.
-

Alençon

Alençon, Alentio ou Alenconium au Moyen âge. - Ville de France, chef-lieu du département de de l'Orne, au confluent de la Sarthe et de la Briante, à 193 km au Sud-Est de Paris. Les anciens comtes d'Alençon, qui remontaient à Yves de Bellême, possesseur du château d'Alençon vers 940, s'éteignirent en Robert IV, mort en 1219.

Philippe Auguste réunit alors le comté d'Alençon à son domaine. Saint-Louis donna, en  1268, les comtés d'Alençon  et du Perche à Pierre, son cinquième fils, mort sans enfants en 1283. Philippe le Bel donna ces deux comtés, en 1293, à son frère Charles Ier de Valois, qui eut pour successeur, en 1325, son fils aîné Philippe. Ce prince parvint au trône de France en 1328, sous le nom de Philippe VI, et les comtés du Perche et d'Alençon passèrent à son frère Charles II, qui fut tué en 1346 à la bataille de Crécy (La Guerre de Cent Ans). Charles III, son fils, 1346-1359, se fit dominicain et devint archevêque de Lyon.

Le comté d'Alençon fut érigé en duché-pairie, en 1414, pour Jean Ier, neveu de Charles III, tué à la bataille d'Azincourt. Jean II, fils de Jean Ier, 1415-1476, excita le Dauphin à la révolte contre le roi Charles VII, fut deux fois condamné à mort par la cour des pairs, pour .avoir entretenu des intelligences avec les Anglais, et gracié chaque fois par les rois Charles VII et Louis XI. Charles IV, en qui s'éteignit la famille des ducs d'Alençon, en 1525, avait épousé Marguerite d'Orléans, soeur de François Ier. Il mourut. de chagrin d'avoir contribué à la défaite de Pavie. En 1566, le roi Charles IX donna le duché d'Alençon à son frère François, qui prit plus tard le titre de duc d'Anjou, et ne se maria pas. Louis XIV le donna aussi en 1710 à son petit-fils le ducde Berry mort en 1714.

Notre-Dame d'Alençon.
Cette ancienne collégiale est un modèle de style gothique tertiaire ou flamboyant. Le portail, remarquable par ses sculptures, ne fut achevé qu'en 1617. La nef a 31 m de longueur, 9,75 de largeur, et 20 m de hauteur. L'intérêt principal de l'édifice consiste dans les vitraux : il y a onze grandes verrières, dont l'une porte la date de 1511; celle qui est au-dessus de l'orgue a pour sujet principal l'arbre de Jessé. A droite de la nef, la première verrière représente la Jérusalem céleste et la Présentation de la Vierge; sur la 2e est le mariage de la Vierge; sur la 3e, le Christ mort; sur la 4e, la Salutation angélique; sur la 5e, la mort de la Vierge. Les cinq fenêtres de gauche représentent la Création, Adam et Eve, le Sacrifice d'Abraham, le Passage de la mer Rouge, et Moïse élevant le serpent d'airain. On connaît peu de galeries aussi complètes. Le buffet d'orgues et la chaire sont du temps de la Renaissance. (B.).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.