.
-

Patte

Le mot patte ne correspond à aucune réalité morphologique; il désigne seulement des appendices des Arthropodes et des Vertébrés ayant les mêmes fonctions de soutien et de locomotion, sans qu'il y ait entre eux d'homologie.

Les soies plus ou moins complexes des vers Chetopodes représentent une forme rudimentaire  de pattes. Les Péripatidés, qui vivent dans les lieux humides et ombragés de l'hémisphère austral, portent sur chaque somite une paire de mamelons charnus, coniques, terminés à leur extrémité libre par une griffe bifurquée. Chez les Myriapodes, les pattes deviennent articulées, mais encore relativement simples. Elles acquièrent au contraire une grande complexité dans les autres groupes d'Arthropodes et s'y adaptent aux fonctions les plus diverses. 

Chez les Crustacés supérieurs, on voit tous les termes de transition entre les mâchoires, les pattes-mâchoires et les pattes ambulatoires; celles-ci ne sont, en somme, qu'une adaptation à la fonction locomotrice d'appendices primitivement identiques; chez les Limules, toutes les pattes ambulatoires sont disposées, autour de la bouche, leur article basilaire sert à broyer les aliments, et elles se terminent par une pince destinée à les saisir, Ce sont donc des pattes-mâchoires dans toute l'acception du terme.

Chez les Araignées et les Scorpions, on trouve également des pattes disposées pour servir à la préhension ou à la mastication des aliments. Le nombre des pattes ambulatoires est réduit à quatre paires. 

Ce nombre s'abaisse à trois paires chez les Insectes, et les pattes de certains de ces animaux présentent des adaptations remarquables; pour la préhension (Mante religieuse, Nèpe cendrée), le fouissage (Courtilière), le saut (Sauterelle), la natation (Hydrophile, Notonecte, Corise), la marche sur l'eau (Hydrométrides) ou à la face inférieure d'un plafond (Mouches), la récolte du pollen (Abeilles), etc.

Chez les Vertébrés, les membres, régulièrement au nombre de quatre, prennent le nom de pattes lorsqu'ils permettent la marche sur terre. Telles sont les pattes des Amphibiens et des Reptiles; dans ces deux groupes, une ou les deux paires de pattes peuvent manquer (Cécilies, Ophidiens); chez les Reptiles fossiles, elles étaient souvent remplacées par des nageoires ou transformées en ailes. Les Oiseaux descendent de certains Reptiles jurassiques.

Chez les Mammifères, les pattes présentent des adaptations diverses pour la course (Ongulés), le saut (Kangourous), le fouissage (Fourmiliers), la natation (Cétacés, Pinnipèdes), le vol (Chiroptères), la préhension (main de l'Humain). En général, plus l'animal est destiné à fournir une course rapide, plus le nombre des rayons des membres se réduit et plus l'animal marche sur I'extrémité de ses doigts (Dr L. Laloy).

En horticulture on donne le nom de patte, ou celui de griffe, à la racine des renoncules, des anémones, etc. 

Dans la nomenclature botanique, ce nom a été donné à un grand nombre de plantes parmi lesquelles :

Patte d'araignée, nom vulgaire de la Nigelle de Damas (Nigella Damascena, Lin.). - P. ou Pied de Griffon, c'est l'Ellébore fétide. - P. de Lapin, c'est une espèce d'Orpin (Sedum), l'Orpin velu. - P. ou Pied de lion, nom vulgaire de plusieurs Composées, et particulièrement de l'Alchemille commune. - P. de loup, c'est le Lycopode commun. - P. d'oie, nom vulgaire de l'Ansérine des murailles. - P. d'ours, nom donné à l'Acanthe molle.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2017. - Reproduction interdite.