésil, peu consistants et blancs à la surface, n'ont que quelques millimètres de diamètre; ils sont parfois arrondis, parfois en pyramides à trois pans; leur structure est cristalline. Ils se produisent toujours à la suite d'un coup de vent. Ce coup de vent mêle et met en contact les menus cristaux de glace et les gouttelettes des nuages en surfusion qui coexistent dans des couches d'air très voisines, un peu au-dessus de la couche isotherme de 0 °C. Les nuages d'eau surfondue, qui atteignent de grandes épaisseurs en été, ne peuvent occuper, dans la saison froide qu'une couche atmosphérique très mince et très basse : les menus cristaux de glace ne peuvent donc précipiter autour d'eux qu'une très faible quantité d'eau surfondue, ce qui explique leur petitesse en comparaison des grêlons. Une observation de Kaemtz a montré la nécessité du coup de vent dans la genèse du grain de grésil : la neige tombante peut se transformer en corps sphériques ou pyramidaux dès que le vent soufflait par rafales, et reprendre la forme de flocons dès que le vent cesse.

Gypse. - Sulfate hydraté de calcium. Le gypse se présente en masses compactes et grenues comme l'albâtre gypseux et le gypse saccharoïde et en cristaux. La forme cristalline du gypse dérive, d'un prisme rhomboïdal oblique. Ce corps jouit de la double réfraction à deux axes; il présente trois plans de clivage, dont deux faciles et un plus difficile. Les deux premiers sont inclinés de 60°; le troisième leur est perpendiculaire. Le système cristallin du sulfate de calcium offre plusieurs variétés. Les macles sont très communes; c'est la macle de deux cristaux lenticulaires qui produit la variété connue sous le nom de fer de lance, et c'est la section de cette macle qui offre la forme qui lui a valu son nom; sa couleur est jaunâtre. Des lits de gypse entièrement, mais confusément cristallisé, sont désignés, selon leur épaisseur, sous les noms de grignard et pied d'alouette. Ces différentes variétés sont très communes dans la pierre à plâtre du Bassin parisien. Les cristaux trapéziens sont assez abondants dans les marnes qui recouvrent cette roche; ils sont souvent incolores et transparents. Les marnes jaunes sont particulièrement pétries de veinules cristallisées, formées d'une quantité prodigieuse de petites lentilles. - En géologie, on connaît sous le nom de gypse parisien, une importante assise de gypse saccharoïde, grenu, de formation lagunaire, qui occupe une grande étendue dans le Bassin parisien, dans un vaste cercle limité par Villers-Cotterets, Reims, Melun, Chevreuse, Montfort, Mantes et Beaumont. Le gypse n'affleure nulle part, car il est soluble; il n'existe que là où les marnes du gypse, imperméables, l'ont protégé contre les eaux d'infiltration. Le gypse parisien est divisé en quatre couches ou masses très fossilifères, qui sont généralement séparées par des lits de marnes.

.


Les mots de la matière
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2021. - Reproduction interdite.