.
-

Le Roseau
Arundo
Le roseau (Arundo, Lin., du celtique aru, eau, aquatique) est un genre de plantes de l'ordre des Graminales, type de la famille des Arundinacées. Caractérisé surtout ainsi : épillets pédicellés à 2-5 fleurs hermaphrodites, la supérieure rudimentaire; glumes aiguës carénées, presque égales, membraneuses; glumelle inférieure munie d'une très courte arête et de longs poils soyeux, la supérieure bicarénée; 3 étamines. Les Roseaux tels qu'ils sont circonscrits aujourd'hui sont de grandes plantes herbacées, quelquefois frutescentes, à feuilles planes et à panicule diffuse très rameuse. Ils habitent les régions tempérées et chaudes.

Le Roseau. à quenouille (A. Donax, Lin., Donax arundinaceus, P. Beauv.) a le rhizôme rampant. Sa tige est creuse, ligneuse, dressée haute quelquefois de plus de 5 mètres. Feuilles fermes, lancéolées, acuminées, d'un vert glauque; panicules qui atteignent souvent une longueur de 0,50 m, plus ou moins rougeâtres. Cette belle espèce croît en abondance dans toute la région méditerranéenne. On la trouve sur les cûtes de France et elle porte les noms vulgaires de Canne de Provence, grand Roseau, Roseau des jardins. Non seulement elle est précieuse pour consolider les terres, mais ses tiges s'emploient à une foule d'usages on en fait des tuteurs, des échalas, des claies et des palissages, des quenouilles à filer, des lignes à pêcher, etc. 

Elle est surtout précieuse pour la confection des anches de clarinette, de hautbois, de basson. Enfin on' en fait aussi d'autres objets, tels que peignes, étuis, navettes, chalumeaux. Les feuilles constituent un bon fourrage pour le bétail. La racine possède une saveur douce et sucrée et contient une certaine quantité de sucre. Les jeunes pousses sont bonnes à manger. On cultive dans les jardins d'agrément une variété d'Arundo donax à feuilles panachées. Dans l'ancienne botanique, le mot Roseau s'appliquait à plusieurs plantes différentes avec les tiges desquelles les bergers se confectionnaient des pipeaux, des chalumeaux, des flûtes de Pan à 7 tuyaux. C'est avec les Roseaux qu'a commencé l'enfance des instruments de musique à vent. 

On a confondu longtemps parmi les Roseaux des espèces de calamagrostis, bambou, nastus, gynerium, seccharum, phragmites. Ce dernier a été établi par Trinius pour une espèce qui croît aux environs de Paris, et que Linné nommait Arundo phragmites. C'est une plante vivace qui ne dépasse guère 2 mètres de hauteur, et qui se distingue principalement de l'Arundo donax par des épillets à 3-6 fleurs, dont la plus basse est mâle, les glumes inégales et plus courtes que les fleurs et la gluruelle inférieure très longue. Cette espèce (Phragmites communis, Trin.) croît non seulement en Europe, mais s'étend jusqu'en Amérique et en Australie. Ses feuilles, coupées de bonne heure, sont une bonne nourriture pour le bétail. Dans certains endroits de l'Allemagne on en couvre les habitations des campagnes. Ses racines sont regardées comme dépuratives. Les tiges servent à confectionner des nattes, des bobèches pour le coton, des peignes de tisserand. La panicule donne une substance qui teint la laine en vert. 

On a donné improprement les noms de Roseau des étangs ou de la Passion aux Massettes, et de Roseaux odorant à l'Acorus calamus, etc. (G-s.).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.