.
-

La paléontologie des Rhinocéros
Systématique des Rhinocérotoïdés
Aperçu Paléontologie et systématique La découverte des Rhinocéros*
L'étude paléontologique des Rhinocéros montre que ces grands Ongulés se rapprochent des Tapirs et surtout des Lophiodontes. Les Rhinocéros primitifs étaient dépourvus de cornes et avaient des formes plus élancées que ceux de l'époque actuelle, ce qui établit un lien de plus entre eux et les genres Lophiodon et Tapirus. Ces premiers Rhinocéros se répartissaient en deux grandes familles les Hyracodontidae, et les Rhinocerotidae, dont sont issus les Rhinocéros actuels.

Les Hyracodontidae, comprenaient, entre autres les genres Hyrachyus, Colonoceras, Triplopus, de l'éocène moyen et supérieur de l'Amérique du Nord avec une seule espèce (Hyrachyus Zeilleri) de l'éocène de France, et Cesserasictis antiqua du même pays.

Parmi les Rhinoceotidae, les types pourvus de cornes (Teleoceras, Plicatodon) apparaissent pour la première fois dans le pliocène des deux Amériques, mais Diceratherium, avec deux cornes nasales latérales et symétriques, les précède dans le miocène d'Europe et des Etats-Unis. Parmi ceux qui sont dépourvus de cornes, Prohyracodon est de l'éocène de Styrie; Anchisodon et Hyracodon sont du miocène des Etats-Unis (Tous se rapprochent des Tapirs). On distingue deux sous-familles : les Amynodontinae et les Rhinocerotinae.

Les Amynodontinae, plus voisins de Lophiodon, renferment les genres Amynodon et Metamynodon, également sans cornes, et sont de l'éocène supérieur et du miocène moyen de l'Amérique du Nord, sauf Amynodon Croizeti de l'éocène supérieur et du miocène moyen de France. 

La sous-famille des Rhinocerotinae commence également par des formes dépourvues de cornes, constituant le genre Aceratherium, commun à l'Europe, à l'Asie et à l'Amérique du Nord dans le miocène : la forme du corps est déjà plus lourde et se rapproche des Rhinocéros modernes. Les espèces sont nombreuses et plusieurs ont survécu, en Europe et en Asie, jusque dans le pliocène. Le genre Aphelops comprend des espèces américaines. Le genre Leptaceratherium, plus ancien (du miocène inférieur), peut être considéré comme le type primitif du groupe. 

Les Rhinocéros proprement dits (infratribu des Rhinoceroti) apparaissent pendant le miocène de France (Rhinoceros. randanensis, Dicerorhinus sansaniensis) et se continue dans le pliocène d'Asie (Rhinoceros sivalensis); ces formes fossiles se rapprochent surtout du Rhinoceros sondaicus actuel, tandis que les R. paléoindicus et Rhinocéros namadicus d'Asie sont voisins de l'actuel Rhinoceros unicornis (Rhinocéros indien).

Le genre Rhinocéros est représenté dans le miocène supérieur d'Europe et d'Asie (Rhinocéros  pachygnatus, espèce voisine du Dicerorinhus sumatrensis ou Rhinocéros de Sumatra), et par le Rhinoceros platyrhinus du pliocène de l'Inde, qui rappelle Ceratotherium camus (Rhinoceros blanc) d'Afrique. Le Rhinoceros mauritanicus du quaternaire d'Algérie quant a lui rappelait le Diceros bicorni (Rhinocéros noir) encore vivant dans le sud de l'Afrique. 

Le genre Dicerorhinus, dont le seul représentant actuel est le Rhinocéros de Java, a eu pour autres espèces : Dicerorhinus Schleiermacheri du miocène supérieur d'Europe et d'Asie; Dicerorhinus megarhinus du pliocène d'Europe, qui a vécu jusque dans le quaternaire d'Angleterre;  Dicerorhinus hemitaechus, Dicerorhinus etruscus,  Dicerorhinus. Merckii, qui sont également du pliocène et du pléistocène d'Europe et d'Asie.

Mentionnons encore le Rhinocéros à narines cloisonnées ou Rhinocéros laineux (Coelodonta antiquitatis) eurasiatique, lui aussi, et qui était contemporain du Mammouth. Il portait deux cornes, et, comme ce dernier, sa peau était couverte d'un pelage bien fourni qui lui a permis de vivre sous le climat de la Sibérie. On trouve dans cette contrée des cadavres entiers avec leur fourrure conservés par la glace ou la terre gelée.

Un dernier genre n'ayant qu'une seule espèce (Elasmotherium sibiricum) représente un type très modifié de la famille des Rhinocerotidés. C'était un animal de très grands taille, avant une grande et large corne frontale avec une autre, très petite, à l'extrémité antérieure du nez. Les molaires sont fortement plissées comme chez l'Hipparion. Le crâne a près de 1 mètre de long. Cet animal vivait, pendant le pléistocène, dans l'Europe orientale et la Sibérie, et tout indique qu'il était organisé pour se nourrir des grandes herbes sèches qui abondent encore dans les steppes du Sud de la Russie et de l'Asie occidentale et centrale.

On voit que le type des Rhinocéros s'est développé d'abord simultanément dans le Nord des deux continents. Mais, à partir du pliocène, ce type a commencé à décliner en Amérique, tandis qu'il atteignait son entier développement dans l'ancien monde. En Amérique, ces grands animaux se sont éteints dans le quaternaire, on même temps que tous les grands Ongulés, y compris l'Eléphant et le Cheval. (E. Trouessart).
[Aide] La systématique des Rhinocéros

L'ordre des Perissodactyles comprend le sous-ordre  des Cératomorphes, dans lequel se trouve l'infra-ordre des tapiromorphes. Ce dernier est divisé en deux superfamilles : les Tapiroïdés et les Rhinocérotoïdés étudiés ici. Tous les Rhinocéros actuels (en bleu) appartiennent à la famille des Rhinocerotidae.

Rhinocerotidae
Rhinocerotinae Rhinocerotini
Sous-tribu : Rhinocerotina

Infratribu : Rhinoceroti (4 genres) :

Dicerorhinus (une espèce vivante :   D. sumatrensis; et plusieurs sous espèces disparues : Dicerorhinus megarhinus, D. etruscus, D. hemitoechus , D. kirchbergensis, D. merckii,  D. montesi, D. primaevus, D sansaniensis, D. tagicus, D. Schleiermacheri )

Rhinoceros (deux espèces vivantes :  R. sondaicus et R. unicornis; plusieurs espèces disparues : R.randanensis, R. sinensis et R. sivalensis, R. palaeoindicus, R. namadicus), 

Ceratotherium (C. simum, deux sous espèces), 

Diceros (D. bicornis, deux sous-espèces).

Infratribu : Teleocerati
Genres : Aprotodon , Brachypotherium , Teleoceras, Prosantorhinus 
Infratribu : Elasmotherii
Genres : Shennongtherium, Hispanotherium,  Caementodon, Beliajevina, Tesselodon, Ninxiatherium, Iranotherium, Kenyatherium, Sinotherium, Elasmotherium
Dans d'autres infratribus :
Genres : Paradiceros, Punjabitherium, Gaindatherium, Coelodonta (Rhinocéros laineux)
Sous-tribu  : Aceratheriina

Genres : Aceratherium, Subchilotherium , Chilotherium, Chilotheridium , Acerorhinus, Floridaceras, Plesiaceratherium, Diaceratherium, Aphelops, Hoploaceratherium, Peraceras

Diceratheriini Genres : Protaceratherium, Diceratherium, Pleuroceros, Menoceras, Prohyracodon, Trigonias, Amphicaenopus, Subhyracodon, Epiaceratherium, Ronzotherium, Moschoedestes, Huananodon, Guixia
Amynodontinae Amynodontini Genres : Amynodontopsis, Lushiamynodon, Amynodon, Euryodon, Armania, Sharamynodon, Metamynodon, Toxotherium, Penetrigonias

Cadurcotheriini
Genres : Metamynodon, Megalamynodon , Paramynodon , Zaisanamynodon,,Cadurcodon, Procadurcodon, Sianodon, Cadurcopsis, Cadurcotherium, Cadurcamynodon
 Autres tribus Genres : Rostriamynodon, Gigantamynodon, Teilhardia, Caenolophus, Hypsamynodon
Dans d'autres sous- familles Genres : Teletaceras, Itanzatherium
Famille disparue : Hyracodontidae
Hyrachyinae Genres : Hyrachyus, Fouchia, Dilophodon 
Paraceratheriinae Genres : Forstercooperia, Ilianodon, Imequincisoria, Juxia, Paraceratherium, Indricotherium, Urtinotherium, Benaratherium, Dzungariotherium, Caucasotherium 
Hyracodontinae Genres : Rhodopagus, Pataecops, Veragromovia, Yimengia, Hyracodon, Triplopides, Ardynia, Epitriplopus
Triplopodinae Genres : Triplopus, Ulania 
Eggysodontinae Genres : Eggysodon, Tenisia 
Dans un autre sous-famille Genre : Praeaceratherium
Une autre famille (disparue) comprenait le genre Meschotherium
-Hyracodon.
Hyracodon (Miocène).
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.