.
-

Démons

Démons (ou diables) - Suivant son étymologie, le mot démon signifie un être doué de raison. Et, il s'agit plus spécialement d'un être surnaturel. Au singulier, le mot Démon, est synonyme de Diable.

La croyance aux démons est répandue dans de très nombreuses cultures. L'habitude fait désigner les démons sous le nom d'esprits ou de génies. Ce sont des esprits bienfaisants ou malfaisants. Les Hindous appellent les premiers Souras ou Dévas, et les seconds Asouras, Daityas ou Dânavas. Les Chinois donnent à ceux-ci le nom de Tchong-Sié, et celui de Chin à ceux-là. Les partisans du culte de Zoroastre opposent les Izeds ou Amschaspands, esprits du bien, aux Devs ou Darvands, esprits du mal, et donnent, en outre, à chaque être un ange gardien ou Fervez pour l'aider à combattre les devs. Les Grecs avaient aussi des mauvais esprits (Cacodémon) et des bons esprits (Agathodémon). Les Romains distinguaient les Lares, dieux protecteurs de la famille, et les Larves, génies malfaisants.

Dans la phraséologie chrétienne, les démons s'opposent aux anges. Ainsi, les Livres saints prennent cette dénomination toujours en mauvaise part et l'emploient-ils pour désigner un esprit méchant, ennemi de Dieu et des hommes. D'accord avec les Livres sacrés, la tradition et la doctrine des Pères, l'Église nous apprend que les démons sont des anges prévaricateurs que Dieu a chassés du ciel, et qu'il a précipités dans l'enfer pour y être tenus comme en réserve jusqu'au jour du jugement. 

"II y eut, dit saint Jean, un grand combat dans le ciel : Michel et ses anges combattaient contre le dragon, et le dragon avec ses anges combattait contre lui. Mais ceux-ci furent les faibles, et leur place ne se trouva plus dans le ciel. Et ce dragon, cet ancien serpent, qui est appelé le Diable et Satan, qui séduit tout le monde, fut précipité en terre et ses anges avec lui (Apocalypse, XII, 7 et suiv.)".
La Bible atteste que les démons sont les ennemis de l'homme et qu'ils cherchent à le perdre par tous les moyens en leur pouvoir. Saint Pierre écrivait aux fidèles : 
"Soyez sobres et veillez, parce que le diable, votre ennemi, tourne autour de vous, comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer (l'Epit. v. 8)". 
Les démons trompent les humains par des prestiges menteurs; ils ont encore la faculté de faire des prodiges surhumains; mais ils sont incapables de faire des miracles, cette puissance n'appartenant qu'à Dieu qui, d'ailleurs, ne permet pas que les humains soient tentés au-dessus de ses forces (St Paul, Ire Cor. X. 13).


Collectif, Paranormale Antiquité : La mort et ses démons en Grèce et à Rome, Belles Lettres, 2011.
225103014X
Zombis, morts-vivants, fantômes, revenants, loups-garous ou vampires, le fantastique a d'antiques origines : toutes ces créatures des ténèbres hantaient déjà les mondes anciens. Pour les Grecs et les Romains, l'être humain n'est pas seul sur terre et les morts ne sont pas morts, ou plutôt, ils ne sont pas tout à fait morts. Ce sont même parfois de bons vivants : ils mangent, ils boivent - du rouge de préférence - mais surtout, ils aiment les plaisirs de la chair, fraîche bien entendu. Bénéfiques ou maléfiques, les voici à l'oeuvre, dans une sélection de près de 130 textes en traduction. Des textes pour faire trembler, rire, ou pleurer, mettre des mots sur les images et nous apprendre que la mort n'est pas une fin, mais un commencement, le commencement d'une vie nouvelle, une vie " différente". 

Christian Garcin, Fées, diables et salamandres, 2003. - L.. Caruthers, Anges et démons dans la littérature anglaise au Moyen âge, Presses de l'université de Paris Sorbonne, 2003. - M. Boujenoun, Djinns et Démons, Tawhid, 2001. - Olivier de Marliave et Jean-Claude Pertuzé, Panthéon pyrénéen, Dieux, génies et démons dans la mythologie pyrénéenne, Loubatières. - Edouard Brasey, Sorcières et démons, Pygmalion, 2000. - Véronique Willemin, Monstres et démons, Alternatives, 1999. - Jean-René Jannot,Devins, dieux et démons (regards sur la religion de l'Etrurie antique), Picard, 1998. - Paul Perdrizet, Negotium perambulanis in tenebris, études de démonologie gréco-orientale, Presses universitaires de Strasbourg, 1995. - Claude Lecouteux et Régis Boyer, Démons et génies du terroir au Moyen-âge, Imago, 1995. - Claude-Claire Kappler, Monstres, démons et merveilles à la fin du Moyen âge, Payot, 1980.

Abbé d'Aubignac, Des satyres, brutes, monstres et démons (1627), Jérôme Millon, 2003.  - R. P. Augustin Calmet, Dissertations sur les apparitions des anges, des démons et des esprits et sur les revenants (fac simile de l'édition de Bure, 1746), Phénix éditions, 2001. - Berbiguier de Terre-Neuve du Thym, Les farfadets, ou tous les démons ne sont pas de l'autre monde (prés. Claude Louis-Combet), Jérôme Millon, 1993. 

Variations sur un thème :  Plutarque, Le Démon de Socrate, Klincksieck, 1970. - Louis-Francisque Lelut, Du démon de Socrate (spécimen d'une application de la science psychologique à celle de l'histoire), L'Harmattan, 2000. - Apulée, Le Démon de Socrate (prés. Pascal Quignard), Rivages, 1999. - Arthur Koestler, Le Démon de Socrate, Calmann-Lévy, 1994.

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.