.
-

Champignons
Les Myxomycètes
Les Myxomycètes constituent un phylum de Champignons à thalle constitué par une masse protoplasmique, d'une grande mollesse, renfermant de nombreux noyaux, ne présentant aucune division cellulaire, douée de mouvements amiboïdes, changeant continuellement de forme et se mouvant sur le bois mort, les feuilles tombées, le tan (tannée fleurie), les végétaux vivants, en laissant derrière elle une traînée visqueuse. Ils étaient rangés autrefois sous le nom de Mycetozoa parmi les animaux; la présence d'une membrane de cellulose autour de leurs spores doit cependant les faire classer parmi les végétaux dont ils constituent une forme rudimentaire. 

La reproduction se fait par spores. Quand un Myxomycète va former ses spores, la masse protoplasmique ou plasmode qui le constitue s'élève sur son support et se renfle en certains points de façon, à former des masses sphériques, ovoïdes ou sans forme déterminée, sessiles ou munies d'un pédicelle plus ou moins court, en un mot des sporanges. Chacun de ces sporanges donne naissance, par multiplication des noyaux qu'il contient et par apparition entre eux de membranes cellulosiques, à un grand nombre de spores, qui de polyédriques deviennent sphériques, tandis qu'une partie du protoplasme a été employée à la formation d'un réseau de filaments résistants ou capillitium. A maturité, déhiscence du sporange sous la pression du capillitium, qui, en se déployant au dehors, favorise la dissémination des spores, renfermées dans ses mailles. La spore germe en laissant échapper le protoplasme qu'elle contient. Cette petite masse se munit d'un cil vibratile au moyen duquel elle se déplace en utilisant aussi des mouvements amiboïdes : elle est nommée zoospore, improprement puisque sa forme est essentiellement variable. 


Appareil sporifère d'un Myxomycète (Arcyria incarnata) :

A, sporange encore fermé. 

B, sporange ouvert laissant échapper
le capillitium à filaments creux et réticulés cp.

Quand la zoospore perd son cil, elle devient une myxamibe, s'accroît aux dépens du milieu ambiant et se divise plusieurs fois de suite. Si les conditions sont défavorables, la myxamibe s'enveloppe alors d'une membrane résistante et constitue un kyste. Si le développement n'est pas entravé, les myxamibes se rapprochent, se fusionnent intimement en formant un symplaste; plusieurs symplastes en se réunissant constituent le plasmode, capable de donner à nouveau des sporanges; si l'enkystement se produit à ce moment, le kyste prend le nom de sclérote; les sporesproduites sont généralement lisses, parfois hérissées et couvertes d'aspérités piliformes, ovales ou sphériques. Le plasmode est souvent incrusté de carbonate de calcium granuleux ou cristallisé; en outre, il renferme souvent des morceaux de bois mort et d'autres matières qu'il incorpore mécaniquement dans sa locomotion amiboïde. 

Le phylum des Myxomycètes est composé de 600 espèces environ, répartie en une cinquantaine de genres eux-mêmes répartis par Van Tieghem  en quatre familles-: Endomyxées, Cératiées, Acrasiées et Plasmodiophorées. Les critères de cette classification sont résumés dans le tableau suivant :
-

Thalle pluricellulaire
Plamode fusionné Spores internes Endomyxées : 35 genres environ à spores blanches (Bursulla) ou violettes (Fuligo).
Spores externes Cératiées : Ceratium.
Plasmode agrégé Acrasiées : Acrasis, Dictyostelium, Guttulina.
Thalle unicellulaire
Plasmodiophorées : Plasmodiophora.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.