.
-

Gargantua

Rabelais n'est pas l'inventeur de cette grande et bizarre figure de Gargantua; il a seulement mis en oeuvre, avec une verve puissante, des traditions confuses et éparses avant lui chez différents peuples. Ce géant a l'appétit des ogres, mais il est bienveillant, et en tout cas aucune légende ne rapporte qu'il ait jamais fait de mal à personne. Bien sûr, il lui arrive parfois d'assécher un lac d'une gorgée pour apaiser sa soif, mais c'est sans malice. Et si, inspirées par le Malin, des sorcières viennent tenir leur sabbat au Petit doigt de Gargantua (un menhir) près d'Avallon, il n'y est pour rien. Sans doute les gens de l'Albret mentionnent-ils un unique acte violent chez le débonnaire géant : selon la légende, il aurait  bouté les Anglais hors du pays, pendant la Guerre de Cent Ans, en leur lançant de gros chênes qu'il déracinait comme des poireaux. Mais, bon, on ne va pas croire  toutes les légendes, non plus!

Une chose est sûre, Gargantua est une figure très ancienne, qui puise ses origines dans le vieux folklore celtique. Il était une sorte d'Hercule Pantophage des Gaulois, peut-être même ce seigneur de l'excès a-t-il été l'objet d'un culte, dont les festivités du carnaval auraient recueilli l'héritage.  Les légendes elles-mêmes le rattachent à la tradition celtique en liant son histoire à celles des mégalithes (menhirs et dolmens) qu'elle attribuent aux Celtes. De fait, le nom de Gargantua est imprimé partout et depuis longtemps dans le paysage. Ici, on dit notre géant  bâtisseur de telle montagne, et là, n'est-ce pas encore lui qui a creusé le lac Léman? Sa trace se retrouve jusqu'en Apulie (Italie), où un mont Gargan rappelle ceux que Gargantua a élevés sous d'autres cieux.

Mais ce n'est pas seulement dans les monuments naturels ou artificiels qu'on retrouve le nom de Gargantua : il apparaît au philologue comme au voyageur. Hors de France, on peut mentionner Nichols, qui fait mention d'un vieux roi fabuleux de la Grande-Bretagne, nommé Gurgunt, Gurguntum ou Gerguntum, qui passait pour avoir jeté les fondements du château de Norwich. Nathanael Dracke, quant à lui, rapporte un noël fort connu jadis à Norwich, où il est dit que les ouvriers ont suspendu leurs travaux sur le rempart de Gurguntum.

Upon Gurguntum's walled ground.
Grimm, dans sa Mythologie allemande, par un rapprochement ingénieux du nom de Gargantua et de ceux de la Gargouille de Rouen et du Graouly de Metz, serpent dévastateur, monstre terrible, semble vouloir faire de Gargantua un dernier symbole, plus rapproché de l'homme cette fois, de ces phénomènes de la nature dont l'apparition malfaisante laissa des traces profondes dans l'imagination des peuples. Grimm parle dans un autre ouvrage d'une légende répandue dans le pays des Grisons, qui fait de Gargantua une sorte de colosse de Rhodes, debout, chaque pied sur un rocher, et se penchant pour avaler d'un trait la rivière qui coule à sa base. 

Rabelais dut donc à des contes populaires plus anciens que lui la première idée de son héros. Rien ne naît de rien. (M. P.).

Gargantua et les mégalithes.
Dans les légendes actuelles le géant auquel sont dus les menhirs est presque toujours Gargantua, qui vraisemblablement a peu à peu remplacé des géants anonymes ou moins connus. la Pierre frite près de Péronne, la Pierre Nauline ou Pierre de Gargantua dans le lit de l'Yon, d'autres à Crillon (Jura), à Bois-lès-Pargny (Aisne), le Grès de Gargantua à Plaudren, etc., portent aujourd'hui son nom. Les menhirs et les pierres à légendes ont aussi servi aux jeux des géants, des héros et des diables de l'ancien temps. Même chose pour les dolmens, qui semblent avoir été parmi les jouets favoris de Gargantua.

Les menhirs.
Quelques menhiers ont été plantés par Gargantua au cours de ses voyages, comme le menhir du Champ de la Pierre à Saint-Sornin, qu'il déposa pour boucher l'orifice d'une source, la canne qu'il piqua près du Fort La Latte (Côtes-d'Armor), au retour de ses pérégrinations. D'autres sont en relation avec ses merveilleuses faucheries; sa Pierre à faulx se voit à Rentriche (Moselle), son verziau ou pierre à aiguiser est le menhir de Bois-lès-Pargny; à Néaufles-sur-Risle, après avoir fauché dix-huit acres de prairie, il jeta son affiloire du haut de la côte dans la vallée. Des menhirs à Doingt, aux environs de Guérande et de Ham sont des cailloux qui le gênaient dans ses souliers. La pierre de la Hoberie à Ussy (Calvados) était tombée de la « pouchette » du géant Guerguintua. Quelques menhirs ont fait partie du corps de Gargantua; à Saint-Suliac, l'un d'eux est sa dent, qu'il avait avalée par mégarde, et qu'il vomit en cet endroit; près d'Avallon, on montre son petit doigt, sans récit explicatif.

Plusieurs menhirs ont servi à ses jeux. Les pierres de Changé, groupe de peulvan et de menhir (pierres fichées), dont une seule est restée debout, sont connues dans le pays sous le nom de palets de Gargantua. La tradition populaire prétend que le géant s'amusait en ce lieu, comme en un préau, à lancer des pierres, en guise de disques, vers un but. Les pierres qu'il lançait sont celles qui gisent maintenant, et le but est la pierre qui est encore debout. 

Des légendes analogues existent ailleurs : à Ymeray (Eure-et-Loir), des pierres debout sont ses palets; un peulvan sur la lande de Pierre plate en Treillères (Loire-Atlantique), est sa galoche et deux plateaux granitiques voisins ses palets; les deux menhirs dits Pierres Folles du Follet à Rosnay-sur-Yon sont les « minches » qu'il employait quand il jouait avec les dolmens de Moutiers-les-Mauxfaits et de Talmond; les trois pierres d'Avrillé lui servaient de but, alors qu'étant devin et berger il s'amusait.

Un jour qu'il jouait au palet sur la butte de Montjavoult (Oise), il essaya de jeter Pierre frite sur les coteaux de Neuville-Bosc, à deux myriamètres de là, et elle tomba dans le petit bois où on la voit aujourd'hui. Dans le récit suivant, il est en concurrence avec des joueurs dont les noms rappellent ceux de héros de contes populaires; il est assez vraisemblable qu'on les leur a attribués à une époque assez récente :

Un jour qu'il se trouvait avec deux géants de ses amis, Courte-Echine et Fine-Oreille, sur la montagne de l'Hautil au-dessus de Chanteloup-les Vignes, il leur proposa une partie de palet dont l'enjeu serait une colossale friture que l'on irait consommer à Cergy. Il fut convenu que celui dont le palet se rapprocherait le plus de cet endroit, serait le gagnant. A cette époque le plateau de l'Hautil était couvert de dalles en grès d'une dimension considérable. La partie commença : Courte-Echine se baissant, ramassa un bloc énorme qu'il jeta négligemment devant lui; soit qu'il n'eût pas pris assez d'élan, soit que la force lui manquât, son palet alla tomber dans la Seine, en face d'Andrésy, dont il obstrua le cours pendant de longues années. Fine-Oreille à son tour lança un roc qui, après s'être élevé à une hauteur prodigieuse, s'abattit dans les environs de Jouy-le-Moutier où on le voit encore.

Gargantua ramassa une dalle longue et large, mais peu épaisse, et la lança devant lui sans nul effort ; elle alla se ficher en terre à Gency, où on l'appelle le Palet de Gargantua. 

Une autre légende s'attache à cette dalle Gargantua ayant eu maille à partir avec un géant établi sur les hauteurs de Cormeilles-en-Parisis, entreprit le siège de la montagne de son adversaire; mais la force et le coup d'oeil lui ayant manqué lorsqu'il lançait la première pierre, elle se ficha à l'endroit où nous la voyons. Le menhir qui se dresse près de Donges (Loire-Atlantique) s'appelle la Galoche de Gargantua et autrefois la grande table du dolmen, maintenant à quelque cent pas de là, était posée sur le bout de la galoche et lui servait de pièce.

Mais Gargantua passant un jour au pays de Retz, avisa de l'autre rive cette gigantesque amusette et se mit en devoir de l'abattre. Il prit ses palets qui sont des meules en pierre de grison, trois fois lourdes et grosses comme celles de nos moulins, et les fit voler par-dessus le fleuve; au dernier coup la pierre fut enlevée de dessus la galoche; on la voit maintenant juste à l'endroit où elle est tombée, et le palet vint s'abattre bien loin de là.

On notera que Gargantua n'est pas le seul lithobole (= lanceurs ou déplaceurs de lourdes pierres) des traditions populaires : on pourrait citer Lancelot, qui accomplit un tel exploit dans le roman de la Charrette de Chrétien de Troyes,  et surtout Roland qui tient le premier rang après Gargantua; dans le Midi tout au moins.

Les dolmens.
Plusieurs  noms de dolmens supposent qu'ils ont été lancés par des personnages lithoboles : tels sont les Palets de Gargantua à Saint-Aubin d'Aubigné (Ille-et-Vilaine), à Belesbat, à Saint-Benoît-sur-Mer (Vendée), à Alluyes (Eure-et-Loir) près de Beaugency (Loiret), dans la Lozère et en plusieurs endroits de la Touraine.

D'autres dolmens connus sous le même nom ont encore leur légende. Le géant jouait au palet de la colline où est celui de Gros Bois à Brizay, à une autre située à deux kilomètres où existait jadis un dolmen; celui qui est en face du château de la Brosse dans le Perche est un palet que Gargantua qui venait de faire sa partie, laissa tomber par mégarde sur la chaussée. 

On mentionne aussi trois blocs dolméniques à Saint-Lyphard (Loire-Atlantique), qui ont glissé du tablier de la femme de Gargantua. Le terrier de Beaumont à Saint-Port sur Gironde est dû lui aussi à la femme de Gargantua qui voulait bâtir un pont sur le fleuve et dont les cordons de tablier se rompirent en cet endroit.

Des traditions, ou des noms qui en supposent, font de Gargantua un des principaux auteurs de tumulus. A Dormont près Vernon, il y en a deux, appelés la Hottée de Gargantua et qui avaient sans doute la même origine que les montagnes de l'est qui portent ce nom. Le plus ordinairement les buttes proviennent du nettoyage de ses chaussures : en Touraine tous les tertres factices ont été ainsi formés; dans le Poitou le tertre de la Garette, celui où s'éleva depuis la chapelle de sainte Macrine, en Berry le tertre isolé de la plaine de Montlevic proviennent de la boue qu'il ; ôta de ses sabots. Lorsqu'il venait de Bourges en une seule enjambée, il laissa tomber le monticule que l'on voit près de Clion, et qui s'appelle Pied de Bourges, et les Dépattures de Gargantua à Châtillon-sur-Indre.
-


Le jeune Pantagruel (fils de Gargantua) attablé à un dolmen
(Dessin de Gustave Doré).

Gargantua qui a lancé la table de plusieurs dolmens en a aussi déposé quelques-uns dans des circonstances légendaires; il voulut autrefois jeter un pont sur la Loire; il s'en fut quérir de grosses roches dans le bas pays de Retz et vint les poser là, en ayant soin de les piquer debout pour les mieux retrouver; mais quand il revint, elles avaient pris en terre, et il ne put les arracher; de colère, il jeta là toute sa charge de cailloux, pêle-mêle les uns sur les autres. La Caillotte de Gargantua à la Chapelle Vendômoise était un petit caillou qui s'était introduit dans la chaussure du géant.

Le Tombeau de Gargantua près de Corlay est un dolmen sous lequel ce héros fut enterré avec une bouteille d'argent; à Brennilis en Loqueffret, celui qui porte en breton le nom de Bez Guevrel, tombeau du géant, et en français celui de tombe de Gargantua, probablement assez récent, a servi de sépulture à un géant si grand que l'on dut le plier en neuf pour l'y renfermer. Il existe aussi, près de la grotte de Miremont, entre Sarlat et Périgueux, une grosse pierre que les paysans appellent encore le Tombeau de Gargantua.

Les pierres à légendes.
Non loin du château de la Roche-Lambert, dans la haute-Loire, un roc qui dessine une tête vue de profil, a reçu le nom de Gargantua, probablement à une époque assez récente. 

Certains blocs naturels, de forme plate et arrondie, éveillent sans bien grand effort l'idée de projectiles ayant servi à des jeux de géants. Beaucoup portent le nom du plus célèbre d'entre eux. On montre, sans les accompagner de récits explicatifs, des Palets de Gargantua, à Luynes Indre-et-Loire, où une plus petite lui a servi de bouchon, aux Garrigues de Clansayes dans la Drôme, à Ymeray (Eure-et-Loir), au camp de Sathonay, près de Divonne-Arbères, au pays de Gex, et l'on pourrait allonger la liste, même sans y ajouter les mégalithes désignés par des noms analogues.

Parfois ou raconte en quelles circonstances ces prodigieuses amusettes sont arrivées aux endroits où elles gisent à présent. C'est en jouant au palet du haut du Mont Ceindre que le géant projeta jusque dans la plaine dauphinoise, la Pierre frite près de Vaux-en-Vélin; un autre jour il prit sur une des collines entre lesquelles coule le Furans près d'Arbignieu (Ain), un bloc erratique, et il le lança jusque près de Thoys, où on l'appelle la Boule de Gargantua. Du sommet du mont d'Alaze (Saône-et-Loire), il envoyait d'énormes rochers contre le château de Cruzilles; le premier n'ayant pas atteint le but, il en jeta un second qui tomba seulement un peu plus près, et une troisième tentative n'eut pas plus de succès. Ces projectiles, qu'on appelle Pierres de Gargantua, se voient à côté d'un chemin voisin du château.

Lorsqu'il passa par la Bretagne, en revenant de Paris, il fut bien reçu par les Léonards, taudis que les Cornouaillais ne lui donnaient que des crêpes et de la bouillie. Alors la surface du Léon était encombrée de montagnes qui gênaient les habitants; Gargantua, indigné du peu de courtoisie des Kernévotes, leur jeta, un jour qu'il jouait au palet, toutes les pierres qui couvraient le sud du pays de Léon, et les éparpilla depuis Plougastel jusqu'à Huelgoat; suivant une autre légende, si la côte nord de Plougastel est hérissée de rochers étranges, brisés, amoncelés les uns sur les autres, c'est qu'après un repas indigeste, il eut mal au coeur et les vomit. En Ille-et-Vilaine, le géant, pour se défendre d'une meute de chiens qui le poursuivaient, leur jeta les roches de Perrol, qui gisent sur le bord d'un ravin près de Gahard. A Sallanches (Haute-Savoie), il lança d'un coup de pied un rocher plat, en forme de galette, qui est collé à la montagne.

Beaucoup de blocs gigantesques que l'on rencontre en certaines contrées à peu près incultes, et dont le nombre et les dimensions sont faits pour surprendre, ont été laissés là par Gargantua qui les retira de ses souliers ou de ses sabots. C'est pour cela que l'on voit tant de grosses pierres sur la lande de Cojou en Saint-Just, et sur celle du Haut-Brambien, à Pluherlin, dans le Morbihan français. Sans parler des menhirs, d'autres blocs isolés ont la même origine; tels sont le Gravier de Gargantua dans une plaine, entre Dourdan et Arpajon, et un rocher fort élevé au milieu de la petite ville de Pierrelate. Près de Portmort, sur les bords de la Seine, une pierre levée  est décorée du titre de Caillou de Gargantua

Les pierres sonnantes.
On désigne sous le nom de « Pierres sonnantes » les gros blocs qui parsèment une des criques du Guilde (Côtes-d'Armor), au dessous du bois du Val. Ce sont des roches amphiboliques, généralement arrondies, qui ont toutes une certaine sonorité; elles sont semées sur la grève, assez voisines les unes des autres, et à distance, elles éveillent facilement l'idée d'un troupeau de moutons noirs qui se serait couché pendant la chaleur du jour.

La plus curieuse est celle qui repose, presque en équilibre, sur deux énormes blocs, comme elle de forme oblongue; de temps immémorial on a, pour la faire résonner, frappé sur l'une de ses extrémités avec un caillou rond, et le frottement a fini par y creuser une sorte de cuvette.

C'est Gargantua qui les a déposées. Un jour qu'il était à Dinan, on lui dit que dans une carrière, en avait trouvé des pierres sonnantes. Il demanda aux Dinannais de les lui donner, pour les emporter à Plévenon, où il voulait les faire sonner pour s'amuser. Afin de les transporter plus commodément, il les avala, et se mit en route, en passant par la mer, car son intention était de les placer sur le rivage, pour ne gêner personne. Malheureusement, à l'embouchure de l'Arguenon, le vent lui porta l'odeur des raies de Saint-Jacut, et il eut si mal au coeur qu'il vomit toutes ces pierres.

Les empreintes de Gargantua.
Les géants sont représentés par des traces assez nombreuses. Le pied de Gargantua se voit sur un rocher voisin de Saint-Jacul du Mené, d'où il s'élança pour aller retomber sur une autre pierre à trois kilomètres de là, où l'on montre un second pied. A Carolles (Manche), à Plévenon (Côtes-d'Armor), ses souliers sont marqués sur le roc à l'endroit où il prit son élan pour faire un bond prodigieux qui, par dessus un vaste espace de mer, le fit arriver à, Jersey. A Saint-Priest-la-Plaine, un pied gigantesque, chaussé d'un sabot, est appelé le Pas de Gargantua.

(Les traces de Samson, un costaud lui aussi, qui est parfois en relation avec Gargantua, se rencontrent surtout dans l'Est. Un bloc erratique de l'Ain, appelé pierre à Samson, a deux excavations que que l'on considère comme la marque du pied et de la main de ce personnage qui s'en servit pour jouer avec Gargantua.)

Une rainure sur un rocher dans le bois de Montgommery en la Lande de Goult (Manche) commémore le passage du chariot de Gargantua, alors qu'il revenait de Tombelaine après avoir jeté dans la mer cet îlot et le Grand Mont.

Mobiler et ustensiles.
Certains rochers ont des formes qui font penser à des objets utilitaires. Ils sont assez grands pour avoir pu intéresser notre géant. Ainsi, une écuelle de Gargantua est creusée dans un gros bloc, près de Gahard (Ille-et-Vilaine), et son verre est dans le voisinage. A Verdes (Loir-et-Cher) sa soupière est une grande excavation faite de main d'homme, non loin d'une pierre échancrée par le milieu qu'on appelle Lunettes de Gargantua; ces Lunettes se retrouvent à Travers, près de Beaugency; à Pontaven, un rocher arrondi, percé à son sommet d'un trou rond d'un mètre de diamètre, portait le nom de Bain de pied de Gargantua.
-

Gargantua à table.
Gargantua à table (image du milieu du XIXe siècle).

Une chaise de Gargantua près de Saint-Pierre de Varengeville est intéressante, parce qu'au XIIe siècle, une charte, l'attribuant à un géant anonyme, la désignait sous le nom de Curia gigantis; entre Beaume-les-Dames et le village d'Hyèvre, on remarque aussi un fauteuil de Gargantua. On appelle ainsi un rocher qui se trouve dans une vallée où coule la Drouvenne, entre la ville de Baume-les-Dames et le village d'Hyèvre, département du Doubs.

On raconte que le héros gigantesque, se trouvant pressé par la soif en traversant la vallée en question, but d'un seul trait le rivière, et se reposa ensuite sur le rocher qui porte aujourd'hui son nom. Les habitants de la contrée ajoutent que le géant n'ayant pu , dans le premier moment, approcher ses lèvres du courant, parce que celui-ci se trouvait trop resserré entre ses lords, il se fraya passage en écartant le rocher de sa main, et que l'empreinte des cinq doigts est toujours très visible sur la pierre.

Gargantua, maître du paysage.
Il existe nombre de légendes qui donnent à Gargantua un rôle important dans l'explication du paysage, de la végétation comme du relief. Il est à l'origine aussi bien de plaines que de montagnes, de lacs que de cours d'eau. Par exemple, suivant un récit du Nivernais, le Berry est un pays plat, parce que le géant Pousse-Montagne y passa un peu après Gargantua et combla avec les dépattures de ses sabots les creux que ce géant y avait fait. 

Le relief.
Lorsque Gargantua creusait le lac de Genève, il avait soin d'entasser les mottes et les rochers sur un point spécial de la rive gauche. Ceux qui voyaient l'amas augmenter à vue d'oeil, criaient de temps à autre : « Eh! ça lève! » et c'est cette exclamation qui aurait fait donner le nom de Salève à cette belle montagne constituée par les débris accumulés par le géant. 

Cette étymologie est sans doute purement fantaisiste; mais on trouve dans le Beaujolais le parallèle de la légende les pierres que Gargantua tira du lit de la Saône lorsqu'il l'approfondissait, formèrent, en s'amoncelant, le mont Brouilly.

En Bretagne, le géant Hok-Braz construisit en s'amusant la chaîne d'Arhez, depuis Saint-Cadou jusqu'à Berrien, et il y planta même le mont Saint-Michel de Braspartz.

Suivant plusieurs récits, des collines, et même des montagnes ne sont autre chose que le contenu de la hotte de Gargantua. Le géant ayant eu le projet d'élever le Colombier de Gex à la hauteur du Mont-Blanc, allait chercher dans les Alpes des matériaux qu'il rapportait dans une hotte dont les dimensions étaient en rapport avec sa taille. Un jour une de ses bretelles se cassa, et sa charge, en se répandant sur le sol, forma la colline de Mussy. Lorsqu'il creusait le val d'lliez, il se servait du même procédé pour transporter la terre; mais en voulant se désaltérer dans le Rhône, il heurta du pied les roches de Saint-Triphon; il alla s'étendre tout de son long dans la vallée au cri de : «-Eh! monteh! ». Sa hotte, en se renversant, laissa échapper assez de terre pour former la colline de Montel, qui, suivant les Genevois amateurs d'étymologies calembouresques, doit son nom à l'exclamation du géant, Quand il se releva, humilié et furieux, il allongea à la hotte un si formidable coup de pied, que ce qui y restait alla former plus loin un autre monticule. 

La même mésaventure lui arriva une autre fois qu'il avait voulu boire dans la Sarine, et le contenu de sa hotte donna naissance à une petite montagne sur laquelle on a bâti le temple du château d'Oex. La Dent de Jamant, le mont de Roimont (543 mètres) en Beaujolais sont dus à des circonstances analogues, que l'on rencontre aussi dans le nord de la France : Un jour qu'il transportait de la terre dans une hotte à travers les campagnes du Laonnais, il se trouva trop chargé, et jeta dans la plaine une partie de son fardeau : c'est la montagne sur laquelle est assise la ville de Laon.

La boue qui tomba des chaussures de Gargantua, celle qu'il détacha, en les nettoyant, de ses souliers ou de ses sabots, a produit la colline de Pinsonneau, qui domine la vallée de Larrey (Charente-Maritime), un gros mamelon sur le territoire de Grignon, deux collines à Précy-sur-Thil (Côte-d'Or), deux buttes dans le Poitou, trois monticules isolés à Heuilley-Coton (Haute-Marne). En «-fyantant et en compissant » il forma le pic pyramidal d'Aiguilhe, dans le Forez, le mont Gargan près de Nantes, celui du même nom aux environs de Rouen, lou Pech d'Embrieu, non loin de Saint-Céré, et l'aiguille de Quaix, qui se nomme Étron de Gargantua; une colline près de Carpentras s'appelle l'Estron de Dzupiter, ce qui suppose une origine analogue.

Des brèches sont l'oeuvre de héros légendaires ou de géants. En Savoie, un passage près des Grands Plans a été fait par Gargantua, qui s'est fait ici l'émule de Roland et de sa brèche, et qui enleva à cet endroit un énorme rocher que l'on voit sur une montagne voisine.

Certains aspects de montagnes où les jeux de l'ombre et de la lumière dessinent des espèces de figures, que l'imagination complète aisément, ont éveille un peu partout l'idée de représentation de personnages gigantesques et de héros très connus. Dans le Dauphiné, des profils de montagnes paraissent de loin ressembler à un géant étendu et dormant : pour les paysans, c'est Gargantua qui se repose après avoir mangé des animaux entiers. (Une illusion d'optique analogue a donné naissance à l'opinion d'après laquelle le Mont-Blanc reproduit, vu sous un certain angle, la figure de Napoléon).

Un rocher dans la chaîne des monts de Sassenage, dont le sommet est composé de trois éminences en forme de dents canines, est connu sous le nom de Dent de Gargantua; on appelle aussi Dent de Gargantua le pic de Chamechauve, dans le massif de la Chartreuse, qui, vu d'un certain côté, paraît être une gigantesque molaire, et l'on raconte que c'est une grosse dent, qui faisait souffrir le géant et qu'il extirpa lui-même.

Pendant l'âge d'or des Alpes, Gargantua passait par enjambées énormes au-dessus des champs et des bois; quand il s'asseyait sur une chaîne de montagnes ou de collines séparant deux vallées, on voyait une de ses jambes pendre d'un côté et l'autre descendre sur la pente opposée. En Savoie, il se reposait sur la cime des monts comme sur un escabeau fait à sa taille; il jouait avec des sapins comme avec des pailles légères, et il baignait ses pieds dans la profondeur des lacs. Les enfants de la vallée se représentent le géant du ballon de Servance assis devant la haute montagne du Them comme devant une table servie.

La grotte de Gargantua.
Non loin du château de la Roche-Lambert, une grotte fut, dit-on, jadis habitée par Gargantua; c'est la seule, semble-t-il, dont on ait fait la demeure de ce héros colossal.

Le long de la mer.
Des légendes assez nombreuses font remonter l'origine des îles à des inconstances étranges ou surnaturelles, on aux gestes des personnages, presque toujours gigantesques, parmi lesquels Gargantua tient, comme toujours, le premier rang. Parfois ils posent des rochers si grands que la mer ne peut les recouvrir entièrement, et qu'ils deviennent des îles habitées par les hommes. Cette donnée est ancienne, et on la trouve au XVIe siècle dans les Grandes Chroniques de Gargantua, que plusieurs critiques attribuent à Rabelais : Grant-gosier et Galemelle, se disposant à passer la Manche sur les contins de la Normandie et de la Bretagne, placèrent chacun sur leur tête le rocher qu'ils avaient apporté d'Orient, et cheminèrent dans la mer. 

« Et quant Grant-Gosier fut assez avant, il mist le sien sur la rive de la mer, lequel rochier est à présent appelé le Mont Sainct Michiel. Galemelle vouloit mettre le sien contre, mais Grant-Gosier dist qu'elle n'en feroit riens et qu'il falloit porter plus avant et est le dict de present appelé Tombelaine". 
D'après une tradition de la Basse-Normandie, c'est Gargantua qui a posé en passant ces deux célèbres îlots. 

L'origine des baies et des ports tient peu de place dans les légendes françaises. Gargantua, cependant, en frappant du pied enfonça la plaine de Mordreuc, qui forme une baie dans la Rance maritime. Une autre fois il produisit, en urinant copieusement, la rade de Paimboeuf (Loire-Atlantique) qu'on appelle la Goule de Mer.

Aucun récit traditionnel ne parle de la formation des grands caps; mais l'origine de dexs promontoires secondaires de la baie de Saint-Malo se lie, comme celle de plusieurs îles des environs, aux voyages de Gargantua. Il vomit la pointe de la Garde en Saint-Cast, un jour qu'au sortir d'un repas copieux il était écoeuré par l'odeur des raies pourries que le vent lui apportait de Saint-Jacut, village où naguère ou les mettait à sécher devant les maisons. Il éprouva encore, une autre fois, un haut-le-coeur lorsque des bateaux Jaguens, empuantis par les débris de poisson, passèrent entre ses jambes, pendant qu'il traversait la mer, ayant de l'eau jusqu'au genou : la pointe du Décollé est le résultat de cette indigestion.

Le rocher sur lequel est bâtie la vieille forteresse de La Latte en Plévenon, est séparé de la terre ferme par une coupure à parois presque verticales, dans laquelle la mer s'engouffre avec fracas. C'est Gargantua dont on voit, a une petite distance, le bâton fiché en terre, qui la fit en donnant un coup de pied. 

La végétation.
Deux légendes des environs de Saint-Malo font intervenir Gargantua dans la destruction des forêts : pour construire un vaisseau, il déplanta avec son énorme canne celle qui occupait l'emplacement de la baie de la Fresnaye; une autre fois il abattit de la même manière, celle qui couvrait la presqu'île de Fréhel :  il ne pousse sur son emplacement que des ajoncs nains et de maigres bruyères. L'épisode qui rappelle le passage de Rabelais, où la jument du héros renverse, en s'émouchant avec sa queue, une partie de la forêt d'Orléans (Gargantua I, I, ch. 16). Et l'on raconte aussi que près d'Auray, l'herbe n'a jamais crû ni reverdi dans la prée de Gargantua, depuis que le géant s'y mit en colère à cause d'un gravier qui le gênait.

Les rivières et les lacs.
Nombre de légendes font naître le rivières de liquides sécrétés ou versés par des
personnages fabuleux. D'ordinaire ce sont des géants, et parmi eux Gargantua tient, comme d'habitude, le premier rang. Il emploie fréquemment un procédé naturaliste qui figure plusieurs fois, sous une forme facétieuse, dans Rabelais, ou dans les écrits qui lui sont attribués, et dans les oeuvres de ses imitateurs. Les Grandes chroniques de Gargantua, le plus ancien de ces ouvrages, rapportent que le héros s'étant purgé, 

« fut contraint de destacher la martingalle de ses chausses, et décliqua son povre broudier en telle manière et si merveilleuse impétuosité, qu'il fist une petite riviere (à Rouen) laquelle on appelle, de present Robec ». 
Plusieurs passages du Gargantua et du Pantagruel parlent aussi de merveilleuses «-compisseries » dont les plus caractéristiques sont celle des chiens de Paris lesquels firent couler « le ruisseau qui passe à Saint-Victor où Gobelin teint l'escarlate-», et l'allusion à la grand-jument de Gargantua 
« qui ne pissoit foys qu'elle ne fist une riviere plus grande que n'est le Rosne ou le Danouble ».
 Il est vraisemblable que cette donnée est antérieure à Rabelais, et que, lorsqu'il la mit en oeuvre, il se rappelait quelque récit populaire sur les bords de la Loire. 

Plusieurs légendes font remonter à Gargantua la formation de divers autres cours d'eau. En Haute-Bretagne, à la suite de repas copieux, il arrose le sol avec une telle abondance que le Frémur, l'Arguenon, un ruisseau de Saint-Cast (Côtes-d'Armor) se mettent à couler; plusieurs rivières des vallées dauphinoises, et le torrent de Vence, dans la même région, ont été produits par l'urine du géant. Dans le Forez une eïe ou Loire naquit du sang que versa Gargantua, un jour qu'il s'était piqué le doigt avec une épingle.

Si Gargantua a donné naissance à des rivières, il en a aussi tari, au moins pour quelque temps: dans la Haute-Loire, il avait coutume de les avaler quand il avait soif; en Franche-Comté, il mettait à sec le Doubs et la Drouvenne; en Bourgogne, il but un jour si longuement que la Brenne, affluent de l'Armauçon, demeura sans eau, au moins deux lieues de long; au moulin de Lilas (Haute-Vienne), il absorbait la rivière toute entière, si bien qu'en aval, il ne coulait plus une goutte d'eau. A Farciennes, dans la Belgique wallonne, on raconte qu'un jour il réduisit la Sambre d'un tiers en y buvant une seule fois.

Les géants, les héros et les personnages surnaturels figurent aussi parmi les créateurs de nappes d'eaux stagnantes. Et c'est Gargantua, par exemple, qui « en expulsant le superflu de la boisson » a formé le bel étang de Jugon (Côtes-d'Armor), et ceux d'Ouée et d'Andouillé en Ille-et-Vilaine. On dit dans les Alpes vaudoises, que lorsque Gargantua passait par les champs labourés, l'empreinte de chacun de ses pas faisait une pièce d'eau. Et si, au sud de Lourdes, les petits étangs de Vivier Lion ont été produits par le pied ou le genou de Roland désarçonné, c'est bien Gargantua, comme on l'a dit plus haut qui fit le lac de Genève : il le créa pour faciliter la sortie du Rhône.

Gargantua qui a donné naissance à plusieurs étangs, en a aussi tari quelques-uns, au moins momentanément, comme dans le cas des rivières. Il « sapa d'une baleinée », celui d'Ouée, en Ille-et-Vilaine, et c'est lui qui, en été, pour se désaltérer, met à sec un bassin de deux cents mètres de diamètre que l'on voit près de Champignelles. Les marais poitevins sont des terrains conquis sur la mer par des desséchements successif, qui remontent au XIIIe siècle; C'est donc relativement récent dans l'histoire et la mémoire collective, mais cela n'a pas empêché la légende gargantuesque de s'installer ici aussi : la population frappée par cette disparition des eaux, a essayé de l'expliquer en disant qu'autrefois le géant avala dune gorgée toutes celles qui couvraient cette partie du Poitou. (P. Sébillot).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.