.
-

Eschyle

Eschyle (Aiskulos) est un célébre poète tragique athénien, né en 525 av. l'ère commune, mort près de Géla (Sicile) en 456 av.-J.-C. Il était originaire du dème d'Eleusis, fils d'Euphorion et probablement frère de Cinégyre, qui périt héroïquement à Marathon; on lui a donné pour frère Aminias de Pallène, mais cela est douteux, car alors il faudrait admettre qu'Eschyle n'était pas d'Eleusis, mais simplement initié aux mystères éleusiniens. Quoi qu'il en soit, il était d'une vieille famille noble. Il combattit à Marathon (490) et plus tard à Artémisium, à Salamine et à Platées. Il était lié avec Ion. On ne sait à quel moment il composa ses premières tragédies; mais les marbres de Paros placent en 485 sa première victoire dans les concours. Il s'acquit une grande gloire dans son pays, mais le quitta pour se rendre en Sicile; ces voyages en Sicile, d'où il revint plusieurs fois à Athènes, sont le point le plus obscur de sa biographie. Les auteurs anciens ne sont d'accord ni sur la date, ni sur les causes. On a raconté qu'il partit d'Athènes humilié d'avoir été vaincu dans un concours tragique par Sophocle; d'autres disent par Simonide dans les poésies élégiaques en l'honneur des morts de Marathon. Ces récits sont parfaitement invraisemblables. 

Ce qui est acquis, c'est qu'Eschyle se rendit auprès d'Hiéron, tyran de Syracuse, qui l'avait invité; il devait y être au moment de la fondation de la ville d'Etna, vers 476 ; à cette occasion, il composa les Etnéennes; il revint à Athènes où il fit jouer les Perses en 473; il se rendit de nouveau auprès d'Hiéron et fit représenter les Perses devant lui; au bout de trois ou quatre années, il revint à Athènes, peut-être à cause d'une maladie d'Hiéron, en 469. Comme c'est cette année que Sophocle remporta sa première victoire dans les concours tragiques, il est possible qu'Eschyle fut au nombre des concurrents dont il triompha. Mais il est certain que le vieux poète demeura alors plusieurs années dans sa cité où il fut couronné pour sa trilogie des Sept contre Thèbes; il y était encore en 459, date de la représentation de l'Orestie, et il n'y a pas de raison de supposer qu'il s'en soit absenté dans l'intervalle. Ensuite il repartit pour la Sicile et se fixa à Géla où il mourut au bout de trois ans. On ignore les motifs de ce dernier départ, mais les auteurs anciens s'accordent à l'attribuer à des tracas encourus par Eschyle; l'origine en fut apparemment sa tragédie des Euménides, où il marqué son attachement aux vieilles institutions et à l'Aréopage que la démocratie va renverser. On ne sait si c'est à ce moment qu'il fut accusé d'avoir révélé sur la scène les secrets des mystères, mais il est probable que cette accusation, du chef de laquelle l'Aréopage l'acquitta, fut produite quelques années auparavant. 

Des fables  ont été narrées à propos de la mort d'Eschyle : on dit qu'il avait été tué par un aigle, laissant tomber sur son crâne chauve une tortue qu'il emportait l'origine de cette légende paraît être l'interprétation naïve d'un monument figuré; probablement une apothéose symbolique où un aigle emportait au ciel une lyre (carapace de tortue). C'est l'opinion de Goettling (De Morte fabulosa Aeschyli; Iéna, 1854). Après sa mort, les Athéniens rendirent hommage au grand poète : son fils Euphorion présenta au concours les pièces non encore représentées et fut quatre fois couronné; la peuple décida qu'on représenterait à nouveau plusieurs pièces antérieures. Ses fils Euphorion et Bion, son neveu Philoclès, puis Morsimos, les deux Astydamas et un autre Philoclès écrivirent des tragédies imitées de celles d'Eschyle. Un siècle après, on lui érigea une statue d'airain sur le théâtre. Son tombeau à Géla devint un lieu de pèlerinage.

La biographie d'Eschyle nous a été principalement transmise par la notice qu'un compilateur rédigea et qui est reproduite en tête de la plupart des éditions. Les éléments de cette notice ont été puisés dans des ouvrages plus étendus : de Chamaeleon; d'Héraclide du Pont; d'Aristoxène; de Dicéarque. Parmi les autres notices consacrées à Eschyle, la plus utile est celle de Suidas.

Au dire de Suidas, Eschyle écrivit des chants élégiaques et 90 tragédies; le biographe ne connaît que 70 tragédies et 5 drames satyriques; mais nous possédons une liste de 72 titres, et, en y ajoutant 10 autres pièces dont les noms ont été transmis par divers documents, nous arrivons à un total de 82. Sur ce nombre, 7 seulement nous sont parvenues :

Les Perses
Les Sept contre Thèbes,
Les Suppliantes
Prométhée enchaîné,
L'Orestie :
Agamemnon,
Les Choéphores
Les Euménides
Voici les tragédies et drames satyriques dont quelques fragments ont été conservés : Phinée; Glauco de Potnies, Prométhée; Laïos, Oedipe, la Sphinx ; Les Egyptiens, les Danaïdes, Amymone; Protée; En outre, nous savons les titres d'autres tragédies ou drames satyriques : Némée, Alcmène, les Lemniens, Atalante, Callisto, les Nourrices, qui sont entièrement perdus. 

En général, les drames satyriques étaient annexés à une trilogie dramatique; or, il s'en faut que toutes les tragédies eschyliennes fussent groupées en trilogies. Le nombre de celles-ci est débattu. Son biographe dit qu'il remporta 13 victoires dans les concours, non compris ses victoires posthumes; Suidas donne le chiffre de 27 victoires; on suppose que celui du biographe ne s'appliquerait qu'aux trilogies. On admet qu'Eschyle commença par écrire des pièces isolées, sur le modèle des premiers tragiques Choerilus et Pratinas, contre lesquels il concourut pendant une dizaine d'années avant de remporter son premier succès en 485 av. J.-C. Ensuite, il aurait rédigé des trilogies, qui, par l'addition d'un drame satyrique aux trois tragédies, devenaient des tétralogies. D'autre part, dans les premiers temps, Eschyle ne mit en scène avec le choeur qu'un seul acteur; plus tard, il en ajouta un second, comme dans les Perses et les Suppliantes, puis un troisième, comme dans les Sept contre Thèbes et Prométhée. Nous connaissons les tétralogies suivantes :

Phinée, Perses, Glaucos, Prométhée, 473;

Le cycle d'Oedipe : Laïos, Oedipe, les Sept contre Thèbes, la Sphinx , en 467; 

La Lycurgie, formée des Edoniens, Les Bassarides, Les Jouvenceaux, Lycurgue

L'Orestie, formée de Agamemnon, Choéphores , Euménides, Protée; en 459. 

Le cycle de Persée : les Suppliantes; les Égyptiens;  les Danaïdes, Anymome.

Le retour d'Ulysse : la Conduite des âmes; Pénélope, les Funérailles, Circé.

L'Achilléide : les Myrmidons, les néréïdes, les Phrygiens (ou La Rançon d'Hector).

Le cycle des Argonautes : Argo, les Lemniens, Hypsipyle, les Cabires.

Le cycle de  Penthée : Sémélè, Les Bacchantes, Penthée, les Cardeuses.

Il est  probable que les pièces relatives à Prométhée formaient aussi une trilogie. Une seule trilogie a été conservée en entier, mais aucun drame satyrique. Il est aisé de remarquer qu'Eschyle a traité sous la forme tragique presque tous les thèmes de la poésie épique, en particulier des pièces cycliques. Il ne s'en est écarté qu'exceptionnellement.

Dans les manuscrits, les sept tragédies se suivent ordinairement dans cet ordre : Prométhée, les Sept contre Thèbes, les Perses, l'Orestie, les Suppliantes. Les trois premières, les plus faciles à lire, étaient les plus souvent recopiées. Le manuscrit fondamental est le Mediceus (Laur., XXXII, 9) du XIe siècle; il a perdu au XVe siècle quatorze pages, mais des copies faites vers le XIIIe siècle renferment les morceaux perdus. Pour toute cette discussion comme pour celles relatives aux notes annexées par les scoliastes, nous renvoyons à l'édition. Les pièces conservées comptaient parmi les chefs-d'oeuvre d'Eschyle et permettent de se faire une idée exacte de son génie.

Les Perses sont la plus ancienne tragédie grecque à nous connue, et, en même temps, la seule qui traite un sujet historique; il s'agit de la défaite des Perses à Salamine; l'action est peu importante; les récits tiennent une place prépondérante, en particulier celui de la bataille; l'action consiste dans la propagation en Perse de la nouvelle du désastre. La pièce ne comporte que deux acteurs; le premier jouant les rôles du messager et de Darius, le second ceux d'Atossa et de Xerxès. A Athènes, les Perses furent intercalés dans une tétralogie, entre Phinée et Glaucos suivi du Prométhée (drame satyrique). On a beaucoup disserté sur le lien qui pouvait unir ces pièces entre elles. 

Les Suppliantes (Hiketides) sont la plus fruste des tragédies eschyliennes et celle qui donne le mieux l'idée de la primitive tragédie attique; le texte en est très altéré; l'individualisme y est peu marqué; elle comportait deux acteurs, le premier jouant le rôle de Danaüs et celui du héraut; le second, le rôle du roi. On a supposé, en raison du caractère monarchique de cette pièce, qu'elle fut écrite en Sicile à la cour d'Hiéron. On peut admettre qu'elle était la première d'une trilogie composée en outre des Egyptiens et des Danaïdes et à laquelle s'ajoutait comme drame satyrique Amymone. Le thème d'ensemble était le retour des Danaens dans leur cité, le massacre des Egyptiens et la fondation du peuple Danaen.

Les Sept contre Thèbes étaient Ia troisième pièce d'une trilogie consacrée à la famille d'Oedipe (Laïus, OEdipe étaient les deux premières) et complétée par la Sphinx, drame satyrique. Dans le concours où elle remporta le prix, la seconde place fut attribuée à Aristras, fils du poète Pratinas, la troisième à Polyphradmon, fils de Phrynichus. Cette pièce est une des mieux composées; à côté des passages épiques, elle en renferme d'autres d'un merveilleux lyrisme; le personnage principal est Etéocle dont le caractère est developpé avec une profonde psychologie. A côté des deux acteurs, le premier jouant Etéocle et Antigone, le second le messager et le héraut, il en fallut mettre en scène simultanément un troisième jouant le rôle d'Ismène.

Le Prométhée enchaîné appartient à cette même période où s'introduit le troisième acteur et se développe la machinerie; par la métrique, cette tragédie se rapproche de celles de Sophocle et d'Euripide; le plan en est très simple, l'action presque nulle, concentrée dans l'âme de Prométhée victime de Zeus. Comme dans les Sept contre Thèbes, la grandeur et l'énergie du héros sont mises en relief par l'opposition avec un choeur féminin. Le Prométhée d'Eschyle est par sa portée philosophique la création d'Eschyle qui a le plus frappé l'imagination des âges ultérieurs. La tragédie que nous avons était apparemment la seconde d'une trilogie, après le Prométhée inventeur du feu et avant le Prométhée délivré

L'Orestie est la seule trilogie qui nous ait été transmise intégralement; encore le drame satyrique qui la complétait (Protée) a-t-il été perdu. Elle remporta le prix au concours de 459 av. J.-C. Elle forme un ensemble, dont les trois parties sont intimement liées, presque autant que les actes d'un drame moderne; la première raconte le crime de Clytemnestre; la seconde, la vengeance qu'en tire Oreste au prix d'un nouveau crime; la troisième, l'expiation d'Oreste; la première roule sur le conflit de la fatalité, les deux autres sur des conflits des devoirs.  La plus dramatique est la première; la dernière faisait à la scène une impression prodigieuse. Dans Agamemnon, non seulement les situations sont des plus pathétiques, mais les caractères sont admirablement tracés, surtout celui de Clytemnestre; même les personnages secondaires sont dépeints avec soin et prennent un relief extraordinaire. Les Choéphores dont le début est lacunaire offrent cette particularité que nous pouvons comparer Eschyle à Sophocle et Euripide dont nous possédons des tragédies sur le même sujet. On raconte que l'apparition sur la scène des Erinyes avec leurs torches et leur chevelure de serpents provoqua une telle terreur chez les spectateurs que des femmes avortèrent et des enfants moururent de peur.

Il nous reste à apprécier l'importance littéraire d'Eschyle; pour sa place dans la littérature grecque et son rôle dans l'évolution théâtrale, nous renvoyons à l'article sur la tragédie chez les Anciens, où la tragédie eschylienne, ses choeurs, ses acteurs, les mètres poétiques qu'elle emploie, son caractère moral, etc., seront étudiés et comparés à ceux des autres tragiques grecs et aux oeuvres postérieures. 

Le génie d'Eschyle a été méconnu par les critiques de l'époque classique, en particulier du XVIIIe siècle français; en revanche, il a été porté aux nues par les romantiques très épris de sa philosophie fataliste. Il est certain qu'il est presque unique dans l'histoire littéraire par son âpre grandeur; Dante seul peut lui être comparé. La composition est toujours simple, l'action rectiligne pour ainsi dire; les caractères sont dessinés avec une puissance incomparable et surhumaine; le groupement et l'opposition, le conflit entre plusieurs caractères lui demeure étranger; il met un homme aux prises avec une situation, conservant dans le développement de sa pièce l'antithèse entre l'élément épique et l'élément lyrique qu'il juxtapose. C'est dans les chants du choeur qu'il met sa philosophie souvent si profonde. Ces chants conservent une symétrie rigoureuse dans la forme métrique. 

La langue d'Eschyle est archaïque; il l'emprunte à Homère et s'en rapproche plus que de Sophocle qui fut son contemporain. Au point de vue de la versification variée et impeccable, Eschyle n'a été atteint que par Aristophane; mais ce qui fit son succès et lui attire encore des fanatiques, c'est la simple et hautaine grandeur de ses conceptions, l'indomptable énergie de ses héros aux prises avec la fatalité. (GE).



Editions anciennes - L'édition princeps d'Eschyle parut à Venise chez les Alde en 1518 (in-8), elle reproduit le Mediceus et réunit Agamemnon et les Choéphores en une pièce, n'ayant pas constaté l'importance de la lacune de ce manuscrit. Cet erreur fut réparée dans l'édition publiée chez Henri Estienne à Paris (1557, in-4), par Vettori. On peut citer ensuite les éditions de Canter (Anvers, 1580, in-12), Stanley (Londres, 1663, in-fol.) avec traductions et commentaires qui sont reproduits dans celle de Cornelius de Paw (La Haye, 1745, 2 vol. in-4). Nous renonçons à mantionner les éditions ultérieures, très nombreuses depuis le XIXe siècle.

II a été trad. en prose par Lefranc de Pompignan, 1770; Laporte-Dutheil 1771 et 1794; Pierron, 1841; en vers par Biard, 1837, Fr. Robin, 1846, etc.Puech a mis en vers les Choéphores et Prométhée, 1836-38. Patin, dans ses Études sur les tragiques grecs, a parfaitement apprécié Eschyle.

En librairie - Eschyle (choix d'éditions récentes) : Prométhée enchaîné / Prométhée Porte-Lumière, Belin, 2000; les Perses, Flammarion, 2001, les Sept contre Thèbes, Les Belles Lettres, 1997; Agamemnon, Editions théâtrales, 1995, les Choéphores, Editions théâtrales, 1995, les Euménides, Editions théâtrales, 1995; Théâtre complet, Flammarion (GF), 1993; Tragédies (préf. Pierre Vidal-Naquet), Gallimard (Folio), 1982; Tragédies, Les Belles Lettres (série grecque), 2 vol. : I - Les suppliantes, Les Perses, Les Sept contre Thèbes, Prométhée enchaîné, II - Agamemnon, Les Choéphores, Les Euménides.

Silviu Purcarete (adaptation pour la scène d'après les Suppliantes d'Eschyle), Les Danaïdes, Actes Sud, 1999.

Florence Dupont, L'insignifiance tragique, Gallimard, 2001; Ismaïl Kadaré, Eschyle ou le grand perdant, Livre de Poche, 1998; Helen Theodoropoulou, Sens et formation des sens chez Eschyle, Presses universitaires du Septentrion, 1997; Karl Reinhardt, Eschyle / Euripide, Gallimard, 1991.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2013. - Reproduction interdite.