.
-

Les Nématodes
Les animaux qui forment le phylum des Nématodes (ou "Vers ronds"), la plus importante du super-phylum des Aschelminthes, sont des Vers, parasites ou libres, non métamérisés, au corps d'ordinaire très allongé, limité par une épaisse cuticule qui peut être striée transversalement chez les grandes espèces; cette cuticule peut porter des soies mobiles, des denticulations, ou encore des appendices de nature variable autour de la tête ou vers l'extrémité caudale, ces productions cuticulaires étant, en règle générale, fort peu développées. Sous la cuticule se trouve la couche cellulaire qui lui donne naissance, et les éléments musculaires, toujours très développés, formant au corps une sorte d'étui interne qui permet les mouvements très étendus que présentent ces animaux; les muscles, disposés avec une grande régularité, sont constitués par de grandes cellules allongées dans le sens de la longueur du corps. L'étui musculaire est toujours interrompu le long de deux lignes médianes, l'une ventrale, l'autre dorsale, et le long de deux lignes latérales (champs latéraux); il existe quelquefois d'autres interruptions régulières entre les lignes médianes et latérales. C'est un épaississement de la couche sous-cuticulaire qui sépare ces différents faisceaux musculaires.

Certains auteurs ont accordé une importance excessive, au point de vue de la classification, aux caractères tirés de la disposition des muscles. L'appareil digestif, généralement complet, s'ouvre à l'extrémité antérieure du corps et s'étend en droite ligne jusqu'à l'ouverture anale, située à la face ventrale, près de l'extrémité postérieure. Le pourtour de la bouche et la partie antérieure du tube digestif peuvent présenter des armatures variées; l'oesophage est un tube chitineux entouré d'un puissant appareil musculaire propre; il présente souvent un ou deux renflements et fonctionne par succion. 

Le tube digestif proprement dit, cuticularisé à ses surfaces interne et externe, est formé d'une seule couche celluleuse. Il est dépourvu de muscles, sauf dans sa portion terminale. L'appareil excréteur est représenté chez les Nématodes par un vaisseau à parois propres, situé de chaque côté du corps dans les champs latéraux : les deux vaisseaux se réunissent en avant par une anastomose qui émet un canal dirigé en avant vers la ligne médiane ventrale, où il s'ouvre au dehors. Dans un petit nombre de genres il n'existe qu'un seul de ces canaux, tantôt celui de droite, tantôt celui de gauche. Quelques appareils glandulaires, situés dans la région céphalique et vers l'extrémité caudale, s'ouvrent aussi à l'extérieur; d'autres débouchent dans l'appareil digestif

Le système nerveux central est essentiellement représenté par un collier oesophagien qui émet en avant six branches nerveuses pour les organes péribuccaux et, en arrière, deux nerfs qui suivent les lignes dorsale et ventrale jusqu'à l'extrémité du corps, où ils émettent des branches destinées aux organes situés au voisinage de l'anus

Les organes des sens sont naturellement beaucoup plus développés chez les espèces libres : ils consistent en soies tactiles, appareil oculaire, etc. Les organes génitaux dans les deux sexes sont constitués par un tube allongé dont le fond fonctionne comme glande sexuelle, tandis que le reste forme un canal vecteur et un réservoir; il est rare que ce tube soit double ou se bifurque à l'extrémité chez le mâle, et des considérations d'ordre morphologique font admettre qu'il reste simple chez les femelles, bien qu'il semble parfois nettement double. L'appareil mâle débouche dans le rectum; la vulve est située vers le milieu du corps.

-

Coupe transversale du corps du Pseudalius inflexus. - Md, Mv, lignes médianes dorsale et ventrale; ll, lignes latérales ; Sv, lignes submédianes ventrales ; M, couche musculaire; R, couche conjonctive (d'après Schneider).
En connexion avec l'appareil mâle, on trouve un ou deux spicules, semblables ou inégaux, dont les caractères très variables jouent un rôle important en taxinomie; il peut s'y joindre des spicules accessoires, et d'autres formations, parfois très compliquées, peuvent accompagner celles-ci, caractérisant certains genres ou certains groupes. Les sexes sont séparés, cependant quelques Nématodes sont hermaphrodites et d'autres présentent de l'hétérogonie. Les mâles, moins communs que les femelles, sont aussi plus petits qu'elles et se distinguent d'ordinaire, à première vue, par leur taille et la forme recourbée de l'extrémité postérieure du corps; il peut exister chez les formes parasites un dimorphisme sexuel considérable. 

La reproduction se fait par des oeufs, dont la conformation fournit des caractères importants pour la détermination des espèces; la ponte peut avoir lieu dès les premières phases de leur évolution, mais ils peuvent aussi se développer complètement dans le corps de la mère qui est ainsi ovovivipare; entre ces deux extrêmes on peut observer tous les degrés.

L'étude de l'ontogenèse des Nématodes est fort intéressante, et les particularités qu'elle présente sont extrêmement variables, dissemblables même, souvent pour les différentes espèces d'un même genre, ce qui est en relation avec le degré et le mode de parasitisme

-
Schéma du système nerveux des Nématodes. - G, ganglion latéral de l'anneau nerveux; S, nerfs latéraux antérieurs; Sm, nerfs submédians; Sl, nerfs sublatéraux; Rn, nerf ventral; Rn, nerf dorsal; Ag, ganglion anal; A, anus (d'après O. Bütschli).
Un très grand nombre d'espèces présentent des migrations, au cours desquelles elles subissent des métamorphoses, quelquefois très accentuées, comme celles observées dans ce groupe chez différentes espèces libres; mais souvent ces métamorphoses sont peu marquées et elles se bornent à un simple changement de peau, nécessité par l'inextensibilité de leur épaisse cuticule; ces mues ou métamorphoses sont au nombre de deux. Il est des formes chez lesquelles le parasitisme est permanent et qui passent leur vie larvaire chez un premier hôte, qu'ils quittent pour achever leur évolution chez un hôte définitif, et ces migrations se font activement ou passivement suivant les cas; d'autres passent toute leur existence chez un hôte unique, émigrant seulement d'un viscère dans un autre, au moment de devenir adulte; d'autres encore habitent toute leur vie le même organe, devenant sexués au lieu même où ils sont arrivés sous forme d'oeuf ou de larve

Un autre type d'évolution est celui des Nématodes qui sont seulement des parasites temporaires : les uns vivent libres pendant leur jeunesse et n'atteignent leur maturité que dans la vie parasitaire; c'est l'inverse qu'on observe chez d'autres qui doivent devenir libres pour être sexués; il existe aussi dans ce type des formes qui vivent d'abord libres, deviennent ensuite parasites à l'état de nymphe et reprennent enfin leur liberté pour se reproduire. On trouve également de ces Vers dont les générations sont alternativement libres et parasites, et qui présentent des caractères spéciaux dans ces états successifs. Il en est, enfin, qui semblent indifférents à l'état de liberté ou de parasitisme, prenant pour ainsi dire l'un ou l'autre état suivant les circonstances et acquérant la maturité sexuelle dans les deux cas. Ces remarquables transitions nous amènent aux formes qui vivent libres et ne peuvent être parasites. Il faut encore noter que certaines espèces libres peuvent, en s'enkystant, se faire convoyer par les animaux les plus divers, dans les milieux nutritifs convenables; d'autres restent sur place, après s'être enkystés, quand les conditions de milieu cessent de leur être favorables, et reprennent leur vie active aussitôt que le milieu redevient ce qu'il était primitivement; on a qualifié ces faits de reviviscence pour certaines espèces. Ajoutons, pour terminer, qu'un bon nombre de formes sont parasites des végétaux et que, de ce chef, les Nématodes sont de redoutables ennemis pour les cultures.  (R. Moniez).
-
Systématique des Nématodes

Les Nématodes se répartissent en une vingtaine d'ordres (Strongylida, Ascaridida, Tylenchida, etc.), regroupés dans deux classes : les Secernentea et les Adenophorea. La première se subdivise en quatre sous-classes : Rhabditia, Spiruria, Tylenchia, Diplogasteria; la seconde en deux sous-classes : Enoplia et Chromadoria. La division des ordres (vert foncé) en sous-ordres (vert clair), super-familles (violet), familles (orange) et sous-familles (kaki), puis en genres (marron foncé) et en espèces (marron clair) est assez complexe; le tableau suivant essaie de donner une image simplifiée de la classification des Nématodes :

-
Secernentea Rhabditia
3 ordres
Strongylida
5 super-familles
Ancylostomatoidea
3 familles :
Ancylostomatidae
4 genres : Agriostomum; Ancylostoma (A. auratus;  A. braziliense; A. caninum; A. ceylanicum; A. duodenale (peut atteindre 2 m de longueur; à l'origine de l'anémie des mineurs); A. tubaeforme); Cyclodontostomum; Galonchus
Uncinariidae (Necator americanus)
Globocephalidae (Globocephaloides, Globocephalus, Raillietostrongylus)


Strongyloidea
3 familles : Strongylidae (Strongylus vulgaris); Cloacinidae; Syngamidae (Syngamus).


Trichostrongyloidea
7 familles : Cooperiidae, Trichostrongylidae, Amidostomatidae, Strongylacanthidae, Heligosomatidae, Ollulanidae, Dictyocaulidae


Metastrongyloidea
Metastrongylidae (Angiostrongylus, Metastrongylus).


Diaphanocephaloidea
Ascaridida
2 sous-ordres
Ascaridina
6 super-familles :
Asaridoidea
Ascaridés : Ascaris Suum, s'attaque au Porc; Ascaris lumbricoides, parasite des l'humain; Toxocaridae  : Neoascaris vitulorum, s'attaque au veau; Parascaris (P. equorum, s'attaque au cheval; P. megalocephala).
Oxyuroidea (Entrobius, Oxyuris, etc.; s'installent dans l'intestion grêle ou la partie terminale du côlon; la ponte des oeufs près de l'anus est à l'origine de démangeaisons);Cosmocercoidea; Heterakoidea; Subuluroidea; Seuratoidea


Dioctophymatina : Dioctophymatoidea
Rhabditida Rhabditina
Cephalobina
Teratocephalina
Heterohabditidae
Spiruria
2 ordres
Spirurida
4 super-familles
Filarioidea, 3 familles :
Filariidae : Brugia; Filaria; Loa; Onchocerca (Onchocerca volvulus); Wuchereria (W. Bancrofti = filaire de Bancroft; transmis par les piqûres de moustiques dans les régions tropicales, à l'origine de l"éléphantiasis); Aproctidae; Setariidae : Setaria.
Spiruroidea, Physalopteroidea, Drilonematoidea
Camallanida Camallanina, deux super-familles :
Dracunculoidea, 3 familles :
Dracunculidae : Avioserpens, Dracunculus (D. medinensis= ver de Guinée; à l'origine de petites tumeurs et d'ulcères, attrape en buvant une eau dans laquelles sont présents des cyclops (petits crustacés parasités par le ver); Philometridae; Micropleuridae
Camallanoidea
--
Tylenchia
1 ordre
Tylenchida
4 sous-ordres
Tylenchina
Tylenchata

Anguinata, deux familles :
    Anguinidae, deux sous-familles :

Anguininae : Anguina (A. agrostis; A. brenani; A. graminis; A. millefolii; A. moxae; A. tritici, parasite du blé), Diptenchus, Ditylenchus, Indoditylenchus, Nothanguina, Nothotylenchus, Orrina Brzeski, Pseudhalenchus, Pterotylenchus, Safianema, Subanguina.

Halenchinae : Halenchus.

    Sychnotylenchidae

Tylenchocriconematoidea 



Hoplolaimina, 2 super-familles :
Hoplolaimoidea

5 familles
Hoplolaimidae
Rotylenchulidae
Pratylenchidae
Meloidogynidae
Heteroderidae, trois sous-familles :
Heteroderinae (Afenestrata, Cactodera, Dolichodera, Globodera, Heterodera (nombreuses espèces, parasites de végétaux - attaquent les racines des tomates, betteraves,etc.), Punctodera); Meloidoderinae;Ataloderinae.
 
Dolichodoroidea


Hexatylina, 2 super-familles :
Iotonchioidea : Iotonchiidae, Parasitylenchidae

Sphaerularioidea : Neotylenchidae; Sphaerulariidae (Prothallonema; Sphaerularia (S. Bombi = parasite des femelles du Bourdon); Tripius); Paurodontidae; Allantonematidae.

Genres divers : Anguillonema; Helionema; Robleus


Criconematina
Diplogasteria
2 ordres
Diplogasterida Diplogasterina
Neodiplogasteridae
Tylopharyngidae
Aphelenchida Aphelenchina
Adenophorea Enoplia
7 ordres
Trichocephalida
3 super-familles
Trichuroidea
5 genres : Anatrichosoma, Capillaria, Trichosomoides, Trichuris, Trichuroides


Trichinelloidea
2 espèces : Trichinella spiralis( = Trichine; à l'origine de la Trichinose, après absoprtion de viande de porc contaminé), Trichinella pseudospiralis.


Trichosyringoidea : Cystoopsis
Isolaimida Isolaimioidea
Mononchida Mononchina, Bathyodontina
Dorylaimida Super famille : Opailaimidae

Sous-ordres :  Diphtherophorina, Nygolaimina, Alaimina, Dorylaimina

Enoplida Anoplostomatidae, Anticomidae, Trefusiidae,Triodontolaimidae.

Enoplina, Oncholaimina,Tripylina

Mermithida Mermithina
Muspiceida Muspiceoidea
Chromadoria
5 ordres
Araeolaimida Araeolaimina, Tripyloidina
Chromadorida Aponchiidae
Monhysterina
Desmoscolecida Desmoscolecina
Desmodorida Richtersiidae, Xennellidae
Desmodorina, Draconematina
Monhysterida Monhysterina
Aponchiidae
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.