.
-

Dandolo

Les Dandolo sont une noble famille de Venise. Ce nom appartient à deux catégories de personnages historiques vénitiens  :

doges de Venise, qui faisaient remonter leur origine à l'époque romaine : en réalité, c'était une des douze familles électorales dont les chefs, sous le nom de tribuns, auraient d'après la tradition élu le premier doge en 697;

Enrico Dandolo est un doge de Venise, né vers 1105, mort à Constantinople le 14 juin 1205. En 1171, il fut envoyé à Constantinople, auprès de l'empereur Manuel Comnène pour réclamer des vaisseaux et des sujets vénitiens dont ce prince s'était saisi. Manuel, irrité de cette démarche, fit, dit-on, placer devant l'ambassadeur des bassins enflammés qui lui brûlèrent les yeux et le rendirent à peu près aveugle. Dandolo n'en fournit pas moins une brillante carrière. Le 1er janvier 1192, il fut élu doge après l'abdication de Sébastien Zani, et, la même année, à la suite d'une bataille navale, il reprit aux Pisans la ville de Pola en Istrie, dont ceux-ci s'étaient emparés par surprise. La fin de sa vie est intimement liée à l'histoire de la quatrième croisade et l'on en trouvera les traits essentiels aux mots Croisades et Empire latin de de Constantinople.

Giacomo Dandolo, fut doge de 1279 à 1289.

Francesco Dandolo, surnommé Cane, élu doge en 1528 et mort en 1559; la république Venise, sous son commandement, conquit la marche trévisane.

Andrea Dandolo est un doge de Venise et chroniqueur, mort le 7 septembre 1354. Sous son principat, Venise soutint une longue guerre contre les Hongrois, à la suite de la septième révolte de Zara contre la sérénissime république. Alliée des Hongrois, Gênes envoya dans l'Adriatique une puissante flotte sous le commandement de Paganin Doria, qui ravagea les possessions vénitiennes, menaça Venise elle-même. Dandolo en mourut de chagrin. Successeur de Bartolomeo Gradenigo (1342), il fut remplacé par Marino Falieri. Il avait écrit deux chroniques latines sur l'histoire de Venise : on les trouve au tome XII du recueil de Muratori, Rerum Italicarum Scriptores. (R. G.).


2° savants et artistes.

Vicenzo Dandolo est un chimiste, pharmacien et homme politique italien, né à Venise le 2 octobre 1758, mort à Varese, près de Côme, le 12 décembre 1819. Après la chute de Venise en 1797, et le traité de Campo-Formio, il vint se fixer à Milan et y fut élu membre du grand conseil de la République cisalpine. Lors de l'invasion russe en 1799, il dut se démettre de ces fonctions, puis en 1804 fut nommé par Napoléon Ier gouverneur de la Dalmatie. Pendant les cinq ans qu'il passa dans ce pays, il l'assainit, y réorganisa l'instruction, y réveilla le goût du travail, etc. En 1809, il revint à Venise avec le titre de comte et de sénateur. Dandolo a fait beaucoup pour les progrès de l'agriculture, de l'industrie, de l'hygiène publique, etc. 

Ses ouvrages sont très nombreux. Citons seulement : Fundamenti della scienza chimico-fisica applicati, etc. (Venise, 1793, et nombr. édit.); les Hommes nouveaux ou Moyens d'opérer une régénération morale (Paris, 1799; 2e édit., 1801); Discorsi sulla pastorizia, sull' agricoltura, etc. (Milan, 1806, in-8); Enologia (Milan, 1812, 4 vol. in-8); il Buon Governo de' bachi da seta (Milan, 1846, 2 vol.); Storia de' bachi da seta (Milan, 1818-19, 3 vol. in-8; trad. fr., 2e édit., Lyon, 1825, in-8) ; ces deux ouvrages sur l'art d'élever les vers à soie lui ont valu une réputation européenne. (Dr. L. Hn.).

Tullio, comte Dandolo, est un littérateur italien, né à Varese en Lombardie en septembre 1801, mort à Urbino le 6 avril 1870, fils du précédent. Un lui doit nombre d'ouvrages de philosophie, d'histoire, de voyages, etc., parmi lesquels Viaggio per la Svizza (Milan, 1820-1836, 13 vol.); Lettere su Roma e Napoli (Florence, 1827); Lettere su Venezia (Livourne, 1830), Schizzi di costumi (Milan, 1836) ; Reminiscenze e fantasie (Turin, 1841, 2 vol.); Studi sul secolo di Pericle e il secolo di Augusta, (Turin, 1835-1837, 2 vol.); Firenze sino alla caduta della Repubbtica (Milan, 1834) ; Roma e l'imperio sino a Marco-Aurelio (Milan, 1844) ; il Cristianismo nascente (Milan, 1854); S. Domenico (Milan, 1847) ; S. Francesco d'Assisi (Milan, 1847); i Secoli di due sommi Italian, Dante e Colombo (Milan, 1852, 2 vol.); l'ltalia nel secolo passato (Milan, 1854, 2 vol.); l'Europa e l'America nel secolo passato sino al 1789 (Milan, 1854, 2 vol.); il Pensiero pagano e il pensiero cristiano ai giorni dell' imperio (Milan, 1855, 3 vol.); la Signora di Monza e le streghe del Tirolo (Milan, 1855); Monachismo e leggende (Milan, 1856); Storia del pensiero nel media evo (Milan, 1857); Roma pagana e cristiana (Milan, 1860); il Secolo di Leone X (Milan, 1861); Storia del pensiero nei tempi moderni (Milan, 1864-1871, 3 vol.). (R. G.).

Emilio Dandolo est un littérateur et homme politique italien, fils du précédent, né à Varese en 1831, mort à Milan le 20 février 1859. Dans sa courte carrière, il se fit remarquer par ses sentiments et son activité patriotiques, en 1848-1849, en 1855, où il s'enrôla parmi les bersagliers et fit la campagne du Piémont. Il avait fait, en 1851-1854, un voyage en Orient qu'il a raconté : Viaggio in Egitto, nel Sudan, in Siria ed in Palestina (Milan, 1854, in-8). (R. G.).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2012. - Reproduction interdite.