.
-

Ascète, ascétisme. - Ces noms dérivent des mots qui, primitivement, désignaient, chez les Grecs, les exercices corporels et le régime spécial que les athlètes s'imposaient pour développer leur vigueur. Certaines écoles philosophiques ont employé les mêmes termes pour représenter l'austère discipline à laquelle leurs adeptes devaient se soumettre, afin d'atteindre le but suprême proposé par leur doctrine. Ces expressions ont été reprises par les chrétiens dans un sens analogue, et elles ont reçu d'eux leur principale notoriété. Clément d'Alexandrie, platonicien converti qui mourut vers 220, appelle ascètes les personnages de l'Ancien Testament qui se sont distingués par l'austérité de leur vie. Dans son traité  le Riche peut-il être sauvé? il énonce les principes de l'ascétisme idéalisé. Plus tard, la qualification d'ascète fut réservée aux anachorètes et aux cénobites. Le régime qu'ils pratiquèrent peut se résumer en quelques mots : lutte constante contre les instincts physiques, exercices systématiques de renoncement et de mortification; aujourd'hui encore, il forme, en théorie du moins, le fond de la plupart des règles monastiques. (E.-H. Vollet).


En bibliothèque - Ch: L. Schmidt, De Asceseos fine et origina; Caris, 1830. - J.-B. Buddeus, De Askèsei philosophica; Halle 1706.
 
.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.