.
-

Ivan le Terrible

Ivan IV, ou le Terrible, tsar de Russie, né en 1530, mort en 1584. Il n'avait que trois ans à la mort de son père Vasili III. La régence fut exercée par la mère d'Ivan, Hélène Glinskaïa, et après la mort de cette princesse par un conseil de boïars (de 1538 à 1547). Dès l'âge de treize ans, Ivan montra un comportement sanguinaire; exaspéré par les querelles de ses tuteurs, il en fit mettre à mort quelques-uns; il se plaisait à torturer les animaux, à galoper par les rues de Moscou avec une bande de jeunes débauchés, à écraser les passants. 

En 1547, il prit solennellement le titre de tsar ( = césar) qui jusque-là avait été réservé aux empereurs byzantins et aux khans de la Horde d'or; il fit même répandre le bruit que le fondateur de la dynastie nationale Rurik descendait directement de l'empereur Auguste. Il accorda une influence considérable à la famille Glinsky; des révoltes éclatèrent. Sons l'influence du prêtre Sylvestre et du boïar Adachev, les farouches passions du jeune tsar semblèrent se calmer. De 1547 à 1560, il se montra relativement sage et humain.

En 1547, il convoqua le Zemsky sobor, c. -à-d. une assemblée générale de délégués du pays. Sur la place Rouge de Moscou, il fit pénitence devant tout le peuple assemblé, réunit une commission chargée d'améliorer les lois russes et un concile pour réformer l'Eglise. En même temps, il s'occupait d'agrandir la Russie; en 1552, il vainquit les Tatares (Le monde turco-mongol), et s'empara de Kazan, en 1556 d'Astrakhan. Il ouvrait ainsi à la Russie l'accès de la mer Caspienne. Il essaya aussi de lui assurer un débouché sur la Baltique et s'empara d'un certain nombre de villes de Livonie

A la suite d'une maladie et de la mort de la tsarine Anastasie, le caractère d'Ivan changea tout à coup. Ses mauvais comportements reprirent le dessus. Sylvestre, accusé d'avoir fait périr la princesse par ses maléfices, fut interné dans un monastère. Adachev, qui était allé combattre en Livonie, fut emprisonné à Dorpat (Tartu) et mourut peu de temps après. Ivan épousa en seconde noces une princesse tcherkesse, Marie. Il se livra à d'effroyables cruautés; un grand nombre de boïars s'enfuirent en Pologne et en Lituanie; à leur tète figurait le célèbre Kourbsky. Il échangea avec Ivan une curieuse correspondance qui nous a été conservée. Elle atteste chez le tsar un véritable talent littéraire. 
-

Portrait d'Ivan le Terrible
Ivan IV le Terrible, par Victor Vasnetsov (1897).

En 1564, Ivan le Terrible se retira avec un certain nombre de favoris à la Sloboda Alexandrovskaia (bourg d'Alexandrov, non loin de Vladimir). De là il écrivit au peuple pour se plaindre des boïars qui perdaient l'empire et pour annoncer qu'il renonçait à gouverner. Le peuple s'effraya à l'idée de tomber sous l'oligarchie des boïars, supplia Ivan de garder le pouvoir et de châtier les traîtres. Ivan y consentit à condition qu'on le laisserait organiser l'opritchina, c.-à-d. un personnel étranger au reste de la Russie (opritch = en dehors de) et qui serait absolument dans sa main.

Alexandrov fut transformé en une redoutable forteresse; l'opritchina fut commandée par des fanatiques uniquement dévoués au tsar, Maliouta Skouratov, les Basmanov, Athanase Viazemsky. Ses membres portaient une tête de chien et un balai suspendu à la tête de leur cheval. Ils servaient leur maître comme des chiens, et ils balayaient la Russie. Ils l'exploitaient surtout; ils pillaient sans scrupule et égorgeaient sans merci. Ils formaient une sorte de communauté tout ensemble militaire et monastique dont le tsar avait écrit les statuts. Ils assistaient à de nombreux offices; Ivan sonnait lui-même les cloches de cet étrange monastère, et lisait les vies des saints au réfectoire. A ces pieux exercices succédaient des orgies sans nom, des tortures et des supplices. On ne saura jamais le nombre des victimes qui périrent à Alexandrov.
-

Opritchna.
L'Opritchna à la cou d'Ivan le Terrible, par Nicolaï Nevrev.
.
Le métropolitain Philippe essaya en vain d'intervenir; il fut dépouillé de sa dignité, battu dans les rues de Moscou, enfin mis à mort par Maliouta Skouratov. Ivan finit par tourner sa fureur contre ses favoris; Basmanov et Viazemsky furent décapités. En 1570, le tsar entreprit une expédition contre Tver, Pskov et Novgovod pour punir ces villes d'avoir autrefois résisté à Moscou. Novgorod fut effroyablement ravagée; d'innombrables victimes furent jetées dans le Volkhov. Après avoir fait massacrer la population, il fit ensuite venir devant lui tous les animaux, qu'il fit tuer sous ses yeux. La prospérité commerciale de Novgorod fut à jamais anéantie; la province resta pendant de longues années en proie à la famine; Tver fut traité comme Novgorod; Pskov échappa par miracle. Un vieux mendiant s'avisa un jour maigre d'offrir de la viande au tsar : 
« Je suis chrétien, je ne mange pas de viande un jour de jeûne, dit Ivan. - Tu fais pire, répliqua le mendiant, tu manges de la chair humaine. »
Ivan s'éloigna. De retour à Moscou, il eut une idée singulière : il proclama grand-prince de toute la Russie un khan tatare baptisé, Siméon Bekboulatov, et prit le titre de prince de Moscou. Un jour, dans un accès de fureur, il frappa d'un bâton ferré son fils Ivan qui mourut peu de temps après. Le tsar affecta un grand repentir et annonça l'intention de se faire moine.
-
Ivan IV hanté par ses fantômes.
Ivan le Terrible face à ses remords, par Mikhaïl Klodt von Jurgensburg.

Ce règne si lamentable fut cependant marqué par d'heureux événements. En 1550 fut promulgué le nouveau Soudebnik ou code qui remplaça celui d'Ivan III. Ivan limita le miestnitchestvo, c.-à-d. les prétentions abusives des boïars aux préséances et aux commandements militaires. Il organisa un noyau d'armée permanente en créant le corps des mousquetaires ou Strieltsy (= la milice des Strelitz). Le concile de 1551 publia le Stoglav ou livre des cent chapitres qui améliora la condition de l'Eglise. Les Strogonov et le cosaque' Ermak conquirent la Sibérie dont ils firent hommage au souverain. Ivan le Terrible n'avait pas réussi à conquérir la Livonie; le roi de Pologne, Etienne Bathori, marcha contre lui et s'avança sous les murs de Pskov (1581). 

Ivan le Terrible, qui, malgré ses brutalités, était par moments un grand politique, imagina d'invoquer l'intervention du pape Grégoire XIII. Le jésuite Antoine Possevin fut envoyé comme médiateur et fit conclure la trêve de lam Zapolsky. Ivan savait fort bien se servir des étrangers; c'est sous son règne que la Russie fut ouverte aux négociants anglais. Non seulement il rechercha en mariage Elisabeth d'Angleterre, mais il avait même demandé à cette princesse si elle voulait lui offrir un asile dans ses Etats au cas où il serait obligé de quitter la Russie. Il n'avait pas été marié moins de cinq fois. La physionomie d'Ivan le Terrible est l'une des plus extraordinaires de l'histoire russe.

Ses excès, ses cruautés s'expliquent en partie par les épreuves de son enfance et par la barbarie du temps. Certains historiens modernes inclinent à croire que les contemporains ont exagéré les horreurs dont la Russie fut alors le théâtre; d'autres plaident les circonstances atténuantes en alléguant des périodes de folie furieuse, ou en invoquant le souvenir des services qu'Ivan rendit à la Russie.  L'historien russe Karamzine range, quant à lui, le règne d'Ivan le Terrible parmi les cruelles épreuves accumulées par le destin sur la Russie, qui conserva cependant, ajoute-t-il, l'amour de l'autocratie, persuadée que Dieu lui-même envoie parmi les humains la peste, les tremblements de terre et les tyrans. Son règne a inspiré des poètes et des romanciers, notamment Alexis Tolstoï qui a fait du Terrible le héros d'un roman et d'un drame remarquables. (L. Léger).
-

Portrait d'Ivan le Terrible
Ivan IV le Terrible.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2007. - Reproduction interdite.