.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les  comètes > La comète de Halley
La comète de Halley
Les passages de 451 à 1145
451
Le passage de la comète de Halley en 451 a été d'autant plus remarqué en Europe, qu'il coïncide la bataille qui vit la défaite des Huns d'Attila. On lit dans la Cométographie de Pingré
"En la vingt-huitième année du règne de Valentinien III, Attila vint dans les Gaules et fut défait par Aétius. Une comète commença à paraître le 10 juin. Le 29 du même mois, après qu'on l'eut vue de grand matin à l'orient, on commença à l'observer du côté de l'occident, après le coucher du soleil. Le 1er août (lisez le 1er juillet), elle se montrait à l'occident."
L'auteur ajoute que, la même année 451, il y eut deux éclipses de Lune. Elles eurent lieu, en effet, l'une le 2 avril, l'autre le 26 septembre; ces éclipses confirment l'année de l'apparition de la comète. Cette même comète fut également observée observée en Chine : 
"En 451, le 17 mai, une comète fut vue dans la division stellaire Mao (déterminatrice Eta des Pléiades). Le 13 juillet, elle était au milieu du Thai-wei, près du trône des cinq Souverains (Bêta du Lion)."
D'après ce qui précède, le 17 mai 451, la comète avait une longitude de 35 degrés environ. Le 29 juin, sous le 45° degré de latitude, elle devait, à très peu près, être circumpolaire, puisque, visible longtemps avant le lever du Soleil, elle commençait à pouvoir être observée le soir à l'entrée de la nuit. Enfin le 13 juillet, c'est-à-dire 57 jours après la première observation, la comète située près de Bêta du Lion devait avoir 150 degrés de longitude et 12 degrés de latitude boréale. Le 29 juin, la comète, d'après le calcul, ayant 73° 26' de longitude, avec une latitude de 18° 14' boréale, n'était pas encore circumpolaire, sous le parallèle du 45e degré; mais il s'en fallait de bien peu, car sa distance polaire n'étant que de 48 degrés, son passage inférieur avait lieu à 3 degrés au-dessous de l'horizon : on devait donc commencer à la voir le soir, après le coucher du Soleil. D'ailleurs comme sa latitude augmenta encore quelque temps, on put l'observer à l'occident de plus en plus facilement. Enfin la position que la comète occupa le 13 juillet, près de Bêta du Lion, deux mois après la première observation, est identique à celle que l'on déduit du calcul pour la même époque.
530
Une étoile-balai est signalée en Chine à partir du 29 août. Elle est visible au nord-est au petit matin et apparaît blanche avec une queue d'environ 9°. A partir de septembre elle sera vue au nord-ouest, et sa queue ne dépassera pas 1°. Ce passage a peut-être mentionné également en Europe.
607
Peut-être mentionnée en Chine. Selon Stephenson et Yau (1985), la comète aurait été vue en mars ou en avril et suivie pendant une vingtaine de jours.
684
Une étoile-balai dont la queue atteint 15° est signalée en Chine le 6 ou le 7 septembre. Elle sera suivie pendant 33 jours. Ont trouve également la trace de ce passage en Europe, dans la Chronique de Nuremberg.
La Chronique de Nuremberg

Source : The Map House of London, (Chronique de Nuremberg.)

Chronique de Nuremberg (1493).
Source : R. Olson et J. Pasachoff, A&A, 1987

Les archives de la ville de Nuremberg contiennent la mention du passage, de 684, qui est perçu comme l'annonce de diverses calamités (tempêtes, mauvaises récoltes, peste). Le récit est accompagné d'une représentation de la comète, que l'on retrouve encore ailleurs, mais plus horizontale, cette fois.

760

Le passage est signalé en Chine. La comète est repérée le 17 mai à l'aube dans la direction de l'Est. Voici ce qu'on trouve dans les annales de la Chine sur la comète de 760 (d'après les Comptes rendus de l'Académie des sciences, tome XV, page 952) : 

"760, 16 mai, une comète (étoile-balai) parut du côté de l'orient. Elle était entre Leou (déterminée par Bêta du Bélier), et Oei (déterminée par Alpha de la Mouche et Lys). Sa couleur était blanche. Elle était longue de 4 degrés. Elle alla rapidement vers l'orient. Elle traversa les divisions stellaires Mao (déterminatrice Eta des Pléiades), Pi (déterminatrice Epsilon du Taureau, les Hyades), Tse-hi (déterminatrice Lambda d'Orion), Tsan (déterminatrice Delta d'Orion, le quadrilatère), Toung-tsing (déterminatrice Mu des Gémeaux), Yu-kouei (déterminatrice Thêta du Cancer), Lieou (déterminatrice Delta de l'Hydre), et le groupe Hien-youen (Alpha, Gamma, Dzêta du Lion). Elle arriva à l'ouest du Tchi-fa de droite (Bêta de la Vierge). En tout son apparition dura 50 jours; puis elle ne fut plus vue."
Il résulte de ce récit que la comète de 760 commença à paraître le 16 mai avec une longitude de 33 degrés et une latitude boréale de 4 à 6 degrés; que du 16 mai au 5 juillet (50e jour de son apparition) sa longitude varia de 33 à 155 degrés; que dans l'intervalle elle passa sur Alpha, Gamma, Dzêta du Lion, c'est-à-dire qu'elle eut, un certain jour, 130 degrés de longitude avec une latitude boréale de 10 degrés; enfin, que le 5 juillet, étant à droite de Bêta de la Vierge, elle eut 155 degrés de longitude et de 1 à 4 degrés de latitude boréale. En supposant que la comète de Halley ait passé à son périhélie le 11 juin 760, le calcul reproduit toutes ces positions. Ajoutons qu'il semble qu'une seconde comète ait aussi été observée à l'ouest à partir du 21 mai.
837
Le passage de 837 est mentionné dans des textes japonais et chinois, qui rapportent l'apparition à l'est d'une étoile-balai le 22 mars. Sa queue a alors 11°. Elle en atteindra 15° le 6 avril, et 76° le 11 avril, puis 93° le deux nuits suivantes. Les Chinois signaleront encore trois autres comètes la même année. Mais pour ce qui concerne la comète de Halley, ce retour a correspondu à son passage historique le plus proche de la Terre. Et ce fut aussi sa première apparition mémorable dans l'histoire de France, sous le règne de Louis Ier le Débonnaire. Un chroniqueur anonyme, surnommé L'Astronome, a donné de cette apparition les détails suivants, relatifs à l'influence de la comète sur l'imagination impériale : 
 « Au milieu des saints jours de la solennité de Pâques, Lui phénomène toujours funeste et d'un triste présage, parut au ciel. Dès que l'empereur, très attentif à de tels phénomènes, eut le premier aperçu celui-ci, il ne se donna plus aucun repos qu'il n'eut fait appeler devant lui un certain savant et moi-même. Dès que je fus en sa présence, il s'empressa de me demander ce que je pensai d'un tel signe. Et, comme je lui demandai du temps pour considérer l'aspect des étoiles, et rechercher par leur moyen la vérité, promettant de la lui faire connaître le lendemain, l'empereur, persuadé que je voulais gagner du temps (ce qui était vrai) pour n'être point forcé à lui annoncer quelque chose de funeste : 
« Va, me dit-il, sur la terrasse du palais, et reviens aussitôt me dire ce que tu tauras remarqué, car je n'ai point vu cette étoile hier, et tu ne me l'as point montrée; mais je sais que ce  signe est une comète; dis-moi ce que tu crois qu'il  m'annonce. » 
Puis, me laissant à peine répondre quelques mots, il reprit :
« Il est une, chose encore que tu tiens en silence, c'est qu'un changement de règne et la mort d'un prince sont annoncés par ce signe. » 
Et comme j'attestais le témoignage du prophète qui a dit : « Ne craignez point les signes du ciel comme les nations les craignent, » ce prince, avec sa grandeur d'âme et sa sagesse ordinaires, me dit :
« Nous ne devons craindre que celui qui a créé nous-mêmes et cet astre; mais comme ce phénomène peut se rapporter à nous, reconnaissons-le comme un avertissement du ciel. »
Louis le Débonnaire se livra, lui et sa cour, au jeûne et à la prière, et bâtit églises et monastères. Il mourut trois ans plus tard, en 840, et des historiens ont profité de cette légère coïncidence pour trouver dans l'apparition de la comète un présage de cette mort. Le chroniqueur Raoul Glaber ajoutait plus tard : 
« Ces phénomènes ne se manifestent jamais aux hommes dans l'univers sans annoncer sûrement quelque événement merveilleux et terrible. »
912 et 989
Les passages de 912 et de 989 sont signalés aussi bien en Europe qu'en Chine, en Corée et au Japon. La documentation chinoise et japonaise sur le premier est contradictoire, mais laisse penser que la comète a été vue en juillet 912. Les observations chinoises et coréennes du passage de 889 décrivent une étoile balai de couleur bleuté observée en août pendant 10 soirs consécutifs. Elle a été revue ensuite le matin pendant un mois.
1066
Cette date correspond à un passage célèbre, documenté aussi bien en Extrême-Orient qu'en Europe. En Chine, on signale la comète tous les matins entre le 3 et le 22 avril. Puis, tous les soirs, entre le 24 avril et le 6 juin. En Corée, l'astronome Koryo-sa la décrit aussi grande que la Lune.

Quant à l'Europe, elle s'autorise pour une fois plusieurs témoignages concordants. Ainsi, selon les archives de la cathédrale de Viterbe, en Italie, la comète a été observée à l'Est pendant deux semaines, à partir du 5 avril. Puis elle a été revue à l'ouest, à partir du 24 avril et jusqu'au début juin, montrant une queue qui s'étalait sur presque un quart de l'étendue du ciel. Mais sur la tapisserie de Bayeux que ce passage a laissé sa marque la plus connue. Elle y est mise en rapport avec la mort du roi Harold II, tué dans une bataille peu après l'apparition de la comète, et avec l'accession au pouvoir, qui s'ensuivit, de Guillaume le Conquérant. On a même prétendu que son impact sur les esprits avait eu la plus grande influence sur le sort de la bataille de Hasting, qui livra ce pays aux Normands. Un versificateur du temps, faisant probablement allusion au diadème d'Angleterre dont GuiIlaume s'était couronné, avait proclamé dans un distique : 

« que la comète avait été plus favorable à Guillaume que la nature à César : celui-ci n'avait pas de chevelure, Guillaume en reçut une de la comète. » 
Un moine de Malmesbury avait apostrophé la comète en ces termes : 
« Te voilà donc, te voilà, source des larmes de plusieurs mères! Il y a longtemps que je ne t'ai vue, mais je te vois maintenant plus terrible, tu menaces ma patrie d'une ruine entière!-»

La comète de Halley sur la tapisserie de Bayeux.
Isti mirant stella : "ils sont soucieux de l'étoile".
Source : ArtsEdNet (Getty's Art Education Website)
1145
La comète est d'abord signalée en Europe, à partir du 15 avril, et se trouve représentée dans le psautier d'un certain Eadwine, moine à l'abbaye de Canterbury. Ce passage sera également consigné au Japon, en Corée, Chine où on en fait mention à partir du 26 avril. Elle est décrite comme une étoile-balai de couleur bleutée.
-
Et si elle était passée en 1152...

On ne doute plus aujourd'hui de l'identification de la comète de Halley avec la comète observée en 1145. Les tentatives faites dans le passé, étaient basées seulement sur les indications tirées de l'intervalle moyens entre ses passages et ont parfois conduit à des méprises. Ainsi, malgré les doutes sur la qualité de la documentation dont il fait état, Paul Laugier croit-il en 1846 reconnaître la comète de Halley dans une comète observée en Chine en 1152 :

A l'année 1152, il est fait mention, écrit-il, dans le catalogue de Ma-touan-lin, d'une comète qui a quelques rapports avec la comète de Halley :
"1152, 15 août (période Tchao-hing, 22e année, 7e lune, jour Ping-ou), une comète fut vue dans la division stellaire Toung-tsing (déterminatrice de m des Gémeaux), au nord-ouest. Le 16 août, cette étoile était grande comme la planète Jupiter; sa chevelure lumineuse était longue de 2 degrés. Le 22 août, elle parut encore près du groupe q, t, i des Gémeaux. "
Les deux positions que l'on peut tirer de ce passage pour le 15 et le 22 août, ajoute l'auteur, s'accordent bien avec l'orbite de la comète de Halley en supposant le passage au périhélie le 23 septembre 1152. Les distances de la comète à la Terre sont assez petites, condition importante pour la visibilité à l'œil nu; mais ce qui empêche de conclure avec certitude, c'est que le laps de temps durant lequel la comète fut observée n'est que de sept jours. De 1378 à 1152 la comète aurait fait trois révolutions de 75,3 ans.
Et un autre problème est également soulevé...
Dans la section Thien-wen de l'histoire des Soung, cette comète est mentionnée à l'année 1156; mais je pense que cette date est incorrecte et qu'il faut lire, comme dans l'édition de Ma-touan-lin : période Tchao-hing, 22e année, au lieu de période Tchao-hing, 26e année.
Jusqu'en 374 De 451 à 1145 Depuis 1222
.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.