.
-

Ermak (Timofeev), on écrit aussi Iermak et Yermak, chef de Cosaques, qui a attaché son nom à la découverte de la Sibérie, mort en 1583. Comme ataman des Cosaques du Don, il s'était fait remarquer par sa valeur. Ses actes de brigandage attirèrent sur lui la colère d'Ivan le Terrible; il quitta la Russie moscovite et se mit au service de riches marchands, les Strogonov, qui avaient entrepris de fonder des colonies commerciales dans le bassin de la Kama. Souvent attaqués par les Tatars (Les Turks), qui vivaient de l'autre côté de l'Oural, les Strogonov obtinrent du tsar l'autorisation d'organiser des forces militaires pour leur résister. Ils en confièrent l'organisation à Ermak (1579) qui forma, avec des Cosaques et des étrangers, des Allemands, des Lituaniens, une armée de 850 hommes environ, et franchit l'Oural.

Les soldats d'Ermak avaient des armes à feu dont les Tatars ignoraient l'usage. Il vainquit aisément le khan Koutchoum et l'obligea à abandonner sa capitale, Isker (ou Sibir), sur les bords de l'Irtych (1581). Ce fut le commencement de la conquête de la Sibérie. Ermak envoya à Moscou son aide de camp l'ataman Koltso pour présenter au tsar les dépouilles des vaincus et lui faire hommage des pays récemment conquis (1582). Le tsar fit grâce à Ermak, en faveur de cette conquête qui ouvrait à la Russie de nouveaux territoires. Il le nomma prince de Sibérie et lui envoya un corps de 500 strelitz. Bientôt après, les Tatars, vaincus, se soulevèrent et attaquèrent Ermak; il périt en combattant sur les bords de l'Irtych (1583). Les Russes lui ont élevé un monument à Tobolsk. Ermak est le héros d'un grand nombre de récits populaires russes, d'une tragédie du poète Khomiakov, d'un poème de Dmitriev, etc. (L. L.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.