.
-

Les Sept contre Thèbes
d'Eschyle
Les Sept chefs devant Thèbes ou les Sept contre Thèbes est une tragédie d'Eschyle, représentée à Athènes en 467 av. J.-C. C'était la troisième partie d'une tétralogie, qui comprenait trois tragédies : Laios, OEdipe, les Sept et un drame satyrique, le Sphinx. Les personnages du drame sont Etéocle, roi de Thèbes; Antigone et lsmène, soeur d'Etéocle et de Polynice, un éclaireur, un messager, un héraut, des soldats thébains. Le chœur est composé de femmes thébaines. La scène se passe sur les remparts de la Cadmée.

 Il y a peu d'action dans ce drame, qui n'en est pas moins très vivant. Le poète fait attendre et prépare habilement l'événement capital, le duel. Il peint en traits vigoureux le courage farouche et impatient d'Etéocle, l'agitation des guerriers et l'épouvante des femmes dans Thèbes assiégée, les préparatifs du combat, l'exaltation qui pousse les deux frères au fratricide. On apprend par un récit dramatique la mort des frères ennemis. Après une lamentation lyrique, un héraut proclame la défense d'ensevelir Polynice; mais Antigone déclare qu'elle bravera l'interdiction. 

Le drame est animé tout entier d'un souffle de guerre; il contient des descriptions énergiques, comme les portraits des chefs argiens et des chefs thébains, avec d'admirables morceaux lyriques pleins d'une religieuse émotion. 

La pièce d'Eschyle a été imitée, mais assez faiblement, par Racine dans sa Thébaïde. Ce fut une des oeuvres les plus admirées d'Eschyle. Aristophane a été l'interprète du jugement de ses contemporains quand il a exprimé dans ses Grenouilles son admiration pour ce drame "tout plein d'Arès". 
-

Antigone et Ismène pleurent sur les corps de leurs frères
Antigone.
Éclatez, mes sanglots!

Ismène.
Coulez, coulez, mes pleurs.

Antigone.
Tu frappes et péris.

Ismène.
En immolant tu meurs.

Antigone.
Son glaive te renverse.

Ismène
Et sous ton glaive il tombe.

Antigone.
Même âge.

Ismène.
Même sang.

Antigone
Et bientôt même tombe.
ô frères malheureux!

Ismène.
Plus misérables soeurs!

Antigone.
Éclatez, mes sanglots!

Ismène.
Coulez, coulez, mes pleurs!

Antigone.
Mes yeux se couvrent de ténèbres; Mon coeur succombe à ses tourments.
 

Ismène.
Ma voix, lasse de cris funèbres, S'éteint en sourds gémissements.

Antigone.
Quoi! périr d'une main si chère!

Ismène.
Quoi! percer le coeur de son frère!

Antigone.
Tous deux vainqueurs!

Ismène.
Vaincus tous deux!

Antigone.
Ô récit qui me désespère!

Ismène.
Ô spectacle encor plus affreux!

Antigone.
Où les ensevelir?

IIsmène.
A côté de leur père :
Il  fut infortuné comme eux.

Antigone.
Ô mon cher Polynice!

Ismène.
Étéocle, ô mon frère!

Ensemble.
Et nous, plus misérables soeurs!

Antigone.
Eclatez, mes sanglots!

Ismène.
Coulez, coulez, mes pleurs!

(Eschyle, les Sept Chefs devant Thèbes, Traduction de C. Delavigne.)
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013 - 2015. - Reproduction interdite.