.
-

Embryogénie (embryologie). - Série des formes par lesquelles passe un organisme animal ou végétal, depuis l'état d'oeuf ou de spore jusqu'à l'état adulte. Tout être vivant provient, en dernière analyse, d'une simple cellule : cellule initiale appelée, suivant les cas, oeuf ou spore. On croyait, autrefois, que la cellule initiale contenait, en petit, l'animal tout entier, et que le développement consistait uniquement dans un grossissement progressif de cet animalcule; c'était la théorie de la préformation et de l'enboîtement des germes, théorie abandonnée depuis longtemps. On sait, maintenant, que l'oeuf d'un animal donne naissance à l'adulte par une série de bipartitions successives. 

Les premiers stades de l'évolution individuelle consistent donc dans la segmentation de l'oeuf. Les formes successives que traverse un animal, depuis l'oeuf jusqu'à l'état adulte, s'appellent, d'une manière générale, formes embryonnaires. Parmi ces formes, on distingue, dans le langage précis : 

1° les embryons proprement dits, qui sont emprisonnés dans la membrane vitelline primitive ou dans des annexes qui en font un être à vie purement végétative; 

2° les larves, qui sont libres dans le milieu extérieur. Exemple : l'oeuf de grenouille donne naissance à un embryon qui, sortant enfin des enveloppes de l'oeuf, devient le têtard, ou larve de grenouille. L'embryogénie de la grenouille est la série des formes des embryons et des larves, depuis l'oeuf jusqu'à la grenouille adulte.

L'embryogénie d'un être peut être dilatée ou condensée. Elle est dilatée quand l'oeuf a peu de vitellus nutritif et que le développement est libre; alors, les différentes formes larvaires successives sont de véritables animaux vivant pour leur propre compte et qui peuvent représenter assez fidèlement les formes ancestrales successives. L'embryogénie est dite condensée, au contraire, quand l'oeuf a beaucoup de vitellus, ou quand son développement a lieu à l'état parasitaire; par exemple, le poussin, dans son oeuf, se nourrissant aux dépens du jaune; l'enfant, dans l'utérus maternel, se nourrissant aux dépens de la mère.

Dans un même groupe zoologique, il peut y avoir des types à embryogénie condensée et des types à embryogénie dilatée. Il va de soi que les derniers présentent une série beaucoup plus nette des formes ancestrales, les premiers montrant ordinairement des embryons dégradés et déformés par le parasitisme. Un têtard libre de grenouille doit ressembler à l'ancêtre correspondant de la grenouille, beaucoup plus que le foetus humain d'un mois ne ressemble à l'ancêtre correspondant de l'humain.


Schéma général d'un Vertébré  - arcs aortiques des Poissons.
N, cerveau et moelle épinière. - CV, colonne vertébrale. - vp, veine porte.
F, foie. - vh, veine hépatique. - s, o, v, b, les quatre parties du coeur d'un poisson.
- ab, artère branchiale. - a, arc aortique.
.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.