.
-

Critique du jugement, ouvrage de Kant, publié en 1790, et dont le titre serait mieux traduit : Critique de la faculté de juger (Kritik der Urtheilskraft). - Kant y traite du fondement et de la valeur des notions du beau et de la finalité. La première partie porte sur les jugements esthétiques. Le beau est ce qui cause une satisfaction libre de tout intérêt, et par là il se distingue de l'agréable, de l'utile et même du bien; c'est ensuite ce qui plaît universellement sans concept, c'est-à-dire sans qu'on ait besoin de le rapporter à une notion antérieure ou à un modèle; c'est ensuite une finalité sans fin, c'est-à-dire un objet où une disposition de parties semble voulue et comme préparée en vue d'une fin, sans qu'il y ait vraiment une fin d'utilité; enfin, c'est ce qui nous donne une satisfaction nécessaire et universelle. Le sublime se distingue du beau en ce que l'émotion qu'il provoque est plus vive et peut même devenir douloureuse. Cette émotion provient de la disproportion qu'il y a entre notre imagination qui se sent petite devant l'objet sublime, et notre entendement qui conçoit ce qui dépasse l'imagination; elle nous révèle supérieurs à la nature puisque nous la dominons en la jugeant.

Dans la deuxième partie de l'ouvrage, Kant traite des jugements téléologiques. Dans l'étude des êtres organisés, d'esprit est contraint de supposer des fins, de manière à s'expliquer complètement l'existence de ces êtres. Il est mû par ce principe

« Rien n'existe en vain. »
Il étend ensuite ce principe à l'ensemble des choses, et le monde apparaît comme un système de fins, c'est-à-dire d'êtres liés entre eux suivant des rapports de moyens à fins. Mais nous n'en devons pas moins poursuivre jusqu'aux derniers détails l'explication mécanique des phénomènes, car rien ne prouve que la nature réalise des fins déterminées. L'idée de finalité n'a qu'une valeur subjective, n'est qu'un principe régulateur. Le principe téléologique est, en un sens, nécessaire; mais sa nécessité est toute relative à la constitution de notre esprit.

La Critique du Jugement a eu une très grande influence sur l'esthétique de Schiller et sur la métaphysique de Schelling. (NLI).

.


Dictionnaire Le monde des textes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.