.
-

Inventaires > Les mots de la matière > E
E
Eau. - Liquide transparent, incolore, inodore et insipide dont la formule chimique est H2O.

Echo. - Répétition d'un son due à la réflexion des ondes sonores qui, heurtant un ou plusieurs corps, changent de direction et produisent sur l'ouïe, après l'impression directe, une ou plusieurs impressions nouvelles.
.
Éclat. - La notion d'éclat (ou de luminance* ou encore de brillance, pour reprendre un terme qui tend à devenir obsolète) désigne la densité spatiale d'un flux lumineux (luminosité).

Eclipse. - En astronomie on parle d'éclipse à propos de la situation dans laquelle un astre est temporairement occulté, totalement (éclipse totale) ou partiellement (éclipse partielle), par l'interposition d'un autre astre. Il y a éclipse de Soleil, quand la Lune s'interpose entre la Terre et le Soleil; il y a éclipse de Lune lorsque la Terre s'interpose entre la Lune et le Soleil. 

Ecliptique. - Grand cercle de la sphère céleste qui correspond à l'intersection avec cette sphère du plan de l'orbite terrestre autour du Soleil. 

Ecorce. - 

Ecosystème. - 

Effet de serre. - 

Effondrement gravitationnel. - 

EGG (= evaporation gazeous globule ouglobule gazeux en évaporation). - Il s'agit de condensations de matière interstellaire qui enrobe une étoile ou un groupe d'étoiles en formation. On peut les observer par exemple dans la Nébuleuse de l'Aigle (M 16) dans le Serpent, comme les extrémités de "piliers" ou de "projections" se détachant sur fond de nébuleuse. Des indices existent qui laissent penser que notre Système solaire est issu lui aussi d'un EGG.

Einstein (--- d'). - 

Einsteinium (Es). - Elément chimique synthétisé pour la première fois en 1955. Il a pour numéro atomique 99. Masse atomique :  252.

Electricité. - Forme d'énergie liée à la propriété de certains corps de s'attirer ou de se repousser mutuellement. Elle correspond à l'existence de  caractéristiques propres à certaines particules élémentaires (leur charge électrique : les électrons, pér exemple, portent une charge électrique négative; les protons portent une charge positive ). Quand il y a déplacement collectif de telles particules chargées électriquement (électrons en particulier), on par le de courant électrique. L'électricité est une expression de l'électromagnétisme l'un des quatre interactions fondamentales de la nature.

Electrodynamique quantique. - Approche relativiste de la mécanique quantique.

Electron. - Particule élémentaire stable entrant dans la constitution des atomes. Sa charge électrique est négative égale à l'unité (elle est donc aussi égale en valeur et opposée en signe à celle du proton). C'est la manière dont se structurent les électrons autour des atomes qui expliquent les propriétés chimiques des corps, ainsi que les propriétés spectrales de la lumière qu'ils peuvent émettre ou absorber. L'electron appartient à la famille des leptons.

Electromagnétisme*. - 

Elément. - Le sens du terme élément varie considérablement selon le contexte.  - En mathématiques, les éléments sont constituants des ensembles. - En chimie, ce sont les corps les plus simples (Eléments chimiques), au regard des transformations considérées. C'est, par exemple, l'hydrogène, le carbone, l'oxygène, le fer, le silicium, le soufre, etc. - En mécanique céleste, on parle d'éléments orbitaux à propos des paramètres (au nombre de six) utilisés pour décrire l'orbite d'un corps céleste.

Eléments (air, terre, eau, feu...). D'après l'ancienne philosophie, les éléments ont formé toutes choses (La matière antique). On en reconnaissait quatre : l'eau, l'air, la terre, et le feu. Au Moyen âge, on adopta quatre animaux comme présidant aux éléments, le hareng à l'eau, le caméléon à l'air, la taupe à la terre, et la salamandre au feu. - Air : c'était le principe et la substance universelle suivant les philosophes ioniens' Anaximène et Diogène d'Apollonie. (B-E.). - Eau. : c'était le premier principe et la matière première de toutes choses suivant Thalès. Cette physique et cette cosmogonie ont été renouvelées en partie par B. de Maillet, qui pensait que tous les êtres sont sortis du sein des mers, et que leur état présent est dû à des transformations successives, opinion dont s'est aussi inspiré le naturaliste Lamarck. - Feu : le premier principe de toutes choses suivant les philosophes ioniens Hippase de Métaponte et Héraclite d'Éphèse. - Terre  : l'opinion qui fait de la Terre un élément et l'un des principes substantiels de la Nature paraît remonter à Empédocle, qui, suivant ce que rapporte Aristote, l'ajouta à l'Air, à l'Eau et au Feu, reconnus au même titre par les autres philosophes de l'école Ionienne, et les soumit tous ensemble au pouvoir de l'Amour et de la Discorde, pris comme principes moteurs. 

Ellipse*. - 

Elongation. - 

Emersion. - L'émersion d'un astre correspond à sa réapparition lorsqu'il a été momentanément occulté par un autre, et plus spécialement par la Lune, lorsque le premier était éclipsé. L'émersion, qui est la sortie de l'ombre s'oppose à l'immersion qui est au contraire l'entrée dans l'ombre. 

Emission. - Production ou projection d'un rayonnement, d'une particule. Un spectre en émission correspond à la gamme des différentes énergies que possède un rayonnement en provenance d'un corps.

Empreintes. - 

Energie. - En physique, on défini l'énergie comme la capacité d'effectuer un travail. mathématiquement, l'énergie E est une grandeur scalaire et est identique au travail W d'une force F. L'unité de mesure S.I. utilisée pour l'énergie et pour le travail est le joule. L'énergie se manifeste sous diverses formes : énergie mécanique (énérgie cinétique + énergie potentielle), énergie thermique, énergie électrique, énergie chimique, énergie nucléaire, etc. De façon générale tout corps ou tout système matériel (un ou plusieurs corps dans une portion définie de l'espace) possède une énergie totale égale à la somme de tous les types d'énergie qui lui sont attachés. Si ce système n'a pas d'interactions avec le reste du monde, la quantité totale d'énergie est conservée. L'énergie peut aussi être transférée à un autre système ou échangée, avec sous sans transformation. Les diverses formes d'énergie peuvent se transformer les une dans les autres au cours des processus qui affectent le corps ou le système de corps concerné.

Entropie. - 

Enveloppe. - 

Eocène. - Période du Paléogène suivant le Paléocène (il y a 55,8 millions d'années, et précèdant l'Oligocène (il y a 33,9 millions d'années). Cénozoïque.

Ephémérides*. - Tables où sont consignés en fonction du temps les positions des corps céleste, et  plus spécialement les corps célestes du Système solaire.

Epidote. - Les épidotes sont des minéraux du groupe des nésosilicates. Ils sont composés de silice, d'alumine, de fer et de chaux. Les cristaux sont généralement verts : on les trouve en groupe de bâtonnets implantés dans les roches cristallines basiques. Il existe plusieurs variétés : allanite, clinozoïte, pistacite, thulite, zoïsite; On les rencontre dans le Dauphiné (Oisans), le Tyrol, la Norvège, l'Oural.

Epistémologie*. - Branche de la philosophie qui se consacre à l'étude critique des sciences visant à connaître leurs méthodes, leurs bases, leur portée, etc.

Epicycle*. -

Époque de référence (Le repérage des astres*). - Afin de tenir compte de la modification au fil du temps des coordonnées des astres du fait de la précession des équinoxes, ces coordonnées sont rapportées sur les cartes et les catalogues à une époque de référence. Le choix de la date a changé plusieurs fois dans le passé. Actuellement, on rapporte le plus souvent les coordonnées des astres aux valeurs qu'elles avaient (indépendamment de leur mouvement propre) le 1er janvier 2000 à midi (heure de Greenwich). Ce que l'on note conventionnellement J2000,0. Le J faisant référence à la période julienne, dans laquelle les années ont 365,25 jours.

Équateur. - L'équateur est le grand cercle de la sphère terrestre, perpendiculaire à l'axe de rotation de notre planète. Il partage notre globe en un deux hémisphères  : nord et sud.

Équateur céleste (Le Repérage des astres). - L'équateur céleste est le grand cercle de la sphère céleste, perpendiculaire à l'axe du monde, c'est à dire à l'axe de rotation de la Terre. Son intersection avec la Terre est l'équateur terrestre. Quant aux deux intersections de l'axe du monde avec la sphère céleste, ils constituent le pôle Nord céleste (près de l'étoile Polaire, dans la Petite Ourse) et le pôle Sud céleste (près de l'étoile Sigma de la constellation de l'Octant).

Équation annuelle (Equation personnelle), inégalité du mouvement lunaire, découverte par Kepler, d'après les observations de Tycho Brahé. Elle a pour expression : (0°11' 16") sin m, m désigne l'anomalie moyenne du Soleil. Elle dépend de la distance de la Terre au Soleil, et par conséquent de la position de la Terre sur son orbite, d'où le nom d'équation annuelle.

Équation du centre, aussi appelée équation de l'orbite, et que les anciens astronomes nommaient prostaphérèse est la différence entre la longitude moyenne du Soleil et sa longitude vraie, quantité égale entre l'anomalie moyenne et l'anomalie, vraie. On  a à considérer l'équation du centre chaque fois étudie le mouvement des planètes, le mouvement apparent du Soleil, ou le mouvement réel de la Terre, celui de la Lune dans son orbite, etc. Elle intervient en particulier dans le calcul de l'équation du temps
Connaissant l'équation du centre et la longitude moyenne du Soleil, il est facile d'en déduire sa longitude vraie; car si l'on nomme E, M et L ces trois quantités, et PI la longitude du périgée, on a évidemment : L = PI + v et M = PI + m, v représentant l'anomalie vraie et m l'anomalie moyenne, on en déduit : L-M = v-m = E. 

On opérerait de la même manière pour la Lune. Un calcul analogue serait applicable à la longitude héliocentrique d'une planète. 

Pour la Lune, l'équation du centre, découverte par Hipparque, est exprimée par la formule (6° 16' 24"8). sin m', dans laquelle m' représente l'anomalie moyenne de la lune.

Equation personnelle. - En astronomie, c'est la quantité qu'il faut ajouter ou soustraire à la valeur moyenne d'une quantité astronomique pour égaler sa valeur vraie. 

Equatorial. - 

Equilibre. -

Equinoxe (L'Année et les saisons*). - Les équinoxes ou points équinoxiaux sont les deux points de l'écliptique, qui correspondent aux époques, également appelées équinoxes, où, comme le suggère l'étymologie, le jour naturel est égal à la nuit (Les Jours et les nuits). A ces moment de l'année, qui correspondent au 20 ou 21 mars et  au 22 ou 23 septembre, le Soleil se lève exactement à l'Est et se couche exactement à l'Ouest et l'axe de la Terre est inclus sur un plan tangent de son orbite. Le point équinoxial de mars est aussi appelé point vernal.  Il sert de base à la définition des systèmes de coordonnées écliptiques et célestes. Le passage du Soleil par ce point marque aussi dans l'hémisphère Nord le début du printemps. L'axe qui joint les deux points équinoxiaux est appelé ligne des équinoxes; il est perpendiculaire à la ligne des solstices.

Equinoxiales (régions). - Nom donné autrefois aux régions comprises entre le 10e ou 12e degré au-dessus de l'équateur et le 10e ou 12e degré au-dessous. Ce sont le Nord de l'Amérique méridionale, le milieu de l'Océan Pacifique, les îles Salomon, la Nouvelle-Guinée, les îles Moluques, les îles de la Sonde, le Nord de l'Océan Indien l'Afrique intérieure, une partie de la Guinée et le milieu de l'Océan Atlantique. C'est la partie la plus chaude de la zone torride. - On appelait océan Equinoxial la partie de l'Océan Pacifique qui s'étend du tropique du Cancer au tropique du Capricorne, entre l'Asie et l'Amérique, baignant la plupart des îles de l'Océanie.

Equivalence. - 

Erbium (Er). - Corps simple de numéro atomique 68 et de masse atomique 167,259. Isolé en 1864, c'est un métal appartenant au groupe des terres rares. Oxyde terreux : l'erbine.

Ere. - 

Erosion. - On nomme ainsi l'usure et la transformation qui que les eaux et les différents agents atmosphériques font subir aux roches de l'écorce terrestre.

Eruption. - Une éruption est un dégagement soudain d'énergie de forte amplitude et de durée brève. On parle d'éruptions volcaniques, pour décrire les phases d'activité des volcans, ou d'éruptions solaires, ou éruptions chromosphériques quand notre Soleil  connaît une phase de perturbations magnétiques (L'Activité du Soleil) dont les conséquences sont diverses : projection de matière au-dessus de sa surface (protubérances), émission d'un vent rapide. Les autres étoiles, particulièrement les naines rouges, qualifiées de variables éruptives, connaissent des crises de même nature. On parle d'éruptions stellaires.

Espace. - Etendue indéfinie dans laquelle se situent les corps.

Espace-temps. - Concept de la relativité d'Einstein dans laquelle il n'y a pas d'espace absolu ou de temps absolu, cette caractéristique ne pouvant être atribuée à la combinaison de l'espace et du temps.

Essaim. - 

Est. - Point cardinal correspondant à la position du Soleil sur l'horizon lorsqu'il se lève au moment des équinoxes.

Estuaire (du latin aestuarium). - Se dit de la parties du cours élargi de certains fleuves qui est contiguë à la mer, dans laquelle l'eau est salée ou saumâtre, où les marées sont sensibles, et où il y a peu ou pas de courant.



J. Hussenot - V. Buchet, Les estuaires français, évolution naturelle et artificielle, Ifremer, 2004.

Etain (Sn) . - L'étain est un métal de couleur argentine, plus dur et plus brillant que le plomb, malléable, brûlant avec une lumière vive : lorsqu'on le plie, il fait entendre un bruit ou cri caractéristique. On s'en sert pour, étamer les métaux et les préserver ainsi de la rouille et de l'oxydation avec le mercure, il forme l'amalgame connu sous le nom de papier d'étain et de tain des glaces avec le cuivre, il constitue le bronze; c'est lui qui rend le verre blanc; il est la base des émaux opaques. Dans la nature, l'étain se rencontre à l'état d'oxyde; ou cassitérite (SnO2). La cassiterite se présente tantôt en cristaux prismatiques terminés par deux pyramides, tantôt en concrétions. La couleur varie du brun clair au noir. Le minerai est infusible mais, sur le charbon, additionné de soude, il se réduit  facilement en étain. La cassitérite est en filons dans les roches granitiques du Royaume-Uni, de l'Allemagne, de la Bohème, de la Hongrie, de Malacca, du Chili, du Pérou et du Mexique.

Etats de la matière. -  Forme générale sous laquelle se présentent les corps matériels selon la cohésion des éléments qui les composent. On reconnaît principalement l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux et l'état de plasma (ce dernier correspondant à celui d'un gaz partiellement ou totalement ionisé).

Eté (L'Année et les saisons*). -  L'une des quatre saisons astronomiques de l'année. Il se place entre le printemps et l'automne et commence lorsque le Soleil, s'approchant de plus en plus du zénith, a atteint sa plus grande hauteur méridienne; c'est-à-dire, lorsqu'il est arrivé au point de l'écliptique, qui coupe le colure des solstices; et il finit, lorsque le Soleil, s'éloignant ensuite de plus en plus du zénith, est parvenu à une hauteur méridienne moyenne; c'est-à-dire, lorsqu'il est arrivé au point de l'écliptique qui coupe l'équateur. Ainsi pour ceux qui habitent l'hémisphère septentrional, au moins pour les habitants de la zone tempérée septentrionale, l'été commence le 21 ou 22 juin; et il finit  le 22 ou 23 septembre. Mais, pour les habitants de la zone tempérée méridionale, l'été commence le 21 ou 22 décembre; et il finit le 20 ou le 21 mars. 

Le jour le plus long. - Le jour où l'été commence, correspond au jour naturel le plus long de l'année, et à la nuit la plus courte; c'est-à-dire, que le Soleil demeure au-dessus de l'horizon le plus longtemps et au-dessous le moins de temps qu'il est possible pour chaque lieu : et la différence de la longueur du jour à celle de la nuit est d'autant plus grande, que le lieu dont il s'agit, a une plus grande latitude. ( Les Jours et les Nuits).
Ether. - 

Etiage. - Niveau le plus bas d'un cours d'eau. Période de l'année pendant laquelle un cours d'eau à son débit le plus faible.

Etoile. - Corps céleste, composé de gaz ionisé et qui est la source de l'énergie qu'il émet, principalement sous forme de lumière.

Etoile filante. - Météore lumineux causé par l'ionisation de l'ai dû à la combustion d'une poussière interplanétaire lors de son entrée dans l'atmosphère terrestre. Lors des "pluies d'étoiles filantes" (essaims), ce sont les poussières issues de la désagrégation d'un noyau de comète et dispersées sur son orbite, qui sont impliquées.

Etrangeté. - 

Europium (Eu). - La plus réactive des terres rares. C'est le corps simple de numéro atomique 63 et de masse atomique 151,964.

Evaporation. - 

Evasion. - 

Evection (astronomie). - Seconde inégalité produite dans le mouvement de la Lune par l'attraction du Soleil. C'est la plus grande des perturbations subies par notre satellite. Sa valeur est donnée par la formule m.sin (2a - b), dans laquelle m = 1° 20'; a = différence de longitude du Soleil et de la Lune, b = l'anomalie moyenne de la Lune. L'évection, connue des anciens astronomes, fut étudiée par Hipparque, puis par Ptolémée et bien plus tard par Horrocks, Flamsteed et Clairaut. (L. Barré).

Evénement. - 

Evolution. - 

Excentricité. - Nombre qui mesure l'allongement de l'orbite elliptique d'un corps céleste.

Excentrique (histoire de l'astronomie). - Dans l'astronomie précopernicienne (Hipparque, Ptolémée), on appelait ainsi les circonférences dont le centre est sur l'orbite d'une planète ou sur une circonférence ainsi décrite (Epicycle).

Excitation. - 

Exclusion (principe d'). - 

Exoplanète. - Planète située hors du Système solaire.

Exobiologie*. - 

Exosphère. - 

Expansion. - 

Expérimentation*. - Pratique scientifique consistant à provoquer un phénomène pour en étudier les caractéristiques.

Extinction. - 

.


Les mots de la matière
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2021. - Reproduction interdite.