.
-

L'empire turco-mongol de Tamerlan
Le second empire mongol  a été fondé par Timour-Beg ou Timour-Leng (le Boiteux), connu en français sous le nom de Tamerlan (1336-1405). Cet empire et celui de ces successeurs, les Timourides, est sans doute plus encore que de l'empire gengiskahnide dont il se réclame un empire turc. C'est aussi un empire musulman, qui finalement ne continue que d'une manière bien indirecte celui de Gengis Khan. Timour était dévot musulman et féroce à l'égal des anciens Mongols. Il se peut que ses conseillers religieux aient rêvé de restaurer à son profit le califat, dont le centre eût été placé près des tombeaux des martyrs Hossein et Hassan, à Boukhara ou Samarcande; mais ce projet n'eut pas de suite. Timour a surtout détruit; il a achevé la ruine de l'empire de Djagataï qu'il a remplacé, il est vrai; mais il a détruit, sans le remplacer, celui du Kiptchak et par là préparé la grandeur de la Russie affranchie de ses dominateurs mongols; il a achevé la ruine des grandes cités perses et failli arrêter à ses débuts la fortune des Osmanlis; enfin, en inculquant le fanatisme musulman aux Turks de la Transoxiane, ces grands intermédiaires de l'Asie centrale, il les a brouillés à jamais avec leurs cousins de la Mongolie et des Marches de Chine; il a rompu la tradition chinoise et celle des vieux empires turcs pour lui substituer le régime de la religion d'Etat et de la théocratie; la pseudo-renaissance du XVe siècle fut en Transoxiane un véritable recul, une époque de scolastique et de rhétorique. Il faut pour compléter le tableau rappeler les fastueuses constructions de Timour et de ses successeurs, leurs grands travaux publics et la floraison de la littérature turque. 
Dates clés :
1362-76 - Ascension de Tamerlan, qui profite de la chute de la dynastie orientale des Youen.

1399 - Apogée de la puissance de Tamerlan.

1482-1531 - Règne de Baber, le plus illustre des successeurs de Timimour (Timourides).

milieu XVIe siècle - Disparition des Timourides.

Timour, le diable boiteux

Tamerlan est né à Sebz, faubourg de Kech (près de Samarcande) le 9 avril 1336, mort à Otrar le 14 février 1405. Il était du clan de Berlas, l'un des quatre grands clans de la Transoxiane ou Mavrannahar; son père Targaï avait suivi la fortune du vizir Kazgan, le faiseur de rois du Turkestan, lequel changea cinq fois le khan toujours pris parmi les descendants de Djagataï (La Horde d'or et le Djagataï). Avec son fief des provinces de Kech et Nakcheh. Timour hérita de ce père le titre d'émir auquel plus tard il ajouta l'épithète de Sahibkiran. Il s'attacha à Kazgan qui le mit à la tête d'une compagnie de 1000 hommes; le jeune noble était excellent chevalier et pieux musulman, prêt à s'entendre avec les deux forces qui subsistaient en Transoxiane dans l'anarchie consécutive à la dissolution de l'empire mongol. Son protecteur lui fit épouser sa petite-fille, du clan Djélaïr. Kazgan ayant été assassiné, Timour se porta son vengeur, candidat à sa succession. Mais les féodaux de la Transoxiane virent alors arriver le khan légitime, le Djagataï de Touglouk-Timour qui de sa capitale Almalik marcha sur Samarcande. L'oncle de Timour, Hadji Berlas, s'enfuit en Khoraçan, mais le jeune émir, docile aux avis de son directeur de conscience, le chef spirituel de l'ordre des Soufi, se soumit au khan après avoir acheté ses lieutenants (1359), avec lesquels il le brouilla. Le khan lui confia le gouvernement de la Transoxiane, mais bientôt le remplaça par son propre fils Elias-Khodja. Timour souleva le pays, avec l'appui du clergé musulman, mais fut rejeté dans le Sud, traqué dans la montagne, menant une vie de chevalier errant, chef de bande, dévot affilié des confréries religieuses; sa femme partageait ses aventures. Timour passe les monts, s'empare de Kandahar; dans une bataille contre le gouverneur du Séistan, une flèche lui perce le bras, une autre le pied; il demeure boiteux, d'où ce surnom de Timour-Leng, l'Estropié, qui lui est resté.

La mort de Touglouk lui dégage le terrain (1362); les gens du Turkestan oriental, des Marches de Chine, vrai centre de la puissance djagataïde, voient se soulever contre eux la Transoxiane; Timour dirige la lutte avec la férocité qu'avaient en Europe les capitaines d'écorcheurs, et en aussi bon gentilhomme. Le khan Elias est rejeté au Nord du Sir-daria; Timour a obtenu ce résultat par son alliance avec l'émir Hosein, petit-fils de Kazgan, dont il a épousé la soeur; Hosein prend la Transoxiane, laissant à son beaufrère ses fiefs Kech, Andkhoï et ses conquêtes en Afghanistan et Khoraçan; il comble ses lieutenants de présents et de places, mais les fait espionner avec soin. Quand il se brouille avec Hosein, les confréries musulmanes se déclarent en sa faveur (1365); Timour cinq fois le bat, l'oblige à se soumettre, se fait proclamer à Balkh roi de la Transoxiane, envoie Hosein en pèlerinage à La Mecque, mais le fait tuer en route par un noble turc. Il continue de gouverner au nom du khan issu de Djagataï, Kaboul Chah. Mais il accomplit une profonde révolution qui aura sur l'histoire ultérieure de l'Asie une influence capitale; au régime mongol du Yassak, du gouvernement civil séparé de l'Église et lié par la coutume, il substitue le droit divin, la théocratie du Coran; plus d'assemblée, la volonté du roi, délégué de Dieu; élu et proclamé à la turque dans la ville de Balkh, il se fait consacrer dans la ville sainte musulmane de Samarcande et y fixe sa capitale, il se prépare à refaire une sorte de califat. Toutefois, aux Turks de l'armée, il laisse un régime spécial; de même aux nomades de la steppe. Aux grands clans nobles mongols et turcs il distribue des terres et des places, organise une noblesse de cour, entourée d'une clientèle de hobereaux. 

En Chine s'effondrait la dynastie mongole des Youen (1370), supplantée par les Ming; Timour en profite pour abattre ses cousins, les descendants de Djagataï; servi par le fanatisme musulman, il mène les gens du Midi à l'attaque des vallées du Tian-Chan, ,jusqu'à l'Irtych. Cinq campagnes successives, de 1370 à 1376, lui assurent l'hégémonie; il amène dans son harem une fille du khan djagataïde, achève la ruine des chrétientés tartares (Kéraïtes et Naïmans). En même temps il soutient une lutte acharnée et victorieuse contre les gens du Kharezm, et achève l'organisation intérieure de son royaume.

Affermi et chef reconnu des Turks de l'Asie centrale, il les mène à la conquête de l'Iran. En 1380, il envahit le Khoraçan; Ghaïas-ed-din, surpris à Hérat, se rend à merci, les émirs se soumettent (avril 1381), Kaboul est pris; la lutte fut plus rude dans le Séistan et le Mazandéran qui subirent de terribles dévastations. Timour attaque ensuite la Perse proprement dite, divisée entre les vassaux des Houlagides. Il s'assure du Nord par la soumission du khan des Lesghiens et du chef du Chirvan; maître des passes du Caucase, il attaque les Turkomans du Mouton Noir, défait leur prince Kara Mohammed et prend sa capitale, Van (1386). Il se porte ensuite contre le prince mozafféride Zein-el-Abidin, fils du chah Chodja, s'empare d'Ispahan et mate une révolte par le massacre de 70 000 habitants; maître du Fars et d'une partie de l'Irak, il prend encore Chiraz, reçoit la soumission des chefs du Laristan, du Kirman et de Yezd (1387).

A ce moment, il est retardé par sa lutte contre les Mongols du Kiptchak (Horde d'Or) et son ancien protégé Toktamich. Celui-ci s'était réfugié à sa cour en 1375, et il l'avait aidé à se restaurer dans le Kiptchak. Vainqueur des Russes, le khan mongol veut disputer à l'émir turc les rives de la Caspienne. Il envahit l'Azerbaïdjan (1387). Timour négocie, se prépare et, en 1389, attaque les Mongols de la Horde d'or par le Nord; vainqueur dans la Sibérie méridionale, il remporte encore la décisive victoire de l'laïk (1391); une autre armée achève la soumission de l'Asie centrale et s'avance jusqu'à la muraille de Chine. Toktamich reprit pourtant l'offensive dans le Sud, à Derbend (1392) et contre l'Azerbaïdjan (1396-77); cette fois, Timour en finit avec le champion mongol, l'homme de l'État laïque; il conquiert la Russie, traque son rival jusqu'en Sibérie (1399), à Tioumen, où il est assassiné. Le Kiptchak est démembré, et la puissance mongole brisée à jamais dans le dernier des quatre empires issus de la division de celui de Gengis Khan. En Perse, le dernier des Houlagides a dû marier sa fille à Pir Mehémed, petit-fils préféré de Timour. Ce dernier, dans l'intervalle de ses deux grandes campagnes de Russie, avait, par la « Guerre de Cinq ans », terminé la conquête de l'Iran, où les vaincus de la veille avaient repris les armes; le mozafféride Chah-Mansour était rentré à Chiraz; il fut défait et tué par Timour; et tous les princes mozafférides égorgés; les Transoxianais s'avancèrent jusqu'à la cité religieuse de Kerbala, près de Bagdad, qui se soumit; la forte place de Tekrik, sur le Tigre, fit une résistance désespérée, close par un massacre général; le Kurdistan, Diarbekr, l'Arménie, la Géorgie furent soumis.

Après la seconde campagne de Russie et l'écrasement des musulmans du Kiptchak, le dévot émir de Samarcande revient à la croisade contre l'infidèle; il se jette sur l'Inde (1398). Il dévaste Moultan, écrase l'empire des Gourides de Dehli, massacre dans leur capitale plus de 400 000 captifs, pille et ramène avec ses troupes chargées de butin, des architectes et des savants dans sa capitale, Samarcande (mai 1399). Les exactions de son fils aîné, Miran Chah, à qui il avait confié le gouvernement de l'Azerbaïdjan, provoquent une révolte; Ahmed l'ilkhanien est rentré à Bagdad, les chrétiens de Géorgie n'obéissent plus. Timour reparaît, saccage Bagdad. Une querelle de frontières le met aux prises avec l'autre conquérant turc, le sultan ottoman Bayezid Ildérim, l'Eclair. 

Celui-ci soutient le Turkoman Yousouf, du clan du Mouton Noir; auprès de Timour accourent les Seldjoukides, les princes dépossédés de l'Asie Mineure. Bayezid expulse d'Erzendjan le prince Taherten, investi par Timour, renvoie avec outrages les ambassadeurs de ce dernier. Timour accourt, enlève Sivas, passe au fil de l'épée les 400 000 habitants, fait enterrer vifs les chrétiens, tuer Ertogroul, le fils de Bayezid (1400). Puis il se tourne contre les mamelouks d'Égypte, les écrase près d'Alep (1400), puis à Damas (1401), prend et pille ces villes et les autres places de Syrie, noie dans le sang une insurrection de Bagdad; après quoi, il rétablit Taherten à Erzendjan, et par Sivas se dirige sur Angora (Ankara); le 20 juillet 1402 s'y livre la grande bataille entre les deux champions de la foi islamique, le Turk métissé de l'Occident et celui du vrai Turkestan. 

Bayezid fut battu et pris; Timour le traita honorablement et aurait peut-être fini par le relâcher s'il n'était mort, de chagrin. Le vainqueur restaura les émirs seldjoukides, installa sur l'Euphrate Kara-Youlouk, fondateur de la dynastie du Mouton Blanc, enleva Smyrne (Izmir) aux chevaliers de Rhodes (Hospitaliers), reçut l'hommage des Génois de Chios et de Lesbos et reprit la route de Samarcande; il est resté populaire dans les légendes de l'Asie Mineure. Dans sa capitale, il reçut les félicitations des rois européens et une ambassade de Henri III d'Espagne, représenté par Gonzalès de Clavijo. Il marchait contre la Chine lorsque la maladie l'arrêta. 
-


L'Empire de Tamerlan.

Les Timourides

Timour eut pour successeur son fils Chah-Roukh (mort en 1447), puis le fils de celui-ci, Ulugh-Beg, protecteur des artistes, assassiné par son fils Abdul-Latif (1449). Mais le plus illustre des Timourides fut Zàhir-ad-dîn-Mohammed (1482-1531), plus connus sous le surnom de Baber (Le Tigre) et qui allait être le conquérant de l'Inde.

Baber (Babour).
Baber, descendant de Timour-Beg (Tamerlan) et de Koutlouk-Nigar-Khanum, issue de Djagataï-Khân, second fils de Gengis-Khân, succéda à l'âge de douze ans, en 899 de l'hégire (1493 ap. J.-C.), à son père comme souverain du pays de Fergâna. Sa jeunesse et le manque de ressources financières et militaires dans lequel son père avait laissé sa principauté allumèrent les convoitises de ses puissants voisins. Mais par sa persévérance et ses rares qualités il sut faire fléchir la mauvaise fortune. En 1498, il s'empara de Samarcande, qui lui fut plus tard enlevé; en 1507, il était maître du Kaboul et du Khoraçan. Prenant pour base d'opérations la ville de Kaboul, il fit de 1508 à 1525 quatre expéditions contre l'Hindoustan. En 1526 il franchit le Sind, battit le sultan Ibrâhim, s'empara de sa capitale Dehli et d'Agra,  et dans les années suivantes sa domination s'étendit à toutes les provinces septentrionales de l'Hindoustan qu'à la Gogra, affluent du Gange. L'Afghanistan tout entier était également soumis. C'est à Agra qu'il avait établi sa résidence favorite, et il embellit cette ville située dans une région desséchée et peu favorisée de la nature. De gigantesques travaux d'irrigation amenèrent la fraîcheur et le bien-être. Le 26 décembre 1530, Bâber mourut, laissant quatre fils et trois filles. Son fils Houmaïoun lui succéda. 

Selon un auteur du XVIe siècle, Bâber possédait les qualités fondamentales du souverain : un jugement élevé, une noble ambition, la science des contes, celle de l'administration, l'art de faire prospérer peuples, le talent de gouverner avec douceur ses sujets, l'habileté à se concilier le cour de ses soldats, l'attachement à la justice. Il maniait avec une égale facilité les deux langues turque et persane, était un poète agréable et un bon musicien. 
Nous ne citerons ni ses poésies ni ses traités de prosodie. Son vrai titre de gloire littéraire est son autobiographie. Vers la fin de sa vie, il se mit à rédiger les notes qu'il avait prises au jour le jour; ses mémoires écrits dans la pure langue turque, sans mélange d'éléments persans et arabes, sont particulièrement intéressants; ils nous donnent des détails curieux sur l'Asie centrale et l'Inde au XVIe siècle. Ils furent en 1590. traduits en persan par Abd ar-Rahîm-Mirza-Khân, fils du ministre Bairam-Khân. C'est sur la traduction persane que fut faite, en 1826, la traduction anglaise de John Leyden et William Erskine, tandis que la traduction française de Pavet de Courteille l'a été d'après le texte turc original. 

Au milieu du XVIe siècle, les Turks de la steppe septentrionale, les Euzbegs, supplantèrent en Transoxiane (Mavrannahar) les Timourides. (E. Blochet).



En librairie - Ruy Gonzalez de Clavijo, La route de Samarkand au temps de Tamerlan (1403-1406) , relation du voyage de l'ambassade de Castille à la cour de Timour Beg, Imprimerie nationale, 2002. - Marcel Brion, Tamerlan, Albin Michel, 1999. - Collectif, Samarcande, 1400-1500 - la cité oasis de Tamerlan, coeur d'un empire et d'une renaissance, Autrement, 1995. - Jean-Paul Roux, Tamerlan, Fayard, 1991. - Babur, histoire des grands Moghols, Fayard, 1986. - L. Kehren, Tamerlan, Payot.

Babur, Le Livre de Babur, Publications orientalistes de France, 2003. - Christopher Marlowe, Tamerlan le Grand, Circé (théâtre), 2003. 

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.