.
-

Le fleuve Mississippi
Le Mississipi, le plus grand fleuve de l'Amérique septentrionale, prend sa source dans une région élevée, marécageuse et couverte de petits lacs, située à l'Ouest du lac Supérieur, près de la frontière du Canada. Il arrose les États-Unis et coule du Nord au Sud, pendant 3 780 kilomètres, au milieu de prairies ou de forêts de pins ou de cyprès, et se jette dans le golfe du Mexique

Son bassin, borné à l'Ouest par les Montagnes Rocheuses, et à l'Est par les monts Appalaches, n'a pas de limites accentuées au Nord. La superficie de ce bassin est de 3,2 millions de kilomètres carrés (soit à peu près un tiers de la superficie des Etats-Unis). 

Histoire du Mississippi. - Les traces de plus anciens établissements humains sur les rives du Mississippi datent de plus de 10 000 ans. Vers le IIIe s. ap. J.-C, les sociétés de chasseurs-cueilleurs ont cédé la place à des sociétés de cultivateurs (culture du maïs )à partir du IXe s.), organisées en chefferies. Des centres urbains importants ont existé, tels Cahokia (Sud-Est de l'Illinois, près de Saint Louis), entre le VII et le XVe s. qui a pu compter jusqu'à 40 000 habitants. Le commerce y était développé, facilité par l'utilisation du fleuve comme voie de communication. L'appellation Mississippi dérive de son nom en langue objiwe misi-ziibi ( = la Grande rivière).

Hernando de Soto découvrit l'embouchure du Mississippi en 1541; Joliet et Marquette, partis de Québec, descendirent le fleuve jusqu'au confluent de l'Arkansas, en 1675; Cavelier de la Salle, le descendit tout entier en 1682; enfin Henry Schoolcraft découvrit ses sources en 1832. Le Mississippi a ensuite joué un rôle important dans la progression des colons vers l'ouest. Bien que la voie ferrée lui ait enlevé une part importante du trafic, le Mississippi demeure encore de nos jours une grande artère fluviale en relation avec Pittsburgh par l'Ohio et avec les Grands Lacs par l'Illinois canalisé. Il est emprunté pour le transport de marchandises lourdes : sable, minerais, charbon, acier, etc. 

Le Mississippi sort du lac Itasca (Nord-Ouest du Minnesota), dont l'altitude est d'environ 450 m. C'est d'abord un petit cours d'eau de 4 m de large, qui traverse les lacs Cass et Winibigoshish, reçoit les eaux des lacs Leech (sangsue) et Swan (cygne), traverse des prairies formées de riz sauvage, d'iris et de joncs, et forme, en descendant du plateau sur lequel il a coulé jusqu'ici, les rapides de Peckagama et le sault Saint-Antoine  (Saint Anthony Falls); dès lors, il coule en plaine et est navigable pour des bâtiments à fond plat  jusqu'à ses embouchures. 

A peu de distance du sault Saint-Antoine, à Minneapolis, le Mississippi reçoit le Minnesota, ou rivière Saint-Pierre, et forme le lac Pépin (Pepin lake).

Ses rives sont bordées de forêts de chênes, d'ormes et d'érables, auxquelles il arrache, pendant les crues, des arbres qu'il charrie et qui rendent sa navigation quelquefois dangereuse. Un peu avant d'arroser Saint-Louis, il reçoit le Missouri. Avec cet affluent il constitue alors un cours d'eau long de 6260 kilomètres (seul, le Nil est plus long).
-

Carte du Mississippi.
Ancienne carte du Mississippi.
Carte du Mississippi.
Le Mississippi sur une ancienne carte (ca 1720).

Après Saint-Louis, le Mississippi  n'est plus dès lors qu'un immense courant d'eau chargée d'argile et boueuse; il franchit, au village d'Herculaneum et à Grand Tower, de remarquables étranglements pratiqués entre de hautes falaises, où il semble avoir formé jadis une grande cataracte détruite par ses eaux; après un cours d'environ 2000 km, il reçoit l'Ohio à Cairo, ville d'une grande importance commerciale.

Le lit du Mississippi, dès lors tracé dans une large plaine d'alluvions, est encombré de grandes îles couvertes de saules; il est bordé de marécages, de lacs ou d'étangs, dans lesquels se déverse une grande partie de ses eaux, et de forêts qui se prolongent jusqu'à Natchez, mais qu'on détruites en grande partie pour faire place aux grandes plantations de coton et de canne à sucre. 

Les rives du fleuve, plates à gauche, sont formées à droite, depuis l'Ohio jusqu'au delta, par de hautes falaises (bluffs). 

Après Cairo, le Mississippi passe à Memphis, Wicksburg, Natchez et Baton-Rouge, qui à plus de 300 km de l'embouchure peut déjà recevoir la navigation maritime. Le fleuve arrose ensuite Donaldsonville et la Nouvelle-Orléans (New Orleans). 
-

Barrage de Keokuk, sur le Mississippi.
Le barrage de Keokuk (Iowa) sur le Mississippi. A sa mise en services, en 1913, la centrale hydroélectrique (au fond, à gauche) était la plus puissantes du monde.

C'est au-dessous du confluent de la Red River (rivière Rouge), entre Natchez et Baton Rouge, que commence le delta du Mississippi. Le fleuve s'y divise en une infinité de bras ou bayous, encombrés en partie par les radeaux (rafts) formés par les arbres que le courant y a amoncelés; ces bayous fourmillent d'alligators, de serpents d'eau, de crapauds, de grenouilles et de maringouins (moustiques). Le sol du delta, formé par les alluvions du fleuve, est bas, marécageux, couvert de lacs et de marais tourbeux); ça a longtemps été un des principaux foyers de la fièvre jaune
-

Le vieux Mississippi.
Le Mississippi d'autrefois (Currier and Ives, Low water in the Mississippi).

Les bras les plus considérables du Mississippi sont l'Atchafalaya, le bayou Plaquemine, le bayou Lafourche et la branche qui conserve le nom de Mississippi, et qui est la seule navigable; elle coule au milieu d'une presqu'île de vase à moitié submergée, et qui s'accroît sans cesse par les dépôts du fleuve; son embouchure est  obstruée par une barre rendue encore plus dangereuse par les mud lumps ou volcans de boues qui s'y forment soudainement. 

Depuis Baton Rouge, le Mississippi est bordé de levées ou digues de terre, de 2 à 3 m, destinées à encaisser le lit du fleuve, que le dépôt des boues et des sables, qu'il roule dans ses eaux, a élevé au-dessus du niveau des plaines basses, au milieu desquelles il achève son cours, dans le golfe du Mexique, après avoir traversé 31 Etats des Etats-Unis
-

Les Bouches du Mississippi.
Les Bouches du Mississippi, vues depuis l'espace.

Le Mississippi a de 300 à 900 m de largeur, depuis le sault Saint-Antoine jusqu'au confluent de l'Illinois; 2500 m au confluent du Missouri; 1450 m à Saint-Louis; 2200 m au confluent de l'Ohio; 1500 m au confluent de l'Arkansas et à la Nouvelle-Orléans

Jusqu'au confluent du Missouri, le lit du Mississippi est peu profond et embarrassé de bancs de sable. Sa profondeur est de 15 à 20 m au confluent de l'Ohio, et de 25 à 60 m dans sa partie inférieure; mais ses embouchures sont encombrées de vases, et la principale n'a que 5 à 6 mètres d'eau.

Le Mississippi est sujet à des crues régulières et parfois catastrophiques, causées par les pluies d'automne et par le débordement de ses grands affluents de l'Ouest. Il commence à croître dans le mois de janvier et continue à grossir jusqu'au mois de mai; il reste stationnaire pendant le mois de juin et une grande partie de juillet, puis il commence à diminuer jusqu'en septembre et octobre, époque à laquelle il est au niveau le plus bas. La différence entre le niveau des hautes eaux et celui des basses eaux, à Natchez, est de 15 mètres. En août 2005, la rupture d'une digue causée par l'ouragan Katrina a été à l'origine d'une grande inondation de la Nouvelle Orléans.

Les principaux affluents du Mississippi sont à droite, le Minnesota ou rivière Saint-Pierre, l'Iowa, la rivière des Moines ou Keosagua, le Missouri, l'Arkansas, la rivière Rouge (Red River), à gauche, le Wisconsin, l'Illinois et l'Ohio. (L. Dussieux).



Mark Twain, La Vie sur le Mississippi, tome 1, tome 2, Payot, 2003.

Joseph Macé-Scarron, Le Mississippi, du Golfe du Mexique à la Nouvelle-Orléans, Editions Belem, 2005.

Jonathan Raban, Old Man River, en descendant le Mississippi, de Minneapolis aux Quad Cities, Payot, 1994

François Flaven, Meschacebé, tome 1 (roman), Mon Petit Editeur, 2011 



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.