.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les  comètes > La comète de Halley
La comète de Halley
Les passages jusqu'en 374
240 avant J.-C
Le plus ancien passage attesté de la comète de Halley remonte à l'an 240 avant J.-C, et se trouve consigné dans les archives chinoises. Une étoile-balai est signalée au mois de mai à l'est, puis au nord. Elle est là l'ouest en juin. On parle parfois aussi d'un passage qui aurait eu lieu en 467 av. J.-C et mentionné par les sources européennes, mais cette identification n'est plus acceptée aujourd'hui. Par ailleurs, tous les retours depuis 240 sont diversement documentés.

164 av. J.-C.
Après qu'on ait longtemps cru que ce passage soit resté inaperçu, il semble que des tablettes babyloniennes conservées au British Museum en conservent la trace. La comète serait apparue vers le mois d'octobre dans la constellation du Sagittaire.

87 av. J.-C
Selon un encyclopédie chinoise du Moyen Âge, la comète aurait été vue à l'ouest août-septembre 87. On trouve également trace de ce passage dans les tablettes babyloniennes, où de surcroît est donnée la première estimation quantitative à propos d'une comète : on lui attribue une queue de 10° environ.

12 av. J.- C
Ce passage est mentionné par les Chinois. La comète a été observée, racontent les textes, pendant 56 jours, à compter du 26 août. On signale également ce passage en Grèce, où on le met en rapport avec la mort d'Agrippa.

66 ap. J.-C.
Le passage est mentionné par les Chinois, qui l'on vue avant le passage au périhélie, puis encore 76 jours après son passage. Il l'est peut-être aussi par des auteurs Juifs. Une thèse avancée dès 1910, par G. Renaudot :

La comète de Halley dans le Talmud ?
On ne pourrait contester que l'honneur d'avoir le premier établi la théorie cométaire sur une base scientifique et mathématique revient à l'astronome anglais Halley, qui, inspiré par les travaux de son ami Newton, essaya de rattacher les comètes à la loi de la gravitation universelle, et y réussit pleinement par l'étude de leurs mouvements.

Toutefois, il n'est peut-être pas sans intérêt de nous demander si, avant lui, aucun savant n'a eu connaissance de la marche des comètes dans l'espace et de leur périodicité. Or, en compulsant certains passages du Talmud, je crois avoir reconnu que les anciens observateurs de la Palestine ont, à ce sujet, possédé de curieuses indications. Voici, notamment, la traduction textuelle d'un fragment qui me semble s'appliquer à la comète de Halley

« Deux sages de la Palestine, R. Gambiel et R. Josué, ont fait ensemble un voyage maritime. Le premier avait emporté une provision de pain. Le second avait, en outre, de la farine. Lorsque Gambiel eut mangé tout son pain, il demanda de la farine à son compagnon et lui dit : « Tu savais donc que nous resterions si longtemps en route que tu as eu la précaution de te munir de farine? » - Josué répondit : «Il y a une étoile très brillante qui apparaît tous les soixante-dix ans et qui trompe les navigateurs. J'ai pensé qu'elle pourrait nous surprendre pendant notre voyage, nous égarer et prolonger ainsi notre séjour sur la mer. C'est pour cela que j'ai fait provision de farine. »

La différence entre la période indiquée ici (70 ans) et la période réelle de la comète de Halley (75 à 76 ans) s'expliquerait aisément par le fait que, dans les anciens textes hébreux, les valeurs ne sont généralement données qu'en nombres ronds, c'est-à-dire avec un zéro pour chiffre terminal. Ajoutons aussi qu'il n'y a rien de surprenant à ce que les astronomes asiatiques aient ramené la durée de cette révolution cométaire au nombre 70, qui était sacré chez les Hébreux.

Il s'agit très probablement de l'apparition de l'an 66. En effet, Gambiel II, l'un des personnages dont il vient d'être question, naquit dans la première moitié du siècle premier de notre ère, et fut Nassi ou chef suprême des Juifs, de l'an 90 à l'an 110, dans l'école de Jabneh, ville de la Palestine située sur le rivage méditerranéen, entre Joppé et Asdod. Cette école, dans laquelle on étudiait et commentait les problèmes religieux dont les discussions réunies formèrent plus tard le Talmud, avait été fondée par Iochanan ben Sakkaï, après la destruction du temple de Jérusalem, en l'an 70. Gambiel était fort instruit. Outre sa langue maternelle, il parlait grec et latin, et possédait des connaissances astronomiques, de même que son ami Josué, moins connu que lui, ce qui ne les empêchait pas, l'un et l'autre, de s'occuper de négoce. Le voisinage de la mer facilita les nombreux voyages qu'ils firent presque toujours ensemble, soit dans un but

commercial, soit pour toute autre cause.

En l'année 95, Gambiel se rendit à Rome[1] pour intercéder auprès de l'empereur Flavius Clemens, en faveur de certains de ses coreligionnaires. Ces détails montrent qu'il ne s'agit pas là d'une légende, mais d'un fait historique.

[1] J Derenbourg : Essai sur l'histoire et la géographie de la palestine d'après le Talmud, p. 344.
Maintenant, cette étoile apparaissant tous les soixante-dix ans était-elle vraiment une comète

Sans. doute, car nous ne connaissons aucune étoile variable à période aussi longue. Il nous faudrait admettre que cet astre, arrivé aux derniers stages de sa vie stellaire, et après de lentes fluctuations d'éclat, très espacées, se serait éteint ou aurait tellement diminué d'éclat dans l'intervalle de ces dix-huit siècles qu'aucun changement appréciable n'aurait pu être constaté en lui par les observateurs modernes. C'est peu probable. L'hypothèse d'une comète périodique se pose logiquement. C'est ce que laisse entendre, d'ailleurs, le plus grand commentateur du Talmud, le célèbre Raschi, qui vécut en France de 1040 à 1105.

« Les anciens navigateurs, dit-il, n'avaient pour guides que les étoiles. Ils connaissaient la position qu'occupent dans le ciel certaines constellations à des époques déterminées de l'année; ils savaient quel groupe ils devaient laisser à leur gauche, et quel autre ils devaient laisser à leur droite pour se rendre d'un port à l'autre. On conçoit alors que la présence d'un astre éclatant se déplaçant relativement vite parmi les étoiles, et visible tantôt au nord, tantôt au sud, ait pu troubler pour eux l'harmonie des constellations et risqué de les induire en erreur. »

Si l'on cherche à identifier l'apparition dont parle Josué à Gambiel avec l'une des comètes mentionnées dans les annales historiques et astronomiques, on ne trouve que la comète de Halley qui puisse lui correspondre, surtout si l'on tient compte de la remarque faite plus haut, concernant l'expression des périodes hébraïques. Pour que les astronomes asiatiques du premier siècle chrétien aient eu connaissance de la périodicité de cette fameuse voyageuse céleste, il faut admettre que plusieurs de ses apparitions antérieures avaient été observées avec soin. La précédente avait eu lieu en l'an 12 avant notre ère (passage au périhélie le 8 octobre). D'autre part, M. Crommelin a identifié la comète de Halley avec les apparitions des années 87, 163, 240 et 467 avant J: C. Il est même parvenu, pour les trois premières, à calculer le passage au périhélie, qui aurait eu lieu le 15 août 87, le 20 mai 463 et le 15 mai 240.

En résumé, le fait important est que, vraisemblablement, la période de la comète de Halley était connue des Hébreux, et c'est là un point historique du plus haut intérêt, qui mérite d'être signalé.

G. Renaudot
(Revue générale des sciences pures et appliquées, mars 1910).

Les quatre passages suivants été consignés seulement en Extrême-Orient :

141, 218, 295 et 374
Lors du passage de 141, la queue de l'étoile-balai est décrite comme longue de 9° et de couleur bleutée (une émission de la queue de plasma, due à des ions CO+). En 241, La comète est vue une quarantaine de jours entre mai et juin. Son aspect est décrit comme "broussailleux". En 295, la comète a été vue avant et après le passage au périhélie. La queue ne semble avoir été observée qu'après. Le passage de 374 est signalé, mais sans détails.
-
Jusqu'en 374 De 451 à 1145 Depuis 1222
.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.