.
-

Les génies

 Les génies, dont le culte se trouve répandu chez tous les peuples de l'Antiquité, étaient regardés comme des divinités intermédiaires entre les hommes et les dieux. Appelés dévatas et daitias chez les Hindous, izeds chez les Zends, djinns ou Gens chez les Persans et les Arabes, ils apparaissent en Grèce sous le nom de daimones, et à Rome sous celui de genii; mais partout on les considère comme présidant aux destinées de l'homme ou intervenant dans les affaires de ce monde.

Selon certains peuples orientaux, les génies sont doués d'une forme corporelle qu'ils peuvent métamorphoser à leur gré. Ils habitaient la terre longtemps avant la création de l'homme; mais s'étant révoltés contre Dieu, ils en furent chassés par Éblis et rejetés à l'extrémité du monde. Selon les légendes persanes, ils sont obligés de se soumettre et d'obéir aux ordres des possesseurs de certains talismans. C'est ainsi que Salomon possédait un anneau mystérieux par la vertu duquel il commandait à toutes les légions des Djinns qui, à la volonté de ce roi, exécutaient les plus grands prodiges et réalisaient les merveilles les plus incroyables. Le folklore arabe considère les génies ou djinns comme des esprits malfaisants, d'où émane tout le mal qui se fait sur la terre. Quant aux Chinois, qui leur donnent le nom de tchin, ils les regardent comme les esprits tutélaires, comme les "gardiens spirituels" des villes et des provinces. Néanmoins, dans le principe, ils ne leur rendaient aucun culte particulier : ce ne fut que dans la suite des temps qu'ils introduisirent dans leurs édifices sucrés la représentation de ces Génies.

Chez les Grecs, la conception des génies n'a pas toujours été la même. Dans Homère, le mot Démon désigne seulement la divinité qui préside à la destinée de chacun, c.-à-d. le sort. Hésiode seul parle de 30 000 démons serviteurs de Zeus et gardiens des mortels, qui ne sauraient apercevoir leurs corps aériens. Ces génies sont les âmes des justes de l'âge d'or, et leur mission est de veiller à l'exercice de la justice. Plus tard, les philosophes grecs représentèrent les démons comme des esprits tutélaires attachés aux hommes dès l'instant de leur naissance, et leur servant d'intermédiaires dans leurs rapports avec les dieux. Espèces d'anges gardiens du paganisme, ils inspiraient et conseillaient celui qu'ils protégeaient, et c'est ainsi que Socrate rapportait toutes ses inspirations à son génie. Mais à côté de ces démons bienfaisants, il y avait aussi des démons malfaisants, qui poussaient au mal et qui représentent assez bien les djinns des peuples orientaux. Enfin, dans les auteurs des derniers temps, on trouve ce nom de démon appliqué aux âmes des morts.

Dans les croyances des anciennes peuples italiques, et particulièrement des Étrusques, les génies étaient des êtres surnaturels d'un caractère très indéterminé, qui étaient chargés de veiller non seulement sur chaque famille et sur chaque individu, mais encore sur les choses et particulièrement sur les lieux.

Les Romains avaient emprunté aux Étrusques leur croyance aux génies. D'après Censorinus, le génie est le dieu sous la protection duquel sont placées la naissance et la vie de chaque homme. Aussi le culte du génie était-il intimement lié avec les cérémonies domestiques. Le lit nuptial s'appelait lectus genialis. Le jour du génie, dies genialis, était consacré à la joie et aux divertissements. Indulgere genio (satisfaire son génie), c'était jouir des plaisirs de la vie, tandis que defraudare genium signifiait s'abandonner à la tristesse et à la douleur. Les offrandes que les Romains faisaient en certaines circonstances, principalement aux anniversaires de naissance, à leur génie, consistaient en libations de vins, en gâteaux et en guirlandes de fleurs. On croyait que les génies se manifestaient quelquefois sous la forme de serpents. On représentait ordinairement les génies sous la forme de jeunes hommes tenant d'une main une coupe ou une lance, et de l'autre une corne d'abondance.

Au Moyen âge on admettait des génies propres à chacun des quatre éléments : les sylphes, pour l'air; les gnomes, pour la terre; les ondins, pour l'eau, et les salamandres; pour le feu. (A19).



En librairie - Olivier de Marliave et Jean-Claude Pertuzé, Panthéon pyrénéen, Dieux, génies et démons dans la mythologie pyrénéenne, Loubatières. Claude Lecouteux, La maison et ses géniesImago, 2000. - Claude Lecouteux et Régis Boyer, Démons et génies du terroir au Moyen-âgeImago, 1995.
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.