.
-

Picard

L'abbé Jean Picard est un astronome, né à La Flèche en 1620, mort en 1683. Nous ne savons rien de ses jeunes années; nous le trouvons pour la première fois observant avec Gassendi l'éclipse de Soleil du 25 (ou 15?) août 1645; plus tard il remplaça ce même Gassendi comme professeur d'astronomie au Collège de France (1655), et fut parmi les 21 premiers de l'Académie royale des Sciences, fondée à Paris en 1666 par Louis XIV, sur la proposition de Colbert.

Son nom est attaché à de nombreuses recherches. Il mesura avec une parfaite exactitude un degré du méridien, fixa la longueur du pendule simple à secondes. 

Picard s'est rendu célèbre en faisant avec soin la mesure de la Terre. Cette importante opération avait été auparavant entreprise en Grèce et dans le monde arabe. Elle le fut en France par Fernel en 1528, en Hollande par Snellius en 1617 qui, le premier, employa la méthode de triangulation, et en Angleterre par Norwood de 1633 à 1636. Picard, choisi par l'Académie des Sciences pour effectuer la mesure d'un degré terrestre, adopta la même méthode que Snellius. Après avoir commencé son travail, en 1669, par la mesure de la base qu'il avait prise, la distance entre Villejuif et Juvisy, et après avoir établi un réseau de triangles entre Sourdon (20 km au Sud d'Amiens (Somme) et le plateau de Malvoisine (près de Paris, dans l'Essone), il parvint en 1670 à déduire, de ses mesures et de ses calculs, le nombre 57060 pour la longueur en toises de l'arc d'un degré de la méridienne de France. La relation de ses travaux est dans son ouvrage La Mesure de la Terre (1671).
Ayant demandé, dans une séance, de déléguer une Commission à Uraniborg pour en déterminer exactement les coordonnées, Picard fut désigné par ses collègues pour diriger cette opération et partit en 1671. II reconnut d'abord que la direction assignée par Tycho Brahé à la méridienne de cet Observatoire était inexacte (Le Voyage d'Iraniborg, 1680). En exposant sa mesure de la hauteur du pôle à Uraniborg, il signala les déplacements que, depuis une quinzaine d'années, il a remarqués dans la position de l'étoile polaire (Petite Ourse). Pendant son voyage à Uraniborg il connut un jeune astronome, Roëmer, chez lequel il découvrit un grand talent pour les observations. Picard le détermina à venir en France. Chaudement recommandé à Colbert, par son patron, Roëmer devint un des membres les plus distingués de l'Académie des sciences de Paris. C'est à une recommandation analogue de Picard que l'Observatoire de Paris fut redevable de Dominique Cassini.

Ajoutons qu'il attira le premier l'attention sur le double phénomène de la nutation et de l'aberration, expliqué depuis par Bradley. Il aussi est le premier qui ait observé les étoiles en plein jour (1668). II est également le premier qui ait appliqué utilement les lunettes aux instruments divisés (1668). On lui doit des méthodes sans lesquelles cette application aurait été sans utilité pour déterminer ce que l'on appelle en astronomie les erreurs de collimation. Personne avant Picard n'avait songé à faire servir l'heure du passage des astres au méridien à la détermination des ascensions droites. Nous dirons encore, que Picard et Auzout, adoptant les idées de Huygens, appliquèrent la lunette au quart de cercle et construisirent le micromètre à fil, décrit pur Auzout dans son Traité du Micromètre (1667). (Arago, Lebon).



En bibliothèque - On lui doit : Mesure de la terre, 1671; 1680. II publia également la Connaissance des Temps de 1679 à 1683, ainsi que le Voyage à Uraniborg (ci-dessous).

En librairie - Collectif, Jean Picard et les débuts de l'astronomie de précision au XVIIe siècle, CNRS, 1999.

-Le Voyage d'Uraniborg, 1680.

Picard (Louis Benoît), né à Paris en 1769, mourut en 1828. Il était fils d'un avocat au parlement, et il suivit pendant quelque temps le barreau; mais son penchant l'entraîna vers le théâtre, où il eut des succès comme acteur et comme auteur dramatique. Il fut directeur de l'Opéra et de l'Odéon, et entra à l'Institut en 1807. Il a composé un grand nombre de comédies fort spirituelles et où les ridicules bourgeois sont habilement peints. Il a aussi écrit plusieurs romans qui, eux, sont justement tombés dans l'oubli.
Charles Emile' Picard est un mathématicien né à Paris le 24 juillet 1856, maort à Paris le 12 décembre 1941. Entré en 1874 à l'Ecole normale supérieure, reçu en 1877, quelques mois avant sa sortie, docteur ès sciences, il fut nommé, la même année, maître de conférences à la Faculté des sciences de Paris, puis, en 1879, chargé de cours à la Faculté des sciences de Toulouse. Maître de conférences à l'Ecole normale supérieure de 1881 à 1886, professeur de calcul différentiel et intégral à la Faculté des sciences de Paris de 1886 à 1897, il occupa, à la même Faculté, à partir de 1897, la chaire d'algèbre supérieure. Il fut, en outre, à partir de 1893, professeur de mécanique générale à I'Ecole centrale des arts et manufactures. Il a été élu en 1889 membre de l'Académie des sciences de Paris, et a été  correspondant de la plupart des académies étrangères. 

Picard a plus particulièrement porté ses efforts sur la théorie des fonctions et sur la théorie des équations différentielles.  Il est l'auteur de nombreux mémoires sur les fonctions entières (Annales de l'École normale, 1880), sur les équations linéaires à coefficients doublement périodiques (Journal de Crelle, 1880), sur les groupes de transformations des équations différentielles linéaires (Comptes rendus de l'Académie de Paris, 1888 et 1893), sur les fonctions hyperfuchsiennes et hyperabéliennes (Journal de mathématiques, 1883-1886), sur les fonctions algébriques de deux variables (id., 1885-1889) sur les équations aux dérivées partielles et les approximations successives (id., 1890-1897), sur les intégrales doubles de seconde espèce (id.,1898), etc. Il a publié à part : Traité d'analyse (Paris, 1893-1897); Théories des fonctions algébriques de deux variables (Paris, 1897). (L. S.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2007. - Reproduction interdite.