.
-

Carpentras

Carpentras (Carpentoracte, Forum Neronis) est une commune de France, dans le département du Vaucluse , sur la rive gauche de l'Auzon, affluent droit de la Sorgue, au Sud du mont Ventoux, au Nord de la chaîne de Vaucluse, à 24 kilomètres au Nord-Est d'Avignon

La ville de Carpentras est d'origine celtique ainsi que l'indique son nom Carpentoracte. Elle était à l'époque romaine la capitale des Memini. En l'an 27, elle ajouta à son nom celui de Julia et compta, parmi les villes latines. Elle fit partie de la Narbonnaise deuxième. On y a découvert, à diverses époques, des mosaïques, des inscriptions, des médailles celtiques, massaliotes et romaines.

Elle fut saccagée au IIIe siècle par, les Barbares, au Ve par les Wisigoths, puis par les Vandales, les Lombards et les Sarrasins. Au VIIIe siècle, Charles Martel chassa les Sarrasins de Carpentras et, après le démembrement de l'empire carolingien, Carpentras fit partie du royaume d'Arles, puis du comté de Provence, et passa aux mains du comte de Toulouse. Le traité de Paris en 1228 donna la souveraineté de Car pentras et du Comtat-Venaissin aux papes, qui les possédèrent jusqu'en 1791. 

Durant le Moyen âge, et jusqu'à l'annexion du Comtat-Venaissin à la France, Carpentras fut la capitale de cette petite province. Le pape Clément V y séjourna avec toute sa cour en 1313; après sa mort, le conclave se tint à Carpentras pour nommer son successeur. Cette ville fut fortifiée sous les papes Innocent VI et Urbain V. Lors du schisme d'Occident, elle joua un rôle important dans les événements dont le Comtat-Venaissin fut le théâtre. 

Au XVIe siècle, lors des guerres de religion, elle fut attaquée par le baron des Adrets qui ne put s'en emparer, grâce à la résistance énergique de ses habitants. Pendant la période révolutionnaire, la ville de Carpentras fut encore assiégée, mais en vain, par une petite armée avignonaise. 

En sa qualité de capitale du Comtat-Venaissin, Carpentras fut le siège de diverses juridictions, parmi les lesquelles les principales étaient la cour suprême du Comtat-Venaissin, tribunal du recteur qui avait sous sa juridiction la justice, les armes et les finances, la cour des premières appellations, le tribunal de la Révérende Chambre apostolique, sorte de Chambre des comptes, ayant sous sa juridiction toutes les causes fiscales. Ce fut également à Carpentras que s'assemblèrent les Etats de la province du Comtat-Venaissin jusqu'à l'annexion de cette province à la France. 

Dès le XIIIe siècle, cette ville jouissait de franchises municipales assez importantes. C'était le parlement général des habitants qui choisissait ses syndics : en 1517, ils changèrent ce nom pour prendre le titre de consuls, et le premier consul de Carpentras faisait partie de droit de l'Assemblée ordinaire du pays et était syndic-né des Etats de la province. Cette ville fut également, dès le IIIe siècle, le siège d'un évêché que quelques auteurs supposent avoir été réuni à celui de Venasque du Ve au XIIe siècle. Il fut illustré par de grands prélats, tels que Julien de La Rovère et Jacques Sadolet, et il fut supprimé en 1791.

Les armes de Carpentras sont : de gueules à un mors antique de cheval dont le milieu est forgé d'un des clous de la Passion, d'argent.

Parmi les personnages remarquables nés à Carpentras, nous citerons Joseph-Dominique Malachie d'lnguimbert, évêque et bienfaiteur de sa ville natale
(1683-1757); François Raspail, chimiste et homme politique (1794-1877).

Monuments.
La ville de Carpentras possède plusieurs monuments intéressants, entre autres : 

L'arc de triomphe.
L'arc de triomphe est un monument romain, situé sur le point le plus élevé de la ville, qui fut longtemps enclavé dans les cuisines du palais de Bichy. On croit qu'il fut érigé en l'honneur de Domitius Abenobarbus, à l'occasion de sa victoire sur les Allobroges. Les artistes le préfèrent à l'arc de Saint-Rémy.

Saint-Siffrein.
L'ancienne cathédrale de Saint-Siffrein, dont la coupole remonte au VIIIe ou IXe siècle et dont la majeure partie est du XIVe siècle, où on remarque le tombeau de Laurent de Buti, un triptyque du Moyen âge, des tableaux de Mignard, Parrocel, etc. L'église Saint-Siffrein possède également le célèbre Saint Mors, du cheval de Constantin, forgé avec un clou de la Passion; 

Les autres monuments.
Le Palais de Justice, ancien évêché où se trouve une salle des assises, remarquable par ses peintures du XVIIe siècle; l'Hôtel-Dieu, élevé par l'évêque d'Inguimbert, au XVIIIe siècle; un aqueduc construit au XVIIIe siècle; composé de quarante-huit arcades élevées à plus de 20 m; la Bibliothèque et le Musée fondés par d'Inguimbert et considérablement augmentés par les dons particuliers, où on remarque une riche collection de manuscrits, parmi lesquels la correspondance du savant Peiresc; la statue de l'évêque d'lnguimbert; la porte d'Orange, haute de 37 m ; la fontaine de l'Ange, etc.  (L. Duhamel / B.).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2013. - Reproduction interdite.