.
-

Monuments de Venise
L'extérieur de la basilique Saint-Marc
Aperçu
L'extérieur de la basilique
L'intérieur
Sur le péristyle de la façade formant le vestibule de la basilique Saint-Marc, s'ouvrent cinq grands cintres divisés par environ 300 colonnes en deux rangées, et décorés dans les voûtes intérieures par de riches mosaïques. Au-dessus de la galerie du péristyle s'élèvent cinq autres cintres, soutenus également par des colonnes et ornés de sculptures et de bas-reliefs byzantins. Entre ces arcades s'élèvent des flèches avec les statues des Evangélistes, et dans l'arcade du milieu on voit le grand Lion ailé de Saint-Marc la patte droite posée sur l'Evangile ouvert. Plus en haut est la statue de Jésus.

Sur le grand arc central du premier ordre sont posés les quatre Chevaux de bronze (aujourd'hui des copies dont les originaux sont conservés à l'intérieur de l'édifice) que le doge Henri Dandolo obtint comme butin de guerre avec d'autres oeuvres d'art et les trois huitièmes de l'Empire après la conquête de Constantinople en 1204. On dit que ces chevaux, d'un mètres 60 de hauteur, étaient dorés à l'origine, et qu'ils appartenaient à l'Arc de Néron à Rome, d'où il furent pris par l'empereur Constantin et transportés à Constantinople. Quand la ville fut tombée aux mains des Croisés conduits, comme on l'a dit, par le doge Henri Dandolo, les chevaux furent ramenés à Venise en 1206 par Marino Zeno; mais Napoléon Bonaparte, appréciant leur valeur artistique, les fit transporter à Paris en 1797. Ensuite, c'est-à-dire en 1815, ils furent restitués à Venise
-


Les Chevaux et le Lion de Saint-Marc.

Pénetrés dans le vestibule, on y admire sur le grand portail la mosaïque centrale de Liborio Salandri (XIXe s.), représentant le Jugement Dernier, et dans les quatre voûtes latérales de l'ordre inférieur sont les mosaïques reproduisant le Transport du corps de Saint Marc à Venise (827), la Vénération du Saint et la Déposition de ses reliques dans l'église, qu'on voit telle qu'elle était à sa première origine. Lesdites mosaïques appartiennent à différentes époques. La première à gauche est antérieure à 1206, la seconde fut exécutée par Léopold del Pozzo sur des cartons de Rizzi en 1728 et les deux autres sont du XVIe siècle.

Dans les quatre voûtes de l'ordre supérieur, les mosaïques ont un fond doré et représentent des scènes de la vie de Jésus-Christ, à savoir : la Déposition de la Croix, la Transfiguration, la Résurrection et l'Ascension. Elles sont du XVlle siècle et furent exécutées sur des dessins de Matteo da Verona.

Outre celles déjà indiquées, toutes les arcades du péristyle et les voûtes surmontées de petites coupoles, sont riches en mosaïques byzantines, de même que les sculptures et les bas-reliefs sacrés et profanes ornant les petites niches saillantes dorées, très élégantes, s'élevant à l'extrémité et dans les intervalles des arcs de l'ordre supérieur sont admirables. Parmi les bas-reliefs, celui entourant l'arcade principale du péristyle est merveilleux.
-

Venise : portail San Alipio de la basilique Saint-Marc.
Portail San Alipio : Translation du corps de Saint Marc, mosaïque du XIIIe s., avec la plus ancienne représentation de la basilique; en dessous, un arc mauresque orné de bas-reliefs byzantins du XIIe s.
petites baies aux clôtures byzantines ajourées; au linteau, bas-reliefs paléochrétiens (Ve s.).

Parmi les mosaïques du péristyle sont spécialement admirables celle se trouvant sous la première coupole à droite, reproduisant d'un côté la Création du monde et le Péché d'Adam, de l'autre le Déluge Universel. A gauche, sous la grande arcade on voit encore Noé et la Tour de Babel et dans l'arcade mineure Abraham. Sous la quatrième et dernière coupole de la façade sont reproduits les songes de Joseph, à savoir : Joseph vendu par ses frères, la Douleur de Jacob, etc., et dans les arcades du péristyle latéral, on remarque des scènes de la vie de Moïse.

Ces mosaïques remontent toutes à des époques différentes entre le XIIe et le XIVe siècle; mais les autres garnissant le péristyle, sont en majeure partie l'oeuvre des Frères Zuccalo, et principalement la mosaïque de Saint Clément (1535) sur la première porte à droite, celle de Saint Marc (1545) sur la porte principale, ainsi que les mosaïques que l'on voit dans l'enceinte comprise entre les deux portails (la porte extérieure et celle donnant accès à l'église, parmi lesquelles sont dignes de mention spéciale : la Résurrection de Lazare à droite, et la Sépulture de la Vierge à gauche. Les frères Zuccato ont fait aussi le Saint Christophe et la Sainte Catherine qu'on voit dans le bras gauche du péristyle, tandis que la mosaïque représentant le Jugement de Salomon (1538) dans la lunette au commencement dudit bras est de Vincent Bianchini. La composition de la haute voûte de l'enceinte citée, représentant l'Invention de la Croix, fut exécutée par Bartolomeo Bozza sur des dessins attribués au Tintoret.

Dans ce péristyle on admire aussi les monuments des doges 'Vitale Falier (1096), Marino Morosini (1252), Barthélemy Gradenigo (1345) et de la dogaresse Felice Michiel (1111) et l'on remarque aussi sur le mur de partage avec l'intérieur huit colonnes de marbre grec, provenant de Constantinople, avec des chapiteaux divers en style byzantin. Les trois portes en bronze donnant accès à l'église, qui ont des incrustations en d'argent avec des figures de saints sont dignes aussi d'une attention particulière; l'une, celle à droite du grand portail provient du temple de Sainte Sophie de Constantinople, les autres sont de facture vénitienne mais imitées de la prémière. Puis sur le plancher, sous la coupole centrale, on voit trois dalles de marbres rouge, qui selon la tradition, sont placées là pour marquer le point où l'empereur Fédéric Barberousse s'agenouilla en 1177 devant le pape Alexandre III.

Au côté gauche de la façade vers la Piazzetta des Leoncini on admire des bas-reliefs remarquables, parmi lesquels une Cérès, des pins allumés à la main, et quelques statues représentant la Foi, l'Espérance, la Charité et le Savoir.

Il y a aussi de ce côté, sous une arcade, le sarcophage en marbre renfermant le corps de Daniele Manin.
-

Venise : les colonnes acritènes.
Les colonnes byzantines apportées de Saint-Jean d'Acre.

Du côté droit, devant la façade donnant sur la Lagune, on voit deux piliers quadrangulaires, couverts d'ornements byzantins. Au sommet on aperçoit deux monogrammes enfermés dans un cercle en pierre expliqués ainsi : au Dieu suprême - au Dieu tout-puissant. Ces piliers appartenaient au temple de saint Saba d'Acre et furent transportés ici après la victoire des Vénitiens sur les Génois l'an 1256 sous le règne du doge Raniero Zeno.

Sur l'angle de la basilique vers la Piazzetta, il y a un bloc en marbre porphyre dit la Pierre du Ban, car anciennement du haut de cette lourde colonne, qui avec les deux piliers cités fut transportée d'Acre en 1250, on proclamait les lois de la République de Venise.

Les deux bas-reliefs de porphyre qu'on voit près de l'entrée du Palais Ducal et représentant quatre personnages avec cape et épée, sont également d'origine byzantine; l'on suppose que ces figures, appelées les Tétrarques, doivent représenter quatre empereurs assis à la même époque sur le trône de Byzance au XIe siècle. De ce côté, vers les colonnes servant de décoration à la grande fenêtre du baptistère, on remarque deux étranges griffons, dont l'un déchire un jeune homme, l'autre un animal. Entre les deux arcs supérieurs il y a une Madone en style byzantin, devant laquelle brûle constamment une lampe votive. Autour de cette image l'imagination populaire a crée des légendes apitoyantes; mais ce qui est vrai, c'est qu'à l'époque la plus tragique de la République, les Confrères de la Mort allumaient devant cette Madone deux cierges noirs, chaque fois que devait avoir lieu sur la place en dessous une exécution capitale.
-

Venise : les Tétraques de la basilique Saint-Marc.
Les Tétrarques.  © Photos : Serge Jodra, 2012.

La façade de la basilique Saint-Marc mesure 51,80 m en largeur et 51,80 m en hauteur, de la croix à la coupole majeure. (A. Scrocchi).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.