.
-

Inventaires > Les mots de la matière > T
T
Taches solaires. - Le disque solaire laisse couramment apparaître des taches sombres à sa surface, qui correspondent à des zones un peu moins chaudes que le reste de la phostosphère.. Une tache débute généralement par un point sombre de la surface; une pénombre l'entoure rapidement, et la tache se forme ; certains groupes de taches atteignent 200.000 kilomètres de diamètre, et peuvent devenir visibles au simple verre fumé; elles sont quelquefois persistantes, mais subsistent rarement au delà d'une centaine de jours. On a mis en évidence l'existence de taches similaires à la surface des autres étoiles.

Tantalate. - Sel de l'acide tantalique (péroxyde de tantale).

Tantale (Ta). - Corps simple de numéro atomique 73; masse atomique : 180,95. C'est un métal découvert en 1802 par Eckberg. Il est obtenu sous forme de poudre noire, de densité 16,5; il fond vers 2250 °C et brille à l'air quand il est préalablement chauffé. Son poids atomique est 181,5. Il n'est attaqué que par l'acide fluorhydrique. On connaît d'assez nombreux composés, les oxydes, chlorure, etc. Il est fourni par des niohotantalates de fer ou de manganèse, plus ou moins purs (tantalite, colombite, hielmite, tapiolite, etc.), que l'on trouve aux Etats-Unis, en Suède et en Laponie. La poudre noire est du tantale impur, que l'on fond au four électrique dans le vide, pour obtenir le métal pur.

Tauon ou lepton Tau (). - Particule élémentaire instable de la famille des leptons, relativement similaire à l'électron, mais plus massif.

Technétium (Tc). - Corps simple de numéro atomique 43; masse atomique 98. Tous ses isotopes sont instables. Il a a été découvert en 1937

Tectonique. - Partie de la géologie qui recherche les relations mutuelles des différentes assises du sol dans les régions disloquées. On parle de tectonique des plaques pour désigner les différentes plaques mobiles qui divisent la lithosphère terrestre et pour décrire leurs relations.

Télescope. - Instrument d'optique utilisé pour l'observation des astres et l'objectif est un miroir (contrairement aux lunettes dont l'objectif est une lentille ou un système de lentilles). C'est Newton qui semble avoir construit le premier télescope (1671). L'idée de cet instrument est d'ailleurs plus ancienne, et plusieurs savants avaient avant lui, proposé de remplacer dans la lunette astronomique la lentille de l'objectif par un miroir. Malheureusement, ils ne purent trouver d'opticien assez habile pour réaliser cette conception. Les télescopes que l'on emploie aujourd'hui, tout en conservant le principe du miroir comme objectif reposent souvent sur des montages optiques plus complexes que celui du télescope de Newton. Une des plus utiles améliorations apportées à l'instrument a été conçue par Foucault, qui a substitué aux miroirs métalliques employés un miroir parabolique en verre argenté.

Tellure (Te). - Corps simple de numéro atomique 52; masse atomique : 127,6. C'est un métal blanc bleuâtre lamelleux et fragile. découvert en 1783 par Muller de Richenstein. Le tellure est de la famille de l'oxygène. On le rencontre à l'état natif et com biné à l'oxygène (tellurine ou acide tellureux TeO2 on le retire aussi des tellurures de plomb, de bis muth, d'or et d'argent. Il possède un éclat métallique, mais conduit médiocrement la chaleur et l'électricité. Il se présente, à l'état natif, en cristaux rhomboédriques; sa densité est 6,25; il fond à 450 °C, et bout a 1390 °C. Le tellure fortement chauffé s'enflamme à l'air, en donnant de l'anhydride tellureux. Avec l'hydrogène, il forme un composé gazeux, l'acide trllurhydrique, H2Te ; avec l'oxygène, plusieurs composes, anhydrides et acides tellureux et telluriques.

Température. - La température est une mesure de l'énergie. Plus spécialement, elle mesure l'énergie cinétique moyenne des particules qui constituent un corps (par exemple, la température d'un gaz mesure l'énergie d'agitation moyenne des molécules qui le composent). Lorsqu'on place en présence deux corps inégalement chauds, il se produit entre eux un échange de chaleur, et; le plus chaud se refroidit, tandis que le plus froids échauffe : ce phénomène cesse au bout d'un temps variable. Les deux corps se sont alors constitués dans un état d'équilibre mutuel, et on dit qu'ils sont à une même température. Si ensuite on fait agir sur eux une cause de réchauffement, on dit que leur température augmente, on dit qu'elle diminue, si les plaçant dans un milieu plus froid; ils se refroidissent. Il en est de même, pour l'atmosphère. Elle se compose de couches d'air et de vapeur entre lesquelles se fait un échange réciproque et incessant de chaleur et qui sont, en outre, soumises à l'action réchauffante ou refroidissante du Soleil, de la Terre, des vents, etc.  Lorsque, par l'effet d'une de ces causes, la couche atmosphérique, en un point donné, s'échauffe, on dit que la température monte; lorsqu'elle se refroidit, on dit que la température baisse. On peut donc définir la température l'état relatif de chaleur d'un corps ou de l'atmosphère. Cet état est appréciable à nos organes. Mais leurs appréciations peuvent ne pas être justes; elles ne sont jamais, en outre, qu'approximatives, et il faut recourir, pour connaître exactement la température, à des instruments d'une grande sensibilité, les thermomètres, qui la mesurent, on plus exactement, qui la repèrent, en prenant, d'ordinaire, pour termes de comparaison la température de la glace fondante et celle de l'eau bouillante. L'écart est divisé en degrés égaux. On peut prendre aussi comme point de départ. de la graduation le zéro absolu, qui correspond à la température de - 273° C. On a alors ce qu'on appelle la température absolue, égale à la température centigrade augmentée de 273°. Notons d'ailleurs que lorsqu'il y a eu échange de chaleur, sans change-ment d'état, entre deux corps ou entre deux couches atmosphériques de températures différentes, là tempéra-ture finale est intermédiaire aux températures initiales et qu'en tout cas, la température finale ne peut jamais, être supérieure à la température du corps, le plus chaud. 

Tempête. - iolente perturbation de l'atmosphère.

Temps. - Cadre indéfini dans lequel se déroule la succession irréversible des phénomènes.

Temps (équation du). - Différence entre l'heure moyenne et l'heure vraie.

Temps moyen civil. - Temps dans lequel le jour commence à minuit moyen et se compte sans interruption de 0 heure à 24 heures. 

Terbium (Tb). - Corps simple de numéro atomique 66 et de masse atomique 158,9. Ce métal a été isolé par G., Urbain, qui l'a extrait des terres rares. Ses sels sont incolores.

Terminateur. - Limite entre la région d'un corps du Système solaire éclairée par le Soleil et la région restée dans l'obscurité.

Terra. - Nom donné aux vastes étendues claires et fortement cratérisées de la Lune. Parfois appelés "continents" lunaires, par opposition aux mers lunaires qui sont des étendues plus sombres et plus jeunes (moins de cratères à leur surface).

Terrain. - En géologie, portion plus ou moins étendue et épaisse de l'écorce terrestre, considérée au point de vue de sa nature, de sa structure, de son âge et de sa formation.

Terres rares. - Groupe important d'oxydes métalliques rencontrés toujours ensemble avec l'urane, le thorium et les éléments radioactifs (radium, polonium, etc.) dans quelques minerais relativement peu abondants. Quelques-unes (cérite, lanthane, thorite, yttria) ont reçu d'importantes applications industrielles, notamment en micro-électronique.

Tertiaire (ère). -  Aujourd'hui réunie au Quaternaire pour former le Cénozoïque, l'ère Tertiaire (entre 65,5 et 1,81 millions d'années) correspondait à deux systèmes actuels-: le Paléogène, et le Néogène.

Thallium (Tl), du grec thallos = rameau, parce que le thallium donne dans le spectre une raie verte. - Corps simple de numéro atomique 81 et de masse atomique  204,4. C'est un métal blanc, découvert en 1861, et qui existe dans certaines pyrites. Le thallium peut s'extraire des boues des chambres de plomb, obtenues dans la fabrication de l'acide sulfurique. Il se rapproche beaucoup du plomb par ses propriétés physiques : il a à peu près même couleur et même dureté. Il fond à 302 °C et bout à 1515 °C ; sa densité est 11,85. Le thallium est très oxydable, et s'altère rapidement dans l'air et dans l'eau. Ses sels et en général toutes ses combinaisons sont toxiques.

Thalweg. -  Le mot thalweg, emprunté à l'allemand, veut dire chemin de la vallée. C'est le fond du lit du cours d'eau, le point le plus profond de la gouttière où se rassemblent et coulent les eaux. Si l'on considère une surface, on sait que ses sections horizontales sont ce que l'on appelle des courbes de niveau, les trajectoires orthogonales des courbes de niveau sont les lignes de pente de la surface. Enfin le lieu des points les plus bas des lignes de pente sont les lignes de thalweg. En général, si M est un point d'une ligne de thalweg, la ligne de pente qui passe en M a sa tangente horizontale, et la ligne de thalweg est le lieu des points où les lignes de pente ont leurs tangentes horizontales. (A.-M. B.).

Thermomètre. - Instrument destiné à mesurer les températures.

Thermique (rayonnement). - Rayonnement électromagnétique dépendant directement de la température de la source qui l'émet.

Thermonucléaire. - Terme appliqué aux phénomènes de fusion des noyaux atomiques, au cours desquels s'observent d'importants dégagements d'énergie.

Thermosphère. - Couche de la haute atomosphère, s'étendant entre 80 km et 500 ou 600 km, dans laquelle la température augmente avec l'altitude. Elle se situe entre la mésosphère et l'exosphère.

Thorium (Th). - Corps simple de numéro atomique 90; masse atomique : 232. C'est un métal rare, grisâtre,  extrait de la thorite et des sables monazités. Il fond à une température supérieure à 1700 °C et a pour densité 11. Il se combine à l'oxygène, à l'azote, au carbone.

Thulium (Tm). - Corps simple de numéro atomique 69; masse atomique : 168,9. . C'est un métal de la famille des terres rares, qui n'a d'abord été connu que par ses raies spectrales (1879). Il a finalement été isolé en 1911.

Titane (Ti). - Corps simple de numéro atomique 22; masse atomique : 47,9. Identifié pour la première fois en 1791. titane ou titanium ] ni-om j n. ni.  Ce métal, de couleur noire, par ses propriétés, se rapproche du silicium et de l'étain.
Il  se trouve dans de nombreuses roches, argiles, minerais de fer; on le trouve à l'état d'oxyde (rutile, anatase, etc.), de titanate ou sillicotitanate (sphène), ou combiné au fer (fers titanés, etc.). Le titane s'obtient par réduction de l'anhydride titanique par le charbon, dans le four électrique de Moissan. C'est un métal très dur, rayant l'acier, de densité 4,6; il fond vers 1800 °C. On en connaît de nombreux composés : chlorures, fluorures, oxydes (l'anhydride titanique que l'on extrait du rutile sert à le préparer), sulfure, etc. Il donne un alliage léger et résistant avec l'aluminium, avec le fer et le carbone des acides particuliers. L'anhydride titanique peut servir de matière réfractaire; on l'utilise aussi comme peinture (blanc de titane). - Le chlorure de titanium a été employé comme fumigène pendant la Grande Guerre.

Titius-Bode (loi de). - Relation empirique permettant de calculer les distances moyennes au Soleil (d, en unités astronomiques) des principales planètes et de la ceinture d'astéroïdes. d= 0,3.2n + 0,4. Le nombre n correspondant au rang de la planète, et vaut 0 pour Mercure, 1 pour Vénus, etc.

Tonnerre. - Bruit qui accompagne la foudre, dont l'éclair est la manifestation visible. Quand le ce bruit ne suit pas immédiatement la fulguration, on peut compter le nombre de secondes qui les séparent, et, en multipliant par 340 (nombre de mètres que le son parcourt à la seconde) calculer approximativement a quelle distance s'est produit le phénomène.

Topaze. - La topaze, connue des bijoutiers sous le nom d'aigue-marine orientale, est minéral rangé parmi les nésosilicates. C'est une combinaison de silice, d'alumine et de fluor [Al2(SiO4),FlOH2]. C'est une substance transparente, d'un jaune plus ou moins éclatant, dure comme le rubis. La variété du Brésil, calcinée, prend une teinte rose. La topaze se trouve le plus souvent parmi les roches 'granitiques, les gneiss et les micaschistes.

Topographie*, du grec topos =. lieu, et graphein = décrire. - Description et représentation graphique d'un lieu. Art de représenter graphiquement un lieu avec les accidents de la surface.

Tornade. - Cyclone très violent. Plus spécialement, vent tournant très violent sur la côte occidentale d'Afrique.

Tourbe. - La tourbe est un charbon d'origine végétale qui contient 50 a 67% de carbone. Elle est légère et tendre. Sa couleur varie, tirant d'autant plus sur le noir que le gisement est plus ancien.

Tourbillon. - Masse d'air qui, à l'image des cyclones, se déplace impétueusement, avec un double mouvement de translation et de rotation rapide.

Tourmaline. - Sous le nom de tourmalines, on distingue des minéraux aussi variés par l'aspect que par la composition. Ce sont des borosilicates d'alumine où interviennent le fer, le magnésium, le manganèse, la potasse et la soude. Il y a des tourmalines brunes ou noires, d'autres sont vertes, d'autres sont roses. Leur dureté est plus grande que celle du quartz. Souvent on les rencontre en baguettes au milieu des roches 'granitiques. En optique, les tourmalines vertes ont été très recherchées pour l'analyse des rayons lumineux. En joaillerie, au contraire, elles sont peu estimées.

Trachyte. - Le trachyte (d'un mot grec qui signifie raboteux) est une roche' feldspathique, constituée par une pâte microlithique, en général rude et caverneuse, de couleur grise, dans laquelle sont disséminés de gros cristaux de sanidine et des cristaux plus petits de plagioclase, d'hornblende, de pyroxène et de mica noir. Les grains sont souvent fins, impossibles à distinguer au microscope et laissant entre eux des vides qui donnent aux trachytes une texture poreuse, une cassure inégale, un toucher raboteux. Dans d'autres variétés, la masse est vitreuse. La couleur des trachytes est en général le gris clair ou le rouge tirant sur le vert. La pâte se compose de microlithes feldspathiques, que certains auteurs rapportent à la sanidine et d'autres à l'oligoclase. La magnétite abonde en général, ainsi que l'apatite et la tridymite. Dans les trachytes proprement dits, les éléments essentiels sont des feldspaths auxquels s'ajoutent l'amphibole ou l'augite. Le feldspath dominant est en général la sanidine ou orthose sodique. On y trouve aussi la hornhlende en grains ou en grands cristaux, le mica en lamelles hexagonales. La domite est un trachyte friable terreux, gris, où l'on distingue des cristaux de feldspath de grosseur moyenne. On cite aussi des trachytes globulaires, sphérolithiques, bréchiformes. A la famille des roches trachytiques appartiennent les liparites, les sanidophyres ou porphyres trachytiques, les andésites, les phonolithes et certains tufs ou conglomérats trachytiques. En Allemagne, les roches trachytiques semblent avoir surgi pendant l'éocène supérieur dans la région du Sieben Gebirge. En Amérique du Nord, dans les montagnes Rocheuses, c'est au miocène qu'on rapporte l'apparition des andésites à amphibole ou à augite. En France, les domites ont apparu, pendant le pliocène, en massifs isolés au travers de la chaîne des Puys. En Italie, les premières liparites des îles Lipari, de Vulcano, du Stromboli; en Grèce, les dacites de Santorin sont de la même époque, ainsi que les trachytes et les phonolithes du Brisgau. Au pliocène appartiennent encore le mont Dore, les trachytes à sanidine et les andésites à augite. 

Transgression. - Le nom de transgression s'applique en géologie à une extension plus ou moins brusque, dans une région, du domaine occupé par la mer. Par opposition, on nomme régression une diminution du même domaine. Dans une succession de terrains, l'existence d'une transgression se manifeste par une plus grande extension horizontale d'une couche déterminée par rapport aux couches antérieurement; déposées. On dit alors que cette couche est transgressive par rapport aux précédentes on qu'elle se présente en transgressivité. Presque toujours une transgression est graduelle, et les termes successifs, dans l'ordre ascendant, ont une extension horizontale de plus en plus grande. L'inverse a lieu pour une régression graduelle. Que la transgression se produise très brusquement ou qu'elle se manifeste d'une manière graduelle, il arrivera fréquemment que la mer, en s'étendant sur une région précédemment exondée, nivellera toutes les aspérités, remaniera tous les éléments épars, de manière à former tout d'abord un conglomérat qui remplira toutes les dépressions et finira par aplanir le fond : c'est ce qu'on appelle un conglomérat de base. C'est ainsi, par exemple, que le Cambrien, transgressif dans le Massif Armoricain, débute le plus souvent par un conglomérat de base, le conglomérat pourpré.

Transition de phase. - 

Trapp. - Sous les noms de trapps, de basanites, de greenrocks , etc., les géologues anglais ont désigné tout un groupe de roches éruptives, à texture porphyroïde et microlithique, qu'on rencontre notamment dans la plupart des bassins houillers du Massif Central et d'Angleterre et qui se confondent presque complètement avec les porphyrites micacées de Michel Lévy et avec les dioritines. Les roches trappéennes du Morvan, notamment, présentent des cristaux d'augite dans une pâte microlithique de mira noir et de feldspath renfermant souvent une certaine proportion de matière amorphe, Elles sont, d'ordinaire, en filons minces, de 1 à 2 m de puissance, se poursuivant parfois sur plusieurs kilomètres. Beaucoup de variétés contiennent du péridote : elles passent alors aux mélaphyres. (L. S.).

Travail d'une force. - Grandeur scalaire définie comme le produit d'une force par la longueur du déplacement de son point d'application, suivant la direction de la force : W = F.d. Les dimensions du travail [ML²T-²] sont celles de l'énergie, et se mesure aussi en joules.

Triassique (ou Trias). - Plus ancienne période du Mésozoïque. Elle succède au Permien et précède le Triassique. Le Triassique s'étend entre 251 et 200 millions d'années avant le présent.

Trois corps (problème des). - Il s'agit d'une des questions traditionnelles de mécanique céleste. Il consiste à essayer de déterminer les trajectoires de trois corps soumis mutuellement à leur attraction gravitationnelle. En général, il n'est pas possible de résoudre ce problème analytiquement (c'est-à-dire sous la forme d'une simple équation). On ne peut en donner une solution que par des calculs approchés.

Trombe. - Cyclone de petit rayon soulevant une masse d'eau en colonne et l'animant d'un mouvement rapide. Les trombes sont accompagnées généralement d'un vent violent soufflant en tempête et qui renverse tout sur son passage, puis d'éclairs, de grêle, de pluie. Elles se compliquent souvent encore d'un mouvement d'aspiration, qui peut dessécher, les petits cours d'eau et les mares, quand la trombe circule sur le continent, ou, quand elle évolue sur la mer, élever avec grand bruit une colonne d'eau dangereuse pour les navires que celle-ci vient à rencontrer. Les marins d'autrefois avaient recours au canon pour briser la colonne liquide et arrêter l'eau de la trombe, mais ils ne réussissaient qu'à atténuer momentanément le phénomène.

Tropique. - En astronomie, c'est le nom donné aux parallèles passant par les points solsticiaux. Les petits cercles de la sphère céleste dont les plans sont parallèles à celui de l'équateur et passent par les solstices reçoivent les noms de tropique du Cancer et de tropique du Capricorne; le premier est situé dans l'hémisphère boréal, le second dans l'hémisphère austral. Les cônes qui ont pour sommet le centre de la Terre, supposé en coïncidence avec le centre de la sphère céleste, et pour bases les tropiques, déterminent sur la  Terre des parallèles qui portent les mêmes noms et qui, avec les cercles polaires, partagent la surface de la Terre en cinq zones, glaciaires, tempérées et tropicale, comprise entre les deux tropiques. 

Tropique. - Chacun des deux petits cercles de la sphère, parallèles à l'équateur, et entre lesquels s'effectue le mouvement annuel apparent du Soleil autour de la Terre. On donne le nom de tropique du Cancer à celui qui se situe dans l'hémisphère septentrional, et de tropique du Capricorne à celui de l'hémisphère austral.

Tropique (année). - Intervalle de temps qui s'écoule entre deux passages successifs du Soleil à l'équinoxe du printemps.

Troposphère. - Nom donné à la couche atmosphérique qui se trouve au contact de la Terre, et dont l'épaisseur est d'une dizaine de kilomètres. Sa température moyenne près du sol est de 15 °C et à son sommet (tropopause) de -50 °C environ.

Trou coronal. - Région de l'atmosphère solaire, ordinairement observée dans les hautes latitudes, dont les diverses caractéristiques (absence de rayonnement ultraviolet et X) semblent indiquer l'absence de couronne. C'est des trous coronaux que se dégage le vent solaire.

Trou noir. - Région de l'espace temps dans laquelle règne un champ de gravitation tel que rien ne peut s'en libérer, y compris la lumière.

Troyens (astéroïdes). - Se dit des petits corps, normalement des astéroïdes, placés à proximité d'un des points de Lagrange (L4 ou L5) d'une planète. C'est-à-dire sur la même orbite qu'elle, mais 60° devant ou derrière. Dans le Système solaire, Jupiter possède deux essaims de troyens. On connaît également des troyens de Mars.

Tsunami. - Nom donné initialement aux seuls ras de marée éprouvés par les côtes de l'océan Pacifique, et devenu synonyme de ras de marée.

T Tauri. - Les T Tauri forment une classe de très jeunes étoiles, dont le prototype est l'étoile T de la constellation du Taureau (La Formation des étoiles*). Avec des masses et des température superficielles comparables à celles du Soleil, mais avec une luminosité plus importante, les points représentatifs des T Tauri se placent dans un diagramme HR, entre la séquence principale et la branche des géantes


T Tauri (Taureau).

En fait, ces objets très jeunes, le plus souvent groupées en associations, connaissent une évolution rapide. Encore au stade de la contraction gravitationnelle, les T Tauri se sont tout juste dégagées du cocon de poussières opaques au sein duquel la matière qui les compose à commencé à s'accumuler, et rejoindront bientôt la séquence principale, c'est-à-dire le stade au cours duquel l'énergie qu'elles rayonneront proviendra de réactions de fusion thermonucléaire se déroulant dans  leurs régions centrales. Pour l'instant l'énergie qu'elles émettent en abondance est directement issue de l'échauffement du gaz qui les compose, et que la contraction gravitationnelle comprime. Encore instables,  les T Tauri connaissent de fréquentes sautes d'humeur : cela peut se manifester par des flashes X, mais aussi plus simplement par de fortes variations de leur émission dans leur domaine radio, et par des vents stellaires puissants. Elles sont également des sources de rayonnement infrarouge, qui la plupart du temps semble pouvoir s'expliquer par la présence autour d'elles d'un disque de poussières.

Tungstate. - Sel de l'acide tungstique.

Tungstène (W). - Corps simple de numéro atomique 74; masse atomique 183,8.  C'est un métal très dur, d'un gris presque noir, ayant l'aspect du fer. Il a été découvert par Scheele en 1783. Le tungstène se rencontre dans la nature à l'état de tungstate de fer et de manganèse (wolfram) ou de tungstate de calcium (scheelite).  Il a pour densité 19,1; il fond vers 3000 °C. On l'emploie industriellement en alliage avec le fer (ferro-tungstène) et le cuivre; il communique à ces métaux plus de dureté et de ténacité.

Tungstique. - Se dit d'un oxyde et d'un acide dérivant du tungstène.

Turbulence. - Ecoulement tourbillonnaire d'un fluide (air, eau, etc.).

Turquoise. - La turquoise est un phosphate hydraté d'alumine. Son nom vient de ce qu'elle a été introduite en Europe par la Turquie. En Iran, on trouve la turquoise en rognons enclavés dans les argiles. C'est une pierre précieuse, opaque, d'un bleu clair, plus dure que le verre et susceptible de prendre un beau poli. La turquoise orientale est inattaquable aux acides et infusible au chalumeau. La turquoise occidentale ou fausse turquoise consiste en fragments d'os ou d'ivoire' fossile pénétrés de phosphate de fer; elle est attaquée par les acides et brûle en donnant une odeur animale.

Type spectral (des étoiles). - Mode de classification des étoiles en fonction des caractéristiques de leur spectre, et notamment de leur température.

.


Les mots de la matière
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004- 2021. - Reproduction interdite.