.
-

 
Le Kharezm
et les khanats ouzbeks
Le Kharezm ou Khovaresm correspond à l'ancien pays des Chorasmiens, région du Turkestan occidental, au Sud de la mer d'Aral, sur les deux rives du Djihoun, entre le khanat de Boukhara et la mer Caspienne, contient, entre autres territoires, le khanat de Khiva et le pays des Turkmènes. De 994 à 1231, la Kharezm forma une principauté indépendante, qui fut fondée par un chef turc aux dépens des Samanides. Les princes du Kharezm envahirent la Perse en 1193, et s'emparèrent en 1197 de Samarcande. Leur puissance fut détruite par Gengis-khan. Le Kharezm fut ,quelque temps compris dans l'empire du Kaptchak. Vers 1481, Ilbars el-Cheibani le détacha du Kaptchak et en fît de nouveau un Etat indépendant. Une dynastie de princes khovaresmiens régna aussi à DeIhi dans l'Hindoustan à partir de 1213 après en avoir chassé les Gourides; elle fut remplacée en 1398 par les Patans. Progressivement, l'empire kharezmien se trouva partagé entre plusieurs khanats dominés par des dynasties ouzbekh (Khiva, Boukhara, Khokand), eux-mêmes placés à des degrés divers sous la coupe de l'empire Russe à partir du XVIIe siècle
Dates clés :
994 - Naissance de l'empire Kharezmien.

1197 Prise de Samarcande.

1484 - Annexion par la Perse.

1700 - Le khanat de Khiva, vassal de la russie.

1991 - Indépendance de l'Ouzbékistan.

Le Kharezm, Kharizm, Khowareszm ou Choarism porte ce nom depuis l'Antiquité. Au IVe siècle av. J. C., Hérodote cite les Choarismiens dans la seizième satrapie de l'empire des Perses, avec les Sogdiens, les Parthes et les Ariens. Ils figuraient dans l'armée de Xerxès sous les ordres de leur prince. Quand Alexandre conquit la Sogdiane, Pharasmane, roi des Chovarismiens, vint à Zariaspa lui faire hommage. On cite ce peuple, classé parmi les Scythes, avec les Sogdiens, les Dahes, les Massagètes ; il semble que ce fussent déjà des cavaliers nomades, dominant l'oasis riveraine de l'Oxus (Amondaria). Hécatée avait parlé de leur cité de Chorasmia. La région comprise entre l'Oxus on Djihon (Gihon), la mer Caspienne et le Nord de la Perse eut d'ailleurs une histoire commune, disputée entre Iraniens et Touraniens, agriculteurs sédentaires et pasteurs nomades. Les Parthes, les Perses, les occupants successifs de la Bactriane se la disputèrent, perpétuellement menacés par les peuples du Turkestan, Au VIe siècle, le khaqân des Turks était maître du Kharezm. Les Arabes le conquirent à la fin du VIIe siècle. Merv, Meched, Nichapour furent alors de brillants centres de civilisation. Le Kharezm se constitua en unité politique au XIe siècle, lors de l'affaissement du califat. II avait été conquis dans la première moitié du siècle par les Turks Seldjoukides. A la fin, Anouchtekin, esclave d'un échanson de la cour, lui succéda et reçut le gouvernement du Kharezm. Son fils, Mohammed Kothbeddin, lui succéda;  il profita des troubles du règne de Barkijarok pour s'implanter solidement avec le titre de chah; il s'attacha la population et tint une cour brillante. Son fis Aziz se détacha tout à fait des Seldjoukides et se rendit indépendant du sultan Sandjar, dont la ruine acheva d'assurer son indépendance.

Les guerres civiles des Seldjoukides permirent à Aziz et à son fils II-Arslan (mort en 1172) de s'agrandir et de s'emparer de presque tout l'Iran. Les guerres civiles des deux fils d'Il-Arslan, Alaeddin Takach et Mohammed Sultanchah enrayèrent ces progrès. Au bout de vingt ans; le premier l'emporta et reprit les conquêtes. Il vainquit les atabeks (administrateurs) qui supplantaient les Seldjoukides, s'empara des provinces de Rei, Aderbaïdjan, Hamadan, Ispahan et mit fin à la domination des Seldjoukides en Perse. Le fils de Takach, Mohammed Kothbeddin (1206-1220), fut le dernier et le plus grand des princes kharezmiens, amis éclairés des lettres et des arts. Son empire s'étendait du Syr-Daria au golfe Persique, sur presque toute la Perse et la moitié de l'Afghanistan. Habile et brave, il pourchassa les Assassins (Ismaéliens) qui avaient poignardé son vizir, puis se tourna contre les Ghourides qui appuyaient son neveu révolté. Il mit fin à cette dynastie et se trouva maître du pays jusqu'à l'Indus et du centre de l'ancien empire des Ghaznévides. Il invite alors le calife de Bagdad à lui octroyer les mêmes titres et droits qu'aux Bouydes et aux Seldjoukides. Alnasir refusa de confier sa personne et sa capitale au protecteur des chiites de Perse. 

Mohammed réunit alors une assemblée d'ulémas qui proclamèrent commandeur des croyants un descendant d'Ali, l'imam Ala Almoulk de Tirmed et le fit reconnaître dans ses Etats. Mohammed s'avança vers l'Ouest, vainquit l'atabek de Fars et l'Euzbeg d'Azerbaïdjan, défenseurs d'Alnasir (1217). Vainement ce dernier voulut le fléchir. Il ne fut sauvé que par un hiver précoce qui fit périr dans les montagnes l'armée kharezmienne harcelée par les Kurdes et les Turks. Mohammed rassembla une autre armée dans la Transoxiane; mais, à ce moment, il entra en conflit avec un autre fondateur d'empire, Gengis Khan (L'Empire gengiskhanide). Il eut l'imprudence de refuser satisfaction pour le meurtre de quelques marchands tatars. Quand l'armée mongoleparut sur l'Iaxarte (Sir-daria), le Kharezmien n'osa risquer son empire en une bataille. Il mit de fortes garnisons dans ses places fortes, Tachkent, Bokhara, Khodjend, Otras, Samarcande, etc., espérant user l'élan des nomades de l'Asie centrale. Mais les ingénieurs de Gengis prirent les villes une à une, Le chah, qui concentrait ses forces à l'Est de son empire, y fut bientôt traqué; Balkh, Merv, Hérat, Nichapour furent emportées et saccagées. Suivi à la piste, il s'enfuit dans le Mazendéran, puis dans un flot de la mer Caspienne (Abeskoun) où il mourut, après avoir appris la capture de sa famille, le massacre de ses fils dont deux seulement survécurent, Djelaleddin Mankherni et Tatar Chah. Le premier était un héros qui opposa aux Mongols une résistance désespérée. La Perse avait été dévastée comme la Transoxiane et la férocité des vainqueurs y ruina Ia brillante civilisation du califat. Djelaleddin sortit des déserts du Mekran, rassembla à Ispahan ses partisans et s'établit dans les montagnes du Caucase et de la Perse septentrionale (Géorgie et Azerbaïdjan) d'où il guerroya contre les hordes mongoles et les princes seldjoukides. Son centre était la forteresse d'Ichlat. Après une vie d'aventures glorieuses, il fut vaincu et assassiné dans sa fuite par un Kurde (août 1231). Les débris des troupes kharezmiennes passèrent en Syrie où elles se rendirent redoutables aux Chrétiens.

Le Kharezm suivit, avec la Perse, la destinée de l'empire des Mongols. Définitivement conquises par Houlagou, ces régions furent soumises jusqu'en 1346 à ses descendants. Ces Mongols furent bientôt absorbés par l'élément persan. Mais, en 1372, Hosein Sofi entra en lutte avec Timour; ce fut une terrible revanche des Turks. Timour, parti de Bokhara, prit Ket, capitale de son adversaire, et imposa la paix à son frère et successeur lousouf dans Ourgendj (1372). Ce ne fut qu'à la cinquième campagne (1388) que le Kharezm fut définitivement soumis; le vainqueur procéda alors à la reconstruction des cités détruites. Sous ses successeurs, le Kharezm eut un siècle de bien-être tranquille. En 1484, la Perse l'annexa. Mais les Khiviens étaient maintenant de fidèles sunnites (musulmans orthodoxes), réfractaires à la domination des chiites. Ils appelèrent contre eux un Turk, Ilban, qui chassa les Persans; ce fut le premier khan du peuple des Ouzbeks qui désormais seront les maîtres du pays (1512). 

Au XVIIe siècle, les Kharezmiens entrent en relations avec les Russes, les successeurs des Khazares et des Mongols, au Nord de la mer Noire. Les relations s'établirent par l'intermédiaire des Cosaques et de leurs atamans, Netchaï et Chemaï. Plus tard, le khan de Khiva Chanias pria Pierre le Grand de l'accepter pour vassal. Un ukase du 30 juin (ancien style) 1700 fit droit à ce désir. L'investiture fut donnée à Arab Mohammed, son successeur (1703). Une ambassade khivienne se rendit à Pétersbourg (1714); la prince Bekovitch Tcherkaski se rendit à Khiva, mais un revirement avait eu lieu et son expédition échoua. Son escorte fut massacrée et il fut écorché vif (1717). Au milieu du XVIIIe siècle, des Kirghiz de la Petite Horde se rendirent maîtres de Khiva et le restèrent jusqu'en 1792, où ils furent expulsés par un Ouzbek, Mehemed Emin Inag, fondateur de la dynastie qui restera en place jusqu'à la révolution soviétique. 

Les successeurs de Mehemed Emin Inag, Isakar-Khan (1800-04), Mehemed Rehim (1804-26), Allahkouli Khan (1826-41), guerroyèrent contre les khans de Boukhara, les Turkomans Iamoudes et les Karakalpaks. Le dernier remporta un grand succès contre les Russes. En 1839, l'expédition du général Pérovski, motivée par les querelles des Kirghiz (sujets russes) et des Ouzbeks, ne put franchir le désert; de ses 4413 hommes (accompagnés de 10 000 chameaux), le quart périrent, et il ne ramena guère que le tiers de ses forces à Orenbourg. Une nouvelle tentative de Pérovsky en 1853-54 échoua également, bien qu'il eût pu pénétrer jusqu'à l'oasis de Khiva. Rehimkouli Khan (1841-43), Mehemed Emin Khan (1843-55), Abdullah Khan (1835-56), Kantlory Mourad Khan (1856), Seid Mehemed Khan (1856-68), régnèrent ensuite, sans que nul incident se détache dans leurs guerres contre Boukhara, la Perse et les Turkomans. Rehim Khan, fils de Seid Mehemed, accentua encore l'hostilité envers la Russie, ne cessant d'exciter contre elle les Kirghiz, refusant de mettre un terme aux razzias de ses nomades en territoire russe et de rendre les sujets du tsar faits prisonniers.

Une expédition décisive fut alors entreprise. Le général Kaufmann, gouverneur du Turkestan, la fit avec 12 000 hommes par trois routes à la fois, venant de Tachkent, d'Orenbourg et des bords de la Caspienne. Les Khiviens furent battus à  Mandyk le 20 mai, le khan s'enfuit et sa capitale fut occupée. ll dut se soumettre à la merci du tsar. Celui-ci le rétablit, mais en lui adjoignant un conseil de trois Russes et trois Khiviens et en soumettant à la ratification du général Kaufmann les décisions importantes. L'esclavage fut aboli, 3000 Persans renvoyés dans leurs foyers. Les Turkmènes continuèrent la résistance, refusant de payer la contribution de guerre de 300 000 roubles qui leur avait été imposée. Le général Golovatchev les réduisit. La traité définitif de protectorat a été signé le 12 août entra la Russie et le khan de Khiva. 
-


Le Kharezm et les khanats ouzbeks.

Les khanats Ouzbeks

Le khanat de Khiva.
Héritier direct du Kharezm, le khanat de Khiva  a pu continuer d'exister sous la domination russe, au prix de certaines concessions. Il dut céder en particulier toutes ses possessions de la rive droite de l'Amou-Daria et du delta jusqu'au Taldik; la frontière occidentale fut fixée au lit de l'Ouzboï. Le khan s'engagea à payer en vingt annuités une indemnité de guerre de 2 200 000 roubles. Les sujets russes peuvent par ailleurs commercer dans le khanat sans être assujettis à d'autres taxes que les indigènes.

A cette époque, la population se divise en deux groupes nettement tranchés, les nomades et les sédentaires, les Turks et les Iraniens. L'élément sédentaire comprend les Tadjiks, d'origine iranienne, parlant un dialecte persan; on les désigne sous le nom de Sartes ou Tat; ils forment la majorité de la classe agricole et commerçante; depuis la fin du siècle XVIIIe siècle, ils ont repris le dessus sur les conquérants et ils occupent les places les plus importantes. Certains ont adopté la langue turque (Les langues altaïques). Les Perses, esclaves ou descendants d'esclaves enlevés dans des razzias, étaient nombreux avant la conquête; les Russes en ont libéré des milliers. Les Ouzbeks, d'origine turque, sont mélangés aux iraniens; ils forment l'élément dominant, la classe guerrière; le khan de Khiva est ouzbek. Arrivés vers la fin du XVe siècle; ils sont presque complètement sédentaires, cultivant la terre; cependant en été ils vivent sous la tente au milieu de leurs troupeaux. Des quatre tribus ouzbeks, celle de Koungrad, à laquelle appartient la famille du khan, est demeurée à peu près pastorale et nomade; celle des Ouïgours a été à peu près exterminée. 

Les Turkmènes forment la grande majorité de la population nomade. Ils ne reconnaissaient  que nominalement la souveraineté du khan de Khiva avant la conquête russe. On évalue leur nombre dans les limites actuelles du khanat à 209 000. En été, ils errent dans les steppes de l'Oust-oust; en hiver, ils se cantonnent dans des habitats déterminés selon les tribus : les Iomoudes (Baïram-Ali) entre le Khazabad et le Laoudan; les Alilis, de même; les Tchoudors entre Kounia-Ourgendj et Khodjeili; les Emralis à lhali; les Atas sur la rive droite (russe) de I'Amou-daria. Ce sont les cinq principaux clans; ajoutez quelques milliers de Goklans, qui habitent auprès des Iomoudes; ceux-ci sont les plus nombreux. Les Turkomans vivaient jadis non seulement des produits de leurs troupeaux, mais aussi de brigandage. Les Russes ont mis un terme à leurs rapines.  Leurs femmes fabriquent des tapis renommés. Leur régime est patriarcal; l'autorité appartient aux "anciens" (aksakal).

Les Karakalpaks (de langue kirghiz), au nombre d'environ 5000, vivent aux environs de la mer d'Aral, vers Koungrad, Khodjeili, Kiptchak; beaucoup sont devenus à demi sédentaires comme les Ouzbegk ; ils sont moins belliqueux que ceux-ci, qui les opprimèrent souvent. Aux environs du lac Sari-Kamich vivent quelques milliers de. Kirghiz proprement dits.

Le gouvernement est un despotisme héréditaire; mais le khan, contrôlé par le résident russe, ne peut plus en abuser cruellement comme autrefois. Il a dû se reconnaître « l'humble serviteur de l'empereur de toutes les Russies », concéder aux Russes la libre navigation du fleuve, des terrains pour leurs entrepôts, s'engager à leur payer 2 200 000 roubles, pour lesquelles ils ont hypothèque sur son pays. En principe, il est maître du sol. Il gouverne avec l'aide de conseillers ouzbeks, les ataliks; d'un ministre sarte, le mehter; d'un chef spirituel, le nakib, etc. Le revenu annuel est d'environ 400 000 roubles. Les Turkmènes ne payent aucune taxe. Les impôts sont pour un tiers; l'impôt foncier payé en nature, une capitation payée par famille et des taxes sur le commerce. La monnaie locale a pour base le tilla d'or ; il se divise en 14 abassi de 2 tianie (tenga), en argent; le tenga (démonétisé en 1895) se divise en 40 puls de cuivre. On emploie aussi les monnaies russes, persanes et bokhariennes et les ducats hollandais. 

Nous avons indiqué les principaux produits agricoles. L'industrie est faible : poterie, tapis, cotonnades, soieries. Le commerce a pour principaux objets les grains, les peaux de mouton, la soie, le coton. Le khanat n'a pas de routes entretenues, mais de simples pistes. Les principales localités sont la capitale Khiva et Iani-Ourgendj (3000habitants) qui a éclipsé Kounia-Ourggendj, capitale du Kharezm avant l'invasion des Ouzbeks; citons ensuite Khazasp, Khanki, Gourlen, Koungrad, Khodjeili, Iliali, Chahabad, Khazabad, etc.
-

Photo de Boukhara.
Un coin du marché de Boukhara, au début du XXe siècle.

Le khanat de Boukhara.
Le khanat de Boukhara était un Etat asiatique du Turkestan, le seul qui ait conservé un semblant d'autonomie, après que le khanat de Khiva soit devenu un protectorat russe. Le gouvernement y était une monarchie despotique, mais l'émir ou Khan était en fait un vassal de la Russie; il a dû abolir l'esclavage dans ses Etats; sa petite armée est instruite à la russe. Ce khanat était compris entre le Turkestan russe au Nord, le Turkestan chinois à l'Est, le plateau de Pamir, l'Afghanistan et la territoire Transcaspien (russe) au Sud. II se déroulait sur la rive droite de l'Amou-Daria presque depuis sa source jusqu'au 41° latitude Nord environ. Sa superficie était à 240 000 km², avec le Karategin, annexé en 1877; sa population était au début du XXe siècle de 2 310000 personnes. 

La partie haute du pays, c. -à-d. le bassin supérieur de l'Amou-Daria, est montagneuse et bien arrosée; à mesure qu'on descend vers la mer d'Aral, l'eau manque; le Zarafchan n'atteint même pas l'Amou-Daria et s'arrête au lac Dengiz. Le climat est sec, très rigoureux en hiver, très chaud en été. Le long des cours d'eau le sol est très fertile, donne toutes les céréales, des fruits (vin, figues, grenades, melons, tabac), sans parler du chanvre, du coton et de la soie; les moutons à fourrure brune et à laine frisée, les chèvres à soie âne, les chevaux sont nombreux et réputés; le chameau est la bête de somme la plus employée.
La population du Khanat de Boukhara a des origines bien diverses: les Ouzbeks, composante conquérante à laquelle appartenait le Khan étaient environ 200 000. Si on y rattache les nomades appartenant à d'autres populations turques, ils formaient la moitié de la population totale; les Tadjiks, qui appartiennent au groupe linguistique iranien, étaient cultivateurs et artisans; on évaluait leur nombre à 600 000 au moins; restaient environ 50 000 Kirghiz, 30 000 Turkmènes, des Karalpaks, des Hindous, des Afghans, des Arabes, des Juifs, des Tsiganes. Les progrès de la Russie ont développé le commerce (près de 60 millions par an avec la Russie à la fin du XIXe siècle). 

Le Khanat de Khokand et le Ferghana
Khokand  ou Kokan est une ville du bassin du Ferghana (Turkestan), sur le Karasou, affluent du Syr-Daria, à 400 m d'altiltude; Avec 54 043 habitants, elle était à la fin du XXe siècle la cité la mieux aménagée de l'Asie centrale : belles et larges rues, vastes places, le bazar le plus riche du Turkestan, entrepôt commercial le plus important du Touran. Le château bâti pour Khoudaïar, le dernier khan de Khokand, est beau et bien décoré de peintures sur bois, bois sculptés, briques émaillées. La ville produisait des soieries, des bijoux, des cuivres repoussés, etc.

Khokand a été jusqu'en 1876 la capitale d'un khanat. Le Ferghana  avait suivi les destinées du Turkestan, soumis aux Mongols, incorporé en 1511, à l'empire de Tamerlan dont le descendant le plus célèbre, Baber, né à Andidjan, régna sur la contrée et en fut dépossédé au commencement du siècle suivant.  Khokand recouvra son indépendance après la chute des Cheibanides, la conserva au temps des Achtarchanides, mais fut attaquée par la dynastie de Mangit. L'émir Naasoum et son petit-fils Masrullah essayèrent de conquérir Khokand où Mehemed AIi se défendit vigoureusement.

Au XVIIIe siècle, la contrée s'est trouvée plus ou moins tributaire des Chinois jusqu'à ce que, vers 1835, Mad-Ali, devenu puissant, eût affaire à Nasr-Oullah, émir de Bokhara, dont les intrigues provoquèrent une série de révolutions intestines. A partir de 1841, la guerre fut continuelle et ne finit que par l'intervention des Russes. Khoudaïar, qui avait transféré sa résidence à Samarcande, se vit enlever par les Russes Turkestan, Tchemkend, Tachkent (1864). L'émir de Boukhara vint à la rescousse et installa Khoudaiar dans l'Est du Ferghana. Mais il fut battu par les Russes à Jiidchar (20 mai 1866) et contraint de leur céder la vallée du Syr-Daria à partir de Mehrem et de leur payer une indemnité de guerre. Vassal du tsar, il ne conserva que l'administration intérieure du khanat. 

En 1871, Khoudaïar, khân de Khokând pour la troisième fois, se montra trop ami des Russes, au juger des Kiptchaks et des Kirghiz, qui à la suite de ses exactions invitèrent son fils Nasr-Eddin à proclamer la guerre sainte et à détrôner son père. La révolution éclata le 25 juillet 1875. Khoudaïar se réfugia sur le territoire russe; son fils fut proclamé khân et la guerre déclarée. Il attaqua les Russes; ceux-ci le battirent à Telian, prirent Machram et Khokand; il fut obligé de leur céder la rive droite du Syr-Daria jusqu'au Naryn. La population continua de résister; Abdur-Rahman, qui avait élevé Nasreddin, fit proclamer khan Poulat Beg; mais tous deux furent pris à Andidjan (20 janvier 1876) et Nasreddin restauré par les Russes. Mais il redevint le jouet du parti national et le 3 mars le tsar en finit en décrétant l'annexion du khanat de Khokand au gouvernement général du Turkestan, dont il forma la province de Ferghana. Le général Skobelev, à la suite d'une campagne contre les Kirghizes récalcitrants de l'Alaï, élargit ensuite la frontière jusqu'aux les Pamirs. Le Ferghanah à partir de cette date est divisé administrativement en 6 districts : Kokân (y compris l'ancien district d'Isfaïram), Marghelan, Andidjan, Och, Namangan et Tchoust. (A.-M. B. / E. Blochet).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.