.
-

Les Guépards
Les Guépards sont dés félidés. Le genre qu'ils forment ne renferme que deux espèces, qui ont entre elles les plus grands rapports, tant par leur apparence extérieure que par leurs moeurs.

Caractères.
C'est avec juste raison que le nom générique Cynailurus (chien-chat), a été donné aux guépards. Ils sont , en effet, parmi les Félidés ceux qui se rapprochent le plus des Canidés. Ils sont chats par la tête, la longue queue; ils sont chiens par tout le reste du corps. Comme les chiens, ils sont hauts sur jambes; leurs pattes ne sont plus qu'à moitié armées de griffes; ils ont bien encore les ongles rétractiles, mais les muscles qui les meuvent sont si faibles, que ces ongles sont presque toujours abaissés, et, comme ceux des chiens, s'émoussent par l'usage et s'usent par le frottement. La dentition est essentiellement celle du chat; mais, comme chez le chien, les incisives extérieures sont élargies.

Leur fourrure rappelle aussi à la fois celle du chien et celle du chat : elle a les couleurs variées de celle-ci, les poils hérissés et grossiers de celle-là.

Moeurs, habitudes et régime. 
Au point de vue de l'intelligence et des instincts, les Guépards forment la même transition. Ils ont encore l'expression du chat, mais dans leurs yeux brille la douceur du chien, dont ils se rapprochent par la mansuétude du caractère.

L'on connaît deux espèces de guépards.

Le Guépard moucheté.
Le guépard a le cou dépourvu de crinière, un pelage fauve orangé, ou fauve clair, parsemé de taches rondes et noires; les parties inférieures blanches sans mouchetures, ou marquées de quelques taches ternes, peu apparentes; et le bout de la queue blanc.

Distribution géographique.
C.ette espèce, que les Arabes nomment Fahhad, est propre à l'Afrique; on le trouve au Cap, au Sénégal, dans le Kordofan, etc.

Moeurs, habitudes et régime. 
Les Africains le connaissent encore par ses déprédations et lui font une guerre acharnée. L'animal n'est cependant jamais l'agresseur, excepté dans quelques cas particuliers, lorsqu'il rencontre des individus faibles et isolés, un enfant, une femme, mais non un homme. On ne peut cependant lui reprocher de manquer de courage, car il se défend avec opiniâtreté, et se venge quelquefois. 

Le Guépard à crinière.
Ce Guépard  n'a pas une taille tout à fait aussi grande que son congénère; il est bien plus svelte, plus élancé, plus haut sur jambes que les chats proprement dits. Sa tête est petite, plutôt allongée comme celle du chien, que raccourcie comme celle du chat; ses oreilles sont larges, un peu tombantes; sa pupille est ronde. Ses poils sont longs et hérissés, surtout sur le cou, d'où le nom de guépard à crinière. Sa fourrure est d'un gris jaunâtre pâle, marquée de taches noires et brunes, confluentes sur le dos, et se continuant sur le ventre; les mêmes taches se retrouvent sur la queue et forment des anneaux vers l'extrémité de cet organe.

La longueur du guépard à crinière est de 1 mètre environ; celle de la queue, de 66 cm; sa hauteur, au garrot, est de 66 cm.

Distribution géographique.
Cette espèce paraît avoir un assez grand cercle de dispersion ; on la trouve dans tout le Sud-ouest de l'Asie.

Mœurs, habitudes et régime.
Comme l'indiquent et son poil et sa couleur, le Guépard est un véritable animal des steppes, auquel l'agilité et la souplesse servent plus que la force pour trouver sa nourriture.

Il se nourrit de ruminants, petits et moyens, qui habitent son domaine, et dont il sait s'emparer avec la plus grande habileté. Il ne court ni très vite ni très longtemps, et une Antilope se met bientôt, par la fuite, à l'abri de ses atteintes. Le Guépard doit donc employer la ruse et les embûches pour s'emparer de sa proie. A-t-il aperçu un troupeau d'Antilopes ou de Cerfs, il se tapit à terre, rampe silencieusement, cherchant à échapper à l'oeil vigilant de sa victime. Jamais il ne s'avance que sous le vent. Le guide du troupeau lève-t-il la tête, il se couche et reste immobile. Il s'approche ainsi jusqu'à une quinzaine de mètres, choisit la bête la plus à sa portée, s'élance, l'atteint en quelques bonds, la renverse avec ses pattes, la mord à la nuque. Dans sa résistance, celle-ci l'entraîne à quelques centaines de pas; mais bientôt elle succombe, et le guépard en boit avec avidité le sang chaud et fumant.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra,  2010. - Reproduction interdite.