.
-

Les Anémones
Les Anémones (Anémone Hall.) constituent un genre de plantes de la famille dés Renonculacées et du groupe des Renonculées. Ce sont des herbes vivaces, à souche souterraine tantôt simple et en forme de rhizome, tantôt tubéreuse et ramifiée. Leurs feuilles radicales sont lobées où plus ou moins profondément découpées en segments linéaires; les caulinaires, ternées, forment un involucre plus ou moins éloiggé des fleurs. Celles-ci, de couleur blanche, rosée ou violet le, plus rarement jaune, sont solitaires et terminales, ou réunies, deux ou plus, en cymes terminales. Elles ont chacune un périanthe composé de folioles pétaloïdes en nombre variable, tantôt cinq en préfloraison quinconciale, tantôt six et disposées sur deux verticelles trimères et alternes, tantôt un plus grand nombre, par suite du dédoublement des folioles du verticille intérieur et de la transformation d'un certain nombre d'étamines en languettes pétaloïdes. 

L'androcée se compose d'un très grand nombre d'étamines insérées en spirale. Les carpelles, également nombreux, spiralés et indépendants, deviennent, à la maturité, autant d'akènes monospermes, surmontés d'un style persistant qui, dans quelques espèces, s'accroît considérablement et devient plumeux.

Il existe plus d'une centaine d'espèces d'Anémones. Elles sont répandues surtout dans les régions froides et tempérées de l'hémisphère boréal. Leurs espèces, assez nombreuses, sont douées, pour la plupart, de propriétés âcres, caustiques. Voici les plus importantes :

1° l'Anemone pulsatilla L. (Pulsatilla vulgaris Lob.), appelé vulgairement Pulsatille, Coquelourde, Coquerelle, Herbe au vent, est commun sur les pelouses découvertes, sur la lisière des bois sablonneux, sur les coteaux calcaires. Toute la plante, quand elle est fraîche, est irritante, vésicante et même caustique. Ingérée, elle produit les effets des substances âcres et corrosives, ainsi qu'une action stupéfiante sur le système nerveux. On l'employait dans les campagnes pour déterger les vieux ulcères des chevaux. 

2° L'Anemone pralensis L. (Putsatilla nigricans Stork) ou Anémone des prés, Pulsatille noire, croît dans les plaines sèches et sablonneuses de l'Allemagne, du Danemark, de la Russie et de la Turquie d'Asie. Elle est très voisine de l'A. pulsatilla et possède, dit-on, les mêmes propriétés

3° L'Anemone nemorosa L. est une espèce extrêmement commune, au premier printemps, dans les bois, les taillis et les lieux ombragés. Elle est connue sous les noms vulgaires de Sylvie, Renoncule des bois, Fausse Anémone, Bassinet blanc, Fleur du Vendredi-Saint. Ses propriétés âcres et vésicantes sont très actives. Les bestiaux qui la mangent meurent dans les convulsions et en urinant le sang, d'où le nom d'herba sanguinaria qu'on lui donnait jadis. On l'a employée topiquemeut contre la teigne et contre les douleurs arthritiques.
-

Anémone.
Anémone (Anemone nemorosa).

 4° L'Anemone ranunculoides L. ou Coqueret jaune, fausse Renoncule, croît dans les endroits humides des bois montueux; ses propriétés sont les mêmes que celles de l'A. nemorosa. 

5°  L'Anemone hepatica L., dont on a fait le type du genre Hepatica, sous le nom d'H. triloba Chaix, est facile à reconnaître à ses feuilles radicales, longuement pétiolées, trilobées et profondément cordées à la base. Cette espèce croît en Europe dans les bois montueux. On la cultive très fréquemment comme plante d'ornement sous les noms vulgaires d'Hépatique, Trinitaire, Herbe de la Trinité. Elle est réputée astringente et a été autrefois préconisée contre les "obstructions du foie". On en fait une eau distillée employée pour faire disparaître les taches de rousseur.

6° L'Anemone coronaria L. et l'A. hortensis L., dont les A. stellaria Lamk et A. pavonina DC. ne sont que des formes, croissent naturellement dans les champs et les moissons des départements du Sud de la France. Ces deux espèces ont produit par la culture les nombreuses variétés d'Anémones a fleurs doubles que les fleuristes recherchent et qui font, au premier printemps, l'ornement des jardins. (Ed. Lef.).

Les Anémones dans l'histoire de la médecine. - Il arrive que des herbivores s'empoisonnent en mangeant de cette plante; chez l'humain, l'on n'a observé que des intoxications locales, des yeux, de la peau, des lèvres, etc., à la suite d'un contact plus ou moins prolongé avec des feuilles ou des fleurs. L'existence de tels effets explique que l'on ait cherché s'il existait aussi des indications thérapeutiques.

Anémone des prés ou pulsatille noire. - A en croire le Dr Reil, de Hall, I'anémone des prés a été employée en médecine depuis très longtemps. Bock, en 1546, attira l'attention sur les propriétés irritantes de cette plante. C'est Störk 1771) qui a donné le premier une bonne monographie consacrée à l'anémone, en indiquant un certain nombre de, ses effets physiologiques. Elle exerce une action irritante très nette, qui se traduit par de l'érythème et de la vésication. La poudre d'anémone est sternutatoire; prise à l'intérieur, cette drogue provoque des nausées, des vomissements, de la diarrhée; il y aurait en outre de l'hyperesthésie. Störk dit l'avoir utilisée contre différentes affections, contre les paralysies - résultats peu nets -, contre certaines maladies oculaires, comme les amauroses. A en croire Störk, on aurait obtenu dans ce dernier cas des résultats absolument prodigieux et qui font douter de l'authenticité des observations, tant ils sont beaux. La dernière catégorie d'observations de Störk se rapporte à des affections scrofuleuses et syphilitiques. La pulsatille noire a cessé d'être employée dans  la seconde moitié du XIXe siècle.

Anémone pulsatille ou coquelourde. - Il semble que les propriétés de cette plante soient à peu près celles de l'anémone des prés. Elle a servi, dans certains pays, d'irritant pour les ulcères atoniques c'est à peu près tout ce qu'on en peut dire. (H. de V.)

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.