.
-

L'appareil urinaire

On désigne sous le nom d'appareil urinaire ou voies urinaires l'ensemble des organes destinés à la sécrétion et à l'excrétion de l'urine. Longtemps on a pensé qu'ill n'existait que chez les Vertébrés; mais Jacobson l'a découvert chez les Mollusques où s'opère une sécrétion d'acide urique (Journal de Physique, tome XLI). Il y a lieu de penser que cette sécrétion existe aussi chez les Insectes. Quoi qu'il en soit, chez les vertébrés, les organes qui le constituent vont en se compliquant de plus en plus, jusqu'aux Mammifères. Etendues du rein au méat urinaire, les voies urinaires sont constituées par une série de conduits interrompus dans leur trajet par le réservoir de l'urine. L'urine, traversant le filtre rénal (les reins), pénètre dans le canal vecteur qui transporte ce liquide à la vessie, canal nommé uretère. Depuis la vessie, un autre canal, l'urètre, évacue l'urine vers l'extérieur.
1° les reins servent à filtrer les déchets véhiculés dans l'appareil circulatoire avant leur expulsion du corps. Ces déchet quitent les reins par les pyramides de Malpighi, auxquelles s'abouchent  huit ou dix petits conduits appelés calices, qui se rejoignent pour former les uretères.

2° les uretères consistent en deux canaux membraneux, longs de 25 cm à 30 cm, s'étendant des reins à la vessie, dans une direction presque verticale un peu oblique de dehors en dedans, pour aller gagner la partie latérale du bas-fond de la vessie, dans laquelle ils s'ouvrent. Evasés à leur partie supérieure en forme d'entonnoir, ils constituent ce qu'on appelle le bassinet du rein, et reçoivent l'urine qui leur est versée goutte à goutte par les orifices des tubes urinifères, pour être transportée dans la vessie. Les uretères paraissent composés d'une couche externe, celluleuse, d'une couche musculaire, contractile, destinée à faire cheminer l'urine, et d'une membrane muqueuse à l'intérieur;

Appareil urinaire.
L'appareil urinaire : le rein et ses conduits.

3° La vessie urinaire, grande cavité musculo-membraneuse, est située dans l'excavation du bassin, où elle est maintenue par le péritoine et par l'ouraque; c'est le réservoir dans lequel les uretères versent l'urine avant qu'elle soit rejetée au dehors à travers l'urètre; dans l'état de moyenne plénitude, la vessie a la forme d'un ovoïde dont la grosse extrémité ou bas-fond est en bas, et la partie nommée fond ou sommet en haut. Les uretères, arrivés à la vessie comme nous l'avons dit, traversent obliquement ses parois, cheminent d'abord dans l'épaisseur de la couche musculaire, rampent ensuite entre cette couche et la membrane muqueuse, de telle sorte que l'urine arrive dans la vessie par un orifice très oblique. Cette disposition explique pourquoi ce liquide ne peut pas refluer dans l'uretère. La vessie, dont le fond est en partie recouvert par le péritoine, offre encore de remarquable : le trigone vésical, situé entre les orifices des uretères, le sphincter qui sous la forme d'un anneau musculaire embrasse le col de la vessie. Il a été nié par plusieurs anatomistes. Réservoir momentané de l'urine, la vessie est recouverte d'un vernis épithélial qui empêche l'absorption de ce liquide toxique; elle se contracte de temps en temps pour expulser son contenu au dehors.

4° Nous avons vu que c'est par l'urètre que se fait cette évacuation de l'urine vers l'extérieur du corps.

Telles sont les voies urinaires dont on trouvera la description à propos de chacun de leurs organes.

L'appareil urinaire des Mammifères

Tous les Mammifères possèdent deux reins ayant généralement la forme de haricots et situés le long de la colonne vertébrale dans la région lombaire; mais leur surface, au lieu d'être toujours lisse comme chez l'Humain, est quelquefois mamelonnée. Chez les Pinnipèdes et les Cétacés ils sont même composés d'un certain nombre de lobes distincts, formant une sorte de grappe le long de l'uretère.

Leur structure interne est la même que chez l'Humain : nombreux canalicules urinifères dont une extrémité se termine par une glomérule de Malpighi avec capsule de Bowmann, tandis que l'autre extrémité débouche dans un bassinet. Celui-ci se continue par un uretère s'ouvrant un peu plus loin dans une vessie urinaire qui, à son tour, déverse son contenu à l'extérieur, un peu en avant de l'anus, par un urètre unique. Il existe toutefois une exception : les Monotrèmes, qui par l'ensemble de leurs caractères se rapprochent beaucoup des Oiseaux, possèdent un cloaque dans lequel les uretères et les conduits génitaux débouchent séparément.

Origine des organes urinaires. 
Les reins des Mammifères, tout comme ceux des Reptiles et des Oiseaux, sont des organes excréteurs qui se sont formés secondairement après l'atrophie du pronéphros, puis du mésonéphros; ils représentent le métanéphros. Les uretères sont également des formations nouvelles provenant du dédoublement des canaux de Wolff, et comme chez les Oiseaux et les Reptiles, ils ne servent absolument qu'à l'évacuation de l'urine, sans aucun rapport avec les organes génitaux chez l'adulte.
-

Ensemble des divers appareils excréteurs qui se succèdent dans le cours du développement. (L. Testut, Anatomie humaine.). - A, pronéphros. - B, mésonéphros ou corps de Wolff. - C, métanéphros ou rein défini tif. - 1, canal de Wolf qui deviendra le canal déférent et qui forme un diverticule, 11, qui sera l'uretère définitif. - 2, canal de Müller qui devient l'oviducte chez la femelle et s'atrophie chez le mâle. - 3, entonnoir vibratile du pronéphros transitoire, avec son glomérule 4. - 5, glande génitale. - 6, canalicules du mésonéphros transitoire avec leurs glomérules 7. - 8, artères du mésonéphros. - 9, aorte. - 10, rein définitif. - 11, uretère. - 12, vessie, reste de l'allantoïde.

La figure représente l'ensemble des organes excréteurs qui se succèdent au cours de la vie embryonnaire du Mammifère : A représente les canalicules du pronéphros transitoire avec leurs entonnoirs vibratiles (3) et leurs glomérules (4); - B est le mésonéphros qui est venu ensuite avec ses glomérules (7), ses canaux de Wolff (1) et ses canaux de Müller (2) ; - C, enfin, est le métanéphros ou rein définitif avec ses deux uretères définitifs (11) engendrés secondairement par les canaux de Wolff et qui vont s'ouvrir dans le reste de l'allantoïde devant devenir la vessie (12). Les canaux de Wolff servent de canaux déférents chez les mâles et s'atrophient chez les femelles. Les canaux de Müller s'atrophient chez les mâles et se spécialisent comme oviductes chez les femelles. (A. Pizon).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2008. - Reproduction interdite.