.
-

Les Etrusques
La religion étrusque
Aperçu
La religion étrusque
L'art étrusque
Les Etrusques croyaient qu'un démiurge avait créé le monde en 6000 ans : dans le 1er millénaire, il avait fait le ciel et la terre; dans le 2e, le firmament; dans le 3e, la mer et les eaux qui sont sur la terre; dans le 4e, le soleil et la lune; dans le 5e, les âmes des animaux qui vivent dans l'air, sur la terre et dans l'eau; dans le 6e, les humains. Le genre humain devait durer autant que la création, et chaque empire un nombre déterminé d'âges (secula).

II y avait des divinités adorées dans toutes les localités de l'Étrurie; c'étaient les grands dieux pélasgiques (entre parenthèses, le nom des divinités romaines qui en ont repris les principaux attributs), Tina ou Tinia (Jupiter), Menerfa ou Mnerfa (Minerve), Cupra ou Thalna (Junon ), Apluns ou Apulu (Apollon), Hinthia (Proserpine), Turms (Mercure), Turan (Vénus), etc. Tina, la cause des causes, la nature qui a produit toutes choses, avait un conseil de 6 divinités mâles et 6 divinités femelles : ces 12 dieux, dont les noms propres, dit Varron, étaient inconnus, et qu'on appelait consentes ou complices (associés), étaient des êtres intermédiaires employés par Tina à titre de ministres dans le gouvernement du monde. Outre les divinités générales, il existait des dieux indigènes, particuliers à telle ou telle ville, par exemple,  Vertumnus, Vulcanus ou Sethlans, Janus, Vejovis ou Vedius, Summanus, Mantus (Pluton), Thana ou Diana, Nethuns ou Neptune, Vultumna, Nortia ou Nursia, Alesus, Ancoria, etc. 

Chaque dieu, chaque ville, chaque maison chaque individu, avait son démon ou génie. Les génies des dieux se nommaient Pénates, ceux des humains, Lares. Ces derniers émanaient de Vesta, déesse du foyer. Les âmes séparées des corps humains se nommaient Lémures; si, à cause de leurs fautes pendant la vie terrestre, elles ne trouvaient dans la mort aucun repos et reparaissaient comme fantômes, inoffensives pour les bons, redoutables pour les méchants, on les appelait Larves. Les Larves et les Lémures étaient confondus sons le nom de Mânes. La divination, exercée par les Augures et les Aruspices, jouait un grand rôle dans la religion étrusque : elle avait été enseignée par Tagès, l'une des divinités inférieures les plus célèbres. C'est à ce dieu et à son disciple Bacchès qu'on devait les Livres Achérontiens . Pour les prêtres qui interprétaient l'avenir d'après l'observation de la foudre et des éclairs, leurs secrets étaient consignés dans un livre qui avait pour auteur la nymphe Begoë ou Bygoïs, espèce de sibylle étrusque. (A19).



En bibliothèque - Creuzer, Religions de l'antiquité, trad. par Guigniaut.
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.