.
-

Animaux > Oiseaux > Rapaces
Les Bateleurs des savanes
Le genre Terathopius
Le Rapace que l'on désigne vulgairement sous le nom de Bateleur des savanes et qui est appelé par les naturalistes Terathopiusecaudatus  présente une physionomie des mieux caractérisées, grâce à sa tête volumineuse et fortement emplumée, à son corps trapu, à ses pattes courtes et robustes, à ses ailes très développées et très aiguës et à sa queue extrêmement réduite. A l'âge adulte, il porte une livrée noire, relevée de gris, de noir et de roux sur les ailes et recoupée sur le dos par une large plaque marron; sa cire, ses pattes et le tour de ses yeux sont d'un beau rouge corail, et ses mandibules d'un jaune passant au bleu noirâtre à la pointe.

Par la disposition des plumes qui recouvrent sa tête et qui s'épanouissent en arrière en une sorte de huppe, par la forme de ses narines, par la puissance de son bec dont la mandibule supérieure se recourbe en un crochet acéré et dont les bords présentent une dent arrondie, le Bateleur se rapproche des Pygargues, mais il n'a ni les moeurs ni les allures des Aigles pêcheurs.

En Afrique, où il est répandu depuis le Sénégal et depuis les côtes de la mer Rouge jusqu'à l'Afrique du Sud, il fréquente principalement les steppes et se nourrit surtout de reptiles. Il ne craint pas de s'attaquer à des serpents venimeux et donne aussi la chasse aux Lièvres et aux jeunes Autruches; enfin, quand des proies vivantes lui font défaut, il se rabat sur des charognes, à la façon des Vautours. On le voit presque toujours seul, planant à une grande hauteur on se jouant dans les airs avec une aisance extraordinaire. Il monte, il descend, il bondit, en un mot, il exécute une véritable gymnastique aérienne et mérite à tous les égards le nom de Bateleur qui lui a été donné par Levaillant. 

Au repos, l'attitude de le Bateleur à courte queue est également fort bizarre et rappelle un peu celle d'un Hibou. L'Oiseau, en effet, se tient ramassé sur lui-même et de temps en temps tourne la tête dans tous les sens, en redressant les plumes de sa huppe ou en agitant les ailes. En liberté, c'est un animal lâche et défiant; en captivité, au contraire, un être éminemment sociable et facile à apprivoiser. Dans les jardins zoologiques, il s'accommode fort bien du régime ordinaire des Oiseaux de proie et supporte, sans trop en souffrir, la rigueur des hivers européens. (E. Oustalet).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.