.
-

Heure (Les Jours et les Nuits*). - L'heure est une partie du jour. Elle se divisent ellee-même en 60 parties égales, qu'on appelle minutes; les minutes en 60 parties égales, appelées secondes; et les secondes, normalement en dixièmes, en centièmes de seconde, etc. Mais on pourra également trouver chez les anciens auteurs une division des secondes en 60 parties égales, que l'on nomme tierces; les tierces en 60 parties égales, appelées quartes; les quartes en 60 parties égales, nommées quintes, etc.

Comme le mot jour peut avoir plusieurs sens, correspondant à des durées différentes, on comprend qui ce soit aussi le cas pour les heures, qui par ailleurs, pour une définition donnée du jour, peuvent représenter des modes partition de la durée différents.
-

Prague : Horloge astronomique.
L'horloge astronomique de l'Hôtel de ville de Prague.
Photo : © Jean-Michel Latorre, 2009.

Les astronomes distinguent trois sortes d'heures : l'heure solaire ou la vingt-quatrième partie du jour solaire vrai; l'heure moyenne ou la vingt-quatrième partie du jours solaire moyen; enfin l'heure sidérale ou la vingt-quatrième partie du jour sidéral. Cette dernière a une durée constante; l'heure moyenne est plus longue d'environ dix secondes; l'heure solaire de grandeur variable est peu usitée. Comme, du fait du mouvement diurne, la révolution apparente des astres s'effectue en vingt-quatre heures, une heure de temps vaut donc 360° / 24  = 15°; pareillement, une minute de temps. vaut 15' d'arc, une seconde de temps vaut 15" d'arc.

Lorsqu'on appelle jour la durée entière de la révolution apparente du Soleil autour de la Terre, une heure en est toujours la vingt-quatrième partie; mais lorsqu'on ne donne le nom jour qu'à la durée de la présence du Soleil au-dessus de l'horizon (jour naturel), comme le faisaient autrefois les Romains, dont le jour commençait, on l'a dit, au lever du Soleil et finissait à son coucher, une heure était seulement la douzième partie du jour. Ces dernières heures étaient inégales; parce qu'on divisait toujours le jour en douze parties, et la nuit en douze autres parties, quelle que fût la longueur de l'un et de l'autre. (Barré / D.V. / Brisson).

En Grèce, la division du jour en cinq parties resta en usage pendant toute l'Antiquité. Cependant, la division du jour en heures n'était pas inconnue et fut couramment utilisée pour les travaux astronomiques. Anaximandre, suivant les uns Anaximène, d'après les autres, l'avait faite connaître en même temps que le cadran solaire babylonien, par lequel la jour était partagé en 12 parties ou heures d'égale longueur. Romains, eux, ne commencèrent à employer la division du jour en 12 heures qu'à l'époque où ils eurent à leur tour connaissance du cadran solaire, c.-à-d. vers 291 av. J.-C. Plus tard, quand Scipion Nasica (159 av. J. C.), eut fait construire une clepsydre publique, l'un des officiers du préteur fut chargé d'observer cet instrument, et d'annoncer la troisième, la sixième et la neuvième heure, l'usage s'étant alors introduit de partager le jour, ainsi que la nuit, en quatre parties, de 3 heures chacune. Leurs heures, suivant un usage qui était déjà celui des Égyptiens ou des Chaldéens étaient consacrées, chacune, à une divinité en relation avec les astres. 

Chez les anciens peuples qui partageaient le nycthémère en 24 heures, plusieurs comptaient ces 24 heures de suite, de une à 24. Les heures étaient égales entre elles : ces heures égales sont désignées par Galien sous le nom d'heures équinoxiales. D'autres, tels que les Grecs et les Romains, quand ils adoptèrent cette manière de diviser le jour,  formaient deux groupes consécutifs, de 12 heures chacun, l'un pour le jour proprement dit, c'est-à-dire pour le temps où le Soleil est visible sur l'horizon; l'autre pour la nuit, c'est-à-dire pour le temps compris entre le coucher et le lever de cet astre. Dans ce second système, les heures étaient nécessairement inégales. En effet, non seulement elles ne pouvaient avoir la même longueur dans les pays situés sous des latitudes différentes, mais encore, dans le même lieu, elles augmentaient depuis les équinoxes jusqu'aux solstices, et décroisaient depuis les solstices jusqu'aux aux équinoxes. II n'y avait égalité entre les heures du jour et celles de la nuit que deux fois par an, le 21 mars et le 23 septembre, parce que, à ces deux dates, le jour et la nuit ont la même durée. Pour éviter la confusion qui pouvait résulter de ces deux manières de compter les heures, Ptolémée avait soin, quand il calculait ses observations, de convertir les heures du second système, qu'il appelait temporaires en heures équinoxiales. La différence qui existe entre les deux espèces d'heures a été observée pour la première fois par les astronomes de l'école d'Alexandrie

.


Dictionnaire cosmographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.