.
-

Les os wormiens

Les os wormiens sont de petits os surnuméraires que l'on rencontre accidentellement entre les divers os du crâne. Ils sont ainsi appelés du nom d'un médecin danois Olaus Wormius Worm, qui les a décrits au commencement du XVIIe siècle (1611). Toutefois, il serait inexact d'attribuer leur découverte à Worm. Bien avant lui, Gonthier d'Andernach, médecin de François ler et l'un des maîtres de Vésale, avait donné une bonne description de ces productions osseuses, connues d'ailleurs dès la plus haute antiquité. On sait qu'elles tenaient une place importante dans la pharmacopée des médecins grecs, qui les employaient contre les affections cérébrales, l'épilepsie. etc.

Avec Pozzi nous distinguerons les os wormiens en deux groupes : les faux os wormiens et les os wormiens vrais. - Les premiers résultent d'une anomalie de développement d'un os normal. Ce sont, en d'autres termes, des centres d'ossification, qui, au lieu de se souder à l'os dont ils dépendent, sont restés indépendants. Tels sont le dédoublement du pariétal, le dédoublement de l'écaille temporale, l'os épactal. - Les os wormiens vrais dérivent, au contraire, d'un un de plusieurs points d'ossification surajoutés : ils comprennent par conséquent toutes les pièces osseuses surnuméraires, développées le long de la partie marginale des os du crâne.

Du reste, on rencontre les os wormiens, soit au niveau des sutures, soit au niveau des fontanelles, d'où leur subdivision toute naturelle en wormiens suturaux et wormiens fotanellaires.

Os wormiens suturaux.
Parmi les premiers, il convient de signaler : 1° l'os sagittal, développé entre les deux pariétaux, en tout autre point que celui où siège anormalement la fontanelle sagittale. 2° les wormiens développés dans les sutures occipito-pariétale, fronto-pariétale, pariéto-sphénoïdale, pétro-occipitale. Exceptionnellement, on rencontre un os wormien dans la suture médio-frontale ou métopique.

Os wormiens fontanellaires.
Les wormiens fontanellaires peuvent se rencontrer au niveau de presque toutes les fontanelles normales ou anormales. de la boîte crânienne. Il convient, pour ne pas compliquer inutilement la terminologie, de leur donner le nom de la fontanelle où ils se trouvent logés. C'est ainsi que nous avons : 1° l'os wormien fontanellaire bregmatigue, observé pour la première fois par Bertin, généralement très volumineux; 2° l'os wormien fontanellaire lambdatique, développé dans la fontanelle médiane postérieure et souvent confondu avec les os wormiens suturaux qui l'accompagnent; 3° l'os wormien fontanelaire astérique, situé dans la fontanelle latérale postérieure, au point de réunion de l'occipital, du pariétal et du temporal (astérion des anthropologistes) : 4° l'os wormien fontanellaire ptérique, situé dans la fontanelle latérale antérieure, au point de rencontre du pariétal et de la grande aile du sphénoïde (ptérion des anthropologistes); 5° l'os wormien fontanellaire orbitaire (extrêmement rare), situé dans la fontanelle orbitaire (Pozzi). au point de jonction du frontal, de l'os planum et de la petite aile du sphénoïde.

Quant aux fontanelles anormales, elles peuvent, elles aussi, être comblées par des os surnuméraires. La fontanelle sagittale, par exemple, possède parfois (2 fois sur 198 crânes de Parisiens, d'après Chambellan) un os wormien, qu'il convient d'appeler os wormien obélique (du mot obélion des anthropologistes), pour le distinguer de l'os wormien sagittal, qui n'est qu'un wormien sutural. La fontanelle naso-frontale ou glabellaire (du mot glabelle des anthropologistes) peut présenter également un os wormien, os wormien glabellaire; Pozzi en a signalé un exemple frappant sur le crâne n° 485 du musée de Caen.

Manouvrier (1886) a décrit sous le nom d'os insulés, un groupe d'os wormiens qui se développent, loin des sutures et des fontanelles, au milieu même d'un os normal. Il ne les a observés que sur le frontal, le temporal et le sphénoïde et sur la table interne seulement, d'où le nom d'os wormiens endocraniens sous lequel il les a désignés. Ces osselets paraissent, du reste, être assez fréquents.

Quel que soit le groupe auquel ils appartiennent, les os wormiens sont très variables dans leurs dimensions, dans leur forme et aussi dans leur épaisseur. Ils sont formés le plus souvent aux dépens de toute l'épaisseur du crâne; mais ils peuvent aussi être formés seulement aux dépens de la table externe (exocraniens), plus rarement aux dépens de l'interne (endocraniens). (L. Testut).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.