.
-

La prostate

La prostate est une glande de couleur jaune rougeâtre, ferme et dense, située derrière la symphyse du pubis, au-devant du rectum, au-dessous du col de la vessie, traversée par l'origine du canal de l'urètre. Spéciale au mâle, cette glande a la forme d'un croissant, dont la cavité embrasse le canal de l'urètre. Ses deux parties latérales s'évasent sous la forme de lobes latéraux. Grosse comme une noix chez l'adulte, elle se développe beaucoup avec l'âge et devient la cause de troubles graves dans la miction chez les hommes âgés. Séparée du pubis par le plexus veineux de Santorini, elle est néanmoins réunie au pubis par les ligaments pubio-prostatiques (partie inférieure des pubio-vésicaux). Elle répond au rectum par l'intermédiaire de l'aponévrose prostato-péritonéale; latéralement, elle est embrassée par les releveurs de l'anus dont la sépare l'aponévrose pubio-rectale (aponévrose latérale de la prostate). Dans l'intérieur de la prostate s'enfonce l'utricule prostatique (vagin mâle, organe de Weber). De chaque côté elle est traversée par les canaux éjaculateurs.

La prostate est formée par la réunion de 20 à 30 petites glandes en grappes enfouies dans une gangue cellule-musculaire. Cette gangue se condense à la périphérie pour constituer la capsule de la prostate. Les fibres musculaires sont des fibres lisses dérivant des muscles lisses des parois du canal de l'urètre. Les glandules prostatiques ne sont aussi qu'une sorte d'émigration de l'appareil glandulaire du canal. Les canaux excréteurs, au nombre de 20 à 30, viennent s'ouvrir dans l'urètre, de chaque côté du verumontanum. Le liquide que sécrètent ces glandes est laiteux; il est destiné à venir se mélanger au sperme au moment de l'éjaculation. Dans l'âge avancé, il renferme des concrétions protéiques jaunâtres et stratifiées auxquelles on a donné le nom de concrétions de la prostate. 

Les artères de la prostate viennent des hémorroïdales moyennes, des vésicales et des honteuses internes. Les veines se rendent dans les plexus péri-prostatiques et dans les plexus sous-muqueux de l'urètre. Les lymphatiques vont se jeter dans les ganglions pelviens, et les nerfs viennent des plexus hypogastriques

Comme toutes les glandes, la prostate sécrète un produit, appelé liquide prostatique. Ce liquide, d'un blanc opalin, plus ou moins jaunâtre selon les sujets,

« possède la consistance du lait crémeux, assez coulant, non visqueux, et donne une réaction légèrement alcaline » (Picard). 
Sa sécrétion est continue, mais assez lente; quant à l'excrétion, elle ne se fait qu'au moment de l'éjaculation. Comme constitution, le liquide prostatique est un fluide
« tenant en suspension des gouttelettes graisseuses, de très fines granulations, quelques cellules épithéliales prismatiques, des gouttes hyalines d'une substance visqueuse, mais pas de leucocytes » (Picard). 
On a supposé que le liquide prostatique aurait la propriété de diluer le sperme et de vivifier les spermatozoïdes à leur issue des vésicules séminales. Il n'est pas indispensable à l'acte de l'éjaculation, mais il joue un rôle important pendant l'éjaculation même, en empêchant, par l'oblitération de l'orifice urétrovésical, la projection du sperme dans la vessie. En outre, troisième rôle, la turgescence de la prostate interviendrait pour maintenir béants les orifices des conduits éjaculateurs, ce qui favorise également l'éjaculation du sperme. En quatrième lieu, la prostate intervient pour la rétention de l'urine dans la vessie, grâce à la fermeture hermétique de l'orifice urètro-vésical qu'elle détermine. La prostate joue encore un rôle particulier dans la miction. (Ch. Debierre / A19).
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.